Aller au contenu

Depuis 2022, le gouvernement wallon finance des postes d’assistantes et d’assistants sociaux dans les associations de santé intégrée qui en font la demande. Un tournant pour la profession dans ce secteur et un signal fort qui acte l’importance de la fonction psychosociale dans les équipes de soins.

Construire une vision, un accompagnement global de la santé de nos patients sans tenir compte des dimensions sociales, c’est impossible. Le travail social existe dans les maisons médicales depuis toujours, il fait partie de l’ADN de nos centres, qui dès les premières ouvertures dans les années 1980 ont conscience de l’importance des déterminants non médicaux de la santé. Mais alors pourquoi a-t-il fallu tant de temps pour reconnaitre la spécificité et l’utilité de l’assistant social au sein de nos pratiques ? Tout d’abord, ces pratiques sont diverses. Elles sont liées à la composition des équipes de soins et aux territoires qu’elles investissent, aux fonctions qui les composent, aux personnalités, aux expériences de chacun…
La confrontation d’un paradigme différent du paradigme du soin au sein d’équipes constituées principalement de soignants rend également cette reconnaissance parfois plus complexe. Cela demande plus d’échanges, cela demande de questionner ses a priori sur le métier d’assistant social. Une fonction qui n’a par ailleurs pas la charge symbolique habituelle des métiers du soin. La question à laquelle j’ai été le plus souvent confronté dans ma carrière en maison médicale, c’est : « Mais ça fait quoi, un assistant social ? » ou encore « Tu peux m’expliquer quelles sont vos méthodes d’intervention ? » Questions courtes, réponses longues.
Malgré tout, la fonction se développe. Certes, de manière inégale. Pour certains, elle est indispensable, ce sont même les assistants sociaux qui sont à la création et à la manœuvre de projets. Pour d’autres, un bon travail de réseaux permettrait de s’en passer et de garder cette part psychosociale au cœur du colloque singulier entre le patient et le soignant.

Une évolution constante

La précarisation des patients, la complexification des démarches administratives et des situations, la saturation du réseau des maisons médicales ont fini par convaincre la majorité de l’utilité d’intégrer des assistants sociaux dans nos équipes, car, aujourd’hui comme hier, ceux-ci continuent à mettre de l’huile dans les rouages des prises en charge. Autant la confrontation à certaines situations de non-droit continue de nous indigner – comme soignant ou comme citoyen –, autant il est indispensable, tout en accompagnant chaque patient, de continuer à remettre en question l’organisation de notre société.
Cette dimension psychosociale de la prise en charge pluridisciplinaire en première ligne de soins commence à être mieux reconnue par les autorités publiques. Des subsides permettent depuis 2009 et 2012 d’intégrer plus facilement cette fonction dans nos structures. Mais le manque de cadre et l’amplitude des prises en charge possibles via les assistants sociaux de maison médicale restent souvent problématiques pour les équipes. Jusqu’où devons-nous aller dans l’accompagnement de nos patients ? Devons-nous pallier la saturation du tissu social existant ? Devons-nous forcément accompagner ces situations dont personne ne veut ?
Ces questions, déjà bien présentes il y a dix ou quinze ans, ont trouvé un écho plus important encore à la suite de la crise du Covid-19. Lors de la mise en place de la dernière législature, nous avions placé beaucoup d’espoir dans un financement structurel des postes d’assistants sociaux dans les associations de santé intégrée (ASI, les maisons médicales en Wallonie). Malheureusement, après la pandémie et les inondations de l’été 2021, il semblait peu probable d’avancer dans cette direction. Non pas que l’intérêt soit remis en question, mais les choix de financement de nos ministres régionaux furent priorisés différemment. Toutefois, un projet pilote permet depuis 2022 de financer des postes en Wallonie. Dans le cadre du « Plan de lutte contre la pauvreté », la Fédération des maisons médicales a réussi à négocier le financement d’un mi-temps dans les ASI demandeuses. Initialement prévu pour une durée de deux ans, ce projet est prolongé en 2024-2025.

S’adapter

Les premiers pas de ces nouveaux engagés furent difficiles. Dans un contexte général de pénurie de candidats, capter des collaborateurs expérimentés reste compliqué, d’autant que les problématiques de reconnaissance, de différences de paradigmes, de collaborations avec certaines fonctions soignantes restent bien présentes. Il faut y ajouter le financement encore limité dans le temps, qui ne rend pas la fonction attrayante… Malgré ces difficultés, 41 mi-temps ont déjà été financés dans les ASI wallonnes, tandis qu’à Bruxelles un financement structurel a été accordé à vingt-deux maisons médicales agréées. Ces « nouveaux » sont venus plus que doubler les rangs des assistants sociaux initialement présents en maisons médicales. Un apport qui va générer de nouvelles dynamiques et surtout une volonté renforcée de reconnaissance de la fonction.
Après un an de fonctionnement, les constats sont positifs. Le Covid, son impact sur la fracture numérique, la difficulté d’être en contact avec des administrations ou des services de première ligne, la précarisation de l’accès aux soins de santé, au logement… rendent leur présence plus nécessaire que jamais. L’évaluation du dispositif montre également l’évolution de la fonction. Il y a quinze ans, l’assistant social de maison médicale avait une bonne connaissance du réseau et la capacité d’orienter les patients vers les services ad hoc. Son temps de travail était souvent limité à quelques heures par semaine et il remplissait régulièrement d’autres fonctions dans la structure (accueil, santé communautaire, administration, par exemple). Aujourd’hui, il est dans de nombreuses équipes le coordinateur des cas complexes. Ou le coordinateur de cas dans la complexité du réseau psychosocial. Son rôle n’est plus d’orienter, mais d’accompagner la demande pour qu’elle puisse être entendue et prise en charge. Les assistants sociaux doivent aujourd’hui prendre le temps de défendre les patients. Entre la constitution des dossiers pour le CPAS, les recours à introduire devant les décisions des mutuelles ou encore leur accompagnement physique lors d’expertises ou d’entretiens dans les institutions, ils sont amenés à pointer les difficultés et les incohérences qui mènent régulièrement les patients à ne pas recourir à leurs droits.
Ce qui soutient aujourd’hui leur travail peut se résumer par leur équipe et par la reconnaissance de l’importance de cette fonction dans le modèle que la Fédération défend. Le soutien de l’équipe se traduit dans la construction de définitions de fonction réalistes, dans la reconnaissance du travail commun, des limites du travail psychosocial et son paradigme basé sur l’obligation de moyens et non de résultats, dans la prise de conscience en équipe des difficultés psychosociales vécues par les patients et l’incidence sur leur santé.
La Fédération continue à travailler sur la nécessaire reconnaissance de la fonction au sein d’une équipe pluridisciplinaire de soins. Les postes d’une assistante sociale et d’une psychologue au bureau stratégique contribuent à la reconnaissance symbolique du travail psychosocial, en fournissant également une meilleure vision globale et une meilleure défense de la place et du financement de ces fonctions au sein des équipes.
La finalité de ce travail serait l’ouverture du cadre de financement structurel des ASI pour y intégrer celui des assistants sociaux. La reconduction ponctuelle du financement dans le cadre du Plan de lutte contre la pauvreté est un pis-aller et il est temps que l’importance du travail réalisé depuis plus de vingt ans soit enfin traduite dans une volonté politique forte de prise en charge pluridisciplinaire de la santé des citoyens.

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n°107 - juin 2024

25 ans de travail social en maison médicale

Lorsque nous avons créé la maison médicale Mosaïque, notre motivation commune était d’offrir une médecine globale, de qualité à des populations à la marge des systèmes de soins de santé. Évidemment, nous nous sommes tournés vers(…)

- Maryline Guillaume

Les crises se suivent, leurs effets s’accumulent

Le niveau de pauvreté en Belgique serait stable voire en baisse ces dernières années. C’est en tout cas ce que disent les chiffres basés sur l’indicateur de pauvreté monétaire. Depuis le terrain du travail social, c’est(…)

- Marinette Mormont

Au-delà de la pénurie

Cette pénurie a des accents spécifiques : elle concerne un métier qui a connu son essor après l’entrée en vigueur de la loi organique des centres publics d’aide sociale de 1976. De nombreuses assistantes sociales et assistants(…)

- Alain Dubois

Changer les lois, changer les mentalités

J’ai travaillé comme assistante sociale de « première ligne » en CPAS pendant de très longues années. J’ai débuté quelques années après le vote de la loi de 1974 sur le minimum de moyens d’existence, et peu de(…)

- Bernadette Schaeck

Comprendre la violence institutionnelle

En France, le Haut Conseil du Travail social mettait en place un processus d’état des lieux du travail social en 2022, aboutissant à une série de recommandations dans un livre blanc éclairant. Fin 2023, l’Institut du(…)

- Grégory Meurant

Travail social et santé : une combinaison gagnante

Les maisons médicales pratiquent des soins globaux, intégrés, continus et accessibles. Ces soins impliquent les dimensions sociales, autrement dit les aspects liés à l’environnement, à la société, aux conditions de vie et aux facteurs socioéconomiques dans(…)

- Stefania Marsella

Le monde merveilleux du psychosocial

Les situations ont toujours été complexes. Mais aujourd’hui nous n’arrivons plus à tenir l’illusion de leur compréhension et par conséquent de leur maîtrise. La complexité n’écarte pas l’intervention humaine dans ses causes. Le « système » que notre(…)

- Xavier Albert

La démesure du numérique

Vraisemblablement, l’humeur politique n’est pas à en réduire la voilure. C’est en effet ce que révèlent le « Programme pour une Europe numérique » et la stratégie de l’Union européenne « Décennie numérique » fixant l’objectif de 100 % des(…)

- Sébastien Van Neck

En (bonne) voie de reconnaissance

Construire une vision, un accompagnement global de la santé de nos patients sans tenir compte des dimensions sociales, c’est impossible. Le travail social existe dans les maisons médicales depuis toujours, il fait partie de l’ADN de(…)

- Rudy Pirard

Le travail social clandestin

Vendredi 16 h 30 à l’AMO. Noa commence à ranger ses affaires. Un regard par la fenêtre. Pfff ! un gamin est devant la porte. Ludo ne sait pas où dormir ce soir. Évidemment que c’est impossible(…)

- Chambeau Marc

Des assistantes sociales indépendantes, un tournant ?

Travail social indépendant… « On se dit que ce n’est pas possible, n’est-ce pas ? Mais moi, ça me parlait. Je viens du social pur et dur, j’ai travaillé pendant dix ans en milieu carcéral puis avec des(…)

- Pascale Meunier

Travail social hors les murs

Qu’elles prennent la forme de visites à domicile réalisées dans le contexte de l’industrialisation au XIXe siècle, d’immersions dans les quartiers populaires des grandes villes anglo-saxonnes au tournant du XXe siècle ou d’actions de prévention de(…)

- Pauline Gillard

Investir dans le social

Alors qu’ils remplissent une fonction essentielle dans le champ du social, la plupart des associations et des services doivent chercher régulièrement comment boucler l’année ou quémander les moyens économiques nécessaires à leur travail. Faute de soutiens(…)

- Christine Mahy

Actualités 107

Espoirs et craintes

L’assemblée générale du 28 mai 2024 s’est clôturée par un long échange entre la Fédération des maisons médicales, les mutuelles et les syndicats rouges et verts. Une rencontre avec nos membres traversée de craintes et d’espoirs. Des(…)

- Fanny Dubois

Madeleine Guyot : « De même qu’il y a un Plan de lutte contre la pauvreté, peut-être faudrait-il un Plan de soutien à la parentalité »

C’est quoi, une famille aujourd’hui ? M. G. : Ça, c’est la grande question ! La famille d’aujourd’hui est vraiment multiple. Cette terminologie recouvre à la fois une vision un peu ancienne, qu’on appelle la famille nucléaire avec un(…)

- Pascale Meunier

À la rencontre des community health workers

Ce service gratuit, en place depuis 2021 et financé jusqu’en 2025, s’inscrit dans la lignée des revendications du Livre blanc sur l’accès aux soins de santé. Financé par l’Inami, avec l’asbl IM comme employeur, il est(…)

- Laura Nothelier

Marcher, en solidarité

Quelques mois après le début de la pandémie de Covid-19, les consultations de kinésithérapie sont prises d’assaut. Les patients, privés de contacts, semblent demandeurs d’un toucher, d’un soin qui réveille le corps resté trop longtemps confiné.(…)

- Marie-Claude Olory, Stefania Marsella