Aller au contenu

Dessine moi une consultation


Santé conjuguée n° 46 - octobre 2008

A l’aide de cartes, on peut mettre en perspective une consultation.

Tout a commencé par la réflexion d’un interne : « Tu me parles des préférences et des attentes du patient, je ne comprends pas ce que tu veux dire ». Nous étions en entretien de supervision, cet étudiant finissait ses études, et je découvrais avec stupeur qu’une notion aussi importante et évidente pour moi lui était étrangère. Pour lui, la médecine était une science ; en tant que médecin, il « savait » et le patient « recevait » ou devrais-je dire « subissait » ce savoir. Les seuls mots accordés au patient étaient du registre de la sémiologie en réponse à l’interrogatoire médical, puis LE médecin lui indiquait ce qu’il devait faire : suivre ses conseils, prendre son traitement… Le patient était un « corps souffrant » qu’il fallait soigner ou, au mieux, un « individu à soigner » passif et docile, en aucun cas un « sujet » acteur de la consultation, du soin, de la décision. Les trois branches de l’« Evidence Base Medicine »* Comment introduire le doute, le questionnement de l’autre et de soi-même ? Apporter les outils d’une réflexion, tout en laissant l’interne suivre son propre cheminement ? L’aider à aborder la complexité, sans qu’il se sente perdu, à explorer la richesse des interactions sans qu’il se sente agressé ? Comment lui donner les outils d’une analyse critique de l’information médicale ? Ce sont aussi les interrogations de mes confrères, maîtres de stage se sentant parfois perdu dans les entretiens de « rétroaction pédagogique », qui m’ont amenée à imaginer une carte, outil pédagogique, permettant de structurer la supervision. Cela aurait pu être un autre modèle, qu’importe, l’essentiel est de « réfléchir sur » (en javanais pédagogique, « se mettre en métacognition »). Les cartes heuristiques (origine grecque : l’art de trouver) offrent un outil qui met en arborescence différents éléments, permettant de structurer et/ou de faire émerger de l’information, de noter les liens, de réfléchir sur ce qui s’est joué. La carte conceptuelle que j’ai dessinée est fondée sur les trois éléments de l’Evidence Base Medicine : l’utilisation des meilleures données actuelle de la recherche, le contexte clinique, les préférences et attentes du patient. L’Evidence Base Medicine est malheureusement souvent réduite « aux données de la science », à la capacité d’aller chercher une information fiable et validée d’un bon niveau de preuve : les étudiants ignorent souvent les deux autres éléments du triptyque : le contexte clinique dont le médecin en tant qu’individu fait partie intégrante, et les préférences et attentes du patient. vanwas_1.jpg Voici quelques exemples concrets ce travail. Ne croyez pas que les internes font de jolies cartes sur ordinateur ! A la fin de la consultation, ils utilisent du papier et des crayons, cartographiant les éléments essentiels dans un premier jet. Pendant la supervision, nous la re- crayonnons à souhait. • Mme A. arrive en urgence, au milieu des consultations programmées, « J’ai un oedème de Quincke » articule-t-elle, le propos empâté par une langue qui a doublé de volume. Sa prise en charge va durer toute la matinée par des allers-retours entre le cabinet et la salle d’attente. Lisons ensemble la carte que l’interne a faite : « Elle était survoltée, logorrhéique. Je me suis sentie submergée, incapable de réfléchir, envahie par le flot de paroles ininterrompu qui m’assaillait. En même temps, j’avais l’impression d’être manipulée ». Comment réfléchir dans une telle situation ? Doit-elle l’hospitaliser ou peut-elle la prendre en charge au cabinet ? Les données de son examen, les informations du dossier, la surveillance qu’elle va organiser lui permettent de décider d’un traitement et d’une surveillance en salle d’attente. Elle achèvera cette interminable consultation, dans un sentiment de peur et de colère, devant une dernière demande remettant en cause la prise en charge qu’elle a faite. « En dessinant ma carte, j’ai pris conscience de tous les sentiments qui m’ont agitée et parasitée ». La supervision portera sur les ressources qu’elle a mobilisées pour garder son calme, sur les recherches à faire sur ses interrogations diagnostiques, puis sur le difficile travail de relation d’aide face à cette patiente, ressentie comme manipulatrice, générant des sentiments très négatifs chez le médecin. • Mr B. consulte pour une toux. Comment A. en dessinant sa carte se trouve confronté à ses peurs. « Je n’étais pas sûr de vouloir faire une carte, c’était une consultation tellement banale et puis en la dessinant je me suis rendu compte de ce qui s’était passé. Il toussait avec une auscultation de bronchite, j’ai été vérifier sur Internet, et je l’ai mis sous antibiotique. En fait, il a commencé à m’expliquer que son père était mort d’un cancer du poumon. Moi, j’ai toujours peur de me tromper, de passer à côté du bon diagnostic, je pense toujours au pire ; alors nos peurs sont rentrées en résonance. J’ai prescrit pour me rassurer, les antibiotiques, une radio pulmonaire.» vanwas_2.jpg La supervision a porté sur l’analyse critique des documents de recherche. « Finalement, je me rends compte que je voulais le mettre sous antibiotique, alors j’ai été chercher un article qui me confortait dans ma décision. ». Nous avons commencé un travail réflexif sur ses peurs et leurs influences dans ses prises de décision, mais reconnaissez qu’il avait déjà bien analysé la situation en écrivant sa carte. * Melle B. demande un renouvellement de pilule en fin de consultation : « C’est agaçant !…». Mais on peut aller plus loin : c’est ce que font des externes en groupe d’échange de pratique. Le groupe a bien discuté, mais l’analyse s’enlise. Caroline a pris goût aux cartes pendant son stage d’externe. Elle propose de dessiner la consultation, en particulier la branche « désirs et attentes de la patiente ». La seule information présente est l’attente d’une contraception. Les branches vides demandent à être complétées : que sait-on de son contexte social ? « Peut-être a-t-elle des problèmes financiers, c’est pour ça qu’elle essaie de faire deux consultations en une ? ». « Si c’est financier, il faudrait peut- être l’orienter vers une demande de Couverture maladie universelle (CMU) ! ». « Comment on fait une demande de CMU ? ». Que sait-on de son histoire, de ses peurs ? « Peut-être a-t-elle peur de l’examen gynéco ? ». « Peut-être qu’elle a un passé qui explique sa peur ?». Quels sont ses savoirs, ses croyances ? « Peut- être qu’elle manque d’information ? ». « Comment peut-on donner une information et être sûrs qu’elle est bien passée ?». La supervision a donc consisté ici à réguler les échanges d’un groupe devenu dynamique et questionnant. Voici quelques-unes des questions que l’étudiant va pouvoir se poser, seul ou avec l’aide de l’enseignant, progressant dans son évaluation personnelle et dans sa formation. L’enseignant ne transmet pas un savoir : il aide l’interne à structurer sa propre recherche. Ainsi, nous abordons les prémisses de la systémique, commençons une incursion en anthropologie, discutons sur le diagnostic éducatif, réfléchissons sur la relation d’aide. A l’étudiant de poursuivre ses recherches, de s’interroger, accompagné et guidé par l’enseignant dans son travail de réflexion.

Documents joints

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 46 - octobre 2008

La Faculté ouverte de politique économique et sociale : entre théorie et action

La Faculté ouverte de politique économique et sociale (FOPES) propose une formation alliant l’exigence scientifique qui est sanctionnée par un diplôme de master universitaire et la pratique de terrain de l’étudiant composée de savoirs spontanés et(…)

- Bray Anne-Françoise

Dessine moi une consultation

A l’aide de cartes, on peut mettre en perspective une consultation. Tout a commencé par la réflexion d’un interne : « Tu me parles des préférences et des attentes du patient, je ne comprends pas ce(…)

- Vanwassenhove Laure

Que peut apporter l’anthropologie médicale à la pratique de la médecine ?

Etant donné la diversité croissante des patients, il devient de plus en plus important pour les médecins de comprendre les facteurs sociaux et culturels qui influencent leur santé et leur prise en charge. Dans un contexte(…)

- Hudelson Patricia

Le difficile enseignement de la démarche clinique

Les chemins sont nombreux et complexes qui mènent à un diagnostic. Il importe de les (re-)connaître et de les évaluer pour améliorer la qualité de l’enseignement et l’acquisition progressive du raisonnement clinique des étudiants.

- Pestiau Dominique, Vanwelde Carl

Sciences humaines et médecine : une alliance féconde

Pendant les années 90, la place importante des sciences humaines dans les études de médecine a été réaffirmée. Durant cette période, riche en progrès des connaissances en biologie et en technologie, les partisans de la réforme(…)

- Louis- Courvoisier Micheline

L’infirmier bachelier spécialisé en santé communautaire : collaboration entre la santé et le social. Pour quelle pratique, pour quels besoins ?

C’est probablement l’une des premières professions du champ de la santé à avoir renversé le paradigme ancien qui attribuait au social et au communautaire un rôle négligeable dans l’action de santé. Aujourd’hui, l’apport des infirmiers bacheliers(…)

- Poquet Andrée

Les cadres de la relation

Comment, face au savoir du professionnel, faire place et rendre justice à la parole du patient ? L’approche socio-anthropologique peut nous aider à trouver des réponses. Mais cela peut- il faire l’objet d’un enseignement même alternatif(…)

- Lebeer Guy

La formation permanente au service de la formation initiale

La complexité du travail social ne peut s’accommoder de la déconnection des formateurs par rapport à la pratique. C’est pourquoi la co-construction des savoirs entre formateurs et gens de terrain en formation continue est garante d’une(…)

- C. Adam, R. Beaulieu, J. Fransen, N. Gérard, M. Hanot, V. Ska, Chambeau Marc

Genèse de l’information clinique ; de la plainte aux concepts opératoires en médecine de famille

Identifier, analyser et traduire en concepts opératoires les problèmes relevés lors d’un contact avec un patient peut se faire selon une grille de lecture à deux axes qui est présentées ici en même temps qu’un exercice(…)

- Dr Marc Jamoulle, Michel Roland

Une sociologie de combat

Si les soignants étudiaient la sociologie, y aurait-il moins d’inégalités sociales de santé ? De quel silence, et de quel blocage sont-elles entourées ? Un sociologue plaide pour que les médecins intéressés par la question s’emparent(…)

- Aïach Pierre

Du bon usage de la sociologie

Dans un univers de béton et de mal-être, la rencontre avec des sociologues de terrain a permis à des généralistes d’analyser leurs pratiques, et de trouver des solutions associatives.

- Ménard Didier

Devenir « médecin de famille »

Il est urgent d’en finir avec la folie hospitalière et de redonner leur place au médecin de famille et aux petites structures proches des patients. On peut former les futurs médecins à exercer pleinement leur rôle,(…)

- Velluet Louis

Formation interprofessionnelle : une exigence pour une approche intégrée des soins

Le vieillissement de la population et l’augmentation de la prévalence des maladies chroniques rendent impérative une meilleure collaboration entre les différents soignants. La formation interprofessionnelle est un des moyens de l’améliorer. Elle favorise une meilleure connaissance(…)

- Bischoff Alexandre, Junod Perron Noëlle, Perone Nicolas, Kruseman Maike

L’émancipation de tous les hommes

L’éducation populaire chez nous, comme en Amérique latine, est liée aux perspectives d’affrontement autour de la justice sociale, économique et culturelle. Son histoire et son actualité se structurent autour de trois orientations qui sont autant d’interrogations(…)

- Degée Jean-Luc, Hardy Nancy

Les pages ’actualités’ du n° 46

Soigner ceux que le monde oublie peu à peu

Médecins du Monde est une association de solidarité internationale qui porte secours aux populations les plus vulnérables et lutte pour que tous aient accès aux soins de santé. En Belgique, Médecins du Monde mène depuis fin(…)

- L'équipe de Médecins du Monde

L’accompagnement des usagers de drogues par les médecins généralistes, quinze ans après…

Les besoins des médecins généralistes dans l’accompagnement des usagers de drogues ont beaucoup évolué depuis les premières prises en charge « autorisées » au début des années 90 : pourquoi, quels sont-ils, que mettre en place(…)

- Dr Axel Hoffman

Les médecins généralistes et les associations de promotion de la santé…

La promotion de la santé, vous en avez déjà entendu parler. Mais en pratique, que pensent des médecins généralistes les associations identifiées comme actrices en promotion de la santé ? Et qu’avons-nous à leur répondre ?(…)

- Pascale Jonckheer, Valérie Hubens, Jean Laperche, Marianne Prévost, Pierre Legat, Thierry Wathelet et André Dufour

Grandeur et misères des plans Impulseo

Pour faire face à la désaffection pour la médecine générale, deux plans nommés Impulseo ont été lancés. Ils constituent une première réponse au problème, utile mais incomplète. Ce n’est qu’en travaillant sur l’ensemble des paramètres de(…)

- Dr Pierre Drielsma

Le Centre d’expertise recommande l’encouragement du développement du paiement forfaitaire dans les soins de première ligne (communiqué de presse)

À Bruxelles, un rapport du Centre d’expertise a été présenté le mercredi 10 septembre sur l’évaluation du système du paiement forfaitaire comparé au paiement à l’acte en médecine générale. Ce rapport est le résultat de trois(…)

- La Fédération des maisons médicales

Trop d’antidépresseurs en maison de repos ?

Les prescriptions d’antidépresseurs en maisons de repos atteindraient des chiffres inimaginables. Cette réflexion de la ministre de la Santé pose question : les généralistes seraient-ils des prescripteurs irresponsables ? Ou y aurait-il une autre explication ?(…)

- Dr Anne Gillet

Consulter en ethnopsychiatrie

La nécessité de prendre en compte les facteurs culturels dans la santé de nos patients est aujourd’hui bien connue. Mais dans ce domaine, il existe encore trop peu de structures sur lesquelles la première ligne de(…)

- L'équipe d'Ici et d'Ailleurs