Aller au contenu

Our Health is not for sale ! Notre santé n’est pas à vendre !


Santé conjuguée n° 65 - septembre 2013

Privatisation et commercialisation de la santé : ces processus, bien engagés dans de nombreux pays européens ont un impact néfaste, voire catastrophique encore renforcé par les politiques d’austérité menées aujourd’hui dans la plupart des pays. Mais la résistance s’organise : indignés et audacieux, des acteurs créent des réseaux, analysent les enjeux, interpellent les commissaires européens.

La plate-forme d’action Santé et Solidarité est née en juin 2007 à l’occasion du trentième anniversaire de la Déclaration d’Alma Ata ; elle réunit une série d’acteurs préoccupés par le droit à la santé, issus des 4 coins de la Belgique : des représentants de syndicats, de mutuelles, du monde médical, du secteur associatif, d’organisation non gouvernementale et d’universités. Le Réseau européen contre la commercialisation et la privatisation de la santé et de la protection sociale est né à Nanterre en mai 2012 (après deux réunions préparatoires à Amsterdam et Katowice en 2011) ; il rassemble des syndicalistes, des associations de défense de la santé publique et de l’accessibilité à la santé, des représentants de partis politiques, des personnalités actives dans le domaine de la santé. Il n’est pas trop tard, mais il est grand temps Deux réseaux (voir encart) ont organisé le 14 mars dernier une action pour sensibiliser les acteurs de santé à ces questions – au rondpoint Schuman, à un jet de pierre de la Commission -, profitant de la rencontre des chefs d’état européens à l’occasion du sommet de printemps de l’Union européenne. C’était aussi un prélude aux actions menées par la Confédération européenne des syndicats et à la manifestation contre l’Europe de l’austérité menée en front commun syndical. Une délégation du Réseau européen et de la Plate-forme a été reçue par des représentants de plusieurs commissaires européens compétents dans le domaine de la santé, du marché intérieur et des services, de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion. Le lendemain, une conférence a permis de mieux cerner les enjeux liés à la place de l’Union européenne dans les politiques nationales de santé et les lieux de décision en la matière ; mais aussi de rencontrer des acteurs de la santé venus de plusieurs pays européens pour témoigner des drames qu’ils observent en matière de santé. Le résultat de ces actions, c’est la mise au point d’un plan d’action, notamment en perspective des élections européennes de 2014 : objectif est d’agir ensemble contre les mécanismes en cours et de défendre le droit à la santé pour tous.

Marchandisation de la santé

Il y a de quoi s’inquiéter et même s’indigner : les pays européens avaient construit dans l’après-guerre des systèmes exceptionnels pour que tous aient accès à la santé. Et voilà qu’il faut aujourd’hui se battre pied à pied contre la destruction de ces acquis que bien des régions du monde nous envient. Que s’est-il passé ? Rappelons brièvement qu’après la deuxième guerre mondiale, les systèmes de santé se sont organisés selon deux modèles, en gros. Le modèle beveridgien garantit une couverture universelle pour tous, un financement de la santé par les impôts généraux, un contrôle public de la prestation des soins de santé. Le modèle bismarckien, lui, prévoit une couverture obligatoire et universelle dans le cadre d’un système de sécurité sociale ; le financement est assuré par les contributions de l’employeur et de l’employé, les soins sont délivrés par des services publics et privés. Le système de santé national anglais correspond au premier modèle, le système belge au second. Ces deux modèles ont permis d’organiser des soins de qualité largement accessibles, soutenus par l’accroissement des richesses (avec bien sûr beaucoup de nuances entre les pays) ; cela malgré une croissance non négligeable des budgets de santé, liée à la complexification des soins, à la technicisation des méthodes de diagnostic et de traitement, au vieillissement de la population. Le problème s’est néanmoins posé lorsqu’on a vu se réduire le financement des dispositifs de santé. L’exemple du National Health Service anglais est à cet égard particulièrement édifiant : la privatisation soutenue par le gouvernement conservateur a largement affaibli ce service national de santé accessible à tous. En France ou en Belgique, les cadeaux en matière de réduction des cotisations sociales et en matière de fiscalité par exemple ont la plupart du temps entraîné une pression très importante sur les moyens mis à disposition pour assurer les soins de santé. Les lacunes du financement public ont eu deux conséquences : en premier lieu, le financement actuel ne suffit pas à couvrir les coûts engendrés par le fonctionnement des services. En second lieu, le désinvestissement des autorités crée une pénurie : la quantité des services offerts ne satisfait pas les besoins de la population. Dans d’autres pays également une « alternative privée commerciale » (à but lucratif), accessible aux plus aisés s’est développée à côté du système public universel. Selon les pays et leur histoire, cette évolution a été plus ou moins forte, plus ou moins rapide. Dans les pays d’Europe de l’Est où le système étatique a été largement démantelé, la politique de la terre brûlée a permis une croissance exponentielle des services privés. Ainsi par exemple en Pologne, la propriété des hôpitaux publics a été transférée aux localités ou aux cantons, sans qu’ils disposent des budgets nécessaires. Une nouvelle loi prévoit que tous les hôpitaux endettés devront être « commercialisés » (transformés en sociétés anonymes) sinon leurs « propriétaires » publics devront rembourser la dette en six mois. L’effet espéré a été atteint : les hôpitaux sont massivement privatisés – et ils s’orientent vers la maximalisation de leurs bénéfices. Un rapport de l’Université médicale de Gdansk (GMU) conclut notamment que « les établissements non publics : 1. offrent un éventail plus restreint de soins ; 2. réalisent des opérations dont la marge bénéficiaire est plus grande ; 3. évitent les patients dont l’hospitalisation pourrait être longue ; 4. peuvent produire dans certaines situations une sélection de patients du fait de leur âge. ». Dans tous les cas, la privatisation des soins de santé produit une « médecine à deux vitesses » qui ne cesse de se conforter et laisse de côté une grande partie de la population.

Mécanique européenne

Une fois installée et reconnue, cette pratique privée a réclamé le soutien de l’Europe – au nom de certains principes qu’elle avait établis ! Mais enfin, direz-vous, les soins de santé ne sont-ils pas exclus des directives portant sur les « services »1? Si si ! Mais voilà, la cour de justice de l’Union européenne s’appuie sur les principes de base des Traités de Maastricht et de Lisbonne : libre installation et libre concurrence. Si l’on se réfère à ces principes, de quel droit un Etat empêcherait-il un prestataire de service de s’installer ? Et puis, dans un deuxième temps, comment justifier qu’un État traite différemment différents prestataires installés sur son territoire ? Les subsides aux services publics ou non- marchands sont requalifiés comme des « aides d’Etat », donc une entrave à la libre concurrence… Dans cette logique, le remboursement des prestations doit être garanti de la même façon à tous les prestataires, commerciaux ou non ! CQFD. In fine, le secteur commercial sélectionne les soins rentables et les populations solvables, laissant au service public (ou non marchand) les soins les moins rentables et les gens les moins solvables. Bref, il fragilise encore plus le service public ou non-marchand. BINGO. On peut donc affirmer que plusieurs mécanismes européens encouragent la marchandisation de la santé. La crise a renforcé ces mécanismes : pressions de l’Union européenne en matière d’austérité, dogmes en matière de discipline budgétaire… les conséquences sur la santé sont énormes. Dans de nombreux pays (Grèce, Portugal, Espagne, Pologne, Slovénie,…), les services de santé se détériorent massivement, leur accessibilité s’effondre ; dès lors l’état de santé des populations se dégrade tandis qu’augmentent les inégalités en santé. Des centaines de milliers de citoyens n’ont plus accès aux soins de santé et dépendent de l’aide humanitaire… EN EUROPE ! En Belgique, des pratiques très rentables se développent dans le secteur hospitalier : « multiplication de chambres privées au détriment des chambres communes (dont les suppléments d’honoraires sont encadrés), ce qui crée une fausse pénurie contraignant le patient à payer le prix fort ; abus de suppléments d’honoraires pour les chambres particulières (jusqu’à 300%) ; renvoi vers la consultation privée des spécialistes (au tarif libre) ; externalisation vers des sociétés à but lucratif de services rentables comme les laboratoires et la radiographie… De nombreux hôpitaux sous-traitent les services logistiques (buanderie, nettoyage, cuisine) bien que le financement des hôpitaux couvre ces services. La sous-traitance, (c’est) l’utilisation de fonds publics pour acheter des services auprès de sociétés privées vise à réaliser des économies sur des coûts pourtant couverts par le financement public (…). L’externalisation et la soustraitance entraînent une perte de contrôle sur la qualité des prestations et une précarisation des emplois (…) et sont souvent synonymes de mauvaises conditions d’emploi et de travail, de recours à une main d’oeuvre sous-qualifiée et sous-payée, de différences de traitement entre les salariés de l’institution et ceux du sous-traitant à fonction égale, de délocalisation… Divers mécanismes appauvrissent ainsi les hôpitaux et les incitent à sélectionner les patients en fonction de leurs possibilités économiques2 ». La marchandisation a aussi fortement changé le secteur des maisons de repos : alors que ce secteur était, historiquement, privé et non commercial (associatif subventionné), d’importants groupes commerciaux ont racheté les petites institutions suite à la « Directive Bolkestein » : « aujourd’hui, 40% des lits des maisons de repos belges (secteur privé et public confondus) poursuivent un but lucratif. A Bruxelles, 62% des lits se trouvent dans des établissements privés commerciaux, 24% étant gérés par les communes via le CPAS, 14% par des asbl »///////2. Bien entendu, les acteurs commerciaux sélectionnent les bénéficiaires en fonction de leur solvabilité, tandis que les institutions sans but lucratif reçoivent les patients plus démunis…

Agissons

La P la te- f o r me et le R és eau coordonnent leurs efforts pour promouvoir une politique de santé progressiste et égalitaire en Belgique, en Europe et dans le monde. Leur objectif principal est d’unir leurs travaux et leurs forces sur trois plans principaux : • l’analyse critique des systèmes de santé ainsi que des facteurs sociaux qui influencent la santé, en Belgique, en Europe et dans le monde, mais également des facteurs sociaux qui déterminent la santé et la maladie ; • l’information, la sensibilisation des professionnels et de la population quant aux conséquences des politiques néolibérales sur la protection sociale et le service public des soins de santé ; • la lutte pour des politiques solidaires en matière de santé et de promotion du bien-être. Chacun diffusera les actions menées respectivement au niveau local et national, tentera de les amplifier, de les organiser en collaboration si possible. Le projet est aussi de préparer un cahier de revendications pour interpeller les partis politiques sur leurs futurs programmes aux élections, notamment les élections européennes de 2014. En décembre prochain, le Réseau européen compte organiser une réunion européenne qui adoptera un « cahier de revendications » à adresser aux différents niveaux de pouvoir. Il rencontrera ensuite les partis européens pour leur transmettre ce cahier et lancer une campagne vers les candidats dans les différents pays. Les axes de la plate-forme d’action Santé et Solidarité et du Réseau européen contre la commercialisation de la santé et de la protection sociale * La Santé est un droit pour tous ; * L’Accessibilité pour tous à la santé et aux soins de santé ; * La Protection sociale généralisée basée sur un financement collectif solidaire ; * La Démocratie sanitaire par la participation de tous aux décisions en la matière ; * Résister au processus de privatisation et de commercialisation du secteur de la santé ; * Refuser les opérateurs à but lucratif dans le secteur des soins de santé ; * Encourager la recherche publique et le prix bas des médicaments ; * Défendre des soins de qualité et de bonnes conditions de travail pour le personnel de la santé ; * Agir sur les déterminants de la santé.

Documents joints

  1. Pour comprendre les enjeux de la directive services, lire Directives “services” et SSIG : Rétroactes et enjeux. Analyse de la SAW-B asbl, Mai 2011. h t t p : / / w w w. s a w – b . b e / E P / 2 0 11 / A1107services_SSIG_retroactes_enjeux. pdf Lire aussi “ la santé en voie de privatisation européenne ”, Henri Houben, SC – juillet 2006 – n° 37 http://www.maisonmedicale.org/La-santeen- voie-de-privatisation.html
  2. Marie-Hélène Salah, « La santé n’est pas à vendre », dossier de Bruxelles Santé n°68, octobre 2012.

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 65 - septembre 2013

Les pages ’actualités’ du n° 65

La situation est critique mais des alternatives prennent forme…

L’austérité n’est pas la bonne solution pour relever l’Europe, et elle creuse les inégalités sociales de santé. D’où viendra la réorientation des politiques menées jusqu’ici ? Constatant la relative impuissance des gouvernements, l’auteur en appelle au(…)

- Coralie Ladavid

Le forfait nouveau est arrivé

A l’heure où nous finissons ce focus, l’arrêté royal fixant les nouvelles modalités de financement forfaitaire pour les maisons médicales a été publié au Moniteur belge. Les derniers coups de fil ont eu lieu entre l’INAMI(…)

- Christian Legrève, Dr Hubert Jamart, France Defrenne

La santé mentale en médecine générale : état de la question

Accompagner les petits accidents et les grands drames de la vie : c’est le quotidien du médecin généraliste. Hôte central, roue de secours… Quelle place a-t-il parmi les professionnels en santé mentale ? Plongée sur le(…)

- Dr Anne Gillet

Our Health is not for sale ! Notre santé n’est pas à vendre !

Privatisation et commercialisation de la santé : ces processus, bien engagés dans de nombreux pays européens ont un impact néfaste, voire catastrophique encore renforcé par les politiques d’austérité menées aujourd’hui dans la plupart des pays. Mais(…)

- Julie Maenaut

Développement… de quoi ? Et la santé dans tout cela ?

Un groupe de travailleurs en maison médicale se réunit régulièrement à Liège pour réfléchir aux rapports entre les pays du Nord et du Sud. Pour sa 27ème soirée, le groupe Nord- Sud a invité Daniel Cauchy,(…)

- Dr André Crismer

Quelques balises

Santé mondialisée : nouveaux défis pour l’épidémiologie

La mondialisation de la santé n’est pas un phénomène nouveau, mais son ampleur est sans commune mesure avec les constats qui pouvaient être dressés il y a 20 ans. Les problèmes prioritaires des pays « industrialisés(…)

- Alain Levêque

La surveillance épidémiologique : méthodes, avantages et limites

Décrire, alerter, évaluer : voilà en gros, les trois axes de la recherche épidémiologique. L’intérêt de cette discipline déjà ancienne n’est, de nos jours, plus à démontrer. Mais les besoins d’informations se sont multipliés et complexifiés,(…)

- Elysee Somassé

Patchwork épidémiologique

Elixir de jouvence novembre 2012 méthodologie : étude de cohorte L’image que l’on se fait du vieillissement influence la manière dont on le vit : une bonne raison pour bousculer des stéréotypes assassins. « Quand vous pensez aux(…)

- Antoine Flahaut

Une vieille dame tenace

L’attention portée aux déterminants sociaux de santé est loin d’être une mode récente : l’épidémiologie n’a cessé, dès sa naissance, de démontrer les liens existant entre la santé et les conditions de vie. Elle a toujours(…)

- Marianne Prévost

Transitions : nouveaux défis pour les systèmes de santé

« Les problèmes d’aujourd’hui résultent des solutions d’hier » : les auteurs qui ont nourri cet article montrent à quel point il est nécessaire d’innover face aux bouleversements démographiques et épidémiologiques actuels.

- Denis A. Roy, Eric Litvak, Fred Paccaud

Vu du terrain

Le rôle du médecin dans les inégalités sociales de santé : une approche interdisciplinaire

La manière dont le médecin dialogue avec son patient peut-elle accentuer les inégalités sociales de santé ? Pour approcher cette question assez peu étudiée, le projet INTERMEDE a réuni différentes équipes de recherche issues d’horizons variés(…)

- Anne-Cécile Schieber, Michelle Kelly-Irving, Monique Membrado, Jean-Pol Génolini, Ludovic Tanguy, Pascal Marchand, Thierry Lang

Mieux comprendre la prévention : alliance entre épidémiologie et sciences humaines

Le vaccin HPV a été introduit assez récemment comme moyen de prévention contre le cancer du col de l’utérus. Comment cette stratégie estelle comprise, perçue par les acteurs concernés ? Le programme REMPAR a mené l’enquête(…)

- Julie Kalecinski, Delphine Lutringer-Magnin, Philippe Vanhems, Christine Lasset, Franck Chauvin

Mortalité périnatale et migration

Le nombre total de personnes émigrant du sud vers le nord a doublé au cours de ces dernières décennies. Parmi elles, le nombre de femmes en âge de procréer augmente constamment. Quel est l’état de santé(…)

- Judith Racapé, Edwige Haelterman, Michèle Dramaix, Sophie Alexander, Myriam De Spiegelaere

Microépidémiologie à partir du terrain : le tableau de bord de la Fédération des maisons médicales

Les soignants peuvent-ils récolter en routine des données pertinentes pour la santé publique ? Oui, répond la Fédération des maisons médicales : regards sur les premières analyses réalisées grâce au « tableau de bord » implanté(…)

- Marianne Prévost, Marie Marganne

La santé des jeunes : deux dispositifs d’observation

L’état de santé de l’adulte est influencé par les comportements acquis et les habitudes de vie prises dans l’enfance et l’adolescence ; d’où l’intérêt d’observer la santé des jeunes, pour donner des pistes aux intervenants de(…)

- Christian Massot, Valérie Wathieu, Luc Berghmans, Marianne Prévost

Santé des adolescents : inégalités sociales en Tunisie

La santé des adolescents interpelle largement les responsables de santé publique. En Tunisie comme dans beaucoup d’autres pays, ces jeunes sont observés à partir du milieu scolaire. Mais beaucoup de jeunes abandonnent précocement l’école, malgré sa(…)

- Hajer Aounallah – Skhiri, Pierre Traissac, Jalila El Ati, Francis Delpeuch, Mohamed Hsairi, Habiba Ben Romdhane, Bernard Maire

Suivi de la proportion de malades chroniques en Belgique : questions de méthodes

Les sept mutualités belges en activité collectent un ensemble de données afin de pouvoir effectuer leurs tâches : des données administratives (exemple : sexe et âge des membres) ainsi que les données de facturation rassemblées à(…)

- Tonio Di Zinno, Birgit Gielen, Johan Vanoverloop, Joeri Guillaume, Ragna Préal

Les personnes exclues des soins formels : une étude de Médecins du Monde

Les centres de consultation de Médecins du Monde accueillent les personnes exclues des soins formels. Ces personnes cumulent souvent les vulnérabilités[A,B] et leur risque de morbidité est accru. Qui sont-elles, de quoi souffrent-elles plus précisément ?(…)

- Fidèle Kabera Mugabe, Kathia van Egmond, Edith Hesse, Stéphane Heymans, Michèle Dramaix-Wilmet

Le cancer du sein dans les pays du Sud : quelles stratégies de dépistage ?

L’incidence du cancer du sein augmente rapidement dans les pays du Sud et cette croissance est préoccupante. La prévention est dès lors indispensable, mais elle pose des questions particulières : les stratégies mises en place au(…)

- Marilys Corbex

Politiques de santé et prise en compte du patient chronique : les cas du SIDA et du diabète au Mali

Les maladies chroniques augmentent aujourd’hui fortement dans les pays du Sud : cela change le rôle et la place des patients, tant au niveau des soins qu’au niveau politique. Analyse d’une construction sociale, dont les résultats(…)

- Annick Tijou-Traoré, Bruno Dujardin, Isabelle Gobatto, Jessica Martini

Médicaments : après Pretoria, New Delhi ?

Une nouvelle géopolitique du médicament se dessine depuis plusieurs années : bras de fer entre les pays émergents et l’industrie pharmaceutique.

-

Vu du ciel

Prévention des traumatismes : une priorité mondiale

Les traumatismes – violences, accidents – sont-ils suffisamment à l’agenda des politiques de santé publique ? Non, estime Etienne Krug, qui plaide depuis longtemps pour mobiliser les gouvernements sur cette question. Les choses avancent, mais l’évidence(…)

- Etienne Krug

Complexité : l’art et la science

Systèmes de données élaborés, indicateurs sophistiqués, modèles d’analyse complexes… l’étude rigoureuse des questions de santé est aujourd’hui possible. Mais il faut se rendre à l’évidence : ces outils ne suffisent pas pour prendre de bonnes décisions(…)

- Denis A. Roy, Eric Litvak, Fred Paccaud

Données, informations, connaissances : vers de meilleures décisions en santé publique ?

La politique de santé au Québec est résolument ancrée dans une vision dynamique : il s’agit avant tout de reconnaître la complexité du système de santé et de soutenir sa vitalité. Le credo de Denis Roy,(…)

- Denis A. Roy

Glossaire

Glossaire

La plupart des définitions qui suivent sont issues de la Banque de données en santé publique (BDSP), du Réseau documentaire d’informations en santé publique dont la gestion est assurée par l’Ecole des hautes études en santé(…)

-

Introduction

Introduction

Epidémiologie et soins de santé primaires : rencontres En octobre 2012, deux associations d’épidémiologistes organisaient un colloque à Bruxelles avec l’école de santé publique de l’université libre de Bruxelles sur le thème de « La santé(…)

- Marianne Prévost