Aller au contenu

Rêves de santé – CLARISSE VAN TICHELEN – « Ce n’est pas juste une question d’accès financier »


Santé conjuguée n°98 - mars 2022

Économiste, elle a réalisé en 2019 une étude pour le compte de l’Institut wallon de l’évaluation de la prospective et de la statistique (IWEPS). Il s’agissait d’évaluer les mesures prises dans le cadre du plan de lutte contre la pauvreté, et parmi celles-ci les politiques de soutien aux maisons médicales : dans quelle mesure améliorent-elles l’accès aux soins de santé de première ligne des personnes précaires en Région wallonne ?

Quand on parle de maison médicale, tout le monde n’a pas la même chose en tête : une structure de première ligne qui fonctionne au forfait, une structure affiliée à la Fédération des maisons médicales, une structure agréée par la Région wallonne… Dans mon étude, j’ai repris comme critère le fait d’être soit une structure qui fonctionne au forfait soit d’être agréé par la Région wallonne. La grande majorité des personnes vont chez un médecin généraliste, que j’appelle dans l’étude « médecin généraliste classique » ; ça veut dire un médecin qui fonctionne à l’acte et qui soit travaille tout seul, soit est dans une pratique de groupe (mais qui n’est pas une maison médicale). Puis il y a une minorité de personnes, mais quand même un nombre conséquent, qui se soignent soit en maison médicale au forfait soit en maison médicale à l’acte. Un peu plus de 120 000 personnes sont en maison médicale au forfait, et 44 000 en maison médicale à l’acte [1].

Une des grandes questions de l’étude était de savoir si les maisons médicales attirent plus de personnes précaires par rapport à la pratique à l’acte classique. Ce que l’on peut remarquer, c’est qu’en effet les maisons médicales au forfait ont une patientèle nettement plus précaire que la moyenne wallonne, et les maisons médicales à l’acte aussi, mais de manière moins forte. Le forfait joue un rôle, mais il n’est pas indispensable et il n’est pas suffisant. D’autres types de mécanismes et d’activités que les maisons médicales mettent en place et permettent de faciliter l’accès aux soins. Ce que l’étude a montré, c’est que le fait qu’on ne paie pas la consultation facilite grandement l’accès aux soins pour les personnes précaires, c’est évident, mais la question de l’accessibilité financière va bien au-delà de simplement ne pas payer sa consultation chez le médecin généraliste en maison médicale. Vous avez un psy, un kiné, une assistante sociale qui sont là aussi souvent gratuitement ou à prix très réduit par rapport à la moyenne classique. Vous avez une attention vraiment particulière aux prescriptions de médicaments par exemple, on va faire attention à prescrire des génériques, à ne pas prescrire trop de médicaments. Il y a une série de choses qui font que globalement la facture à la fin du mois pour les soins de santé est moins importante. En milieu rural, le fait que les maisons médicales soient des pratiques de groupe, cela amène moins de déplacements et pour des personnes qui doivent compter les kilomètres qu’elles font en voiture parce que l’essence coûte cher ou qui dépendent des horaires de bus, etc. c’est clair que c’est plus facile. La question était de savoir, comme les maisons médicales sont dans des quartiers plus précaires, si c’est juste leur localisation qui explique qu’elles ont des patients précaires ou si c’est leur façon de fonctionner. L’étude montre que c’est bien le modèle maison médicale, qu’il soit à l’acte ou au forfait de manière encore plus spectaculaire, qui attire des personnes précaires dans ces structures. Pourquoi ? J’ai pu montrer que l’accès aux soins est facilité d’une façon multidimensionnelle, que ce n’est pas juste une question d’accès financier, même si ça reste un critère prépondérant. Une série d’autres choses permettaient vraiment d’améliorer l’accès aux soins. J’ai parlé de la multidisciplinarité, il y a l’accueil aussi. L’accueil en maison médicale, ce n’est pas simplement un secrétariat médical, c’est un véritable lieu de soins et d’écoute.

Déterminants de santé

L’état de santé d’un individu est influencé par des facteurs biologiques (patrimoine biologique et génétique), par l’offre en soins de santé, mais surtout par les déterminants sociaux (dont l’impact est évalué entre 70 et 80 % selon les études). Il s’agit par exemple du niveau de revenus du patient, de son statut social, des réseaux dont il bénéficie, de son niveau d’éducation, de son emploi et de ses conditions de travail, de son environnement, de ses habitudes de santé, de ses capacités d’adaptation, de son genre et de sa culture. Les déterminants de la santé interagissent entre eux et engendrent des conditions de vie qui influent sur la santé. Les maisons médicales ont dès leur origine pris en compte ces déterminants de la santé.

Clarisse van Tichelen adresse également quelques recommandations au gouvernement wallon. Elles concernent principalement la politique publique de soutien aux associations de santé en Région wallonne. Ce que montre mon étude, c’est que cette politique-là est plutôt pertinente. C’est important qu’elle continue à fonctionner avec une enveloppe ouverte : dès qu’une structure, dès qu’une maison médicale satisfait aux critères, elle va recevoir le financement. On n’est pas dans une enveloppe fermée où on se dispute les financements quand plus de maisons médicales se créent. Et aussi il y a une question de mieux promouvoir la politique de la Région wallonne : beaucoup de pratiques de groupe à l’acte ne la connaissent pas alors qu’elles pourraient entrer dans les critères ou modifier un peu leurs pratiques pour y répondre et donc améliorer l’accès aux soins. Ce que montre la recherche, c’est que les critères de la politique sont plutôt bien ciblés en termes d’accès aux soins. Autrement dit, si une structure répond aux critères de la politique, elle va a priori améliorer son accès aux soins pour les personnes précaires. L’objectif est que le rapport ne reste pas dans un tiroir. Malheureusement, on est dans une configuration assez spécifique où la commande et l’évaluation venaient du ministre-président alors que la politique dépend du ministre de la Santé… Le commanditaire de l’évaluation n’est pas celui qui peut mettre en œuvre les recommandations. Mais j’espère, comme j’ai co-construit cette recherche avec les acteurs de terrain, qu’eux s’emparent du rapport pour influencer la politique de la Région wallonne.

Accès à la santé

La Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 précisait déjà que toute personne a droit « à un niveau de vie suffisant pour sa santé et son bien-être et celui de sa famille, y compris la nourriture, l’habillement, le logement et les soins médicaux et services sociaux nécessaires ». Le système de Sécurité sociale mis en place en Belgique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale a considérablement amélioré la couverture des risques encourus par les citoyens en cas de maladie ou d’invalidité. Il n’empêche qu’il n’a pas levé tous les obstacles à l’accès aux services de santé.

Dès sa création en 1964, le GERM fait de l’accès aux soins un leitmotiv de son projet d’organisation médico-sanitaire qui doit « tendre à supprimer tous les obstacles (financiers, psychologiques, sociaux et autres) ». En 1980, les statuts de la Fédération des maisons médicales stipulent de même que le but principal poursuivi est la promotion d’une médecine de base accessible à tous, « tant au point de vue culturel que financier ». Un thème qui sera repris par la suite dans les versions successives de la charte et des cahiers de revendications politiques de la Fédération. Tous ces documents insistent sur le fait que l’accès aux services de santé n’est pas seulement une question financière, mais que les obstacles peuvent être d’ordre culturel, géographique, psychologique, etc. La Fédération préfère du reste parler d’accès à la santé et non pas uniquement de l’accès aux soins. En effet, le but poursuivi est la santé du patient et les soins ne sont qu’un moyen parmi beaucoup d’autres pour y parvenir. Le droit à la santé pour tous passe essentiellement par des interventions sur les déterminants de la santé et donc par des politiques portant sur les revenus, le logement, l’emploi, l’éducation, l’aménagement des espaces, etc.

Notes

[1C. Van Tichelen, « L’IWEPS évalue les maisons médicales », Santé conjuguée n° 88, septembre 2019.

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n°98 - mars 2022

(Re)créer des espaces politiques

Inventé en 2002 par l’association Lézards politiques et diffusé par diverses coopératives d’éducation populaire françaises, le porteur de paroles est un outil d’animation qui vise à (re)créer du débat politique dans l’espace public autour d’une question(…)

- Pauline Gillard

L’histoire, un outil de formation

À Gilly, Namur, Bruxelles ou Liège, quelques tonnelles, un lieu d’accueil et, à côté du dispositif Porteur de paroles mis en place lors d’actions locales célébrant les quarante ans de la Fédération [1], un public nombreux discute(…)

- Sophie Bodarwé

Quels défis pour le mouvement ?

Réunis sur base volontaire le temps d’une demi-journée, neuf soignants et deux patients de maisons médicales bruxelloises, liégeoises et brabançonne ont mis en commun leurs observations et aspirations à propos d’enjeux qu’ils et elles estiment prioritaires(…)

- Pauline Gillard

Edito n°100

Mars 2022, invasion massive de l’Ukraine par les Russes, leurs voisins, leurs camarades historiques de l’ex-URSS. Alors que la bête enragée, le président de Russie Vladimir, menace d’utiliser l’arme nucléaire, les chefs d’États américain et européens(…)

- Fanny Dubois

Introduction n°98

Des rencontres, des échanges, des histoires… en quarante ans nous en avons accumulé ! Quatre décennies de lutte pour une vision de l’organisation des soins de santé dans notre pays, peut-être même pour une vision de l’organisation(…)

- Rudy Pirard

Ligne du temps

-

Rêves de santé

Le projet remonte à l’été 2021, à l’envie de marquer le coup pour les quarante ans de la Fédération des maisons médicales en recueillant les témoignages de ses pionniers. Pour se rappeler d’où l’on vient, du(…)

- Pascale Meunier

Rêves de santé – JACQUES MOREL – « C’est la société qui est malade »

C’est un peu l’alliance d’une préoccupation pour une médecine humaine et d’une dimension politique. Ils se fondent sur les travaux du GERM, le Groupe d’étude pour une réforme de la médecine qui est né en 1964(…)

- Jacques Morel

Rêves de santé – NATACHA CARRION – « Le projet de la maison médicale, c’était le rêve devant ma porte »

Au moment du coup d’État, le régime a décidé que nous étions des indésirables, des terroristes. J’ai été en prison pendant deux ans. Mon mari a disparu, certainement assassiné. Moi j’ai été sauvée de justesse. On(…)

- Natacha Carion Osorio

Rêves de santé – RI DE RIDDER – « Un système qui n’est pas efficient »

Je suis venu à Gand pour étudier et j’y suis resté. On a fondé dans ce quartier une maison médicale. En néerlandais, ça s’appelle wijkgezondheidscentrum — centre de santé de quartier. J’y ai travaillé pendant vingt-quatre(…)

- Ri de Ridder

Rêves de santé – MICHEL ROLAND- « Notre modèle structuré est devenu le modèle belge »

En 1977, on s’est dit « on va essayer de faire une maison médicale plus conviviale, plus proche des gens, de la population ». On a choisi une maison qu’on a rénovée nous-mêmes pendant des mois, on a(…)

- Michel Roland

Rêves de santé – JEAN-MARIE LÉONARD – « Penser la santé autrement »

À l’époque, syndicalement, le secteur de la santé c’était les hôpitaux point à la ligne. Quand j’arrive comme permanent à Charleroi avec quelques collègues et une série de travailleurs dont quelques médecins de la région, mais(…)

- Jean-Marie Léonard

Rêves de santé – BRIGITTE MEIRE – « Mutualiser nos forces »

J’étais représentante du personnel au conseil d’entreprise, je voulais comprendre le fonctionnement de l’hôpital ; j’ai aussi compris le fonctionnement du système de santé belge. Puis je suis partie en maison médicale et, en 2000, il y(…)

- Brigitte Meire

Rêves de santé – MONIQUE BOULAD – « On nous appelait les petits médecins »

Nous avions vraiment envie de rompre avec la médecine libérale que nous trouvions beaucoup trop commerciale. Nous voulions travailler en groupe, ce qui était à l’époque tout à fait nouveau. On s’est mis dans des quartiers(…)

- Monique Boulad

Rêves de santé – PIERRE DRIELSMA – « Une arme redoutable pour le changement social »

Souvent à l’époque, on utilisait l’exemple chinois. Dans la médecine chinoise traditionnelle, les médecins étaient payés quand on était en bonne santé, et quand on tombait malade ils étaient pénalisés. Il y avait une espèce de(…)

- Pierre Drielsma

Rêves de santé – BERNARD VERCRUYSSE – « Le pouvoir est fondamental »

Ce qui nous importait avant tout c’était les réunions de réflexion sur la santé du quartier. J’ai eu beaucoup de chance au début parce qu’il y avait un leader, une personne influente de la communauté turque,(…)

- Bernard Vercruysse

Rêves de santé – ISABELLE HEYMANS – « Cette transition, on l’a réussie ensemble »

Quand j’ai étudié la médecine, je pensais que je ferais de l’humanitaire en pays en voie de développement. Pour moi, la médecine générale en Belgique ce n’était pas imaginable parce que je croyais que ça n’existait(…)

- Isabelle Heymans

Rêves de santé – CORALIE LADAVID – « L’éducation permanente, c’est une philosophie »

Je suis arrivée à la maison médicale dans le quartier Saint-Piat, je savais qu’il avait mauvaise réputation, qu’il y avait une grande pauvreté. Très vite, j’ai pu mettre en place, et avec d’autres évidemment, de la(…)

- Coralie Ladavid

Rêves de santé – RUDY PIRARD – « Celui qui connait le mieux sa situation, c’est le patient »

Le quartier du Laveu est un quartier en train de s’embourgeoiser, mais qui à la base est très populaire. On a pour l’instant une grosse mixité : des familles de trente quarante ans avec de jeunes enfants(…)

- Rudy Pirard

Rêves de santé – CLARISSE VAN TICHELEN – « Ce n’est pas juste une question d’accès financier »

Quand on parle de maison médicale, tout le monde n’a pas la même chose en tête : une structure de première ligne qui fonctionne au forfait, une structure affiliée à la Fédération des maisons médicales, une structure(…)

- Clarisse Van Tichelen

Rêves de santé – MICKY FIERENS – « Chaque personne a quelque chose à apprendre aux autres »

Dans les années 1980, les soignants avaient envie d’avoir un retour de ce que les patients ressentaient par rapport à la maison médicale, mais aussi sur la manière dont ils voulaient être soignés et ce qu’était la(…)

- Micky Fierens

Rêves de santé – HÉLÈNE DISPAS – « Tout ce que l’on fait est politique »

Le bureau stratégique – pour résumer avec un mot que peu de gens aiment –, on dirait qu’on est des lobbyistes au service d’une bonne cause. Évidemment, les lobbyistes pensent toujours que leur cause est la(…)

- Hélène Dispas

Rêves de santé – ISABELLE DECHAMP – « La première ligne de la première ligne »

Au début, l’accueil à la maison médicale avait été organisé par des patientes, qui l’ont fait du mieux qu’elles pouvaient, mais sans tenir compte d’options professionnelles : l’écoute, l’organisation, le planning, l’accueil du patient en tant que(…)

- Isabelle Dechamps

Rêves de santé – AUDE GARELLY – « Rester puriste ou s’ouvrir »

La Fédération travaillait depuis plusieurs années sur la mise à jour des critères de membre pour coller à la réalité du mouvement et des enjeux de santé publique aujourd’hui. Je suis allée voir des partenaires ou(…)

- Aude Garelly

Rêves de santé – FANNY DUBOIS – « Un système qui gère des maladies plutôt que de prévenir la santé »

Je ne suis pas tout de suite tombée dans le mouvement des maisons médicales. Je suis d’abord passée par la mutualité. Même si j’ai à cœur de toujours garder un lien avec le terrain, de toujours(…)

- Fanny Dubois

Rendez-vous en 2062 !

F.D. : Quand je suis arrivée à la Fédération des maisons médicales, l’une des premières choses que l’organe d’administration m’a dites, c’est que j’avais tendance à survaloriser ce mouvement et que j’en comprendrais vite la complexité. Effectivement !(…)

- Fanny Dubois, Pascale Meunier