Aller au contenu

Les soins de santé primaires : maintenant plus que jamais


Santé conjuguée n° 52 - avril 2010

Trente ans après Alma-Ata, soixante ans après la création de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le dernier rapport sur la santé dans le monde clame la pertinence et l’actualité des soins de santé primaires (SSP). Ce rapport, abondamment documenté, est illustré de figures et de graphes remarquables qui valent le détour. Il essaie de prendre du recul sur le chemin parcouru depuis la déclaration d’Alma-Ata, de repérer les défis actuels et de tracer des pistes pour l’avenir.

Article basé sur : Organisation Mondiale de la Santé :rapport sur la santé dans le monde, 2008. Les soins de santé primaires. Maintenant plus que jamais, OMS, 2008.
L’espérance de vie a augmenté dans la plupart des pays, la mortalité infantile a chuté, des concepts comme les médicaments essentiels, la globalité, l’intégration, l’approche centrée sur le patient, la participation se sont répandus, les dépenses en soins de santé ont progressé… Ces développements, parfois spectaculaires, parfois avec des effets pervers ont été très inégaux au niveau planétaire et à l’intérieur des pays. De nombreuses figures illustrent, de façon spectaculaire parfois, ces changements et stagnations, pas forcément liés aux évolutions des produits intérieurs bruts. Un tableau résume l’évolution du concept de soins de santé primaires. Les défis à relever viennent entre autres de la mondialisation qui « met à rude épreuve la cohésion sociale de nombreux pays », des migrations, du vieillissement et de l’urbanisation parfois explosive (plus d’un milliard de personnes vivent aujourd’hui dans des bidonvilles), des menaces climatiques, des maladies chroniques (voir tableau plus bas). Face à ces défis, les autorités sanitaires n’ont pas toujours bien réagi : importance disproportionnée donnée à l’hôpital, marchandisation incontrôlée des soins de santé, remise en question du rôle de l’Etat, des politiques de santé nationales et mondiales trop peu globales et souvent à court terme, faiblesse de la lutte contre les causes des inégalités en santé, manque de prise en compte des facteurs socioculturels… Le laisser-faire privilégie spontanément les soins curatifs spécialisés, la fragmentation des soins, la marchandisation incontrôlée. « Il est clair aujourd’hui que, livrés à eux-mêmes, les systèmes de santé n’ont pas naturellement tendance à aller dans le sens des objectifs de la santé pour tous par des soins de santé primaires (…). Le Liban, par exemple, compte davantage de services de chirurgie cardiaque par habitant que l’Allemagne, mais n’a pas de programmes visant à réduire les facteurs de risque de maladies cardio-vasculaires (…). Les programmes d’aide au développement ont par ailleurs parfois contribué à renforcer ces disfonctionnements. »

Quatre réformes

Les pistes pour l’avenir se dessinent selon quatre grands axes. Réformes de la couverture universelle Un système livré à lui-même ne tend pas à favoriser l’équité. Les gens qui ont le plus de moyens et souvent le moins de besoins reçoivent souvent le plus. Les systèmes de santé peuvent renforcer ou atténuer les inégalités. La mise en place d’un système de couverture universelle résulte souvent, comme on vient de le voir aux États- Unis, d’un combat où souvent il faut affronter des résistances redoutables, comme celles d’une part importante des professionnels de santé. Comme l’illustre la figure synthétique en trois dimensions à la page suivante, la couverture universelle doit se faire dans trois directions : extension de la population couverte, extension des prestations couvertes, augmentation de la part prise en charge. Parallèlement, il est essentiel d’encourager le mouvement vers plus de participation des patients et des citoyens. Réforme des prestations de services Les soins de santé primaires (SSP) centrés sur les besoins ne sont pas bon marché, mais ils sont plus efficients et donnent plus de satisfaction aux citoyens que toutes les autres options. Il s’agit avant tout de donner la priorité à la dimension humaine, d’accorder une attention privilégiée aux valeurs et aux compétences de la population et des agents de santé. Osler écrivait déjà en 1904 : « Il est bien plus important de savoir quelle sorte de patient a une maladie que de savoir de quelle maladie souffre un patient ». La nécessité d’offrir des soins globaux centrés sur la personne est renforcée par le développement des maladies chroniques, des problèmes de santé mentale, la prise en compte de la dimension sociale des maladies. De nombreuses recherches ont montré que l’approche centrée sur le patient améliore autant la satisfaction du soignant que celle du patient. On trouvera aussi des arguments en faveur de notre bienaimé GICA (globalité, intégration, continuité, accessibilité) et de la coordination intersectorielle. Un élément essentiel à considérer est le personnel de santé. img1_small.jpg Réformes des politiques publiques Il faudra des mesures politiques coordonnées pour affronter les défis comme le vieillissement de la population, l’urbanisation, les déterminants sociaux de la santé… Ces mesures concernent les soins de santé, mais aussi tous les autres secteurs de la société. Une figure, par exemple, illustre le lien entre la mortalité liée aux avortements dans le monde et les législations nationales par rapport à l’interruption de grossesse. L’Ethiopie vient de former 30.000 agents de santé pour renforcer les soins préventifs au sein des communautés. Les progrès, où il faut absolument intégrer les efforts locaux, nationaux et internationaux se feront à condition qu’on regarde au-delà des prochaines échéances électorales. Réformes du leadership Il s’agit de revoir les formes d’autorité dans le domaine sanitaire. Les autorités publiques doivent reprendre le contrôle, au-dessus des intérêts privés et commerciaux, mais selon des modèles participatifs de dialogue, en jouant leur rôle de protecteur des citoyens et de redistributeur. Cela est particulièrement vrai dans toute une série de pays du Tiers-Monde, où, sous la pression de divers facteurs internes et externes, l’Etat s’est retiré de l’organisation des soins de santé. Pour cela, l’amélioration des recueils des données, la diffusion des informations scientifiques, mais surtout le dialogue et l’information des communautés, le potentiel des capacités locales doivent être renforcés. Le renforcement du leadership doit se faire en parallèle avec la consultation, l’information et la mobilisation de la population. Il ne faut pas sous-estimer l’importance de la pression de la société civile. La santé est un élément important de la cohésion sociale et est une exigence des plus fondamentales de la société : il y a là un levier pour mobiliser les politiques.
Tableau 1 : Comment l’expérience a fait évoluer le mouvement des SSP
Tentatives initiales de mise en oeuvre des SSP Préoccupations actuelles des réformes des SSP
Assurer aux ruraux de condition modeste un accès élargi à un ensemble d’interventions sanitaires et de médicaments essentiels Transformation et réglementation des systèmes de santé existants, afin d’assurer l’accès universel aux soins et à la sécurité sociale
Accent mis sur la santé de la mère et de l’enfant Prise en charge de la santé de chacun au sein de la collectivité
Polarisation sur un petit nombre de maladies choisies, surtout infectieuses et aiguës Réponse d’ensemble aux attentes et aux besoins de la population, couvrant toute la gamme des risques et des maladies
Amélioration de l’hygiène, de l’eau, de l’assainissement et de l’éducation sanitaire au niveau du village Promotion de modes de vie plus sains et atténuation des effets sanitaires des risques sociaux et environnementaux
Technologie simple destinée à des agents de santé communautaires non professionnels volontaires Equipes d’agents de santé facilitant l’accès à la technologie et aux médicaments ainsi que leur utilisation appropriée
Participation sous forme de mobilisation des ressources locales et gestion des centres de santé par des comités sanitaires locaux Participation institutionnalisée de la société civile au dialogue politique et aux mécanismes de responsabilisation
Services financés et dispensés par les gouvernements avec une gestion verticale centralisée Systèmes de santé pluralistes opérant dans un contexte mondialisé
Gestion de la pénurie croissante et de la diminution des effectifs Orientation de la croissance des ressources pour la santé vers la couverture universelle
Aide et assistance technique bilatérales Solidarité mondiale et apprentissage en commun
Soins primaires par opposition à l’hôpital Soins primaires pour coordonner une action globale à tous les niveaux
Les SSP sont peu coûteux et n’exigent qu’un investissement modeste Les SSP ne sont pas bon marché : ils exigent un investissement considérable mais ils sont plus rentables que les autres options

Un environnement favorable aux soins de santé primaires, mais… Ce document est téléchargeable gratuitement1. L’ensemble du texte est très dense, parfois un peu lourd, mais il faut au moins parcourir les figures et les tableaux très illustratifs. Sa réalisation est entre autres due à l’implication de la directrice de l’OMS, Margaret Chan, à qui certains ont reproché d’être une bonne experte, pas assez politique, mais qui, dès sa prise de fonction, s’est engagée pour défendre les soins de santé primaires. Elle rappelle dans l’introduction du rapport que si les valeurs au coeur de la constitution de l’OMS et qui ont inspiré la déclaration d’Alma Ata (justice sociale, solidarité, participation) conservent toute leur pertinence, la communauté internationale a fait preuve d’une incapacité collective à les mettre en place et que « nous pouvons faire beaucoup mieux à l’avenir ». On peut se demander ce que ce document va changer. Une partie de la réponse est dans le texte. « L’environnement international actuel est favorable au renouveau des SSP… Les valeurs portées par la déclaration d’Alma-Ata sont devenues des attentes largement partagées par les populations… ». L’OMS, comme leader d’opinion, a pris résolument une position claire. Ce document est un soutien net et essentiel à tous les partisans des soins de santé primaires. Il leur offre des arguments éthiques, politiques et scientifiques. Il démontre que des progrès notables peuvent être obtenus. On vient de le voir aux Etats-Unis. N’empêche, le combat n’est pas gagné. Même au sein de l’OMS, il y a aussi des rapports de force et des partisans d’autres options. « Il y a un mois, le jour de mon arrivée à Makelle, en Ethiopie, j’ai bu un café avec deux médecins. L’année passée, ils travaillaient tous deux comme employés du Gouvernement et faisaient du bon travail. Ils ont multiplié leur salaire par 20 en devenant des chargés de missions de l’OMS ». L’OMS contribue avec beaucoup d’autres organisations internationales, à déstructurer des systèmes nationaux de santé. Nous avons eu la chance, au groupe Nord/Sud de l’intergroupe liégeois des maisons médicales, d’accueillir Denis Porignon, un des rédacteurs de ce rapport. Quand on lui a demandé ce que nous pouvions faire en tant que maisons médicales, il a insisté sur l’importance de contribuer à la recherche pour renforcer encore les preuves des arguments défendus ici. Pour terminer, deux extraits du rapport : « Il est néanmoins remarquable qu’une industrie qui mobilise actuellement 8,6% du produit intérieur brut (PIB) mondial investisse si peu dans la recherche consacrée à deux de ses stratégies les plus efficaces et les plus rentables : les soins primaires et les politiques publiques qui les soustendent et les complètent. » « Aucun autre secteur économique à 5.000 milliards de dollars ne se contenterait d’investissements aussi faibles dans la recherche consacrée à ses programmes de base : la réduction des inéquités en santé, l’organisation des soins axés sur la personne et l’élaboration de politiques meilleures et plus efficaces ».

Documents joints

  1. http://www.who.int/whr/2008/fr/index.html

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 52 - avril 2010

Les pages ’actualités’ du n° 52

Action communautaire en santé : un observatoire international des pratiques

Agir sur tout ce qui détermine la santé implique de déployer des approches intégrant les dimensions communautaires et politiques.

- Galli Mariela, Langlois Gaëlle, Lebourdais Perrine, Pissarro Bernard, Marianne Prévost

Pour un bon usage du médicament en Belgique

Le médicament n’est qu’un des moyens, parmi d’autres trop souvent laissés au second plan, dont disposent la médecine et la société pour améliorer la santé des gens. S’il peut avoir de grandes vertus, il est rarement(…)

- G.R.A.S.

Psychiatrie : l’amorce du virage ambulatoire

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande, depuis plus de 10 ans déjà, de sortir des logiques hospitalières pour favoriser, tant que possible, l’accompagnement des personnes qui présentent des troubles mentaux, dans leur milieu de vie.(…)

- Dr Olivier Mariage

Santé et santé mentale, une question anthropologique ?

Fondement occidental d’une vision contemporaine de la santé, la définition avancée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en explicite une lecture positive s’appuyant sur un bien-être physique, psychique et social. Toutefois ce bien-être est difficile(…)

- Lambrette Grégory

Les soins de santé primaires : maintenant plus que jamais

Trente ans après Alma-Ata, soixante ans après la création de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le dernier rapport sur la santé dans le monde clame la pertinence et l’actualité des soins de santé primaires (SSP).(…)

- Dr André Crismer

Le monde des études d’impact sur la santé (EIS)

Etudes d’impact sur la santé : du pourquoi au comment

Depuis plus d’un demi siècle, il est communément admis que la santé déborde de beaucoup le champ de la médecine et convoque le social, l’économique, l’environnemental, le politique et nombre d’autres domaines. Jusqu’il y a peu,(…)

- Dr Axel Hoffman

Le téléphone cellulaire au volant

Au Québec, nous avons accompli d’importants progrès en matière de sécurité routière. Dans les années 1970, nous avons atteint des records en termes de mortalité, avec plus de 2 000 morts par an sur les routes.(…)

- Blais Étienne

L’exemple de l’interdiction de fumer dans les lieux publics

Forces et faiblesses de l’étude d’impact en santé dans la lutte contre le tabagisme passif en Suisse. Un processus complexe où le politique se saisit de l’outil.

- Simos Jean

Visages de l’étude d’impact en santé

Une bonne idée n’est pas forcément une idée facile à mettre en pratique. Des obstacles de tous ordres se lèvent sur son chemin, parfois prévisibles, parfois inattendus. L’évaluation des impacts en santé n’échappe pas à la(…)

- Dr Axel Hoffman

Perspectives pour une loi-santé en Belgique

Opportunités pour une loi-santé

L’idée de la loi-santé est de faire en sorte que chaque initiative prise par le Gouvernement fasse l’objet d’un avis du ministre de la Santé. C’est une revendication de la Fédération des maisons médicales, exprimée dans(…)

- Ingrid Muller

Le 09 du 09 2009

Le principe d’une loi-santé, axée pas uniquement sur le soin est difficile à discuter avec des citoyens non spécialistes de la santé, tant les représentations sont ancrées. Pourtant, une telle mesure répond aux demandes que le(…)

- Groupe Re-Germ

Loi-santé : des enjeux culturels

La loi-santé, une idée toute simple mais qui paraît si compliquée à mettre en œuvre. C’est que c’est à un véritable changement de paradigme que doivent travailler nos politiques !

- Christian Legrève

Pour un plan national Santé

La Plate-forme d’action santé et solidarité organisait, en mars dernier, une table ronde sur trois propositions qui mettent en œuvre une perspective d’action publique transversale sur la santé.

- Christian Legrève

ECOLO veut une loi-santé

L’introduction d’une loi-santé implique de repenser les fondements de l’action publique en santé.

- Gerkens Muriel

Contre les inégalités en santé

En 2007, la Fondation Roi Baudouin initie un groupe de travail composé de représentants du secteur de la santé et de l’aide sociale au sens large – dont des pouvoirs publics, des mutuelles, des associations, des(…)

- Ingrid Muller

Quels sont les obstacles structurels à la mise en oeuvre d’une loi-santé en Belgique ?

Quels sont les obstacles structurels à la mise en place d’une loi-santé en Belgique ? Pour Ri De Ridder, « il n’y a pas d’obstacle structurel à la mise en place d’un dispositif transversal pour définir(…)

- Christian Legrève

D’un niveau l’autre

L’approche globale de la santé et de tous ses déterminants est affaire d’intégration horizontale intersectorielle, mais, dans une Europe des régions, où le centralisme d’Etat n’est plus la norme de l’organisation publique, où cohabitent des états(…)

- Christian Legrève

Le plan de cohésion sociale de la Région wallonne

Le Gouvernement wallon s’est engagé dans sa Déclaration de politique régionale à mettre en oeuvre une région solidaire, en insistant sur le fait que la solidarité et le développement de la lutte contre toutes les formes(…)

-

Vers une loi-santé

Depuis de nombreuses années, la Fédération des maisons médicales se bat pour plus de promotion positive de la santé, et notamment pour « L’élaboration d’une « loi-santé » qui permette d’évaluer a priori l’impact de toute(…)

- Isabelle Heymans

Introduction

Introduction

Durant tout le XVIIIème siècle, la notion de souveraineté du peuple est montée en puissance jusqu’aux révolutions qui ont changé la face du monde avec la promulgation de la Constitution des Etats- Unis (1787) et la(…)

-

Sources

Quelques sources utilisées pour construire ce cahier

– Guide pratique : Évaluation d’impact sur la santé lors de l’élaboration des projets de loi et règlement au Québec : http://publications.msss.gouv.qc.ca/acrobat/f/documentation/2006/06-245-01.pdf – Les expériences d’évaluation d’impact sur la santé au Royaume-Uni et leur traduction dans(…)

-