Aller au contenu

Les centres de santé intégrée de première ligne semblent être un modèle attractif pour les jeunes soignants qui s’installent. Mais peuvent-ils prendre la forme d’une société commerciale ? Ne sont-ils pas en proie à la privatisation ? C’est ce que pourrait laisser entendre une petite annonce de recrutement reçue début 2013 par des usagers et des travailleurs de maisons médicales. Des maisons médicales commerciales : une fiction bientôt réalité ? Analyse.

Pour l’ouverture prochaine de centres médicaux intégrés (maisons médicales), nous recherchons :
  • médecins généralistes (indépendant, salarié ou associé) ;
  • kinésithérapeutes (salariés) ;
  • infirmiers(ères) (salariés).
Fonctionnement : à l’acte au début, et ensuite au forfait. ¼ temps au début, évolutif en fonction de l’activité. Communes concernées : Amay, Beyne-Heusay, Blégny, Hannut, Soumagne, Spa, Theux, Visé, Waremme. Contacts : Mr xxxx, tél 0000 moc.l1675447987iamg@1675447987zzzzz1675447987lrps1675447987.
C’est l’annonce que plusieurs usagers et travailleurs de maisons médicales ont découverte début 2013 dans quelques toutes-boîtes publicitaires de la région liégeoise. Elle a suscité de l’étonnement, de l’intérêt, de l’inquiétude parfois. Ça y est ! Une manifestation concrète, univoque de la marchandisation des soins de santé qui touche directement notre secteur. Mais les réactions ne sont pas unanimes. D’aucuns estiment que c’est une bonne chose. Que c’est indicatif de l’attractivité du modèle. A l’occasion d’une discussion avec un groupe d’assistants en médecine générale, plusieurs ont exprimé le fait qu’ils ne voyaient pas où était le problème. Ils étaient même agacés par ma préoccupation : il y a des soignants établis en SPRL qui ne sont pas nécessairement guidés par le profit ; inversement, le statut d’asbl ou l’affiliation à la Fédération des maisons médicales ne sont pas des garanties de qualité des soins.

Première ligne : un marché à prendre ?

Essayons de faire le point. En quoi l’émergence d’une SPRL comme celle-là pose-t-elle problème ? Est-ce une dérive ? Un danger pour la qualité des soins ? Pour les conditions de travail ? Pour le système de santé ? Est-ce illégal ? Santé conjuguée – octobre 2013 – n° 66 85 Sens et diversité le terreau des maisons médicales D’abord, de quoi parle-t-on ? L’objet social de la société en question est « l’organisation, l’administration, la gestion de centres de santé intégrée, notamment sous la forme de maisons médicales. La société a pour but, également, de prendre, promouvoir, soutenir toute initiative, défendre devant toutes instances, juridictions et administrations, équiper et administrer toutes institutions d’ordre médico-social ayant pour objet le maintien et le développement de la santé. ». Classiquement, ses statuts l’autorisent aussi à poser tous les actes liés à cette activité, dans les domaines financier et immobilier. L’objectif de la SPRL est donc de faciliter la création de sociétés ou d’asbl de soins, et de se faire rémunérer pour la gestion administrative de ces centres. Sur le plan des principes, une SPRL est bien une société commerciale, dont le but est la rémunération du capital des actionnaires, l’objet social définissant le champ d’activité dans lequel cet objectif va se traduire. Sa fiscalité est d’ailleurs établie sur cette base. Quand un soignant choisit cette forme juridique pour sa pratique, c’est parce qu’il souhaite rentabiliser un investissement. Il prend une autre position, à côté (ou en plus), de sa position de soignant. Il gère alors avec ses associés (ou avec lui-même dans le cas de la SPRLU) les contradictions entre ces deux positions. La SPRL dont nous parlons se place explicitement dans la position d’investisseur. Elle entend construire une relation client avec des institutions de soin, en ouvrant son capital à des médecins qui voudraient s’y associer. Dans cette relation, la rentabilité de son activité entre en concurrence avec d’autres charges, notamment celles liées à la qualité des soins, aux activités hors nomenclature INAMI et aux conditions de travail. C’est la même position que le fournisseur d’énergies ou de matériel informatique de la maison médicale, à la différence que ceux-ci ne recrutent pas de personnel soignant pour constituer des centres de santé auxquels ils vont vendre leurs services. Les maisons médicales ont vis-à-vis de leurs fournisseurs une liberté et une autonomie qu’elles n’auraient pas dans ce cas de figure. Cette perte d’autonomie n’est pas en soi un problème. Nous ne revendiquons pas la totale indépendance vis-à-vis des politiques publiques, par exemple. Mais ce renoncement se fait sur la base d’objectifs de santé publique que nous partageons. Dans la situation que nous analysons, c’est une perte d’indépendance qui nous soumet à des objectifs en contradiction avec les nôtres. Politique publique et logique commerciale : compatibles ? La contradiction est plus problématique encore quand la société en question se propose de pouvoir représenter les centres de santé auprès des pouvoirs publics, c’est-à-dire négocier les conditions de ses profits avec les politiques de santé, en se substituant aux acteurs de la santé. L’Organisation mondiale de la santé, dans la déclaration d’Alma-Ata1, affirme que « tout être humain a le droit et le devoir de participer individuellement et collectivement à la planification et à la mise en oeuvre des soins de santé qui lui sont destinés ». La charte d’Alma-Ata définit en outre les soins de santé primaires comme « des soins de santé essentiels fondés sur des méthodes et des techniques pratiques, scientifiquement valables et socialement acceptables, rendus universellement accessibles à tous les individus et à toutes les familles de la communauté avec leur pleine participation et à un coût que la communauté et le pays puissent assumer à tous les stades de leur développement dans un esprit d’autoresponsabilité et d’autodétermination ». Ces fondements semblent peu compatibles avec une activité qui devrait privilégier la rentabilité et le retour sur les investissements. La commission des déterminants sociaux de l’Organisation mondiale de la santé, dans son rapport 20082 précise que « toute la politique des systèmes sanitaires doit avoir pour objectif principal de garantir à tous l’accès à des soins de santé de qualité, sans considération de solvabilité. Théoriquement, les réglementations du marché peuvent déterminer le rôle et le comportement du secteur privé dans le système sanitaire. En pratique, les éléments probants sur les moyens de promouvoir l’équité en santé sont manquants. (…) les gouvernements (…) doivent éviter de s’engager en matière de services de soins sanitaires dans des traités commerciaux ayant force obligatoire (…). L’exemple de l’assurance maladie est révélateur. Il est évident que l’assurance maladie peut soutenir le financement des soins de santé, mais, ce faisant, elle ne doit pas amoindrir l’équité en santé ». L’Organisation mondiale de la santé relève donc une contradiction de principe entre les objectifs des politiques publiques de santé et les logiques commerciales. L’Organisation mondiale de la santé va même plus loin en soulignant la faiblesse des pouvoirs publics dans d’éventuels partenariats. Sur le plan formel, le décret wallon3 impose qu’une association de santé intégrée (ASI) qui demande l’agrément soit « constituée sous la forme d’une association sans but lucratif ou, à défaut d’initiative privée, être organisé par une autorité publique ». On voit tout de suite deux failles. D’une part, rien n’empêche une société commerciale de se cacher derrière une asbl. C’est un montage qui existe dans l’économie sociale, pour diverses raisons, mauvaises ou plus mauvaises encore. D’autre part, déjà actuellement, un certain nombre de centres de santé renoncent à l’agrément dont l’attrait financier est minime et le caractère obligatoire limité, et dont la gestion administrative est mal vécue. En fait, sur le plan juridique, rien ne fait aujourd’hui obstacle à l’initiative dont nous parlons. Non à la marchandisation de la santé ! Les questions que pose la pratique commerciale en soins de santé ne sont pas d’ordre moral, ni même éthique. Ce qui pose problème, c’est l’impossibilité de construire une politique de santé cohérente et viable qui s’appuie sur de telles pratiques. Comment imaginer, par exemple, qu’une maison médicale commerciale ou soumise à une société commerciale, et qui serait financée au forfait, évite le recours abusif à la deuxième ligne, renonce à sélectionner des patients ou consacre des ressources à l’éducation pour la santé ou le développement communautaire ? Au nom de quoi le ferait-elle ? Il est temps de se réveiller ! Il y a quinze ans encore, on pouvait croire que la fourniture d’eau, la distribution de courrier ou les transports publics ne pouvaient pas fonctionner autrement que dans une logique de bien commun. Les usagers ne l’imaginaient pas, et les décideurs croyaient que la libéralisation ne ferait pas obstacle à leur action. Qu’ils pourraient gérer politiquement des services privatisés. Aujourd’hui encore, on fait semblant de croire que la privatisation de l’enseignement ou des soins de santé est une fiction, un épouvantail ; ou une solution, une fatalité. Or c’est seulement un dogme, un enjeu, un choix. L’austérité, mauvaise pour la santé ! En Grèce, des dizaines de millions de personnes n’ont plus accès aux soins de santé. Ils dépendent de l’aide humanitaire. Les femmes doivent quitter leur emploi pour assurer les soins et la garde des enfants, des malades, des personnes âgées. En Espagne, le système de santé est vendu au secteur commercial qui sélectionne les pathologies et les patients rentables. En Italie, au Portugal, en Slovénie, les mêmes mécanismes sont mis en place. En Pologne, des pans entiers du système de soins sont privatisés et passent sous contrôle de sociétés multinationales. Le personnel de soins est obligé d’accepter des contrats d’indépendants et de cumuler plusieurs jobs. En France, 60% de la chirurgie « froide » est aux mains du secteur privé à but lucratif. En Belgique, des holdings multinationaux ont racheté des milliers de lits de maisons de repos ces dernières années… Au lieu de protéger le citoyen, l’Europe semble vouloir protéger « l’investisseur » à but lucratif. Sous le couvert des principes de la libre concurrence et de libre installation, l’Europe fragilise les cadres nationaux qui privilégient les opérateurs publics ou non-marchands. Le Réseau européen contre la privatisation et la commercialisation de la santé et de la protection sociale, et la Plateforme belge d’action Santé et Solidarité ont organisé en mars dernier une journée d’actions européennes : « La commercialisation de la santé met les européens en danger ! » Plus d’infos : www.sante-solidarite.be.

Documents joints

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 66 - octobre 2013

Savoir d’où on vient pour comprendre où on va

Savoir d’où on vient pour comprendre où on va

Les maisons médicales sont nées dans un contexte particulier, que l’on pourrait qualifier d’âge d’or des mouvements sociaux. En Belgique post 68, on s’attaque au capitalisme sous toutes ses formes ; de même, l’autorité est questionnée.(…)

-

Au fil du temps

Le mouvement des maisons médicales poursuit son développement. De nouvelles maisons se créent, le modèle est reconnu par les pouvoirs publics et d’autres pays s’y intéressent. Mais qu’en est-il de son émergence, il y a une(…)

- Dr Olivier Mariage

Les pages ’actualités’ du n° 66

Médecins : concilier le professionnel et le privé

Syndicaliste, médecin généraliste, femme… Autant de facettes chez Anne Gillet-Verhaegen qui ont forgé son regard sur la conciliation entre la vie professionnelle et la vie privée des médecins. Harmonie, cohérence, équilibre sont des termes qui jalonnent(…)

- Dr Anne Gillet

Continuité et permanence

Les récents débats autour de la garde en médecine générale ont renouvelé notre intérêt pour deux concepts clés des soins primaires : permanence (des soins) et continuité (des soins). Des concepts qui posent problème tant dans(…)

- Dr Pierre Drielsma

Sexisme, racisme et inégalités

L’égalité, c’est la santé, c’est ainsi que s’intitule l’ouvrage de épistémologiste Richard Wilkinson qui s’attelle à mettre en lumière les relations de cause à effet entre rapports de domination et état de santé d’une population. Que(…)

- Richard Wilkinson

Perversion et néolibéralisme : chercher la poutre !

On le sait, une des stratégies d’expansion du capitalisme, dans sa forme actuelle que l’on nomme néolibéralisme consiste à appliquer ses valeurs à tout ce qui existe. Cela passe entre autres par la marchandisation de biens(…)

- Gaëlle Chapoix

Coups d’oeil du dehors

Pouvoirs publics : combler les trous ?

L’enjeu, pour les pouvoirs public est de développer une offre de soins de qualité et accessible à l’ensemble de la population. Comment perçoiventils la place des maisons médicales dans ce développement ? Interview de Brigitte Bouton.

- Brigitte Bouton

Le défi du positionnement

Myriam De Spiegelaere a quitté la direction de l’Observatoire de la santé et du social de Bruxelles pour rejoindre l’école de santé publique de l’université libre de Bruxelles en tant que professeure. Au fil de notre(…)

- Myriam De Spiegelaere

Exclusion des soins = absence d’émergence ?

Tous les jours, Médecins du Monde fait face à ce paradoxe : les personnes les plus vulnérables ont de plus en plus de mal à avoir accès aux soins. Alors qu’on se questionne sur les facteurs(…)

- Michel Roland, Stéphane Heymans

Relations collectives : un ovni

La vision globale et multidisciplinaire de la santé, de même que l’articulation des professionnels au sein d’une équipe à vocation plus égalitaire et plus participative interroge les pratiques patronales et syndicales traditionnelles. La maison médicale fascine,(…)

- Hellendorff Yves

Les usagers nous mettent en garde

Christian Legrève a rencontré des représentants d’associations d’usagers. Leur propos est critique. Même si l’enthousiasme est toujours là. L’enjeu : une réappropriation du projet par les usagers ?

- Fierens Micky, Jacques Bolaers, Michel Ciampitti

Coups d’oeil du dehors

Faire parler des personnes extérieures au mouvement des maisons médicales sur notre modèle, sur les enjeux de son développement. Tel est l’objet de ce second chapitre. Une manière de prendre du recul sur ce que l’on(…)

-

Evolutions de la première ligne : enjeux pour les maisons médicales

A la lumière des évolutions actuelles du paysage des soins de première ligne, Jean Hemesse épingle quatre enjeux pour les maisons médicales : développer l’offre de soins intégrés, susciter de nouvelles formes de pratiques de groupe,(…)

- Jean Hermesse

Les maisons médicales sous la loupe de la sociologie de la santé

Les maisons médicales sont un petit segment de l’offre de soins de santé primaires en Belgique. Un petit segment, mais qui s’est bien développé au cours de la dernière décennie et qui apparait comme un modèle(…)

- Vincent Lorant

Modèles d’émergence : petit échantillon

Modèles d’émergence : petit échantillon

A travers les textes qui suivent, on s’aperçoit que les maisons médicales émergent à partir d’impulsions variées : un germe familial, un regroupement pragmatique, une idée politique ou en tout cas une vision de ce que(…)

-

L’Atlante : une île dans le désert médical

La maison médicale l’Atlante est née sous l’impulsion de deux médecins généralistes et un infirmier en maisons médicales santé communautaire.

- Jérôme Backx

Pâté de campagne ou choux de Bruxelles ?

Rats des villes ou rats des champs… Quelles recettes permettent l’émergence des maisons médicales en milieu rural et en milieu urbain ? Un petit tour à la campagne, avec Jean Laperche ; une petite promenade en(…)

- Dr Jean Laperche, Luc lenel

Les marchands du temple

Les centres de santé intégrée de première ligne semblent être un modèle attractif pour les jeunes soignants qui s’installent. Mais peuvent-ils prendre la forme d’une société commerciale ? Ne sont-ils pas en proie à la privatisation(…)

- Christian Legrève

Savez-vous planter les choux ? Regard sur les modes de reproduction des maisons médicales

Les motifs et modes de reproduction des maisons médicales sont multiples et finalement toujours uniques. Deux grands cas de figures se dégagent : la création d’un projet à partir d’une « maison-mère » et la création(…)

- Gaëlle Chapoix

Se regrouper ? Et plus si affinité…

Parmi les formes d’émergence de maisons médicales : le regroupement de médecins généralistes. Quelles sont les motivations d’un tel regroupement ? Qu’est-ce qui conduit à dépasser la simple association pour construire un projet de maison médicale(…)

- Gaëlle Chapoix

Citoyens et pouvoirs publics locaux donnent l’élan

L’émergence des maisons médicales est multiple et l’initiative ne vient plus seulement des professionnels de la santé. Les déterminants non médicaux de la santé sont passés par là… Qui sont les moteurs de ces initiatives ?(…)

- France Defrenne

Maisons médicales du « plat pays »

Plus de maisons médicales en Flandre ?

Les wijkgezondheidscentra, équivalent des maisons médicales en Flandre, connaissent aujourd’hui une croissance importante puisqu’elles sont passées de 8 à 23 entre 2000 et aujourd’hui. Comment cette croissance se caractérise-t-elle ? Le point avec Lies Vermeulen et(…)

- Lies Vermeulen, Nele Gerits

Maisons médicales du « plat pays »

Après une petite tournée dans les régions wallonne et bruxelloise, et avant d’élargir notre vision à 360 degrés en allant explorer différents modèles de centres de santé intégrée à travers le monde en chapitre suivant, il(…)

-

Centres de santé intégrés : petite exploration du monde

Maisons médicales : un point de vue international

L’organisation des soins de santé diffère fortement d’un pays à l’autre, tant en termes de modalités que de couverture. Un des modèles prédominants : les réseaux de soins intégrés pour lesquels la plupart des pays ont(…)

- Porignon Denis

Les maisons de santé : une chance pour la réforme du système de santé ?

« Les maisons de santé (…) sont porteuses de transformations. Elles interrogent de fait la politique de santé du pays, tant au niveau de l’évolution du système de soins, que des transformations des exercices professionnels, que(…)

- Ménard Didier

Centres de santé intégrés : petite exploration du monde

En Ontario, la naissance des centres de santé communautaire a précédé l’adoption, bien connue, de la charte d’Ottawa pour la promotion de la santé. Fait qui mérite d’être souligné, c’est une impulsion du politique qui est(…)

-

Canada : de la vision politique à l’initiative communautaire

Les bases de la santé communautaire et de la promotion à la santé ont été décrites dans la charte d’Ottawa (1986) et servent de repères en matière de qualité et de développement des systèmes de santé.(…)

- Dr Hubert Jamart

France : les maisons de santé en plein boom

Les maisons médicales en Belgique sont apparues comme des initiatives locales spontanées émergeant d’un terreau socio-historique commun. Mais que se passe-t-il actuellement chez nos voisins du sud ? L’organisation des soins de première ligne connait en(…)

- Pierre de Haas

Se former et s’outiller pour mieux se lancer

La solidarité pour favoriser l’émergence

Isabelle Philippe coordonne le département qui soutient les associations et entreprises du secteur de l’économie sociale. Le crédit alternatif, c’est son rayon ! Elle nous livre son regard sur le développement de nouvelles maisons médicales à(…)

- Isabelle Philippe

Fédération : un autre système de santé est possible !

Depuis 2000, la Fédération des maisons médicales s’est dotée d’un organe ayant pour mission de soutenir la création de nouvelles maisons médicales. Cet organe n’a cessé de se développer et de se structurer pour répondre au(…)

- Dr Patrick Jadoulle, Ingrid Muller

Se former et s’outiller pour mieux se lancer

Formation initiale et continue, mutualisation des soutiens financiers, accompagnement des projets par le biais d’un service de soutien au développement : ce sont plusieurs manières de préparer et d’outiller les professionnels de la santé à se(…)

-

Formation : il y a encore du chemin !

« Maisons médicales : pari gagné » titrait le Journal du Médecin du 17 mai 2013. Cela fait 40 ans que le modèle attire les jeunes professionnels de santé et que le nombre d’équipes augmente régulièrement.(…)

- Marc Vanmeerbeek