Aller au contenu

Combien de « n » à citoyenneté ?


Santé conjuguée n° 77 - décembre 2016

Un atelier d’écriture qui agit sur le réel et qui permet à des gens en difficulté de se redéployer. Cette expérience dans un centre pour sans-abri montre à quel point la reconnaissance de l’autre en tant que citoyen agissant est un moteur puissant qui peut tout changer, même la pratique des intervenants et des institutions.

Éducatrice à la maison d’accueil Sans Logis, à Liège, j’animais un atelier d’écriture. C’est-à-dire que je réunissais trois ou quatre hommes un soir par semaine pour deux heures de travail autour de jeux de mots et de petits textes. Mais voici qu’un jour la directrice nous annonce que le voisinage s’est plaint à l’échevin de l’Environnement : les habitants de la maison d’accueil salissent sans arrêt le quartier. L’échevin a décidé de rencontrer les fauteurs de troubles. Le soir-même, au moment de l’atelier, les hommes n’ont pas la tête à la poésie. Ils fulminent. Ils m’expliquent qu’ils se sentent une fois de plus jugés, humiliés, discriminés, désignés comme coupables. Pourtant, ils s’apprêtent à subir l’opprobre avec la fatalité caractéristique des gens « sans » abri, santé, argent… La seule solution qu’ils envisagent pour marquer leur désaccord est de fuir. L’échevin ne trouvera personne lors de sa visite. Je leur propose alors une alternative : utiliser l’atelier d’écriture pour préparer la venue suivante de l’échevin, écrire ce qui semble si difficile à dire. Les participants sont preneurs et proposent d’élargir la démarche à tous les résidents du centre qui seraient intéressés. L’atelier prend dès ce jour une nouvelle orientation, qu’il gardera.

De la plainte à l’action

Le lendemain, je distribue à tous une synthèse des Intelligences Citoyennes de Majo Hansotte1. C’est sur cette base que nous allons travailler. Il s’agit, pour être très brève, de passer de la plainte à l’action en identifiant quatre étapes : raconter et identifier ce qui est juste et ce qui ne l’est pas ; argumenter à travers le débat et la confrontation d’idée ; puis déconstruire ce qui apparait comme arbitraire pour enfin revendiquer, dans l’espace public, plus de justice. Il s’agit aussi de passer d’une plainte personnelle à la construction d’une revendication collective ou, autrement énoncé, de passer du « je » au « nous ». Les mots utilisés par l’auteure étonnent mais plaisent : on lit « intelligence », « justice », « injustice », « citoyennes », « débusquer l’arbitraire » et même « prescrire »… Les usagers du service sont de plus en plus intéressés. L’originalité de l’atelier se situe à plusieurs niveaux. Le premier est de mobiliser les ressources des personnes telles qu’elles sont, là où elles sont, dans l’ici et maintenant. Le second est de travailler le collectif dans une démarche positive. C’est-à-dire, avec ces personnes trop souvent isolées, expérimenter la force d’un « nous » agissant. Enfin, à travers le travail concret de la citoyenneté, inscrire ce travail dans celui de l’empowerment. Celui-là même revendiqué par le plan d’action d’Helsinki pour la santé mentale en Europe et signé en 2005 par les ministères de la Santé de cinquante-deux pays, sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé : « L’empowerment fait référence au niveau de choix, de décision, d’influence et de contrôle que les usagers des services de santé mentale peuvent exercer sur les événements de leur vie. […] La clé de l’empowerment se trouve dans la transformation des rapports de force et des relations de pouvoir entre les individus, les groupes, les services et les gouvernements » (OMS 2006). Ce que je constate dans les faits, c’est que les personnes impliquées dans ce travail sont dynamisées. Elles sont plus vives, plus actives. Il me semble que la reconnaissance en tant que citoyen à part entière – et, de plus, citoyen agissant – inverse complètement les regards. Celui que les résidents du centre posent sur eux-mêmes d’abord, mais également celui posé par l’entourage, y compris par l’échevin et des travailleurs sociaux étonnés des résultats.

Richesses de l’écriture

Dans la démarche entamée, le passage par l’écriture demeure un élément essentiel. Cela permet évidemment de garder une trace du travail réalisé. Mais au-delà de cela, chaque mot, chaque phrase travaillée par un « écrivant » le situe dans une démarche positive car chaque mot tracé correspond à une forme d’intelligence citoyenne, définie comme telle. L’écriture permet aussi de confronter sa pensée à celle des autres avec une certaine distance, celle du temps de l’écriture puis celle de la lecture et de l’écoute. Grâce à cette double distance et au renforcement positif que représente la reconnaissance mutuelle de sa qualité d’écrivain, le groupe parvient à un travail en profondeur et de qualité. L’écriture permet également la clarification des idées car ce travail entamé n’est pas anodin : il s’agit aussi de sortir de sa position de victime pour se positionner comme citoyen revendiquant ses droits. Aux quatre intelligences citoyennes de Majo Hansotte, nous en avons ajouté une cinquième, celle de la proposition. Nous désirions un win-win où chaque partenaire serait gagnant : les habitants du centre, les voisins et même l’échevin. Alors, ces hommes ont cherché. Ils ont consulté différents documents, dont des textes législatifs. Ils ont posé des questions, écrit, raturé, ré-écrit, confronté leurs idées avec des intervenants sociaux ou des fonctionnaires communaux, réfléchi et finalement créé cette proposition : ils ont demandé à l’échevin qu’un des leurs accompagne le balayeur du quartier dans sa tâche, et ce gratuitement. Ils ont également réclamé des chaussures de travail et une veste indiquant clairement « Sans logis au travail ». Enfin, ils ont réclamé que cet accompagnement bénévole débouche sur la possibilité d’accéder à un emploi dans le cadre de l’article 60.

Changement de position

Le jour où l’échevin est venu dans l’institution, il a rencontré des citoyens avec lesquels il a pu dialoguer. La majorité des résidents étaient présents et la discussion s’est déroulée posément. Une dernière remarque importante concerne ma position en tant qu’animatrice dans ce type de travail social. Elle est celle d’une participante comme les autres, mais avec un rôle différent : je garantis le bon déroulement de la procédure mise en place, que ce soit pendant le travail de recherche, d’analyse ou de la concrétisation de l’action. Dans les ateliers qui suivront, je laisserai d’ailleurs de plus en plus de décision et de responsabilité aux autres participants. Je me contenterai d’être facilitatrice des rencontres, laissant aux premiers intéressés le rôle (préparé) de négociateur. Enfin, la clé de la réussite de ce type d’atelier est la reconnaissance par l’espace public du travail réalisé. Ce sera fait. Non seulement il y aura des assistants-balayeurs « sans logis » dans le quartier, mais quelques « articles 60 » seront engagés dans les années qui suivront, grâce également à l’échevin qui tiendra parole. Nous avons constaté que, d’une manière ou d’une autre, la majorité des personnes présentes dans l’établissement avaient participé à l’action. Elles se sont exprimées sur la fierté de l’avoir réalisée ainsi que sur la satisfaction de vivre le changement de regard à leur égard. En tant que travailleurs sociaux, nous avons constaté un apaisement des tensions pendant quelques semaines à l’intérieur du centre ainsi qu’un plus grand investissement de la part des résidents dans des projets concrets.

Ouvertures

Susciter une relation égalitaire, se laisser apprendre, surprendre, dépasser dans ses compétences… c’est amusant et stimulant (à partir du moment où la relation à la personne est bien clarifiée dès le départ). J’ai appris le « lâcher-prise » dans l’animation du groupe… Cette expérience nourrit toujours ma pratique d’ateliers d’écriture. D’autres pistes se sont ouvertes : j’ai mis au point un dispositif d’atelier d’écriture citoyenne et revendicatrice slam, proposé dans différentes institutions. Avec Majo Hansotte, je travaille actuellement sur une publication afin de clarifier une méthodologie pour les travailleurs sociaux, sur base de mon expérience professionnelle en lien les Intelligences citoyennes qu’elle a conceptualisées.

Documents joints

  1. Majo Hansotte, Les Intelligences citoyenne. Comment se prend et s’invente la parole collective ; De Boeck Université, 2002, Bruxelles.

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 77 - décembre 2016

Littérature, patients et médecins et Réflexions sur la doulou

Littérature, patients et médecins Des médecins écrivains ; d’autres qui ont rencontré la maladie et écrit à son sujet ; des patients devenus écrivains. Au cours du temps, l’écriture et la littérature ont donné du sens(…)

- Dr André Crismer, Dr Pierre Drielsma

Littératie en santé : récit d’animations collectives

Le concept de littératie en santé propose des balises pertinentes pour agir en faveur de la santé. Pour aller plus loin, Cultures&Santé a voulu mettre à l’épreuve une hypothèse particulière, peu abordée dans la littérature :(…)

- Alexia Brumagne

Combien de « n » à citoyenneté ?

Un atelier d’écriture qui agit sur le réel et qui permet à des gens en difficulté de se redéployer. Cette expérience dans un centre pour sans-abri montre à quel point la reconnaissance de l’autre en tant(…)

- Gisele Eyckmans

Prête-moi ta plume

Nous ne sommes pas tous égaux face à l’écriture ! Pour lutter contre cette forme d’inégalité, la Régionale Présence et action culturelles de Liège a créé en 1999 l’Espace écrivain public : une formation agréée, un réseau de(…)

- Christian Tribolet

Pour une médecine plus intuitive et introspective

Raconter sa maladie peut être bénéfique au patient. Développer des compétences narratives chez les étudiants en médecine peut également se révéler favorable à la relation entre soignant et soigné. Pierre Firket est médecin et professeur à(…)

- Marinette Mormont, Pierre Firket

Dossier informatisé : le narratif et la standardisation au service du patient

Le dossier informatisé permet d’articuler l’enregistrement d’éléments standardisés et de textes libres pour créer une narration. Pour Benjamin Fauquert, médecin généraliste à la maison médicale Le Noyer et chercheur à l’école de santé publique de l’ULB,(…)

- Dr Benjamin Fauquert, Marinette Mormont

De l’idée à l’écrit collectif publié

Philippe Kinoo est psychiatre infanto-juvenile, psychothérapeute et responsable du KaPP, l’unité d’hospitalisation de psychiatrie infanto-juvénile aux Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles. Il dépeint une pratique d’écriture collective en milieu pédopsychiatrique.

- Nicole Dedonde, Philippe Kinoo

De l’écoute à l’écriture

Un travail permettant d’entendre et de mettre au jour une parole qui pourrait se perdre dans la violence ou la banalité du quotidien, une parole indicible, floue, secrète : c’est ainsi que Nicole Malinconi explicite sa démarche(…)

- Lebrun Jean-Pierre, Nicole Malinconi

La « littératie en santé », avatar creux ou concept dynamisant ?

Mise en avant comme déterminant de la santé ou comme stratégie d’éducation du patient, la « littératie en santé » est un concept relativement neuf qui suscite beaucoup d’intérêt et dont le champ s’est progressivement élargi. Mais faut-il(…)

- Gilles Henrard, Marianne Prévost

Création, écriture et psychiatrie

L’art est une parole d’homme à homme. Si une oeuvre d’art nous touche c’est parce qu’elle a été conçue par un humain et parle à notre humanité, la nourrit, l’enrichit au point de renouveler notre regard(…)

- François Tirtiaux

Derrière les mots, l’idée

Derrière l’usage d’un mot se tapit un concept, une idée. Ce ne sont pas toujours des mots nouveaux, parfois des mots auxquels l’usage donne une ampleur nouvelle.

- Pascale Meunier

Des mots et des maux qui se disent et qui s’écrivent

Comment écouter quelqu’un sans entendre sa voix ? Comment établir un lien par écrit ? La relation est-elle différente ? Est-il possible d’exprimer des sentiments, un vécu ? Garde-t-on sa spontanéité ? Bref, est-il est possible(…)

- Pascal Kayaert

Introduction

Les liens entre langage et soin ont déjà fait couler beaucoup d’encre, ce n’est guère étonnant : un des ressorts fondamentaux du « prendre soin », c’est justement le langage, l’histoire qui se raconte dans une relation et à(…)

- Marianne Prévost

Internet, lieu de diffusion du savoir des patients

Bloguer sa maladie ou raconter son vécu sur un forum de discussions est aujourd’hui monnaie courante. Cette pratique procure des bienfaits aux patients, mais comporte peut-être sa part de risques. Une chose est sûre, sa généralisation(…)

- Marinette Mormont

Paroles de murs

Bien sûr, on a de tout temps exprimé ses opinions sur les murs, mais jusqu’il y a deux ans je n’y prêtais pas une grande attention. Tout a commencé un jour, en traversant la forêt de(…)

- Jacob Rajchman

L’alphabétisation : une question sociale avant tout

L’alphabétisation désigne les pratiques de formation à la lecture, l’écriture, l’expression orale, les mathématiques… des adultes qui ne maîtrisent pas ou plus les compétences de base équivalentes au certificat d’études de base. Ces personnes ont suivi(…)

- Sylvie Pinchart

Ecriture au singulier

Chargé de projet au Fares, Cédric Migard est aussi directeur d’Ecrivanture, une asbl qui porte bien son nom : l’écriture est abordée ici comme un voyage vers des terres inconnues. Chacun peut se lancer dans cette(…)

- Cédric Migard

Les pages ’actualités’ du n° 77

Les pratiques forfaitaires en suspens

Dans le cadre du budget 2017, la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block a annoncé un moratoire de six mois sur la création de nouvelles maisons médicales forfaitaires. Le but : économiser 7 millions(…)

- Julie Lamfalussy

Entre émancipation et activation

Nos maisons sont d’abord médicales, ça tombe sous le sens. Les métiers du soin ou liés au soin constituent le noyau de l’équipe. Longtemps, ce sont les seuls qui ont fait l’objet de recherches, d’actions, de(…)

- Christian Legrève, Stefania Marsella

Savoirs profanes et nouvelles figures du soin

Depuis quelques années, on voit apparaître dans le secteur des fonctions nouvelles liées à une évolution du regard porté sur les compétences des usagers : experts du vécu, pairs aidants, aidants proches… Que sont ces fonctions(…)

- Christian Legrève

Plate-forme eHealth : risques et opportunités

La plate-forme eHealth est désormais bien active. Depuis l’année dernière, une prime récompense la participation des médecins. Les questions technico-pratiques et éthiques se multiplient. Nous dressons ici un premier tableau – non exhaustif – des risques(…)

- Gaëlle Chapoix