Aller au contenu

La Toile de jeux dans le quartier des Marolles

, ,
Santé conjuguée n° 67 - mars 2014

Depuis 2000, la Toile de jeux se développe dans les Marolles pour soutenir la parentalité par le jeu, avec trois institutions partenaires : la maison médicale des Marolles, l’Entr’aide des Marolles et le Centre de guidance de l’université libre de Bruxelles. Les familles peuvent trouver ce terrain d’expérimentation, d’échange, de réflexion et de jeux à différents endroits. Bref parcours de ce projet et des valeurs qui le fondent.

Toile de Jeux moc.l1708780490iamg@1708780490xueje1708780490delio1708780490t1708780490 Tel 0496 949 888 Place au jeu Soutenir la rencontre entre parents et enfants autour du jeu : tel est le but de la Toile de jeux. A travers ce projet, les intervenants visent à sensibiliser les parents à l’importance du jeu tant par rapport au développement de l’enfant qu’au niveau de la dynamique familiale ; ils visent à faire découvrir diverses façons de jouer, à redynamiser le plaisir d’être ensemble et à le partager. Au-delà de cette apparente légèreté, il s’agit aussi d’offrir aux parents un appui, un lieu pour déposer leurs interrogations, pour construire des repères nécessaires à leur rôle de parents, pour partager leurs compétences et leurs outils ; et d’offrir aux enfants des opportunités d’expérimentations et de socialisation. Les intervenants portent une attention particulière à la relation enfant-parent, les aidant à poser des mots sur des émotions parfois très fortes entre eux, de manière à prévenir des troubles précoces au sein de la relation ; et ils suscitent la discussion sur l’éducation, la santé et le développement de l’enfant. Plusieurs activités sont mises en place ; la principale est l’Espace-jeu qui accueille les enfants accompagnés d’un parent chaque lundi et mercredi après-midi. Il se base sur les principes des maisons vertes de Dolto mais il a des particularités : il accueille gratuitement les enfants sans limite d’âge et le média jeu est son outil privilégié – jeux de société, matériel de psychomotricité, jeux symboliques (cabane, poupées, déguisements), permettant tous beaucoup d’interactions. Un rituel du goûter est organisé le mercredi après-midi. Ce n’est pas une simple pause mais bien une activité en soi dont les objectifs sont bien définis : réaliser une action collective réunissant, autour d’une grande table, tous les participants du jour ;
  • insister sur l’importance des fruits dans notre alimentation ;
  • promouvoir le service rendu pour la collectivité : débarrasser la vaisselle… ;
  • sensibiliser au tri des déchets ;
  • apprendre à respecter certaines règles ou principes de vie (attendre que tout le monde soit prêt avant de manger, participer au rituel d’une petite chanson avant de manger, partager ce qu’on apporte, et ranger ensemble).
  • En général, le goûter se passe dans une vraie ambiance de détente, les plus petits prenant l’exemple sur les grands, les parents veillant au respect des règles pour que tout se passe bien.
Occasionnellement, la Toile de jeux organise des activités spéciales dans son Espace-jeu pour partager des moments axés sur le développement de la créativité à l’aide de peinture, plasticine ou jeux musicaux (l’éveil sensoriel des tout petits est alors privilégié). Toujours attentive à la relation enfant-parent, l’équipe organise aussi un Café des parents une fois par mois à la maison médicale des Marolles. Ce moment d’échange sans les enfants permet aux parents d’aborder des sujets propres à l’éducation et à la santé des enfants. Reconnue comme ludothèque, la Toile de jeux organise aussi un accompagnement et un prêt de jeux aux autres associations du quartier. Le jeu, c’est sérieux La Toile de jeux est ancrée dans des valeurs fortes auxquelles les intervenants se réfèrent pour construire leurs actions et en faire le bilan. Intervenir dans le respect de la relation enfant-parent : l’histoire de Younis Axée sur l’épanouissement de l’enfant, l’équipe de la Toile de jeux est aussi attentive aux dynamiques familiales dans leur entièreté et au respect du rythme du développement de chaque enfant : les accueillants composent avec les fonctionnements et normes culturelles de chaque famille. Ils ne sont pas là pour modifier les comportements des parents, mais bien pour les soutenir dans leur vision éducative et leurs questionnements. « Par exemple, le petit Younis (nom d’emprunt pour préserver l’anonymat) vient depuis son plus jeune âge à l’Espace-jeu. Il est issu d’une famille immigrée isolée et nous avions constaté diverses difficultés lorsque Younis avait deux ans : tensions dramatiques entre sa maman et lui, colères répétées de cette maman qui ne savait plus quoi faire pour être écoutée de son enfant. Nous constations aussi que Younis avait alors tendance à se couper des autres, ou à interagir dans la violence (frapper les autres enfants ou hurler de peur d’être frappé). Les tensions entre la mère et son fils ont considérablement diminué lorsque nous avons commencé à orienter nos interventions en leur permettant à tous deux de prendre un peu de distance ; pendant que sa maman jouait avec les autres parents à des jeux de société (se ressourçant et souriant à nouveau), Younis se donnait un moment de sérénité en faisant avancer son petit train en bois puis, dès qu’il se sentait bien, rejoignait ses camarades pour faire des courses de voiturettes. Au fil des séances, nous avons vu un petit Younis qui acceptait de plus en plus l’autorité des adultes et une maman bien moins inquiète, qui se mêlait de plus en plus aux jeux des autres dans la joie et le partage de grands éclats de rire. Younis est depuis entré à l’école avec une facilité et une maturité qui a beaucoup surpris sa maman ; elle nous en parle avec une grande fierté. Aujourd’hui ils reviennent régulièrement jouer dans notre Espace-jeu, juste pour le plaisir d’être ensemble ». Soutenir les compétences et s’outiller ensemble La Toile de jeux ne se focalise pas sur les manquements ou dysfonctionnements mais plutôt sur les compétences et ressources. Le jugement n’est pas de mise, il n’y a pas de diagnostic à faire et l’on ne connaît des familles que leurs prénoms et l’âge des enfants. La confiance est importante. Le travail réside en un échange, une réflexion, avec les parents sur leur rôle, sur l’éducation, sur la société. « On ne naît pas parent, on le devient », il n’y a pas d’école non plus pour apprendre le métier de parent, c’est dans la pratique du quotidien, dans le contact et l’observation de son enfant que le parent apprend. En prenant le temps de voir comment son enfant fonctionne, le parent trouvera la façon d’agir avec lui, de communiquer et de lui transmettre les valeurs qui lui tiennent à cœur. L’éducation d’ailleurs n’est pas figée, elle évolue, c’est un apprentissage constant. Il n’existe pas de recette ni de « bonnes manières », on doit tous trouver ce qui nous convient, ce qui va nous faire grandir, parent et enfant. Mais la route est longue, le chemin n’est pas facile il est parfois apaisant de pouvoir déposer ses questions, ses craintes, ses doutes, ses énervements. Dans l’échange naissent des pistes, des idées, on n’est plus seul avec ses difficultés journalières, on voit que d’autres vivent les mêmes choses. On ose parler. Le professionnel n’est pas l’expert, lui aussi il questionne, réfléchit, cherche, écoute. Par la pratique et la fréquentation de tels lieux, les parents deviennent plus forts : par exemple, ils arrivent davantage à dire non à leur enfant, à affirmer leurs propres valeurs, car ils se sentent soutenus. Le groupe valorise l’expression des expériences éducatives : plus ils en parlent, plus ils s’exercent, plus ils trouvent de nouvelles pistes. Sans compter le plaisir de venir déposer ses joies et ses fiertés ! Le jeu, une expérience de vie L’enfant trouve à la rencontre et son compte dans ce genre de lieux. Grâce à la rencontre et au matériel mis à sa disposition, une panoplie de possibles s’ouvre à lui. Il peut même redevenir petit s’il le veut ou au contraire suivre des plus grands. Jouer avec son corps, bouger, s’exercer à la vie en société, rentrer dans l’imaginaire, se cacher dans un endroit calme, développer ses potentialités, sa réflexion, sa mémoire, et même battre les adultes : autant d’expériences qui vont le faire grandir, dans un cadre favorable à ce développement. De son côté, l’adulte découvre des occasions de retrouver son « enfant intérieur ». Il en est lui-même tout surpris car il n’imaginait pas le plaisir et l’intérêt qu’une telle activité pouvait lui procurer. En fait le jeu, c’est pour tous les âges : il permet de se découvrir et de découvrir les autres, de communiquer, d’exprimer des émotions, d’accepter les défaites, de se réjouir des succès, de partager ses valeurs, de coopérer. En jouant, on apprend la vie. Aller vers les familles La Toile de jeux se déplace dans d’autres institutions du quartier : des moments de jeux sont organisés dans les salles d’attente des consultations de l’Office de la naissance et de l’enfance, au Home du Pré (maison d’accueil pour femmes avec ou sans enfant), dans des écoles primaires, dans les salles d’attentes des maisons médicales du quartier et parfois à domicile. Deux membres de l’équipe se déplacent alors, avec un grand sac à dos rempli de jeux adaptés au public concerné. C’est en allant vers eux que le projet Toile de jeux marque une attention particulière au public isolé ou aux personnes pour qui il est difficile de faire une démarche inhabituelle, proactive (par exemple se rendre dans un endroit inconnu). Le fait que les intervenants aillent vers eux les touche et les encourage. En résumé, Toile de jeux soutient les parents pour que les soucis du quotidien avec les enfants ne deviennent pas plus tard des problèmes cliniques ; ce projet est ancré dans la relation, il rassemble petits et grands, il permet d’expérimenter et de vivre la magie du jeu…
Tout comme la toile d’un peintre, la Toile de jeux est parsemée de couleurs ; tout comme celle de l’araignée, elle tisse des liens entre les gens et dans le quartier.

Documents joints

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 67 - mars 2014

Les pages ’actualités’ du n° 67

Mémorandum de la Fédération des maisons médicales : jalons pour le changement

Bientôt les élections, régionales, fédérales, européennes. Sur fond d’un grand bouleversement : la sixième réforme de l’Etat. Les enjeux pour la santé sont énormes, à tous les étages et différents acteurs envoient leurs constats, revendications et propositions(…)

- Fédération des maisons médicales et des collectifs de santé francophones

Manifeste pour une reconnaissance et un financement fiable de la promotion de la santé, de l’éducation pour la santé, de la prévention collective et de la santé communautaire

Plusieurs acteurs de la santé publique en France viennent de lancer, suite à la « Nouvelle stratégie de santé » définie par le Gouvernement, un manifeste. La diffusion de ce manifeste dans nos colonnes est d’actualité : on y(…)

-

L’enquête 12/12/12

Le groupe Re-Germ a comme objectif général de réfléchir et d’agir, en tant que travailleurs de la santé, sur les facteurs sociaux et environnementaux de la santé dans notre région. Son nom fait référence au GERM(…)

- Christian Legrève

Médecine sociale toujours à la pointe à la Pointe

Camille Gérin, 30 ans, pratique à la Clinique communautaire de Pointe Saint-Charles à Montréal. Petit quartier, grand sentiment d’appartenance : fondé en 1970, l’établissement, ancêtre du modèle des centres locaux de services communautaires (CLSC) a un long(…)

- Michel Dongois

Balises

La santé de l’enfant : de quoi parle-t-on ?

Une approche globale et positive de la santé et du bien-être de l’enfant, ainsi que des facteurs qui l’influencent, repose sur le cadre de la promotion de la santé et de la Convention internationale des droits(…)

- Gaëlle Amerijckx

Bruxelles, terre de constrastes

Myriam De Spiegelaere s’est toujours engagée dans la lutte contre les inégalités sociales de santé. Tout au long de son mandat de co-directrice à l’Observatoire de la santé et du social à Bruxelles (l999-2012), elle a(…)

- Marianne Prévost, Myriam De Spiegelaere

Veiller aux droits de l’enfant : 100 fois sur le métier…

Bernard De Vos, délégué général aux droits de l’enfant depuis 2008, s’attache à contrôler la bonne application de la Convention internationale des droits de l’enfant en Belgique francophone. Que ce soit en matière de santé prise(…)

- Bernard De Vos, Marinette Mormont

Prise de parole

Ce document s’adresse au monde associatif, aux citoyens, aux professionnels, à tous ceux qui s’engagent pour le respect de la dignité de chacun et agissent pour que les droits fondamentaux soient effectivement assurés à tous. Ce(…)

- ATD Quart Monde Wallonie-Bruxelles asbl

Familles

Allaitement maternel en Wallonie et à Bruxelles : états des lieux et perspectives

Suite à une erreur lors du processus de publication, le texte imprimé n’était pas celui souhaité par l’auteur, le voici dès lors ci-dessous. Bénéfique tant pour l’enfant que pour la mère, l’Organisation mondiale de la santé(…)

- Emmanuelle Robert, Florence Noirhomme- Renard

Soutenir les familles : un réseau pour le bien-être de l’enfant

Difficile de considérer le bien-être et les besoins de l’enfant sans prendre en compte plus largement les besoins et priorités de son milieu familial ainsi que les contraintes et nécessités propres à celui-ci. Neuf associations ont(…)

- Christine Redant

Quand la famille ne protège plus assez

Les droits de l’enfant forment un tout indissociable : impossible de donner la primauté à certains ou d’en oublier d’autres. Il existe cependant des tensions, des contradictions inhérentes à la complexité de la vie humaine. La CODE(…)

- Valérie Provost

Au coeur des familles

Les travailleurs de maisons médicales sont amenés à intervenir au sein des familles dans leur ensemble (parents, enfants, grands-parents…). Ils établissent avec les patients une relation de confiance dans le temps, connaissant souvent l’intimité des personnes(…)

- Coralie Ladavid, Marianne Prévost

Ouvrir le champ des possibles : à la rencontre des familles précarisées

La maison médicale de Tilleur a mis sur pied deux projets visant à favoriser le développement des nourrissons, particulièrement ceux qui naissent dans des familles défavorisées. Quels sont les besoins de ces familles, leurs souhaits ? Comment(…)

- Fabienne Ponsard, Olivier Duculot

Pelure d’oignon

Les porteurs de l’expérience ETAPE essaient depuis longtemps de pérenniser leur projet, et d’en développer des aspects émergents. A l’occasion de leurs démarches pour trouver des financements, ils ont été amenés à préparer un dossier pour(…)

- Christian Legrève

La Toile de jeux dans le quartier des Marolles

Depuis 2000, la Toile de jeux se développe dans les Marolles pour soutenir la parentalité par le jeu, avec trois institutions partenaires : la maison médicale des Marolles, l’Entr’aide des Marolles et le Centre de guidance de(…)

- Bénédicte Hanot, Renée Vanliefland, Stéphanie Gorce

La vie sans mode d’emploi : le programme YAPAKA

Faut-il châtier les parents qui donnent la fessée ? Que faire avec un enfant hyperactif ? Comment être une bonne mère, un bon père ? L’Etata-t-il un rôle à jouer dans ce domaine ? Difficile de trouver les bonnes recettes :(…)

- Marianne Prévost

Structures

La vaccination : de l’individu à la collectivité, des enjeux en tension

Deux enquêtes sur la couverture vaccinale des enfants âgés de 18 à 24 mois ont été réalisées en 2012 dans le cadre du programme PROVAC dans la Fédération Wallonie-Bruxelles. Béatrice Swennen nous en livre les principaux(…)

- Béatrice Swennen, Gaëlle Amerijckx

Le massage des bébés à l’hôpital: une bienfaisance méconnue

Quelle que soit la gravité du pronostic, l’hospitalisation expose les nouveau-nés à des risques de troubles du développement au niveau somatique, psychique, affectif et social. Certaines pratiques permettent d’atténuer ces risques ; elles restent pourtant marginales. Les(…)

- Anne Fromont, France Kittel, Perrine Humblet

Le soutien précoce autour de la naissance : nécessaire et lacunaire

Une étude récente qui a fait un premier état des lieux des services offrant aux familles précarisées un soutien précoce autour de la naissance a mis en évidence leur place à la fois incontournable et encore(…)

- Perrine Humblet

L’enfant à la crèche : un accueil équitable ?

Longtemps considérées comme un ‘mal nécessaire’ (conséquence d’un autre fléau social, le travail des mères de famille), les crèches apparaissent aujourd’hui comme un bien public indispensable, au même titre que l’éducation. Depuis quelques décennies en effet,(…)

- Perrine Humblet

La fréquentation d’une halte-accueil, objectif « mieux-être ! »

Certaines familles n’ont que très rarement accès aux milieux d’accueil traditionnels (crèches ou maisons d’enfants par exemple) : c’est avec elle qu’une large partie des haltes-accueil ont choisi de travailler. A partir d’une recherche participative, la Coordination(…)

- Geneviève Culot

La journée d’un enfant en classe d’accueil : pas vraiment une sinécure !

Promouvoir la santé de l’enfant, c’est aussi se pencher sur la qualité d’accueil des plus jeunes à l’école maternelle. Trois chercheuses engagées par le Centre de formation permanente et de recherche dans les milieux d’accueil du(…)

- Marie Masson

L’accueil extra-scolaire en Fédération Wallonie-Bruxelles : à deux vitesses

Avoir accès à un milieu d’accueil de qualité : un avantage pour l’enfant et sa famille, investissement à long terme pour la société. Dans les milieux d’éducation et d’accueil des enfants se jouent des enjeux d’égalité(…)

- Séverine Acerbis

Le plurilinguisme des élèves à l’épreuve de l’action

Cette notion permet de se libérer de la conception cloisonnée du « bi » addition de deux monolinguismes (Billiez 2012) cf. note 3. Quels que soient les points de vue auxquels se rallient les personnels éducatifs,(…)

- Marie-Odile Maire Sandoz

La santé des futures mères, des nouveau-nés et des femmes enceintes : approche et constats de l’ONE

Fort d’une large couverture du terrain par de multiples équipes médico-sociales locales, d’une évaluation permanente à travers sa banque de données médico-sociales, ainsi que de l’apport de sa direction Etudes et Stratégies, l’Office de la naissance(…)

- Geneviève Bazier, Marie-Christine Mauroy

La ville

Jouons à Bruxelles !

Des jeux pour toute une région et des enfants plein la ville… Voilà un rêve qu’il est doux d’imaginer, voilà le défi que nous voulons relever !

- Cécile Duvivier

La rue aux enfants

Les auteurs de cet article nous racontent l’histoire de deux quartiers hollandais qui ont voulu se développer en partant du bien-être des enfants. Deux projets implémentés à partir de concepts inspirés de l’anthropologie urbaine, mais selon(…)

- Bart Kesselaar, Jeroen Laven, Laurence Vermaut

introduction

Introduction

La santé de l’enfant, approche multidimensionnelle

- Marianne Prévost