Aller au contenu

Salut Marc

Santé conjuguée n° 48 - avril 2009

Un homme pour la vie…

Nous avons à vous dire combien nous sommes très malheureux, très malheureux qu’un homme de la qualité de Marc Hombergen nous quitte si précocement, alors qu’il avait encore tant de choses à vivre et à bien vivre. Tant de plaisir à goûter, à savourer voire à en abuser car bonheur et plaisir sont à boire jusqu’à la lie. marc.jpgNé au milieu des années 50, Marc est apparu dans notre paysage, au moment où la Fédération des maisons médicales se structurait sous les effets conjugués du retrait de la vague soixante-huitarde et de la demi-victoire contre les chambres syndicales Wynen. … Lorsque la Fédération campait dans les combles de la maison médicale de Forest au début des années 80, il en fut le premier secrétaire et celui par qui les idées atterrissent…. Il fût aussi l’organisateur du premier congrès en 86 sur le thème « Les centres de santé, base d’une politique de santé » et à sa suite, coordinateur du Secrétariat européen des pratiques de santé communautaire. Il aura marqué de son empreinte la promotion du forfait, les négociations bruxelloises sur les décrets et les accords du non marchand en 2001.Il était membre actif du conseil consultatif à la Commission communautaire française. Avec la création et la gestion de FIGAC, il aura fait progresser la réalité des Dossiers santé informatisés. A l’initiative de la Fédération des associations sociales et santé, il en a exercé la présidence jusqu’il y a peu. Il était aussi revenu récemment au conseil d’administration de la Fédération des maisons médicales. La maison médicale Esseghem dont il était un des pères aura donné naissance à trois filles ; elle aura aussi parrainé un projet de centre de santé au Cameroun. Il avait l’Afrique en horizon, c’est là, sur les routes du Burkina Fasso qu’il a perdu la vie. Homme de projets en rapport avec un idéal social constant, Marc était ce qu’on peut appeler un caractère, à la voix forte, aux coups de gueule francs et au coeur encore plus gros. La rue Besme, havre d’accueil et de convivialité, en a hébergé plus d’un. La Vie avec un grand V, un appétit de vie, une boulimie pleine et totale : la bonne chère et le bon vin, le parapente, le théâtre, le resto, l’informatique, la moto. Il voulait tout faire, tout essayer, l’action syndicale, l’action patronale, l’action politique, partout il s’investissait avec une grande énergie et une grande lucidité sur les partenaires. Une force pugnace, une lucidité, un idéalisme pragmatique, Marc, un bon-homme qui nous manquera. Nous embrassons Brigitte et les enfants qui font leur vie, sans doute un peu de la sienne… La Fédération des maisons médicales, Jacques Morel
À Marc, On raconte souvent Que nul n’est irremplaçable Il y a 14 ans, Marc, tu as eu une idée folle ! Celle de créer une antenne de maison médicale dans un coin perdu… A Berchem-Sainte-Agathe. Histoire de soigner mieux, de soigner plus. Brigitte, infirmière et Pascale, médecin t’ont suivi dans le délire. Ensuite, Catherine la kiné et puis, petit à petit, tous les autres… Aujourd’hui, cette idée folle est devenue une maison médicale Dans laquelle il fait bon vivre Une chouette bande de copains qui travaillent ensemble. Aussi improbable que cela puisse paraître aujourd’hui. Et tu en faisais partie Marc. Nous n’étions pas tes collègues, nous étions tes copains. Et ces mots sont pesés… Tu as toujours été là, Plus qu’un référent, un maître, Extrêmement présent, lorsque nous avions besoin de toi. Et on raconte pourtant Que nul n’est irremplaçable… Au milieu de nous, ce n’est pas un énorme vide que tu laisses, Mais ce sont des traces… indélébiles Nous nous souviendrons : Que le dialogue dans le respect est précieux pour une équipe Que rire ensemble permet de tenir face à la douleur et face à l’adversité Et puis, que la vraie folie C’est de laisser ses rêves dans un tiroir… Nul n’est irremplaçable ? Sauf peut-être toi, Marc. L’équipe de ta maison médicale Kattebroek.
Un entrepreneur du non-marchand… les pieds dans la boue et la tête dans le politique… Il m’a fallu quelques jours pour prendre la plume, tellement la nouvelle de décès de Marc était insupportable. C’est en mon nom et au nom de la maison médicale Espace Santé que je me décide à écrire ce petit mot. Marc est, un peu sans le savoir, à la base de la maison médicale Espace Santé en ayant mis en contact médecins et kinésithérapeute désireux de se lancer à l’aventure… Car Marc était comme cela : on fonce, on avance, parfois sans trop se soucier ni des moyens, ni des formes car l’urgence et la finalité du projet justifient et imposent d’avancer. Je me suis quelques fois confronté à lui, quand j’assumais ad intérim, la fonction de référent informatique de la Fédération et même si nous n’étions pas toujours du même avis, j’ai toujours senti chez lui un profond respect, une grande sensibilité dissimulée derrière une bonne tape dans le dos, une capacité à se remettre en question et à passer l’éponge après un bon coup de gueule, et surtout une boulimie de la vie. Il avait aussi cette conviction que les changements ne doivent pas se faire uniquement sur le terrain mais aussi dans un engagement politique au sein de la Fédération et en dehors… Et c’est précisément dans un de ces combats que la mort l’a pris par surprise… Il nous laisse en héritage, hormis tout ce qu’il a fait émerger, la nécessité de poursuivre le chemin d’engagement. Je voudrais, au nom d’Espace Santé, envoyer à Brigitte et à ses enfants tous nos encouragements et notre reconnaissance de nous avoir si souvent « prêté » Marc… Bon courage. Bon vent Marc, je sais que quelque soit le lieu où tu es, te connaissant, tu continueras le combat… Pour la maison médicale Espace Santé Thierry Wathelet
Chers tous, Je voudrais m’exprimer au nom de l’équipe de la maison médicale Esseghem. Je pourrais parler des heures de notre collaborateur, de celui qui à juste titre considérait la maison médicale Esseghem comme son bébé (même si les bébés ne se font pas seuls) et qui s’y est dévoué corps et âme même lorsque les temps difficiles des tensions humaines ou matérielles furent venus. Celui qui a toujours fait front pour le bien de toute l’équipe et a veillé – oserais-je dire paternellement ? – à garder le bateau à flot et à conserver le cap en cherchant le bon courant, là où d’autres auraient peut-être quitté le navire. Il y est arrivé, au-delà même de ses espérances. Mais c’est l’homme avant tout que notre équipe tient à célébrer. Sa personnalité, d’un abord simple, mais en réalité complexe, demandait du temps à être connue, et si je devais faire son panégyrique, je ne citerais certainement pas en premier comme qualités la discrétion, la tempérance ou la retenue – même s’il savait en faire preuve si la situation l’exigeait. Mais je relèverais plutôt que, à l’instar des personnages d’Hergé, il y’avait en lui du Tintin pour la curiosité insatiable, le goût de l’aventure et l’intérêt pour l’autre jamais démenti, du Haddock pour la tonitruance, les coups de gueule, la générosité débridée et l’amour des bonnes choses et du Milou pour l’humour, les traits parfois acerbes et surtout la fidélité jamais prise en défaut. Tel était le Marc que nous avons côtoyé quotidiennement et qui nous a marqué à un point tel que le vide laissé est proprement vertigineux, et son silence assourdissant. Qu’allons-nous faire sans lui ? Cette question, il l’avait anticipée et nous l’avait posée déjà dans le passé mais la nature humaine est ainsi faite qu’on ne tend à réellement en réaliser le bien-fondé que lorsque la réalité nous tend impitoyablement le miroir de notre propre mortalité. Cependant, quelque soit notre affliction, elle doit rester modeste face à la douleur indicible de ses proches. Concernant l’équipe d’Esseghem, nous tâcherons de faire face en ayant toujours en mémoire le projet et les visions de Marc, en espérant qu’ils nous guident dans les aléas du futur. Pour la maison médicale Esseghem, Philippe Dupont

A la base de Santé conjuguée

Pendant près d’une quinzaine d’années, Marc Hombergen a animé le Courrier de la Fédération des maisons médicales, à une époque héroïque où, sans informatique et sans télématique, les publications du monde associatif étaient littéralement portées à bout de bras par les rédac’chefs. Il a mené cette tâche à bien jusqu’à plus de 100 numéros, avant de céder le flambeau à l’équipe actuelle. Peu après, le Courrier de la Fédération des maisons médicales et les Cahiers du GERM s’unissaient pour devenir Santé conjuguée, que Marc continua à soutenir. Sans toi, nous n’aurions peut-être jamais existé. Merci Marc. L’équipe de Santé conjuguée

Documents joints

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 48 - avril 2009

Rapprocher les professionnels et les publics précaires : une approche transdisciplinaire

Trop souvent les dispositifs socio- sanitaires ne sont pas suffisamment sensibilisés à l’approche des publics précarisés. D’où l’idée d’une formation résolument ouverte sur le terrain pour « donner corps au désir éthique et politique d’une société(…)

- Marianne Prévost

Expérience ethnographique auprès de travailleurs sociaux de proximité en souffrance

Cette enquête de terrain propose une lecture des souffrances vécues par des travailleurs sociaux de proximité, éducateurs de rue, intervenants sociaux dans des centres d’accueil de nuit ou de jour à Charleroi, Bruxelles, Liège et propose(…)

- Nicolas Emmanuel

Entre la rue et l’école

De la même manière que l’on a vu émerger la problématique de l’insertion socioprofessionnelle, on a vu croître, depuis la loi de prolongation de la scolarité obligatoire, une problématique de l’insertion « socio-scolaire ». Par la(…)

- Georis Véronique

Une rue qui n’est pas la rue

Se loger ou habiter ? Quelle est cette alchimie particulière qui permet de transformer les sites de logements sociaux en habitats, de passer de l’intimité familiale à la vie d’une communauté d’habitants ? A partir d’une(…)

- Vander Ghinst Muriel

La souffrance psycho-sociale : regards de Jean Furtos

« M. Furtos, il faut nous aider à comprendre : il y a de nouveaux patients qui viennent dans les centres médicopsychologiques, et nous ne savons pas comment les aider, ils ne souffrent plus comme avant(…)

- Marianne Prévost

Hors limite : sans-papiers en grève de la faim

Parmi les personnes en situation d’exclusion, les sans-papiers cumulent les « handicaps » puisque même leur droit à être là est nié. Ce déni les conduit à des réactions extrêmes comme la grève de la faim(…)

- Marianne Prévost

Rencontre du Comité de vigilance en travail social

Dans son « expérience ethnographique auprès de travailleurs sociaux de proximité en souffrance », Emmanuel Nicolas évoque les tentatives d’instrumentalisation que subissent les travailleurs sociaux. C’est précisément ces pressions, parfois violentes, parfois insidieuses, exercées sur les(…)

- Marianne Prévost

Fragments d’intime

Les populations marquées par la précarité et l’exil vivent une fragilisation de leurs repères qui met à mal leurs relations de genre, leur rapport au corps et à soi-même. Pour répondre à la complexité de ces(…)

- Jamoulle Pascale

Quelques aspects de la santé mentale concernant l’habitat dans l’accompagnement des personnes précaires

Les personnes en grande précarité sont très souvent des personnes en grande souffrance mentale. Le sentiment de perte d’humanité les pousse au découragement, à l’abandon du souci de soi, à l’incurie, tant pour elles-mêmes que pour(…)

- Furtos Jean

Les politiques de la reconnaissance

A propos de Axel Honneth Article paru dans Politique n°51, octobre 2007. C’est dans le rapport à l’autre que nous nous construisons. De nouvelles tendances émergent dans la vie sociale, politique et culturelle et modifient les(…)

- Ansay Pierre

Mères sans papiers, récits de vies invisibles

Carla Chotos Dordio est résolument opposée à l’exclusion sociale qui frappe les sans-papiers – ces personnes invisibles car il leur faut constamment se cacher, ne pas se faire remarquer, se taire… Particulièrement sensible à la situation(…)

- Chotas Dordio Carla

Migration et évolution du rapport de genre

Directrice de « La Maison rue Verte », maison d’accueil où 60% des personnes accueillies sont exilées ou migrantes, Anne Devresse a investigué auprès des femmes hébergées là l’incidence du vécu migratoire sur leur identité et(…)

- Devresse Anne

Vécu de solitude de femmes d’origine maghrébine

Cette enquête de terrain porte sur le vécu de solitude de femmes maghrébines habitant dans un quartier marqué par la précarité. Elle explore l’expérience intime avec la solitude : les liens à soi et aux autres(…)

- Wezel Anne

L’espace social de la rue

Qu’en est-il des liens sociaux, pour ceux qui vivent dans la rue ? Les sans- logis s’attachent-ils « à n’être lié à rien ni à personne », ou peuvent-ils recomposer de nouvelles affiliations ? La littérature(…)

- Bastin Sylvie

Les pages 'actualités' du n° 48

Salut Marc

Un homme pour la vie… Nous avons à vous dire combien nous sommes très malheureux, très malheureux qu’un homme de la qualité de Marc Hombergen nous quitte si précocement, alors qu’il avait encore tant de choses(…)

-

Cadastre des médecins généralistes : réaction du Groupement belge des omnipraticiens

Le débat sur la pénurie ne peut servir à éluder les véritables enjeux : l’instauration d’un échelonnement des soins, et la fin des contraintes de tous ordres qui grèvent l’attractivité de la médecine générale et en(…)

- Vandermeeren Philippe

Un projet en dix points pour la médecine générale

Le problème de l’offre de soins en médecine générale ne se résoudra pas en augmentant le nombre de places en formation. Il est nécessaire de prendre la mesure de la complexité du problème et de faire(…)

- De Maeseneer Jan

Compléments aux dix propositions de Jan De Maeseneer

Les propositions de Jan De Maeseneer décrites dans les pages précédentes sont pertinentes mais appellent quelques remises en perspectives, notamment en termes de pratique de groupe et de pluridisciplinarité.

- Dr Pierre Drielsma

Médicaments sur prescription : permettre aux firmes pharmaceutiques « d’informer » le public entraine surtout des risques

Cela fait longtemps déjà que l’industrie du médicament tente, par tous les moyens, de s’ouvrir la possibilité de faire la publicité concernant les médicaments soumis à prescription adressée aux « consommateurs ». Ainsi, un intense lobby(…)

-

Santé des sans-papiers : réaction de la Fédération des maisons médicales

Depuis plusieurs années, la Fédération avait pris des positions qui allaient dans le même sens ; la situation d’impasse politique, l’épuisement des protagonistes et la persistance de cette situation qui, sans même parler des grèves, a(…)

- Morel Jacques

Les sans-papiers

Les médecins et acteurs de la santé en Belgique constatent une aggravation alarmante de la situation des sans-papiers. Ceux-ci sont contraints de vivre dans des conditions de très grande précarité, ce qui engendre toujours des dégâts(…)

- Fédération des associations de médecins généralistes de Bruxelles, L'équipe de Médecins du Monde, La Fédération des maisons médicales

(P)oser les bonnes questions : Pénurie de médecins généralistes

La comparaison des données fournies par le récent cadastre de la médecine générale en Belgique avec les données démographiques des généralistes en maison médicale laisse à penser que la réponse à la pénurie annoncée ne réside(…)

- Isabelle Heymans, Le programme d'études et de recherches

Santé des sans-papiers : réaction d’un ensemble de soignants de maisons médicales à Bruxelles

En tant que travailleurs des maisons médicales, nous sommes chaque jour confrontés aux problèmes rencontrés par les sans-papiers en Belgique. Nous accueillons chaque jour des personnes inquiètes sur leur sort et celui de leur famille, vivant(…)

- Valérie Alaluf, Marie-Jeanne Wuidar, Chantal Hoornaert, Anne-Françoise Dille, Michel Roland, Mima Deflores