Aller au contenu

L’organisation de l’offre de soins des médecins généralistes en Europe


Santé conjuguée n° 76 - septembre 2016

Cet encadré est une synthèse de l’article de Laurence Hartmann et al., « L’accès aux soins de premier recours en Europe. Éléments de présentation », Revue française des affaires sociales 2006/2 (n° 2-3), p. 121-139, téléchargeable sur www.cairn.info. Cet article présente les résultats d’une étude comparative sur l’organisation des soins des médecins généralistes en France, Allemagne, Suède, Italie, Espagne et au Royaume-Uni.

1. Densité médicale et facteurs de localisation des médecins généralistes La grande diversité de la densité médicale dans les pays développés s’apprécie non seulement en fonction de l’état de santé des populations et de la proportion des dépenses de santé dans le produit intérieur brut, mais aussi de l’architecture des systèmes de santé : on constate une densité médicale inférieure lorsque son niveau est réglementé et non déterminé librement par le marché. La préoccupation de l’adéquation du nombre de médecins à la demande de soins primaires dans un proche avenir est largement partagée par l’ensemble des pays d’Europe. • L’Allemagne et la France affichent des densités médicales relativement élevées. Mais la perspective d’une insuffisance de l’offre de soins médicaux n’y suscite pas moins de vives inquiétudes. La liberté d’installation qui prévaut dans ces pays (avec plus ou moins de restrictions) entraîne une inégalité importante entre patients dans l’accès aux soins de médecins généralistes : des régions sont caractérisées par une offre très importante en médecins généralistes, tandis que d’autres (souvent plus rurales et reculées) font face à de sérieuses insuffisances. • Au Royaume-Uni et en Suède, où l’installation est subordonnée à l’offre de places vacantes par les autorités régionales, certaines zones déficitaires font face durablement à des vacances de postes. Le nombre de médecins y apparaît globalement insuffisant et les instances chargées de la planification régionale des médecins cherchent à identifier les facteurs susceptibles d’orienter le choix des médecins en matière de localisation (conditions de vie, proximité des facultés, revenus, équipements, partenaires, charge de travail, région d’origine). En Angleterre, l’actuelle densité médicale, relativement faible, doit cependant être mise en regard avec le nombre considérable d’infirmières de cabinet et de district (division territoriale de certaines grosses communes, agglomération de 500 000 personnes) auxquelles une partie des soins est déléguée. • L’Espagne et l’Italie se distinguent des autres pays par l’homogénéité de la densité médicale, au moins entre régions. Cette faible variabilité s’explique essentiellement par le mode de sélection et d’affectation des médecins généralistes : la localisation dépend du classement de l’étudiant en médecine générale. Si la suppression de la liberté d’installation semble efficace en termes de régulation de l’accès des patients aux soins, les obstacles à une mobilité ultérieure qu’elle constitue pour les médecins en représentent la limite actuelle. • Dans ces deux pays, c’est donc le système décentralisé lui-même qui assure une régulation de la répartition géographique des médecins. Les incitations financières ne sont donc pas nécessaires (les médecins en zone rurale peuvent toutefois y recevoir des compléments financiers). Tandis qu’en Allemagne, France, au Royaume-Uni et en Suède, les autorités de régulation locales utilisent un ensemble de mesures, financières ou non, afin d’inciter les médecins généralistes à s’installer dans les zones déficitaires. 2. Règles d’accès aux soins de médecins généralistes Quelle est l’articulation du rôle des médecins généralistes avec celui des spécialistes ? Autrement dit : quelles sont les règles d’accès aux soins dans chaque système de santé ? • En Allemagne, en France et en Suède, le recours au même médecin généraliste est en principe imposé (parfois depuis peu comme en France), mais il arrive encore fréquemment qu’il ne soit pas respecté (la sanction étant exclusivement financière par le biais du reste à charge). • La figure imposée du gate-keeper (système au sein duquel les assurés sont tenus de consulter en premier lieu leur médecin de famille, qui décide de la suite du traitement avec le patient) prévaut en Espagne, en Italie et au Royaume-Uni. La contrepartie de cette restriction de liberté étant la quasi gratuité des soins. • Bien qu’elle s’oriente progressivement vers l’exercice en groupe, l’activité médicale en Allemagne et en France est encore dominée par une logique individuelle, l’exercice médical isolé concernant respectivement 75 et 56% des médecins. On observe dans les autres pays une activité médicale orientée vers des modèles intégrés d’organisation monodisciplinaires ou pluridisciplinaires : des centres de soins primaires réunissent des médecins généralistes et du personnel paramédical ou des groupements de médecins généralistes qui tendent à une intégration avec les offreurs de soins secondaires, constituant ainsi des équipes pluridisciplinaires. 3. Règles de paiement des médecins généralistes Les modes de rémunération des médecins généralistes sont très diversifiés et tendent à être mixtes : les règles de capitation, de salariat voire de paiement à l’acte peuvent être combinées. La variabilité des revenus moyens entre pays (voire entre régions d’un même pays) est assez considérable (globalement élevés au Royaume-Uni, en Allemagne et en France, relativement faibles en Suède, en Espagne et en Italie). • En Espagne et en Suède, le salariat est la forme dominante de rémunération des médecins généralistes, associée à des temps de travail relativement réduits. • En Italie et au Royaume-Uni, si le schéma de capitation constitue encore la principale source de revenu des médecins généralistes, sa part tend à se réduire au profit d’autres types de transferts monétaires, basés sur des indicateurs d’activité (actes) ou de qualité des soins (indicateurs de performance). Ils débouchent sur une certaine variabilité des niveaux de revenu. • En Allemagne et en France, les médecins travaillant en institution sanitaire sont généralement rémunérés sur la base d’un salaire (hormis dans les cliniques privées en France où le paiement à l’acte s’applique). La médecine libérale en cabinet de ville bénéficie d’un paiement à l’acte, mais dont les modalités varient sensiblement entre les deux pays. Les niveaux de rémunération sont assez semblables pour les spécialités médicales.

Documents joints

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 76 - septembre 2016

Introduction

La couverture sanitaire universelle, qu’est-ce que c’est, juste un concept ? Et pourquoi lui consacrer un dossier aujourd’hui ? Le contexte sociopolitique belge francophone est celui d’un changement de régime. Les gouvernements européens, dont le belge, exploitent les(…)

- France Defrenne

Évaporer la première ligne ? Gare à l’effet de serres !

Des combats ont été menés dans les années ’70 pour sortir de l’hôpital, pourtant, on y revient mais sous une autre forme. Il semble que nous soyons passés de l’hospitalo-centrisme à l’hôpital tentaculaire. Pour aller vers(…)

- Dr Pierre Drielsma

« Communauté » et solidarités de proximité : prétexte, emplâtre ou levier ?

Jusqu’ici dans ce dossier, nous nous sommes centrés sur les services de santé et l’accès à ceux-ci. Or les premières ressources en santé se trouvent à « l’échelon zéro » du système de santé, au plus près de(…)

- Gaëlle Chapoix

Accessibilité, qualité et expertise des usagers. Le point de vue de la Ligue des usagers des services de santé

La Ligue des usagers des services de santé (LUSS) fédère plus de 90 associations francophones d’usagers et représente les patients auprès des autorités. Micky Fierens en est la directrice. La couverture universelle, définit- elle, est l’accès,(…)

- Fierens Micky

Etendre la couverture universelle et la solidarité Le point de vue des Mutualités chrétiennes

Jean Hermesse fait ici le bilan de la couverture santé en Belgique. Ses avancées, ses reculs, mais aussi les pistes d’actions pour l’améliorer malgré un contexte peu favorable.

- Hermesse Jean

Dépasser les facteurs d’exclusion du soin De la rue au cabinet médical

Garantir à tous l’accessibilité aux services de santé n’est pas qu’une question d’argent, ni même de disponibilité de soignants médicalement compétents (voir l’article page 50). Pierre Ryckmans aborde ici les conditions de la rencontre entre soignants(…)

- Pierre Ryckmans

Migration et précarité : une couverture mitée ? Pistes de travail en maisons médicales

Après celui de Pierre Ryckmans d’Infirmiers de rue (voir l’article précédent), Stefania Marsella nous partage un autre point de vue sur les difficultés d’accès aux services de santé pour les personnes en situation précaire, à partir(…)

- Stefania Marsella

Conclusion

Nous l’avons vu, le principe de couverture sanitaire universelle ne suffit pas à faire une politique de santé (voir l’article page 20). Elle ne répond pas concrètement aux besoins d’une population. Elle constitue une vision, une(…)

-

La part du colibri : Quelques réflexions sur l’accessibilité des soins et maisons médicales

Après l’analyse du concept de couverture sanitaire universelle et de divers aspects de sa mise en oeuvre en Belgique à la lumière de ce qui se passe ailleurs dans le monde, il nous a semblé utile(…)

- Marianne Prévost

Des soignants en nombre suffisant et bien dans leur peau

Le nombre et la répartition des médecins, infirmiers et autres soignants sur le territoire, la qualité de leur formation ou encore l’articulation entre les métiers sont autant de facteurs qui pèsent sur l’accès à des services(…)

- Hélène Dispas

L’organisation de l’offre de soins des médecins généralistes en Europe

Cet encadré est une synthèse de l’article de Laurence Hartmann et al., « L’accès aux soins de premier recours en Europe. Éléments de présentation », Revue française des affaires sociales 2006/2 (n° 2-3), p. 121-139, téléchargeable(…)

- Laurence Hartmann et al

La couverture sanitaire universelle, défi nition et origine

Couverture universelle, couverture santé universelle, couverture sanitaire universelle, couverture maladie universelle… Diverses terminologies circulent pour parler de ce concept que nous cherchons à cerner. Certains semblent manquer de précision, comme le premier ; d’autres paraissent trop(…)

- France Defrenne, Gaëlle Chapoix

Derrière la couverture sanitaire universelle : une idéologie cachée ?

Christian Legrève nous invite ici à oser porter un regard critique sur ce qui nous semble constituer des évidences de bon sens. Parce qu’un train peut parfois en cacher un autre.

- Christian Legrève

Santé globale et couverture sanitaire universelle : même bateau, même dérive ?

Tel un bateau ivre balancé par la houle à proximité des récifs, les concepts de santé globale et de couverture sanitaire universelle partent-ils à la dérive, vers la noyade des systèmes de santé ? Qui tient(…)

- Gaëlle Chapoix

Repenser le financement du système de santé

Les précédents articles se situaient jusqu’ici à un niveau global. Rétrécissons à présent le champ pour regarder ce qui se passe en Belgique. Dans l’option d’assurer le chemin vers la couverture sanitaire universelle dans notre pays,(…)

- France Defrenne

Lecture critique des accords de gouvernement : un équilibre délicat

Comme nous venons de l’aborder, la couverture universelle santé est une responsabilité publique, qui ne peut s’organiser que dans le cadre d’un système de sécurité sociale cohérent, financièrement garanti, fondé sur l’égalité, organisant l’équité des contributions(…)

- Christian Legrève

L’impact des traités internationaux sur notre système de santé :

Des traités internationaux tels que le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement ou Transatlantic Trade and Investment Partnership TTIP et l’Accord économique et commercial général – AECG ou Comprehensive Economic and Trade Agreement CETA sont en(…)

- Etienne Lebeau

Intérêts et limites des mécanismes pour tisser la couverture sanitaire universelle en Belgique

Le système de santé en Belgique se veut largement accessible sur le plan financier ; différents mécanismes ont été élaborés afin de lever les obstacles susceptibles de freiner le recours aux soins. Ces mécanismes vontils vers(…)

- Dr Hubert Jamart, Dr Pierre Drielsma

Les pages ’actualités’ du n° 76

Les projets pilotes fédéraux « maladies chroniques »

En octobre 2015, l’ensemble des ministres membres de la Conférence interministérielle Santé publique (donc fédéral – Maggy De Block à l’initiative du projet – régions et communautés) ont approuvé un plan intitulé : Des soins intégrés(…)

- Hélène Dispas

Clinique du lien

Nombres de mineurs isolés étrangers sont très déconstruits lorsque je les rencontre, à Paris, très peu de temps après leur arrivée en France. Les symptômes, jusque-là contenus, jaillissent sans qu’ils ne puissent les retenir. Ils sortent(…)

- Juliette Leconte

Musulmans et non musulmans

Nous sommes toujours sous le choc de la violence qui a frappé Paris et Bruxelles, cette violence qui est quasi quotidienne en Irak, en Syrie et dans d’autres pays orientaux, nous sommes inquiets et nous voudrions(…)

- Dr André Crismer

Réforme des pensions : ne pas oublier la solidarité

Notre système obligatoire d’assurance vieillesse est basé sur le principe de l’assurance sociale. Personne ne peut en être exclu, le risque que représente l’assuré n’est pas pris en compte dans le montant de la cotisation qui(…)

- Van der Vennet Jean