Aller au contenu

Mieux comprendre la prévention : alliance entre épidémiologie et sciences humaines

Le vaccin HPV a été introduit assez récemment comme moyen de prévention contre le cancer du col de l’utérus. Comment cette stratégie estelle comprise, perçue par les acteurs concernés ? Le programme REMPAR a mené l’enquête dans la région de Rhône-Alpes auprès de médecins, de jeunes filles et de leurs mères, en articulant différentes approches : l’interdisciplinarité au service de l’écoute.

Le programme REMPAR : Recherche – évaluation des moyens de prévention anti-HPV en Rhône-Alpes est mené par le Centre Hygée et le Centre Léon Bernard (Lyon). Son originalité est d’associer des actions de prévention primaire, secondaire et tertiaire dans une même structure. Celle-ci est intégrée à un établissement de soins en cancérologie, l’Institut de Cancérologie Lucien Neuwirth, et fortement liée à un centre de recherche. Ce programme est mené par le Centre Hygée et le Centre Léon Bérard (Lyon.) Ce dernier mène toute l’étude quantitative.

Une coexistence difficile ?

Le cancer du col de l’utérus1 est dû à une infection par le papillomavirus humain (HPV), infection sexuellement transmissible très fréquente. Deux moyens de prévention coexistent : le frottis cervico-utérin qui permet la détection précoce et la vaccination HPV qui protège contre 70% de ces cancers. Cette protection étant partielle, le dépistage reste recommandé pour les femmes vaccinées selon les mêmes modalités. Le frottis s’impose aux femmes pendant une longue période de leur vie : il est recommandé en France (comme en Belgique, ndlr) tous les 3 ans pour les femmes de 25 à 65 ans après deux frottis normaux réalisés à un an d’intervalle[C]. La vaccination HPV, elle, n’est pas répétitive et ne concerne que les jeunes filles : au moment de la réalisation du programme REMPAR, elle était recommandée et remboursée pour les jeunes filles de 14 à 23 ans n’ayant pas encore eu de rapports sexuels ainsi que pour celles qui avaient entamé leur vie sexuelle endéans l’année. La coexistence de ces deux moyens de prévention soulève un ensemble de questions : la vaccination a-t-elle un impact négatif sur le dépistage futur par frottis (début et régularité de la surveillance) ? Diminue-t-elle les comportements de prévention vis-à-vis des infections sexuellement transmissibles ? A l’écoute des acteurs concernés L’étude transversale réalisée dans le programme REMPAR a été répétée à 2 temps différents : lors de la mise en place de la vaccination (temps 0, 2007-2008) et lors de la fin de montée en charge de la vaccination (temps 1, 2010-2011). Trois échantillons ont chaque fois rempli un auto-questionnaire concernant la prévention du cancer du col de l’utérus : le premier échantillon était constitué de médecins, le second de mères de filles de 14 à 18 ans, le troisième de jeunes filles âgées de 15 à 23 ans. Par ailleurs, des sous-échantillons de ces 3 populations ont participé à des entretiens semi-directifs menés par une sociologue, afin de compléter et d’enrichir l’étude quantitative. Les médecins doutent… L’étude quantitative (368 répondants) a montré que certains médecins sont attentistes (14.8%) ou opposés (1.6%) à la vaccination HPV. Pour expliquer cette position, ils évoquaient majoritairement le manque de recul du vaccin, le fait qu’il n’offre pas une protection totale contre l’ensemble des souches HPV responsables du cancer du col, ainsi que leur propre manque d’information. Les entretiens qualitatifs menés auprès de 50 médecins ont permis d’explorer et d’approfondir ces justifications. Ainsi, le manque de recul, très clairement associé au manque d’informations (qui n’étaient pas encore disponibles), semblait susceptible de les mettre en difficulté face aux questions posées par les patientes : y a-t-il des effets secondaires ? Faut-il faire un rappel ? Quel impact a le vaccin sur l’incidence et la létalité ? Les médecins évoquaient les difficultés rencontrées pendant la polémique autour de vaccin contre l’hépatite B dans les années 90 : cette expérience les a marqués et ils ne souhaitaient pas la revivre. Les mères s’interrogent… Certains freins à la vaccination HPV n’avaient pas été spontanément évoqués dans l’enquête par questionnaire ; l’étude qualitative a permis de les faire surgir, et de les mettre en lien avec des caractéristiques socio-économiques ou culturelles. Ainsi, c’est en entretien que les mères ont fait part de leurs interrogations : aborder la vaccination avec leur fille, cela implique la possibilité qu’elles aient une sexualité active, et la nécessité d’en parler. C’est difficile pour certaines mères. Cette difficulté, évoquée surtout par les mères défavorisées, semble être en lien avec la religion : pour certaines femmes musulmanes en particulier, il ne doit pas y avoir de rapports avant le mariage, leurs filles adolescentes ne sont dès lors pas encore concernées par cette vaccination. L’enquête qualitative a également permis de nuancer les résultats de l’enquête quantitative : celle-ci montrait qu’en réponse à une question fermée, 80% des mères savaient que le frottis cervico utérin sert à dépister un cancer, 60% qu’il sert à dépister le cancer du col. Toutefois, les entretiens ont révélé que ces réponses correctes avaient été largement « suggérées » par les propositions contenues dans la question fermée : les femmes n’ont pas pu répondre à la question ouverte (sans propositions) posée à ce sujet. Les jeunes filles hésitent… L’enquête quantitative a révélé une certaine confusion chez les jeunes filles en ce qui concerne les moyens de protection des infections sexuellement transmissibles et les moyens de contraception. Cette confusion semblait à première vue se confirmer lors des entretiens : 7 jeunes filles sur 28 citaient des moyens de contraception comme moyens de protection des infections sexuellement transmissible – ayant entendu parler des deux en même temps, elles avaient tendance à les associer. Toutefois, en approfondissant, nous avons pu constater qu’elles connaissaient bien le rôle du préservatif ainsi que la différence entre ses deux fonctions.

Quali-quanti : complémentarité fructueuse

La complémentarité des approches quantitative et qualitative s’est mise en place dès la construction du dispositif de recherche. Ainsi, lors des entretiens au temps 0, les médecins ont souvent précisé qu’ils préféreraient vacciner des filles plus jeunes (10-12 ans) en profitant des rappels à faire pour d’autres vaccins ; ou, au contraire des jeunes filles plus âgées et donc davantage concernées par la sexualité. Dès lors, dans l’étude quantitative au temps 1, nous leur avons demandé ce qu’ils pensaient des recommandations actuelles. De même, lors des entretiens les médecins ont amené d’intéressantes réflexions à propos des effets positifs inattendus de la vaccination HPV : elle peut, par exemple, être une bonne opportunité pour proposer le frottis aux mamans. Nous avons ainsi ajouté à l’étude quantitative de T1 une question sur les opportunités liées au vaccin. En conclusion, cette étude confirme qu’une méthodologie à double composante offre la possibilité d’analyses multiples qui s’enrichissent mutuellement : l’approche qualitative permet d’approfondir des thèmes qu’il est difficile d’aborder uniquement de manière quantitative ; elle permet aussi d’explorer plus en détail les pistes ouvertes par l’étude quantitative, d’une manière plus centrée sur l’individu et son contexte.

Documents joints

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 65 - septembre 2013

Les pages ’actualités’ du n° 65

La situation est critique mais des alternatives prennent forme…

L’austérité n’est pas la bonne solution pour relever l’Europe, et elle creuse les inégalités sociales de santé. D’où viendra la réorientation des politiques menées jusqu’ici ? Constatant la relative impuissance des gouvernements, l’auteur en appelle au(…)

- Coralie Ladavid

Le forfait nouveau est arrivé

A l’heure où nous finissons ce focus, l’arrêté royal fixant les nouvelles modalités de financement forfaitaire pour les maisons médicales a été publié au Moniteur belge. Les derniers coups de fil ont eu lieu entre l’INAMI(…)

- Christian Legrève, Dr Hubert Jamart, France Defrenne

La santé mentale en médecine générale : état de la question

Accompagner les petits accidents et les grands drames de la vie : c’est le quotidien du médecin généraliste. Hôte central, roue de secours… Quelle place a-t-il parmi les professionnels en santé mentale ? Plongée sur le(…)

- Dr Anne Gillet

Our Health is not for sale ! Notre santé n’est pas à vendre !

Privatisation et commercialisation de la santé : ces processus, bien engagés dans de nombreux pays européens ont un impact néfaste, voire catastrophique encore renforcé par les politiques d’austérité menées aujourd’hui dans la plupart des pays. Mais(…)

- Julie Maenaut

Développement… de quoi ? Et la santé dans tout cela ?

Un groupe de travailleurs en maison médicale se réunit régulièrement à Liège pour réfléchir aux rapports entre les pays du Nord et du Sud. Pour sa 27ème soirée, le groupe Nord- Sud a invité Daniel Cauchy,(…)

- Dr André Crismer

Quelques balises

Santé mondialisée : nouveaux défis pour l’épidémiologie

La mondialisation de la santé n’est pas un phénomène nouveau, mais son ampleur est sans commune mesure avec les constats qui pouvaient être dressés il y a 20 ans. Les problèmes prioritaires des pays « industrialisés(…)

- Alain Levêque

La surveillance épidémiologique : méthodes, avantages et limites

Décrire, alerter, évaluer : voilà en gros, les trois axes de la recherche épidémiologique. L’intérêt de cette discipline déjà ancienne n’est, de nos jours, plus à démontrer. Mais les besoins d’informations se sont multipliés et complexifiés,(…)

- Elysee Somassé

Patchwork épidémiologique

Elixir de jouvence novembre 2012 méthodologie : étude de cohorte L’image que l’on se fait du vieillissement influence la manière dont on le vit : une bonne raison pour bousculer des stéréotypes assassins. « Quand vous pensez aux(…)

- Antoine Flahaut

Une vieille dame tenace

L’attention portée aux déterminants sociaux de santé est loin d’être une mode récente : l’épidémiologie n’a cessé, dès sa naissance, de démontrer les liens existant entre la santé et les conditions de vie. Elle a toujours(…)

- Marianne Prévost

Transitions : nouveaux défis pour les systèmes de santé

« Les problèmes d’aujourd’hui résultent des solutions d’hier » : les auteurs qui ont nourri cet article montrent à quel point il est nécessaire d’innover face aux bouleversements démographiques et épidémiologiques actuels.

- Denis A. Roy, Eric Litvak, Fred Paccaud

Vu du terrain

Le rôle du médecin dans les inégalités sociales de santé : une approche interdisciplinaire

La manière dont le médecin dialogue avec son patient peut-elle accentuer les inégalités sociales de santé ? Pour approcher cette question assez peu étudiée, le projet INTERMEDE a réuni différentes équipes de recherche issues d’horizons variés(…)

- Anne-Cécile Schieber, Michelle Kelly-Irving, Monique Membrado, Jean-Pol Génolini, Ludovic Tanguy, Pascal Marchand, Thierry Lang

Mieux comprendre la prévention : alliance entre épidémiologie et sciences humaines

Le vaccin HPV a été introduit assez récemment comme moyen de prévention contre le cancer du col de l’utérus. Comment cette stratégie estelle comprise, perçue par les acteurs concernés ? Le programme REMPAR a mené l’enquête(…)

- Julie Kalecinski, Delphine Lutringer-Magnin, Philippe Vanhems, Christine Lasset, Franck Chauvin

Mortalité périnatale et migration

Le nombre total de personnes émigrant du sud vers le nord a doublé au cours de ces dernières décennies. Parmi elles, le nombre de femmes en âge de procréer augmente constamment. Quel est l’état de santé(…)

- Judith Racapé, Edwige Haelterman, Michèle Dramaix, Sophie Alexander, Myriam De Spiegelaere

Microépidémiologie à partir du terrain : le tableau de bord de la Fédération des maisons médicales

Les soignants peuvent-ils récolter en routine des données pertinentes pour la santé publique ? Oui, répond la Fédération des maisons médicales : regards sur les premières analyses réalisées grâce au « tableau de bord » implanté(…)

- Marianne Prévost, Marie Marganne

La santé des jeunes : deux dispositifs d’observation

L’état de santé de l’adulte est influencé par les comportements acquis et les habitudes de vie prises dans l’enfance et l’adolescence ; d’où l’intérêt d’observer la santé des jeunes, pour donner des pistes aux intervenants de(…)

- Christian Massot, Valérie Wathieu, Luc Berghmans, Marianne Prévost

Santé des adolescents : inégalités sociales en Tunisie

La santé des adolescents interpelle largement les responsables de santé publique. En Tunisie comme dans beaucoup d’autres pays, ces jeunes sont observés à partir du milieu scolaire. Mais beaucoup de jeunes abandonnent précocement l’école, malgré sa(…)

- Hajer Aounallah – Skhiri, Pierre Traissac, Jalila El Ati, Francis Delpeuch, Mohamed Hsairi, Habiba Ben Romdhane, Bernard Maire

Suivi de la proportion de malades chroniques en Belgique : questions de méthodes

Les sept mutualités belges en activité collectent un ensemble de données afin de pouvoir effectuer leurs tâches : des données administratives (exemple : sexe et âge des membres) ainsi que les données de facturation rassemblées à(…)

- Tonio Di Zinno, Birgit Gielen, Johan Vanoverloop, Joeri Guillaume, Ragna Préal

Les personnes exclues des soins formels : une étude de Médecins du Monde

Les centres de consultation de Médecins du Monde accueillent les personnes exclues des soins formels. Ces personnes cumulent souvent les vulnérabilités[A,B] et leur risque de morbidité est accru. Qui sont-elles, de quoi souffrent-elles plus précisément ?(…)

- Fidèle Kabera Mugabe, Kathia van Egmond, Edith Hesse, Stéphane Heymans, Michèle Dramaix-Wilmet

Le cancer du sein dans les pays du Sud : quelles stratégies de dépistage ?

L’incidence du cancer du sein augmente rapidement dans les pays du Sud et cette croissance est préoccupante. La prévention est dès lors indispensable, mais elle pose des questions particulières : les stratégies mises en place au(…)

- Marilys Corbex

Politiques de santé et prise en compte du patient chronique : les cas du SIDA et du diabète au Mali

Les maladies chroniques augmentent aujourd’hui fortement dans les pays du Sud : cela change le rôle et la place des patients, tant au niveau des soins qu’au niveau politique. Analyse d’une construction sociale, dont les résultats(…)

- Annick Tijou-Traoré, Bruno Dujardin, Isabelle Gobatto, Jessica Martini

Médicaments : après Pretoria, New Delhi ?

Une nouvelle géopolitique du médicament se dessine depuis plusieurs années : bras de fer entre les pays émergents et l’industrie pharmaceutique.

-

Vu du ciel

Prévention des traumatismes : une priorité mondiale

Les traumatismes – violences, accidents – sont-ils suffisamment à l’agenda des politiques de santé publique ? Non, estime Etienne Krug, qui plaide depuis longtemps pour mobiliser les gouvernements sur cette question. Les choses avancent, mais l’évidence(…)

- Etienne Krug

Complexité : l’art et la science

Systèmes de données élaborés, indicateurs sophistiqués, modèles d’analyse complexes… l’étude rigoureuse des questions de santé est aujourd’hui possible. Mais il faut se rendre à l’évidence : ces outils ne suffisent pas pour prendre de bonnes décisions(…)

- Denis A. Roy, Eric Litvak, Fred Paccaud

Données, informations, connaissances : vers de meilleures décisions en santé publique ?

La politique de santé au Québec est résolument ancrée dans une vision dynamique : il s’agit avant tout de reconnaître la complexité du système de santé et de soutenir sa vitalité. Le credo de Denis Roy,(…)

- Denis A. Roy

Glossaire

Glossaire

La plupart des définitions qui suivent sont issues de la Banque de données en santé publique (BDSP), du Réseau documentaire d’informations en santé publique dont la gestion est assurée par l’Ecole des hautes études en santé(…)

-

Introduction

Introduction

Epidémiologie et soins de santé primaires : rencontres En octobre 2012, deux associations d’épidémiologistes organisaient un colloque à Bruxelles avec l’école de santé publique de l’université libre de Bruxelles sur le thème de « La santé(…)

- Marianne Prévost