Aller au contenu

Conclusions et perspectives


Santé conjuguée n°101 - décembre 2022

Au cours de l’année écoulée, les travailleurs et travailleuses de la Fédération des maisons médicales ont déployé un processus d’éducation permanente structuré autour de la problématique des souffrances au travail. Destiné aux soignants et soignantes des maisons médicales et à un plus large public, il visait à questionner l’ampleur du phénomène et à comprendre ses causes organisationnelles, institutionnelles et sociétales en prenant appui sur des situations de mal-être au travail rapportées par des patients et patientes de maisons médicales. Cette étude constitue donc le fruit d’un travail collectif alliant partage de savoirs « chauds » (savoirs expérientiels) et « froids » (savoirs théoriques) sur les effets du travail sur la santé dans une société fondée sur l’individualisation croissante des relations sociales et de travail et sur un système de normes contraignantes de rentabilité financière et de performance individuelle.

Les paroles des professionnels de santé que nous avons recueillies mettent au jour la diversité des pathologies physiques et mentales directement liées aux conditions dans lesquelles les patients et patientes des maisons médicales travaillent : affections mentales (stress, dépression, burn-out…) liées aux modes de management toujours plus éprouvants et contrôlants à l’œuvre dans les secteurs privé (usines, banques…), public (administrations, CPAS, enseignement…), marchand (aide et soins en maison de repos, dans le milieu hospitalier…) et non marchand (associations, mutualités, syndicats…) ; troubles musculosquelettiques notamment liés à l’intensification du travail et à l’(auto)évaluation des performances des travailleurs dans les secteurs de la construction, du transport, de la logistique, de la grande distribution… et qui touchent aussi les femmes qui exercent majoritairement le travail domestique non rémunéré dans la sphère privée ; cancers professionnels notamment liés à l’exposition à des agents chimiques toxiques et au travail de nuit ; etc.
Ces récits soulignent aussi l’augmentation des souffrances au travail – corroborée par les chiffres sur l’explosion du nombre de travailleurs et travailleuses en incapacité de longue durée – et la place croissante qu’elles occupent dans les consultations de médecine générale, de kinésithérapie, de psychologie… et lors des contacts avec les accueillantes ou les assistantes sociales. Par ailleurs, les soignants rapportent que l’absence d’emploi, cumulée à la précarité économique, touche une grande partie de la patientèle des maisons médicales et entraine aussi des conséquences redoutables sur la santé physique et mentale des personnes concernées.

Que dire alors de l’affirmation selon laquelle il y aurait un angle mort entre les pratiques de soins en maison médicale et le monde du travail ? Bien qu’elles ne rendent pas exhaustivement compte des réalités et pratiques à l’échelle du mouvement des maisons médicales, les données que nous avons collectées semblent attester de l’importance qu’y représente la prise en charge psychomédicosociale des souffrances au travail, constituant le « pain quotidien » de certaines équipes. La globalité et l’interdisciplinarité caractérisent leurs pratiques de soins et la problématique du mal-être au travail n’y déroge pas. Si tous les soignants et soignantes ne posent pas systématiquement la question du travail aux patients, ils et elles estiment établir souvent des liens entre le travail et la santé.

Cela dit, plusieurs soignants et soignantes pointent les limites de leurs approches thérapeutiques : ils et elles interrogent la portée du certificat médical et des rapports psychomédicaux qu’ils rédigent, questionnent leur périmètre d’action en comparaison à celui des médecins-conseils, des conseillers en prévention-médecins du travail et des médecins spécialistes, mettent en exergue leur manque de formation sur les pathologies d’origine professionnelle, la complexité des procédures administratives et leur connaissance limitée des évolutions de la législation relative à l’incapacité de travail ainsi que le manque de prise qu’ils et elles estiment avoir sur les aspects organisationnels et sociétaux du travail.

En effet, les approches thérapeutiques que rapportent les soignants et soignantes – qu’il s’agisse du colloque singulier soignant/patient ou de leur travail en interdisciplinarité – font, dans une certaine mesure, écho à la tendance à médicaliser des problématiques sociales et à négliger leur dimension politique. Bien que la prise en charge individuelle et interdisciplinaire des souffrances au travail vécues par les patients soit indispensable pour les mettre à l’abri d’un contexte de travail maltraitant et leur permettre de prendre du recul par rapport à celui-ci, elle ne peut se suffire à elle-même pour agir sur une problématique caractérisée par l’imbrication de facteurs sociétaux, organisationnels et individuels. Les pratiques des soignants et soignantes gagneraient à s’articuler davantage à des initiatives collectives de prévention, de formation, de réflexion critique et d’action collective pour réaffirmer le droit à la santé au travail et œuvrer à son application. Qu’elles ciblent les risques professionnels, le droit social et le droit du travail, la législation sur le bien-être au travail ou les ressorts de l’action syndicale, toutes ces pistes prennent à contre-pied le renvoi des personnes à leur seule responsabilité individuelle et au renforcement de leurs ressources personnelles. Elles nous poussent au contraire à (re)considérer le travail comme une question politique qui nous concerne toutes et tous et à nous réapproprier les questions démocratiques de son utilité sociale et écologique et du temps que nous souhaitons y consacrer. Elles ouvrent ainsi une voie pour retrouver du sens au travail et pour s’émanciper collectivement, dans le monde du travail et au-delà, du poids de l’idéologie managériale et des normes d’efficacité productive et de performance individuelle que nous avons intériorisées.

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n°101 - décembre 2022

Le travail, c’est la santé ?

Impacts des conditions de travail sur la santé Selon l’analyse des données belges issues de l’enquête européenne sur les conditions de travail menée par Eurofound (Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail)(…)

- Pauline Gillard

Introduction n° 101

Le travail occupe une place centrale dans nos vies et détermine pour une large part notre santé, selon les conditions dans lesquelles il s’exerce. Qu’il s’agisse d’un emploi, d’un volontariat, de travail domestique ou de soins(…)

- Pauline Gillard

Quelles mutations dans le monde du travail ?

Tournant néolibéral Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le monde du travail se structurait autour du rapport salarial fordiste qui « possédait trois caractéristiques majeures : un modèle d’emploi stable, le CDI (contrat à durée indéterminée) ;(…)

- Pauline Gillard

La prise en charge des souffrances au travail en maison médicale

Objectifs et question de recherche Plusieurs constats nous ont amenés à explorer la question des souffrances au travail et de leur prise en charge en maison médicale. D’abord, celui de la croissance spectaculaire du nombre de(…)

- Pauline Gillard

Bien-être au travail et prévention des risques psychosociaux

Cette loi définit le bien-être au travail comme « l’ensemble des facteurs concernant les conditions dans lesquelles le travail est effectué » (sécurité au travail, protection de la santé des travailleurs, ergonomie, hygiène au travail, etc.) et oblige(…)

- Pauline Gillard

Santé au travail et action syndicale

Sous l’effet de l’individualisation des relations de travail et d’une mise en concurrence des salariés, ceux-ci se retrouvent souvent isolés et démunis face à leur organisation, une tendance qui participe à l’augmentation des souffrances au travail.(…)

- Pauline Gillard

Conclusions et perspectives

Au cours de l’année écoulée, les travailleurs et travailleuses de la Fédération des maisons médicales ont déployé un processus d’éducation permanente structuré autour de la problématique des souffrances au travail. Destiné aux soignants et soignantes des(…)

- Pauline Gillard

Bibliographie

V. Amboldi, « Et si la santé des travailleuses devenait une priorité ? », www.cepag.be, février 2016. P. Bérastégui, « Les accidents du travail mortels en hausse dans 12 États membres », European Trade Union Institute, www.etui.org, novembre 2022. P.(…)

-

Actualités n° 101

Edito 101

To do list Débordés, pas le temps, la tête remplie de listes des choses à faire pour le boulot, pour l’engagement citoyen, pour la vie privée… Même quand on s’oblige à s’arrêter, c’est comme une autoroute(…)

- Fanny Dubois

Florence Caeymaex : « Nous avons la possibilité, mais aussi la responsabilité de notre façon d’être dans le monde »

Qu’est-ce que l’éthique ? En général et en matière de santé plus particulièrement ? F. C. : L’éthique est un type de pratique réflexive chargée d’identifier, d’analyser les enjeux qui sont liés au changement incessant dans les sciences et(…)

- Pascale Meunier

Travail sur soi ou enjeu politique?

Pedro vient me voir pour des troubles du sommeil. Il a beaucoup de mal à s’endormir et, quand il dort, il se réveille sans cesse. Il voudrait dormir mieux, se reposer. Quand je lui demande d’où(…)

- Mélanie Lannoy

Quelles leçons tirer des inondations ?

Un territoire résilient a la capacité d’anticiper tout type de perturbation, d’agir pour en atténuer les effets ou en éviter l’apparition1. Que nous enseigne l’expérience de la maison médicale d’Angleur à ce sujet, elle qui fut(…)

- Sophie Wiedemann