Aller au contenu

Rendez-vous en 2062 !

,
Santé conjuguée n°98 - mars 2022

L’histoire de la Fédération des maisons médicales ne se termine pas au quarantième chapitre. Que lui réservent les années à venir ? Quels sont les enjeux qui continuent de la mobiliser ? Quels sont les nouveaux défis qu’elle rencontre ? Les questions qui la traversent et les aspirations vers lesquelles elle tend ? Sa secrétaire générale Fanny Dubois dessine les actuelles et futures grandes lignes d’attention, à l’éclairage d’un passé nourrissant. De quel bagage avez-vous hérité de vos prédécesseurs pour développer le futur du mouvement ?

F.D. : Quand je suis arrivée à la Fédération des maisons médicales, l’une des premières choses que l’organe d’administration m’a dites, c’est que j’avais tendance à survaloriser ce mouvement et que j’en comprendrais vite la complexité. Effectivement ! Et c’est cette complexité que je trouve aussi très riche, parce que c’est un des derniers lieux où je sens que la valeur de démocratie a le droit d’exister. Par exemple autour de la question de l’autogestion. Au début de l’histoire du mouvement, la défense de l’autogestion était basée sur une idée de rapport de forces entre le travail et le patronat. Aujourd’hui cette conscience des rapports de domination peut être galvaudée si le collectif ne s’outille pas pour faire de l’autogestion un principe d’intelligence collective qui gouverne le projet politique de la maison médicale.

Hier encore en rendant visite à une équipe de maison médicale, j’étais émue de voir à quel point cela peut fonctionner, à quel point l’intelligence collective s’opère et à quel point il est possible de mettre en œuvre la santé communautaire, de développer des partenariats avec d’autres associations et avec d’autres maisons médicales à l’échelle d’un territoire. La mise en œuvre du modèle de maison médicale tel qu’il a été défendu à ses débuts est tout à fait possible aujourd’hui, mais je pense aussi que si l’équipe n’est pas formée à certains principes de démocratie interne – la multidisciplinarité, par exemple, les bases en santé publique autour des déterminants non médicaux de la santé, etc. – le risque est grand qu’il y ait des dérives et que l’équipe s’enferme dans un mouvement un peu nombriliste et générateur de tensions. Dans une hiérarchie classique, les rapports de forces sont visibles et, quand il y a un problème venant de la direction, on sait vers qui se tourner ou contre qui se battre. Dans une équipe où les responsabilités ne sont pas claires et où il n’y a pas tous ces niveaux de formation politique, de santé publique, de dynamique d’équipe qui suivent, notre modèle peut croiser une série de difficultés.

Donc une attention à maintenir sur ce marqueur fondamental des maisons médicales. Mais aussi des points forts à valoriser ?

Des points forts, il y en a plein ! Je pense que notre modèle a indéniablement gagné en légitimité. En l’espace de quelques années, c’est assez impressionnant, il porte beaucoup moins le stigmate d’une « médecine des pauvres » ou d’une médecine radicale de gauche. Nous sommes beaucoup plus associés à une gestion sociosanitaire multidisciplinaire de terrain et cela va clairement nous porter pour l’avenir. Aujourd’hui, nous pouvons parler avec l’ensemble des familles politiques qui sont au pouvoir même si, on s’en doute, certaines d’entre elles nous soutiennent plus que d’autres. Un autre point fort, c’est notre capacité à grandir. La culture des médecins généralistes, des infirmiers, des kinés, aussi des psychologues, etc. est en train de changer de paradigme, un paradigme beaucoup plus axé sur les soins intégrés, sur la communication entre professionnels de soins, sur l’importance de la prévention, et aussi sur le fait de ne pas rester enfermé tout seul dans son cabinet à travailler 70 ou 80 heures par semaine. C’est dû à la féminisation de la profession médicale, mais pas uniquement ; les travailleurs revendiquent de bonnes conditions de travail, et nous l’avons toujours défendu dans le monde des maisons médicales, il est dès lors normal que de plus en plus de professionnels de santé nous rejoignent.

Un point négatif, c’est la pénurie des professionnels soignants…

Et cela ne va hélas pas s’améliorer… Les professions de soins ne veulent plus travailler autant d’heures par semaine que par le passé, le Covid les a surchargées et épuisées… Je m’inquiète vraiment d’un turnover. En fait, deux points négatifs sont liés : le risque face à la pénurie des professionnels de soins et un risque de dépolitisation parce que les équipes seront obligées d’embaucher les médecins, les infirmiers disponibles sur le marché de l’emploi et qui, par manque de connaissance ou d’adhésion, ne joueront pas le jeu de l’autogestion, de l’intelligence collective, de la formation, de la prévention, des valeurs de solidarité et d’accessibilité. Être convaincu par la démarche patient-partenaire, par la resocialisation d’un quartier, etc., on ne voit pas ça partout. Un autre risque encore : la bureaucratisation. Le capitaine n’est pas seul à orienter le navire, la systémique de l’organisation a aussi une grande influence. Les études sociologiques montrent que les mouvements sociaux qui grandissent très vite nécessitent de se « protocolariser », d’ajouter des procédures pour fonctionner ensemble. Or, on sait très bien que la bureaucratisation dépolitise, le risque étant que les travailleurs de bureau prennent le pas sur les travailleurs du contenu. D’une certaine manière nous n’y échapperons pas, mais nous devons garder cela à l’esprit. C’est le rôle de la Fédération d’être une empêcheuse de tourner en rond et de stimuler la mobilisation collective au sein du mouvement.

Ces quarante années de négociations, d’innovations ont été profitables à l’ensemble du système de soins et pas uniquement à la première ligne ?

Aujourd’hui, nos partenariats sont très forts et nous avons une assise indéniable dans le système de santé. Quand des mutualités, des syndicats, des cabinets ministériels ont besoin d’une expertise dans la première ligne de santé, la Fédération des maisons médicales fait partie des acteurs qu’ils appellent. C’est le fruit du développement de données statistiques et qualitatives, de la mutualisation des savoirs. Ce qui m’inquiète plus de manière générale, c’est la place de la concertation sociale au sein du système de santé : nous sommes dans une société du « tout, tout de suite » où même les politiques publiques se gèrent un peu comme on gère des entreprises privées avec des objectifs, des résultats à atteindre et des enveloppes fermées… Cette logique dominante va à l’encontre de ce que nous défendons depuis quarante ans, à savoir que pour une bonne prise en charge globale de la santé, il faut une continuité, une pensée à long terme et de la prévention… Aujourd’hui, le climat général, lié à des injonctions qui viennent aussi de l’Europe, empêche de travailler dans ce sens-là. Des éléments de contexte comme la pandémie montrent une prise de conscience, notamment des autorités, de la nécessité de renforcer la première ligne, de travailler de façon plus intégrée en se parlant mieux, par territoire, etc., mais ils montrent en même temps une marchandisation accrue. Ne soyons pas naïfs : le big pharma reprend du poids dans les répartitions budgétaires à l’Inami, les suppléments d’honoraires ne font qu’augmenter, les compagnies privées d’assurance hospitalisation gagnent du terrain.

Une trentaine de maisons médicales membres de la Fédération en 1980, et bientôt 130… N’est-ce pas un peu risqué de trop s’agrandir ?

Il faut se poser la question à chaque fois que l’on accueille de nouveaux membres. Après, quand j’observe la façon dont certains d’entre eux amènent le mouvement à se réfléchir de façon critique grâce à leur regard un peu extérieur, je constate que cela stimule la démocratie, la dynamique. Notre horizon est de continuer à convaincre. Convaincre plus que contrôler ou sélectionner, c’est ma vision stratégique. Nous devons accepter d’avoir une vision politique et – je veux bien l’assumer – une vision politique de gauche. Pluraliste certes, mais de gauche, une vision sociale et solidaire de la santé. Nous devons continuer de viser cette transformation du système de santé. Même si c’est par en bas dans un premier temps qu’elle s’opère, j’ai envie d’y croire et d’un jour voir se développer des hôpitaux au forfait… Le ministre de la Santé en a émis l’intention. Je serais curieuse d’analyser en fin de législature si ce n’était qu’un effet d’annonce ou s’il a pu lancer ne serait-ce qu’un projet pilote.

Il reste des combats à mener, lesquels ?

De nombreux combats sont évidemment encore devant nous. Je pense au lobbying que nous menons en ce moment en partenariat avec le Groupement belge des omnipraticiens, le GBO, les mutuelles, les autres fédérations pour assurer des garde-fous à la préservation du modèle des maisons médicales et éviter les risques de financiarisation de celui-ci. Nous pensons pertinent qu’une loi impose à l’ensemble des maisons médicales d’adopter le statut d’asbl pour s’assurer qu’il n’y a pas de but lucratif derrière la structure juridique. Ce n’est toujours pas le cas alors que – et c’est tout de même curieux – les hôpitaux y sont soumis : un hôpital ne peut pas être une sprl. Il y a une sorte de blocage, quelle que soit la famille politique qui a la santé dans ses compétences, à tenter d’obtenir ce genre de réforme. Il faudrait aussi un forfait pour la fonction psychosociale, la santé mentale doit faire partie des remboursements de soins de santé de base et on n’en est pas du tout là. Une augmentation également du forfait kiné : il est encore calculé sur base des remboursements à l’acte, mais il ne correspond pas du tout aux besoins de terrain. Une adaptation des droits des soignantes et soignants de terrain à la féminisation du secteur. Une reconnaissance par l’assurance maladie invalidité des publics qui n’ont pas de mutuelle comme les personnes sans papiers. Et bien d’autres encore.

Et on parle énormément de la place du patient. Laquelle et comment la lui accorder ?

C’est un débat compliqué. Il faut vivement encourager les maisons médicales à stimuler leur propre démocratie, à prendre en compte la voix des bénéficiaires, les personnes pour qui on travaille et pour qui on reçoit de l’argent, et qui développent des savoirs liés à leur expérience de la maladie ou du mal-être social en général. Il faut pouvoir les prendre en considération et entamer ce travail d’autocritique : ma formation n’est pas la seule à me donner une autorité savante vis-à-vis de mon patient, tout cela se passe en interaction quand il s’agit de sa santé et même quand il s’agit du projet global de la maison médicale. Maintenant, comment éviter un effet alibi ? Comment utiliser le savoir des patients comme une ressource qui permet de faire avancer le débat ? Nous devons mener cette réflexion stratégique en interne de la Fédération également afin d’attirer les patients dans nos débats démocratiques. Et nous devons nous rappeler que le rapport de forces se situe à d’autres échelons de la société. Une des recettes du néolibéralisme, c’est que nous gérions nos petites popotes démocratiques internes pour ne pas lui mettre de bâtons dans les roues, que nous nous occupions avec nos patients plutôt que d’avancer dans notre job de contre-pouvoir démocratique représentant la question sociale auprès du marché économique. La place du patient est importante et nous devons être attentifs à en faire un allié, un partenaire dans une lutte conjointe pour les valeurs que défend la Fédération.

Patients et soignants ont aussi mis en exergue quelques défis…

Oui, notamment l’alliance avec d’autres secteurs. Je ne peux que les rejoindre dans cette nécessité de concevoir la santé comme un ensemble de paramètres. C’est d’autant plus indispensable dans les temps que nous traversons.

 

Rendez-vous en 2062 !

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n°98 - mars 2022

(Re)créer des espaces politiques

Inventé en 2002 par l’association Lézards politiques et diffusé par diverses coopératives d’éducation populaire françaises, le porteur de paroles est un outil d’animation qui vise à (re)créer du débat politique dans l’espace public autour d’une question(…)

- Pauline Gillard

L’histoire, un outil de formation

À Gilly, Namur, Bruxelles ou Liège, quelques tonnelles, un lieu d’accueil et, à côté du dispositif Porteur de paroles mis en place lors d’actions locales célébrant les quarante ans de la Fédération [1], un public nombreux discute(…)

- Sophie Bodarwé

Quels défis pour le mouvement ?

Réunis sur base volontaire le temps d’une demi-journée, neuf soignants et deux patients de maisons médicales bruxelloises, liégeoises et brabançonne ont mis en commun leurs observations et aspirations à propos d’enjeux qu’ils et elles estiment prioritaires(…)

- Pauline Gillard

Edito n°100

Mars 2022, invasion massive de l’Ukraine par les Russes, leurs voisins, leurs camarades historiques de l’ex-URSS. Alors que la bête enragée, le président de Russie Vladimir, menace d’utiliser l’arme nucléaire, les chefs d’États américain et européens(…)

- Fanny Dubois

Introduction n°98

Des rencontres, des échanges, des histoires… en quarante ans nous en avons accumulé ! Quatre décennies de lutte pour une vision de l’organisation des soins de santé dans notre pays, peut-être même pour une vision de l’organisation(…)

- Rudy Pirard

Ligne du temps

-

Rêves de santé

Le projet remonte à l’été 2021, à l’envie de marquer le coup pour les quarante ans de la Fédération des maisons médicales en recueillant les témoignages de ses pionniers. Pour se rappeler d’où l’on vient, du(…)

- Pascale Meunier

Rêves de santé – JACQUES MOREL – « C’est la société qui est malade »

C’est un peu l’alliance d’une préoccupation pour une médecine humaine et d’une dimension politique. Ils se fondent sur les travaux du GERM, le Groupe d’étude pour une réforme de la médecine qui est né en 1964(…)

- Jacques Morel

Rêves de santé – NATACHA CARRION – « Le projet de la maison médicale, c’était le rêve devant ma porte »

Au moment du coup d’État, le régime a décidé que nous étions des indésirables, des terroristes. J’ai été en prison pendant deux ans. Mon mari a disparu, certainement assassiné. Moi j’ai été sauvée de justesse. On(…)

- Natacha Carion Osorio

Rêves de santé – RI DE RIDDER – « Un système qui n’est pas efficient »

Je suis venu à Gand pour étudier et j’y suis resté. On a fondé dans ce quartier une maison médicale. En néerlandais, ça s’appelle wijkgezondheidscentrum — centre de santé de quartier. J’y ai travaillé pendant vingt-quatre(…)

- Ri de Ridder

Rêves de santé – MICHEL ROLAND- « Notre modèle structuré est devenu le modèle belge »

En 1977, on s’est dit « on va essayer de faire une maison médicale plus conviviale, plus proche des gens, de la population ». On a choisi une maison qu’on a rénovée nous-mêmes pendant des mois, on a(…)

- Michel Roland

Rêves de santé – JEAN-MARIE LÉONARD – « Penser la santé autrement »

À l’époque, syndicalement, le secteur de la santé c’était les hôpitaux point à la ligne. Quand j’arrive comme permanent à Charleroi avec quelques collègues et une série de travailleurs dont quelques médecins de la région, mais(…)

- Jean-Marie Léonard

Rêves de santé – BRIGITTE MEIRE – « Mutualiser nos forces »

J’étais représentante du personnel au conseil d’entreprise, je voulais comprendre le fonctionnement de l’hôpital ; j’ai aussi compris le fonctionnement du système de santé belge. Puis je suis partie en maison médicale et, en 2000, il y(…)

- Brigitte Meire

Rêves de santé – MONIQUE BOULAD – « On nous appelait les petits médecins »

Nous avions vraiment envie de rompre avec la médecine libérale que nous trouvions beaucoup trop commerciale. Nous voulions travailler en groupe, ce qui était à l’époque tout à fait nouveau. On s’est mis dans des quartiers(…)

- Monique Boulad

Rêves de santé – PIERRE DRIELSMA – « Une arme redoutable pour le changement social »

Souvent à l’époque, on utilisait l’exemple chinois. Dans la médecine chinoise traditionnelle, les médecins étaient payés quand on était en bonne santé, et quand on tombait malade ils étaient pénalisés. Il y avait une espèce de(…)

- Pierre Drielsma

Rêves de santé – BERNARD VERCRUYSSE – « Le pouvoir est fondamental »

Ce qui nous importait avant tout c’était les réunions de réflexion sur la santé du quartier. J’ai eu beaucoup de chance au début parce qu’il y avait un leader, une personne influente de la communauté turque,(…)

- Bernard Vercruysse

Rêves de santé – ISABELLE HEYMANS – « Cette transition, on l’a réussie ensemble »

Quand j’ai étudié la médecine, je pensais que je ferais de l’humanitaire en pays en voie de développement. Pour moi, la médecine générale en Belgique ce n’était pas imaginable parce que je croyais que ça n’existait(…)

- Isabelle Heymans

Rêves de santé – CORALIE LADAVID – « L’éducation permanente, c’est une philosophie »

Je suis arrivée à la maison médicale dans le quartier Saint-Piat, je savais qu’il avait mauvaise réputation, qu’il y avait une grande pauvreté. Très vite, j’ai pu mettre en place, et avec d’autres évidemment, de la(…)

- Coralie Ladavid

Rêves de santé – RUDY PIRARD – « Celui qui connait le mieux sa situation, c’est le patient »

Le quartier du Laveu est un quartier en train de s’embourgeoiser, mais qui à la base est très populaire. On a pour l’instant une grosse mixité : des familles de trente quarante ans avec de jeunes enfants(…)

- Rudy Pirard

Rêves de santé – CLARISSE VAN TICHELEN – « Ce n’est pas juste une question d’accès financier »

Quand on parle de maison médicale, tout le monde n’a pas la même chose en tête : une structure de première ligne qui fonctionne au forfait, une structure affiliée à la Fédération des maisons médicales, une structure(…)

- Clarisse Van Tichelen

Rêves de santé – MICKY FIERENS – « Chaque personne a quelque chose à apprendre aux autres »

Dans les années 1980, les soignants avaient envie d’avoir un retour de ce que les patients ressentaient par rapport à la maison médicale, mais aussi sur la manière dont ils voulaient être soignés et ce qu’était la(…)

- Micky Fierens

Rêves de santé – HÉLÈNE DISPAS – « Tout ce que l’on fait est politique »

Le bureau stratégique – pour résumer avec un mot que peu de gens aiment –, on dirait qu’on est des lobbyistes au service d’une bonne cause. Évidemment, les lobbyistes pensent toujours que leur cause est la(…)

- Hélène Dispas

Rêves de santé – ISABELLE DECHAMP – « La première ligne de la première ligne »

Au début, l’accueil à la maison médicale avait été organisé par des patientes, qui l’ont fait du mieux qu’elles pouvaient, mais sans tenir compte d’options professionnelles : l’écoute, l’organisation, le planning, l’accueil du patient en tant que(…)

- Isabelle Dechamps

Rêves de santé – AUDE GARELLY – « Rester puriste ou s’ouvrir »

La Fédération travaillait depuis plusieurs années sur la mise à jour des critères de membre pour coller à la réalité du mouvement et des enjeux de santé publique aujourd’hui. Je suis allée voir des partenaires ou(…)

- Aude Garelly

Rêves de santé – FANNY DUBOIS – « Un système qui gère des maladies plutôt que de prévenir la santé »

Je ne suis pas tout de suite tombée dans le mouvement des maisons médicales. Je suis d’abord passée par la mutualité. Même si j’ai à cœur de toujours garder un lien avec le terrain, de toujours(…)

- Fanny Dubois

Rendez-vous en 2062 !

F.D. : Quand je suis arrivée à la Fédération des maisons médicales, l’une des premières choses que l’organe d’administration m’a dites, c’est que j’avais tendance à survaloriser ce mouvement et que j’en comprendrais vite la complexité. Effectivement !(…)

- Fanny Dubois, Pascale Meunier