Aller au contenu

Introduction n°98


Santé conjuguée n°98 - mars 2022

Des rencontres, des échanges, des histoires… en quarante ans nous en avons accumulé ! Quatre décennies de lutte pour une vision de l’organisation des soins de santé dans notre pays, peut-être même pour une vision de l’organisation du monde en filigrane.

Peu d’entre nous s’en souviennent : le mouvement des maisons médicales est né sur un conflit. Une histoire de grève, de piquet, de rencontre avec les syndicats et de participation des patients. Si l’idée des maisons médicales nait sur les cendres d’une bataille, la Fédération des maisons médicales nait quant à elle de la volonté de se rassembler, de se rencontrer entre soignants qui partagent une vision, un idéal de soins de santé que l’on retrouve dans la Déclaration d’Alma-Ata [1], soulignant en 1978 la nécessité d’une action urgente de tous les gouvernements, de tous les personnels des secteurs de la santé et du développement ainsi que de la communauté internationale pour protéger et promouvoir la santé de tous les peuples du monde.

Des fondamentaux

Très vite, dès le début des années 1980, Monique Van Dormael, du Groupe d’étude pour une réforme de la médecine (GERM) pointait deux importants obstacles au développement des maisons médicales en Belgique. Le premier était la formation des professionnels, notamment des médecins, qui n’était pas du tout orientée vers une prise en charge globale et pluridisciplinaire de la santé. Le deuxième était le financement à l’acte. Aujourd’hui encore, ce sont de solides piliers du mouvement des maisons médicales.

Depuis sa création, la Fédération a toujours eu à mener, au moins, deux combats de front. D’une part, permettre les échanges entre soignants pour les aider à améliorer leurs pratiques et promouvoir la conceptualisation de ces pratiques. D’autre part, dimension plus politique, faire reconnaitre le modèle « maison médicale » et en faire la promotion dans le paysage des soins de santé. Pour répondre au premier axe, la Fédération a mis en place des formations en interne. Par exemple des formations à l’éducation à la santé, absente des cursus et pourtant connue depuis les années 1980 et la Charte d’Ottawa [2] qui vise la réalisation de l’objectif de la Santé pour tous d’ici à l’an 2000 et au-delà, par la création d’un dossier médical informatisé compatible avec la pluridisciplinarité… Pour répondre au deuxième axe, la reconnaissance et la promotion du modèle, elle a trouvé un mode de financement original et adapté : le forfait.

Petit à petit…

Les années 1980 et les crises économiques successives n’ont pas aidé au développement des maisons médicales. Pourtant, la Fédération a organisé un travail de fond, toujours avec les partenaires progressistes, pour faire reconnaitre les spécificités d’une maison médicale et tenter de les traduire dans une réalité institutionnelle et législative. Un travail rendu difficile par la fédéralisation de l’État et l’éparpillement des compétences en santé… Ces difficultés se traduisent toujours aujourd’hui dans l’absence de reconnaissance globale de l’activité d’une maison médicale et de ses spécificités. En effet, il faudra attendre le milieu des années 1990 pour que les associations de santé intégrées (ASI, la dénomination des maisons médicales en Région wallonne) soient partiellement reconnues et encore dix années pour qu’elles soient financées pour leurs activités de santé communautaire alors que la participation des patients et cette approche communautaire de la santé font partie intégrante de l’identité de la Fédération. Ce n’est que dans les années 2000 que cette dimension sera réellement reconnue, structurée et que des fonctions répondant à cet objectif seront créées. La pluridisciplinarité évoluant, elle s’est ouverte à une nouvelle dimension de la santé : les patients partenaires. Toutefois, le financement des professions de soins « de base » – médecin, kinésithérapeute, infirmier (MKI) – qu’il soit au forfait ou à l’acte reste délié des activités collectives et psychosociales de la maison médicale.

Un modèle qui essaime

Depuis quarante ans, l’une des réussites de la Fédération est sans doute liée à sa capacité, avec d’autres, de faire bouger les lignes et de peser sur les changements de paradigme dans l’organisation des soins de santé de première ligne. Cette réussite est avant tout celle des soignants de maisons médicales. En effet, l’organisation même de ses structures (autogestionnaires) et le fait que les représentations politiques soient portées par des soignants de première ligne permettent de faire connaitre et reconnaitre leur réalité ainsi que celle des patients. Le modèle des maisons médicales séduit les uns et les autres. Loin de la vision étroite des années 1980 de centres de santé pour les pauvres, le modèle des maisons médicales intégrées dans leur quartier et dans les réseaux primaires des patients répond plutôt à une demande de proximité, d’écoute et à une approche globale de la santé. C’est également un modèle qui répond aux besoins des soignants qui veulent de moins en moins travailler seuls et recherchent un meilleur équilibre professionnel.

Accompagner

Parallèlement à cette évolution, la Fédération grandit et construit un service de soutien au développement de nouvelles maisons médicales. Elle compte aujourd’hui 125 membres en Wallonie et à Bruxelles. En fonction de leurs soignants, de leurs patients, de leurs partenaires locaux, ces maisons médicales ont développé leur propre histoire. Cette diversité, vécue parfois comme une difficulté, reste une richesse du mouvement. Une richesse qu’il faut pouvoir accompagner : développement et soutien à la création, soutien à la pratique, formations, représentation politique, éducation permanente, promotion de la santé… Aujourd’hui, l’objectif est non seulement de promouvoir le modèle des maisons médicales, mais aussi d’accompagner des équipes qui, sans relâche, remettent régulièrement leur travail en question. C’est cette recherche constante d’amélioration de la qualité des soins dispensés aux patients, de l’organisation du travail, des équilibres professionnels, de l’organisation des soins de santé et même de la société belge et au-delà qui constitue le ciment de l’identité des maisons médicales. Il est impossible d’établir ici la liste de toutes les personnes – soignants, patients, sympathisants – qui ont marqué le mouvement de leur empreinte, elles sont trop nombreuses et toutes n’ont pas été sous la lumière des projecteurs. Toutes cependant ont œuvré à cette vision des soins de santé globaux, intégrés, continus et accessibles. Une vision de l’organisation des soins de santé primaires, et peut-être aussi de l’organisation du monde : un monde plus juste, plus solidaire et moins marqué par les inégalités.

Notes

[1Organisation mondiale de la santé, Conférence internationale sur les soins de santé primaires, Alma-Ata, 12 septembre 1978, www.euro.who.int.

[2Organisation mondiale de la santé, Première Conférence internationale pour la promotion de la santé, Ottawa, 21 novembre 1986, www.euro.who.int.

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n°98 - mars 2022

(Re)créer des espaces politiques

Inventé en 2002 par l’association Lézards politiques et diffusé par diverses coopératives d’éducation populaire françaises, le porteur de paroles est un outil d’animation qui vise à (re)créer du débat politique dans l’espace public autour d’une question(…)

- Pauline Gillard

L’histoire, un outil de formation

À Gilly, Namur, Bruxelles ou Liège, quelques tonnelles, un lieu d’accueil et, à côté du dispositif Porteur de paroles mis en place lors d’actions locales célébrant les quarante ans de la Fédération [1], un public nombreux discute(…)

- Sophie Bodarwé

Quels défis pour le mouvement ?

Réunis sur base volontaire le temps d’une demi-journée, neuf soignants et deux patients de maisons médicales bruxelloises, liégeoises et brabançonne ont mis en commun leurs observations et aspirations à propos d’enjeux qu’ils et elles estiment prioritaires(…)

- Pauline Gillard

Edito n°100

Mars 2022, invasion massive de l’Ukraine par les Russes, leurs voisins, leurs camarades historiques de l’ex-URSS. Alors que la bête enragée, le président de Russie Vladimir, menace d’utiliser l’arme nucléaire, les chefs d’États américain et européens(…)

- Fanny Dubois

Introduction n°98

Des rencontres, des échanges, des histoires… en quarante ans nous en avons accumulé ! Quatre décennies de lutte pour une vision de l’organisation des soins de santé dans notre pays, peut-être même pour une vision de l’organisation(…)

- Rudy Pirard

Ligne du temps

-

Rêves de santé

Le projet remonte à l’été 2021, à l’envie de marquer le coup pour les quarante ans de la Fédération des maisons médicales en recueillant les témoignages de ses pionniers. Pour se rappeler d’où l’on vient, du(…)

- Pascale Meunier

Rêves de santé – JACQUES MOREL – « C’est la société qui est malade »

C’est un peu l’alliance d’une préoccupation pour une médecine humaine et d’une dimension politique. Ils se fondent sur les travaux du GERM, le Groupe d’étude pour une réforme de la médecine qui est né en 1964(…)

- Jacques Morel

Rêves de santé – NATACHA CARRION – « Le projet de la maison médicale, c’était le rêve devant ma porte »

Au moment du coup d’État, le régime a décidé que nous étions des indésirables, des terroristes. J’ai été en prison pendant deux ans. Mon mari a disparu, certainement assassiné. Moi j’ai été sauvée de justesse. On(…)

- Natacha Carion Osorio

Rêves de santé – RI DE RIDDER – « Un système qui n’est pas efficient »

Je suis venu à Gand pour étudier et j’y suis resté. On a fondé dans ce quartier une maison médicale. En néerlandais, ça s’appelle wijkgezondheidscentrum — centre de santé de quartier. J’y ai travaillé pendant vingt-quatre(…)

- Ri de Ridder

Rêves de santé – MICHEL ROLAND- « Notre modèle structuré est devenu le modèle belge »

En 1977, on s’est dit « on va essayer de faire une maison médicale plus conviviale, plus proche des gens, de la population ». On a choisi une maison qu’on a rénovée nous-mêmes pendant des mois, on a(…)

- Michel Roland

Rêves de santé – JEAN-MARIE LÉONARD – « Penser la santé autrement »

À l’époque, syndicalement, le secteur de la santé c’était les hôpitaux point à la ligne. Quand j’arrive comme permanent à Charleroi avec quelques collègues et une série de travailleurs dont quelques médecins de la région, mais(…)

- Jean-Marie Léonard

Rêves de santé – BRIGITTE MEIRE – « Mutualiser nos forces »

J’étais représentante du personnel au conseil d’entreprise, je voulais comprendre le fonctionnement de l’hôpital ; j’ai aussi compris le fonctionnement du système de santé belge. Puis je suis partie en maison médicale et, en 2000, il y(…)

- Brigitte Meire

Rêves de santé – MONIQUE BOULAD – « On nous appelait les petits médecins »

Nous avions vraiment envie de rompre avec la médecine libérale que nous trouvions beaucoup trop commerciale. Nous voulions travailler en groupe, ce qui était à l’époque tout à fait nouveau. On s’est mis dans des quartiers(…)

- Monique Boulad

Rêves de santé – PIERRE DRIELSMA – « Une arme redoutable pour le changement social »

Souvent à l’époque, on utilisait l’exemple chinois. Dans la médecine chinoise traditionnelle, les médecins étaient payés quand on était en bonne santé, et quand on tombait malade ils étaient pénalisés. Il y avait une espèce de(…)

- Pierre Drielsma

Rêves de santé – BERNARD VERCRUYSSE – « Le pouvoir est fondamental »

Ce qui nous importait avant tout c’était les réunions de réflexion sur la santé du quartier. J’ai eu beaucoup de chance au début parce qu’il y avait un leader, une personne influente de la communauté turque,(…)

- Bernard Vercruysse

Rêves de santé – ISABELLE HEYMANS – « Cette transition, on l’a réussie ensemble »

Quand j’ai étudié la médecine, je pensais que je ferais de l’humanitaire en pays en voie de développement. Pour moi, la médecine générale en Belgique ce n’était pas imaginable parce que je croyais que ça n’existait(…)

- Isabelle Heymans

Rêves de santé – CORALIE LADAVID – « L’éducation permanente, c’est une philosophie »

Je suis arrivée à la maison médicale dans le quartier Saint-Piat, je savais qu’il avait mauvaise réputation, qu’il y avait une grande pauvreté. Très vite, j’ai pu mettre en place, et avec d’autres évidemment, de la(…)

- Coralie Ladavid

Rêves de santé – RUDY PIRARD – « Celui qui connait le mieux sa situation, c’est le patient »

Le quartier du Laveu est un quartier en train de s’embourgeoiser, mais qui à la base est très populaire. On a pour l’instant une grosse mixité : des familles de trente quarante ans avec de jeunes enfants(…)

- Rudy Pirard

Rêves de santé – CLARISSE VAN TICHELEN – « Ce n’est pas juste une question d’accès financier »

Quand on parle de maison médicale, tout le monde n’a pas la même chose en tête : une structure de première ligne qui fonctionne au forfait, une structure affiliée à la Fédération des maisons médicales, une structure(…)

- Clarisse Van Tichelen

Rêves de santé – MICKY FIERENS – « Chaque personne a quelque chose à apprendre aux autres »

Dans les années 1980, les soignants avaient envie d’avoir un retour de ce que les patients ressentaient par rapport à la maison médicale, mais aussi sur la manière dont ils voulaient être soignés et ce qu’était la(…)

- Micky Fierens

Rêves de santé – HÉLÈNE DISPAS – « Tout ce que l’on fait est politique »

Le bureau stratégique – pour résumer avec un mot que peu de gens aiment –, on dirait qu’on est des lobbyistes au service d’une bonne cause. Évidemment, les lobbyistes pensent toujours que leur cause est la(…)

- Hélène Dispas

Rêves de santé – ISABELLE DECHAMP – « La première ligne de la première ligne »

Au début, l’accueil à la maison médicale avait été organisé par des patientes, qui l’ont fait du mieux qu’elles pouvaient, mais sans tenir compte d’options professionnelles : l’écoute, l’organisation, le planning, l’accueil du patient en tant que(…)

- Isabelle Dechamps

Rêves de santé – AUDE GARELLY – « Rester puriste ou s’ouvrir »

La Fédération travaillait depuis plusieurs années sur la mise à jour des critères de membre pour coller à la réalité du mouvement et des enjeux de santé publique aujourd’hui. Je suis allée voir des partenaires ou(…)

- Aude Garelly

Rêves de santé – FANNY DUBOIS – « Un système qui gère des maladies plutôt que de prévenir la santé »

Je ne suis pas tout de suite tombée dans le mouvement des maisons médicales. Je suis d’abord passée par la mutualité. Même si j’ai à cœur de toujours garder un lien avec le terrain, de toujours(…)

- Fanny Dubois

Rendez-vous en 2062 !

F.D. : Quand je suis arrivée à la Fédération des maisons médicales, l’une des premières choses que l’organe d’administration m’a dites, c’est que j’avais tendance à survaloriser ce mouvement et que j’en comprendrais vite la complexité. Effectivement !(…)

- Fanny Dubois, Pascale Meunier