Aller au contenu

Prendre soin de sa ville… et de ses habitants !


Santé conjuguée n° 60 - avril 2012

La conscience existe que les problématiques de santé concernent aussi le niveau communal avec ses spécificités locales. Mais la mobilisation y demeure insuffisante. Ce sera un des enjeux des prochaines élections communales.

En tant qu’affilié à une maison médicale, je considère depuis longtemps que la santé est bien plus que l’absence de maladie, qu’elle est l’affaire des patients comme des professionnels de la santé, et qu’elle est un enjeu « politique » c’est-à-dire communautaire, demandant dès lors une parole collective des professionnels comme des patients. Les comités des patients en maison médicale en offrent une illustration passionnante et exigeante. Elu conseiller communal à Liège en 2006, après six ans de mandat au CPAS, je fus dès lors étonné de constater qu’il est très rare qu’au conseil communal on parle de « santé » si ce n’est peut-être une ou deux fois par an, au moment d’évoquer en commission ’la semaine de la santé’. Celle-ci consiste à proposer aux Liégeois une série d’informations et d’animations autour d’un thème précis (ainsi en 2011, on y parlait de « sexualité et santé »). Le bottin téléphonique, quant à lui, renvoie sous la rubrique « administration communale » vers environ 130 numéros de téléphone. Mais le mot « santé » n’apparaît pas une seule fois dans tous les services indiqués. Et pourtant dans ma ville • un habitant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté et de ce fait se nourrit mal, néglige de se soigner, déprime souvent. • 50% des ménages liégeois sont composés d’une seule personne, et si ça peut évidemment être un choix, cela représente également souvent beaucoup d’isolement, de détresse et de solitude. • beaucoup de logements humides, exigus, mal insonorisés et peu isolés provoquent mal-être et cafards… dans les deux sens du mot : une de mes premières interpellations au conseil communal (en automne 2007) partait d’un « fait divers » dont j’ai eu connaissance à la maison médicale : un cafard mort retiré de l’oreille d’une petite fille de deux ans. La prolifération de ces bêtes dans plusieurs quartiers liégeois pose des problèmes sanitaires et sociaux majeurs. Or la ville n’a plus de service d’éradication, renvoyant les gens vers des sociétés privées chères et donc parfois inaccessibles. • le « tout-à-l’auto », l’usage inconsidéré des pesticides, l’omniprésence des antennes GSM, la pollution sous toutes ses facettes… soulèvent de nombreuses questions quant à ses effets sur l’état de santé des Liégeois. Un enjeu communal évident Il est vrai que la santé, dans le sens restreint de non-maladie n’est que très accessoirement de compétence communale. Mais entendue comme le veut la définition de l’Organisation mondiale de la santé dans le sens d’un état de bien-être tant physique que mental, elle est un enjeu omniprésent, une préoccupation transversale évidente ! On connaît la tentation de se « débarrasser » un peu facilement d’une problématique en la qualifiant de transversale : personne ne se sent responsabilisé et on en reste à l’incantation occasionnelle. Il s’agit de bien en attribuer la responsabilité à une instance clairement identifiée. C’est sans doute dans ce but que Liège a créé un échevinat de la Santé. Mais venant en troisième place, après les Affaires sociales et la Famille, dans les attributions de l’échevin compétent, peu de temps et de moyens sont mobilisés pour la « compétence santé » en tant que telle. Cela découle évidemment d’un choix politique collégial ! Le bilan de l’échevinat en matière de santé se résume pour l’essentiel à deux activités : • ’la semaine de la santé’, évoquée plus haut ; • une commission consultative ’Santé’ sélectionnant les lauréats d’un appel à projets annuel doté d’un total de 12.000 euros. Le rôle de « coordinateur-aiguillon santé » auprès de l’ensemble du collège et de l’administration n’est – ni ne peut être dès lors, – pas joué par l’échevinat. Ainsi c’est silence radio de ce côté lorsque sont apportées devant le conseil des suggestions en lien avec la santé impliquant d’autres échevinats tels que l’alimentation dans les réfectoires scolaires, l’idée d’une « journée sans viande »… Tout ceci soulève l’importante question des « lignes directes » entre les acteurs de terrain et le conseil communal ! Une série de pistes existent pourtant, comme : la présentation d’un rapport annuel des commissions consultatives au conseil communal, le droit d’interpellation citoyenne, une place pour les acteurs de la santé dans le bulletin communal, le partenariat clair avec le secteur associatif, en particulier celui de la santé mais bien plus généralement grâce à l’adoption d’une charte associative… L’établissement de tels liens directs avec les acteurs de la santé et les citoyens est essentiel pour capter les spécificités de chaque commune : peu de rapport en effet entre une petite commune rurale et une ville-métropole. Ainsi Liège se caractérise notamment par : • l’important réseau de soins de santé : en plus de compter parmi les premiers employeurs sur le territoire de la ville, les hôpitaux amènent énormément de visiteurs. Via la présence de représentants communaux dans les conseils d’administration – notamment des intercommunales hospitalières telles que le centre hospitalier universitaire, ou l’intercommunale de soins spécialisés de Liège (ISOSL) – la ville se doit de défendre la localisation urbaine des hôpitaux pour des questions d’accessibilité et de mobilité, et la recherche de synergies accrues entre les différents hôpitaux, qu’ils soient intercommunaux, universitaires ou d’obédience chrétienne. Il s’agit par ailleurs de veiller à la présence de petites structures de soins à travers la ville pour combattre l’hospitalocentrisme, le recours excessif aux services d’urgences et assurer un service de proximité ; • une concentration, à l’image de toutes les grandes villes, de certaines formes de misère liées par exemple à la toxicomanie, la mendicité, la clandestinité ; • la présence de marchands de sommeil et plus largement un manque de logement locatif de qualité ; • les divers problèmes de pollution dus notamment à l’omniprésence des voitures difficilement contenue par les timides aménagements en faveur de la mobilité douce et le « mini-tram » accordé à Liège après d’innombrables tergiversations. Quelles pourraient être les fonctions d’une commune ? Face à tous ces enjeux, quelles pourraient être les principales fonctions d’une commune en matière de santé ? Il s’agit de concevoir ces fonctions en complémentarité et partenariat avec les autres acteurs comme la province, le CPAS, les intercommunales et, bien sûr, l’associatif. Je vois pour l’essentiel les priorités suivantes : • La prévention et l’éducation à la santé via les écoles ; les initiatives en faveur du sport pour tous, des campagnes toutes boîtes bien ciblées. • L’insertion sociale en synergie avec le CPAS (l’aide à la remise en ordre de mutuelle, l’Aide médicale urgente…). • Le souci constant de la préservation d’un environnement sain (bruit, pollution de l’air et des sols, alimentation….). Ainsi le projet soutenu par le collège de réaliser sur les Coteaux de la Citadelle – pile au milieu entre le centre hospitalier universitaire et plusieurs écoles avec des milliers d’élèves – des vignobles Vrancken nécessitant des doses importantes de pesticide est combattu par une très forte mobilisation citoyenne. • Il faut d’ailleurs constater que les initiatives citoyennes ont souvent une longueur d’avance sur les responsables communaux. Voir à titre d’exemple des projets tels que « quartiers sans pesticides », journée sans viande, groupes d’achat commun, ou mobilisations de comités de quartier en faveur de ’zones 30’… • Le soutien aux acteurs de première ligne, tels les centres de santé mentale, les centres de guidance, les plannings familiaux, les maisons médicales… Ce soutien peut se faire non seulement via des appels à projets ou subsidiations récurrentes, mais également via un travail d’information sur l’existence de ces ressources, l’aide à des campagnes de prévention, une réflexion collective sur la présence et l’accessibilité la plus pertinente de ces services. • Des initiatives contre l’isolement par une politique concertée de maillage du territoire communal en maisons de quartier, centres communautaires, maisons intergénérationnelles, centres de jeunes… Toutes ces mesures illustrent ce que pourraient être les ingrédients d’une politique communale ambitieuse de la santé.

2012 année électorale…

Mon regard de patient « engagé » en maison médicale m’a sensibilisé à une approche large et ambitieuse de la santé. La santé est l’affaire de tous, et par conséquent un des axes de réflexion essentiels au niveau du pouvoir le plus proche du citoyen ! Il s’agira de mettre le bien-être et la santé à l’ordre du jour du débat électoral. Avec mes amis politiques, je plaide pour le pilotage de cet enjeu transversal essentiel par un échevinat de la Santé doté des moyens nécessaires pour élaborer avec l’ensemble des partenaires publics, privés et associatifs une politique communale de la santé à l’écoute des besoins, demandes et initiatives citoyennes.

Documents joints

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 60 - avril 2012

Les pages ’actualités’ du n° 60

Faut-il punir les patients ’négligents’ ?

Le patient « indiscipliné » est-il un dangereux incivique, passible de se voir refuser l’accès aux soins ?

- Poucet Thierry

L’enquête 11/11/11

Quel est le problème prin-cipal de votre public ? Et qu’attendez-vous des maisons médicales ? Ce sont les deux questions que le groupe Re-Germ a posées aux acteurs de la société civile avec lesquels les maisons(…)

- Groupe Re-Germ

Le mensonge ou l’impôt ?

Les inégalités sont un facteur de mauvaise santé. Le progrès, dans sa version libérale, creuse les inégalités. Donc le progrès, dans sa version libérale est un facteur de mauvaise santé. Logique !

- Dr Pierre Drielsma

Rendons à César…

Une réaction à l’article de Jacques Morel paru dans Santé conjuguée numéro 57 : « Des mots pour ne pas parler que des maux… mais de la santé. Cinquante ans du GERM et de sa descendance(…)

- Poucet Thierry, van der Stichelen Philippe, Van der Vennet Jean, Vandormael Monique

Le numerus clausus et la planification à l’installation en question

Planifier l’offre de soins, c’est d’abord se demander quels sont les besoins de la population et quelle est la réalité de la réponse à ces besoins sur le terrain. Mais c’est aussi avoir le courage de(…)

- Dr Anne Gillet

Une santé en crise ?

Dix ans après la déclaration de Doha qui consacrait la primauté de la santé publique sur les droits de propriété intellectuelle, des médicaments indispensables restent finan-cièrement inaccessibles ou sont totalement indisponibles pour les populations peu solvables.(…)

-

La santé, une grille de lecture pertinente à l’échelon local ?

Quels rôles pour les pouvoirs locaux ?

Venant du niveau « macro » de la politique de santé, l’ancienne ministre des Affaires sociales et de la Santé Magda De Galan, aujourd’hui bourgmestre de Forest a repris les fonctions de l’échevinat de la Santé.(…)

- Christian Legrève

Une grille pertinente ?

Les compétences des communes sont larges et beaucoup d’entre elles ont un impact direct ou indirect sur la santé des habitants.

- Ingrid Muller

Ma santé, ma commune, points de vue de citoyens-patients

Notre cahier explore deux hypothèses : la première : la démocratie locale constitue un cadre pour réhabiliter la démocratie représentative à travers le rétablissement de la complémentarité entre démocratie directe (ou semi-directe, participative) et démocratie représentative.(…)

- Gaëlle Chapoix

Prendre soin de sa ville… et de ses habitants !

La conscience existe que les problématiques de santé concernent aussi le niveau communal avec ses spécificités locales. Mais la mobilisation y demeure insuffisante. Ce sera un des enjeux des prochaines élections communales. En tant qu’affilié à(…)

- Krettels Guy

La structuration de l’action communale en santé

Quelle démarche locale pour agir sur les déterminants de la santé et réduire des inégalités sociales de santé

Dans un contexte où se conjuguent la croissance des inégalités et le désengagement de l’Etat, la pertinence de l’investissement local en faveur de la santé se manifeste au travers de multiples initiatives telles les ’Villessanté’ ou(…)

- Martine Bantuelle

Projets communaux de santé : une priorité, un luxe ou un risque d’« effet subside » en plus ?

Pour échapper aux effets pervers de la dispersion des compétences politiques en ce qui concerne les déterminants de santé, les projets de promotion de la santé doivent s’appuyer sur un travail transversal au niveau local. C’est(…)

- Isabelle Dechamps

’Charleroi Ville-santé’… Illustrations d’une dynamique locale

A Charleroi, l’implication de la ville et des habitants dans les projets ’Villessanté’ a débouché sur la réalisation de nombreuses actions très concrètes. Et ce n’est pas fini…

- Le Comité de pilotage de ’Charleroi Ville-santé’

Pour un « maillage de l’accompagnement social » !

Ils ont disparu, ceux qui naguère servaient de repères dans les communes, le curé, l’agent de quartier, toutes ces personnes qui constituaient des ressources contre l’exclusion. Afin de combler le vide qu’ils laissent, une politique d’accompagnement(…)

- Philippe Olislager

Dynamiques intersectorielles et participatives

La complexité des facteurs influençant la santé implique de faire travailler ensemble des acteurs multiples : habitants, politiques, professionnels, associatifs. Ces acteurs privilégient des modes d’intervention différents, disposent de moyens et de compétences spécifiques difficiles à(…)

- L’équipe du centre local de promotion santé du Brabant wallon

La structuration de l’action communale en santé

Les premiers textes le montrent à suffisance, la perception des usagers converge avec celle des élus : dès qu’on dépasse la simple notion d’absence de maladies, un grand nombre de questions de santé demandent plus que(…)

-

Émergence d’une réponse locale en matière de soins de santé

La maison médicale du CPAS de Frameries

La création d’une maison médicale par un pouvoir local, en l’occurrence un CPAS pose une série de questions. Est-ce au public de faire du curatif ? Comment concilier les valeurs et les contraintes d’une initiative privée(…)

- Ingrid Muller

Quand les citoyens sont à la manoeuvre

Si, à Frameries, l’initiative de créer une maison médicale venait du CPAS, à Fleurus les pouvoirs communaux invités à en faire autant par des volontaires de Vie Féminine ont fait la sourde oreille. A Ans, le(…)

- Ingrid Muller

Emergence d’une réponse locale le terrain communal en matière de soins de santé

Par réponses locales, nous entendons celles émanant de la population ou impliquant principalement des acteurs enracinés dans la terre locale. Les contributions que vous venez de lire émanent en effet de professionnels, notamment de la promotion(…)

-

Routes, ornières et chemins citoyens

Les déclinaisons de la démocratie

Le propos de cet article est de donner un éclairage sur le concept de démocratie et ses déclinaisons, démocratie participative et démocratie délibérative entre autres. Pour commencer, nous inscrirons la démocratie dans le temps. Ensuite, nous(…)

- France Defrenne

Repeindre les façades ou percer de nouvelles fenêtres ?

Un atout majeur de l’action ’santé’ au niveau communal est que la distance entre pouvoirs et citoyens est courte. Cette proximité rend l’action plus lisible, ses enjeux sont aisément visibles, l’information et la parole peuvent mieux(…)

- Gaëlle Chapoix

Petit Poucet

Logement, accès aux soins, accueil des personnes âgées, individualisation des droits sociaux : pour les personnes démunies, ce sont des problèmes au quotidien que dénoncent les acteurs locaux. Pour le Réseau wallon de lutte contre la(…)

- Christian Legrève

Une manière alternative de reprendre pied dans le débat local

Extrait du manifeste Vega (Vert et Gauche) : nous pensons que la première chose à faire est d’inventer des manières de reprendre pied dans le débat, des pratiques permettant à tout le monde d’être pleinement citoyenne(…)

- Christian Legrève

Trouver le nord. Les usagers, du fédéral au local

La Ligue des usagers des services de santé – LUSS est une fédération francophone indépendante d’associations de patients. Elle est devenue un interlocuteur privilégié du niveau fédéral. Se faire entendre à ce niveau permet de faire(…)

- Ingrid Muller

Routes, ornières et chemins citoyens

Le chapitre précédent a déployé des exemples – divergents – de rapports entre commune et citoyens dans le champ des initiatives en santé. Ils nous ont définitivement montré la pertinence de la grille de lecture santé(…)

-

Questions de santé, questions de citoyenneté, expériences d’une maison médicale

Notre cahier explore deux hypothèses : la première : la démocratie locale constitue un cadre pour réhabiliter la démocratie représentative à travers le rétablissement de la complémentarité entre démocratie directe (ou semi-directe, participative) et démocratie représentative.(…)

- Walravens Julie

Conclusion

La commune peut créer du bonheur !

A l’avant-veille des élections communales, il est plus que légitime de se poser la question, en tant qu’acteur de santé, des enjeux « sanitaires » qui existent à ce niveau de pouvoir. Au premier abord, la(…)

- Dr Olivier Mariage

Simple et difficile

Le point de départ de notre étude, c’est une interrogation inquiète à l’occasion des élections à venir. La démocratie représentative est en panne. Les gens n’écoutent plus les politiques, qui ne savent plus ni les entendre,(…)

- Christian Legrève

Introduction

Introduction

Aujourd’hui, les inégalités qui régressaient jusqu’au troisième quart du XXème siècle se creusent à nouveau. Deux phénomènes, différents mais étroitement intriqués en rendent compte : la perte de légitimité du politique et la domination toujours plus(…)

-