Aller au contenu

Santé mondialisée : nouveaux défis pour l’épidémiologie


Santé conjuguée n° 65 - septembre 2013

La mondialisation de la santé n’est pas un phénomène nouveau, mais son ampleur est sans commune mesure avec les constats qui pouvaient être dressés il y a 20 ans. Les problèmes prioritaires des pays « industrialisés » et « en développement » convergent de plus en plus – cette classification est d’ailleurs devenue obsolète, puisque les pays émergents s’urbanisent toujours plus et ont une place importante, voire dominante, dans la production industrielle1. Quelques réflexions sur l’urgence d’aborder la santé au niveau mondial.

Un monde, un seul

Donnons quelques exemples pour concrétiser la mondialisation de la santé2 : les maladies chroniques augmentent dans les pays à revenus moyens et bas, l’incidence des maladies cardiovasculaires et des cancers évoluant de manière inquiétante tandis que la question des traumatismes y est tout aussi aiguë que dans les pays à hauts revenus. Cette transition épidémiologique s’accompagne d’une transition nutritionnelle avec une fréquence accrue d’obésité de par le monde, et d’une transition démographique caractérisée par une augmentation des populations âgées. On assiste au même moment à une nouvelle prise de conscience de la place des maladies infectieuses émergentes ou réémergentes ; et le réchauffement global a mis en évidence de nouveaux risques de diffusion de maladies transmissibles. La surmédicalisation augmente dans le monde entier, comme en témoignent les taux de césariennes sans cesse à la hausse dans la plupart des pays. Tandis que, suite à des politiques et des pratiques commerciales agressives, la disponibilité de produits et substances nocives pour la santé (comme le tabac) est mondialisée. La question des ressources humaines en santé se pose également sous l’angle de la mondialisation, avec des migrations massives de personnels de santé des pays à moyens et faibles revenus vers les pays à revenus élevés. De nombreux paramètres peuvent expliquer cette évolution rapide et non planifiée. Le marché est devenu planétaire et ainsi ouvert à toutes formes de spéculations où les états sont incapables de jouer leur rôle de régulation ; l’informatique, les satellites de communication et le développement de l’internet ont raccourci jusqu’à l’instantanéité les délais de transmission, de communication et d’échanges d’informations ; la fin de diverses « guerres froides » et la facilitation des mouvements des populations et des personnes donne l’impression d’une grande communauté mondiale, où les limites des états ont tendance à « disparaître » (même si une certaine « marche arrière toute » se profile dans certains pays). Ce ne sont là que quelques éléments parmi d’autres… Dans ce contexte de mondialisation des problématiques de santé, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a, dès la fin des années 1990 adopté une approche de santé globale. Aux États-Unis, les Académies (Institute of Medicine) ont très tôt défini la santé globale comme ayant trait aux problèmes de santé communs à de nombreux pays et nécessitant une approche concertée, brisant le cloisonnement qui avait auparavant isolé la médecine tropicale et la santé « internationale » du reste de la santé publique. Les programmes de médecine tropicale ont été créés il y a une centaine d’années et avaient des racines proches du modèle colonial. Les programmes de santé internationale qui leur ont souvent succédé ont sans doute quant à eux leurs origines dans la guerre froide et les coopérations bilatérales. Les programmes de santé globale, plus récents, ont, surtout aux États-Unis, suivi la mondialisation de l’économie et des problèmes de santé. Dans certains cas, le label « global » a simplement été substitué au label « international », mais dans d’autres, une véritable globalisation de l’enseignement et de la recherche ont eu lieu, avec des programmes multidisciplinaires mettant l’accent sur une approche systémique et sur la justice sociale ; il s’agit en effet de garder une vigilance toute particulière aux inégalités que cette mondialisation renforce de façon significative.

L’épidémiologie mondialisée

Les épidémiologistes sont face à de nombreux défis ; citons-en quelques-uns. Le premier, et non des moindres, c’est de fournir des informations épidémiologiques de qualité qui permettent de documenter l’importance réelle et la dynamique des problématiques de santé dans nos pays respectifs. De nombreux pays industrialisés disposent de pareilles statistiques transversales (et parfois longitudinales). Mais dans beaucoup d’autres, qui connaissent pourtant une transition épidémiologique marquée, il n’existe pas (ou peu) de données épidémiologiques sur les « nouvelles » pathologies. Le développement de systèmes de surveillance sanitaire performants et la réalisation d’enquêtes épidémiologiques en population restent des priorités sur lesquelles les épidémiologistes doivent continuer à travailler. Un autre défi est la comparabilité des données descriptives produites dans les différents pays. En effet, face à cette mondialisation de la santé, il est important que les scientifiques, les professionnels de la santé et les décideurs puissent baser leurs analyses de situation et leurs décisions sur des données transfrontalières comparables. La question de l’harmonisation des méthodes épidémiologiques utilisées pour la collecte des données est notamment posée au niveau des 27 états membres de l’Union européenne ; elle doit évidemment être posée dans d’autres régions. Un troisième défi réside dans le cadre environnemental et culturel de la transition épidémiologique. En effet, de nombreuses études épidémiologiques, le plus souvent menées dans les pays industrialisés, ont permis d’apporter de la connaissance sur les facteurs de risque et déterminants des principales maladies chroniques et dégénératives. La mondialisation de ces pathologies doit pousser les épidémiologistes à compléter ces recherches en s’intéressant au contexte environnemental et socio-culturel dans lequel elles sont amenées à se développer. Comme le rappelle Antoine Flahaut dans son blog cité ci-dessous, les décideurs ne pourront plus prendre leurs décisions dans le monde globalisé d’aujourd’hui (en matière de sécurité sanitaire, de gestion de risques, de priorités préventives…) sans les asseoir sur les meilleurs niveaux de preuves disponibles ; « il est une absolue nécessité de combler ce fossé qui subsiste dans toutes les sociétés contemporaines entre les universitaires et les décideurs des pays développés, des pays émergents ou des pays en développement. Continuons à proclamer que la santé dans toutes les politiques est un investissement pour l’avenir, y compris pour nos économies fragilisées, pour nos sociétés bousculées et surtout pour les populations les plus vulnérables de nos sociétés ». Les différences culturelles les plus importantes qui restent aujourd’hui à combler ne sont plus tant celles qui séparent les Africains, des Indiens, Chinois, Européens ou Nord-Américains. Mais partout dans le monde, il existe un véritable fossé entre les décideurs en matière de santé et les chercheurs en santé publique des milieux académiques. (Antoine Flahaut, Quel monde après 2015 ? Blog)

Documents joints

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 65 - septembre 2013

Les pages ’actualités’ du n° 65

La situation est critique mais des alternatives prennent forme…

L’austérité n’est pas la bonne solution pour relever l’Europe, et elle creuse les inégalités sociales de santé. D’où viendra la réorientation des politiques menées jusqu’ici ? Constatant la relative impuissance des gouvernements, l’auteur en appelle au(…)

- Coralie Ladavid

Le forfait nouveau est arrivé

A l’heure où nous finissons ce focus, l’arrêté royal fixant les nouvelles modalités de financement forfaitaire pour les maisons médicales a été publié au Moniteur belge. Les derniers coups de fil ont eu lieu entre l’INAMI(…)

- Christian Legrève, Dr Hubert Jamart, France Defrenne

La santé mentale en médecine générale : état de la question

Accompagner les petits accidents et les grands drames de la vie : c’est le quotidien du médecin généraliste. Hôte central, roue de secours… Quelle place a-t-il parmi les professionnels en santé mentale ? Plongée sur le(…)

- Dr Anne Gillet

Our Health is not for sale ! Notre santé n’est pas à vendre !

Privatisation et commercialisation de la santé : ces processus, bien engagés dans de nombreux pays européens ont un impact néfaste, voire catastrophique encore renforcé par les politiques d’austérité menées aujourd’hui dans la plupart des pays. Mais(…)

- Julie Maenaut

Développement… de quoi ? Et la santé dans tout cela ?

Un groupe de travailleurs en maison médicale se réunit régulièrement à Liège pour réfléchir aux rapports entre les pays du Nord et du Sud. Pour sa 27ème soirée, le groupe Nord- Sud a invité Daniel Cauchy,(…)

- Dr André Crismer

Quelques balises

Santé mondialisée : nouveaux défis pour l’épidémiologie

La mondialisation de la santé n’est pas un phénomène nouveau, mais son ampleur est sans commune mesure avec les constats qui pouvaient être dressés il y a 20 ans. Les problèmes prioritaires des pays « industrialisés(…)

- Alain Levêque

La surveillance épidémiologique : méthodes, avantages et limites

Décrire, alerter, évaluer : voilà en gros, les trois axes de la recherche épidémiologique. L’intérêt de cette discipline déjà ancienne n’est, de nos jours, plus à démontrer. Mais les besoins d’informations se sont multipliés et complexifiés,(…)

- Elysee Somassé

Patchwork épidémiologique

Elixir de jouvence novembre 2012 méthodologie : étude de cohorte L’image que l’on se fait du vieillissement influence la manière dont on le vit : une bonne raison pour bousculer des stéréotypes assassins. « Quand vous pensez aux(…)

- Antoine Flahaut

Une vieille dame tenace

L’attention portée aux déterminants sociaux de santé est loin d’être une mode récente : l’épidémiologie n’a cessé, dès sa naissance, de démontrer les liens existant entre la santé et les conditions de vie. Elle a toujours(…)

- Marianne Prévost

Transitions : nouveaux défis pour les systèmes de santé

« Les problèmes d’aujourd’hui résultent des solutions d’hier » : les auteurs qui ont nourri cet article montrent à quel point il est nécessaire d’innover face aux bouleversements démographiques et épidémiologiques actuels.

- Denis A. Roy, Eric Litvak, Fred Paccaud

Vu du terrain

Le rôle du médecin dans les inégalités sociales de santé : une approche interdisciplinaire

La manière dont le médecin dialogue avec son patient peut-elle accentuer les inégalités sociales de santé ? Pour approcher cette question assez peu étudiée, le projet INTERMEDE a réuni différentes équipes de recherche issues d’horizons variés(…)

- Anne-Cécile Schieber, Michelle Kelly-Irving, Monique Membrado, Jean-Pol Génolini, Ludovic Tanguy, Pascal Marchand, Thierry Lang

Mieux comprendre la prévention : alliance entre épidémiologie et sciences humaines

Le vaccin HPV a été introduit assez récemment comme moyen de prévention contre le cancer du col de l’utérus. Comment cette stratégie estelle comprise, perçue par les acteurs concernés ? Le programme REMPAR a mené l’enquête(…)

- Julie Kalecinski, Delphine Lutringer-Magnin, Philippe Vanhems, Christine Lasset, Franck Chauvin

Mortalité périnatale et migration

Le nombre total de personnes émigrant du sud vers le nord a doublé au cours de ces dernières décennies. Parmi elles, le nombre de femmes en âge de procréer augmente constamment. Quel est l’état de santé(…)

- Judith Racapé, Edwige Haelterman, Michèle Dramaix, Sophie Alexander, Myriam De Spiegelaere

Microépidémiologie à partir du terrain : le tableau de bord de la Fédération des maisons médicales

Les soignants peuvent-ils récolter en routine des données pertinentes pour la santé publique ? Oui, répond la Fédération des maisons médicales : regards sur les premières analyses réalisées grâce au « tableau de bord » implanté(…)

- Marianne Prévost, Marie Marganne

La santé des jeunes : deux dispositifs d’observation

L’état de santé de l’adulte est influencé par les comportements acquis et les habitudes de vie prises dans l’enfance et l’adolescence ; d’où l’intérêt d’observer la santé des jeunes, pour donner des pistes aux intervenants de(…)

- Christian Massot, Valérie Wathieu, Luc Berghmans, Marianne Prévost

Santé des adolescents : inégalités sociales en Tunisie

La santé des adolescents interpelle largement les responsables de santé publique. En Tunisie comme dans beaucoup d’autres pays, ces jeunes sont observés à partir du milieu scolaire. Mais beaucoup de jeunes abandonnent précocement l’école, malgré sa(…)

- Hajer Aounallah – Skhiri, Pierre Traissac, Jalila El Ati, Francis Delpeuch, Mohamed Hsairi, Habiba Ben Romdhane, Bernard Maire

Suivi de la proportion de malades chroniques en Belgique : questions de méthodes

Les sept mutualités belges en activité collectent un ensemble de données afin de pouvoir effectuer leurs tâches : des données administratives (exemple : sexe et âge des membres) ainsi que les données de facturation rassemblées à(…)

- Tonio Di Zinno, Birgit Gielen, Johan Vanoverloop, Joeri Guillaume, Ragna Préal

Les personnes exclues des soins formels : une étude de Médecins du Monde

Les centres de consultation de Médecins du Monde accueillent les personnes exclues des soins formels. Ces personnes cumulent souvent les vulnérabilités[A,B] et leur risque de morbidité est accru. Qui sont-elles, de quoi souffrent-elles plus précisément ?(…)

- Fidèle Kabera Mugabe, Kathia van Egmond, Edith Hesse, Stéphane Heymans, Michèle Dramaix-Wilmet

Le cancer du sein dans les pays du Sud : quelles stratégies de dépistage ?

L’incidence du cancer du sein augmente rapidement dans les pays du Sud et cette croissance est préoccupante. La prévention est dès lors indispensable, mais elle pose des questions particulières : les stratégies mises en place au(…)

- Marilys Corbex

Politiques de santé et prise en compte du patient chronique : les cas du SIDA et du diabète au Mali

Les maladies chroniques augmentent aujourd’hui fortement dans les pays du Sud : cela change le rôle et la place des patients, tant au niveau des soins qu’au niveau politique. Analyse d’une construction sociale, dont les résultats(…)

- Annick Tijou-Traoré, Bruno Dujardin, Isabelle Gobatto, Jessica Martini

Médicaments : après Pretoria, New Delhi ?

Une nouvelle géopolitique du médicament se dessine depuis plusieurs années : bras de fer entre les pays émergents et l’industrie pharmaceutique.

-

Vu du ciel

Prévention des traumatismes : une priorité mondiale

Les traumatismes – violences, accidents – sont-ils suffisamment à l’agenda des politiques de santé publique ? Non, estime Etienne Krug, qui plaide depuis longtemps pour mobiliser les gouvernements sur cette question. Les choses avancent, mais l’évidence(…)

- Etienne Krug

Complexité : l’art et la science

Systèmes de données élaborés, indicateurs sophistiqués, modèles d’analyse complexes… l’étude rigoureuse des questions de santé est aujourd’hui possible. Mais il faut se rendre à l’évidence : ces outils ne suffisent pas pour prendre de bonnes décisions(…)

- Denis A. Roy, Eric Litvak, Fred Paccaud

Données, informations, connaissances : vers de meilleures décisions en santé publique ?

La politique de santé au Québec est résolument ancrée dans une vision dynamique : il s’agit avant tout de reconnaître la complexité du système de santé et de soutenir sa vitalité. Le credo de Denis Roy,(…)

- Denis A. Roy

Glossaire

Glossaire

La plupart des définitions qui suivent sont issues de la Banque de données en santé publique (BDSP), du Réseau documentaire d’informations en santé publique dont la gestion est assurée par l’Ecole des hautes études en santé(…)

-

Introduction

Introduction

Epidémiologie et soins de santé primaires : rencontres En octobre 2012, deux associations d’épidémiologistes organisaient un colloque à Bruxelles avec l’école de santé publique de l’université libre de Bruxelles sur le thème de « La santé(…)

- Marianne Prévost