Aller au contenu

Santé : d’importants défis attendent le nouveau Gouvernement


Santé conjuguée n° 58 - octobre 2011

Les discussions pour la formation du Gouvernement ont démarré et la Fédération des maisons médicales souhaite attirer l’attention des responsables politiques sur les enjeux cruciaux qui se profilent.

Témoins quotidiens de la misère économique, sociale et éducative croissantes d’une partie grandissante de la population, nous pensons qu’en cette période difficile, les choix qui seront faits pour réaliser les économies nécessaires seront déterminants pour l’avenir de centaines de milliers de citoyens. D’abord, nous tenons à dire que nous approuvons la décision de réduire la croissance du budget des soins de santé à un niveau raisonnable (de 4,5 à 2%), à condition que ces économies soient réinvesties dans d’autres facteurs du mieux-être des citoyens. En effet, les conditions de vie sont le premier déterminant de la santé : investir dans l’éducation, l’environnement, le logement… est au moins aussi important pour la santé que les soins eux-mêmes. Mais il est urgent de procéder à de profondes réformes de notre système de santé. Le burn-out des généralistes, le désintérêt croissant des jeunes médecins pour ce métier, la diminution du recours au généraliste sont autant de signaux inquiétants pour l’avenir du système : vu le vieillissement de la population et le développement des maladies chroniques, qui demain va soigner nos ainés et les malades chroniques à domicile ? Que ce soit à l’hôpital ou même en maison de repos, les coûts seraient beaucoup trop importants et menaceraient l’équilibre du système. La presse a relaté récemment que certaines catégories de médecins spécialistes gagnent plus de 35.000€ par mois, c’est-à-dire plus que nos ministres, 5 fois plus qu’un généraliste et 10 fois plus qu’une infirmière. C’est très interpellant. Mais qu’en même temps des centaines de milliers de citoyens n’aient plus accès à des soins élémentaires nous choque profondément, d’autant que ces rémunérations somptuaires sont réalisées sur le compte de la solidarité entre les travailleurs. Les médecins généralistes sont à bout de souffle ; dans 10 ans, leur nombre aura considérablement chuté, et ce n’est pas l’arrivée en masse de nouveaux étudiants sur les bancs de la faculté qui va résoudre le problème : la grande majorité de ceux-ci s’oriente vers des spécialités bien plus rémunératrices et confortables. Il y aurait, selon certaines sources, 20% de lits hospitaliers en trop dans notre pays, et nous sommes champions dans la consommation de radiologie, notamment : le système de financement, encore très largement centré sur l’acte est inflationniste et ouvre la porte à de nombreux abus. Les hôpitaux ne trouvent plus assez de spécialistes. Pourquoi ? Parce que le financement hospitalier est insuffisant et que, en conséquence, les hôpitaux doivent prélever une partie des honoraires des spécialistes ; ceux-ci délocalisent alors leurs activités en privé… pour faire, en partie, le travail des généralistes ! Et les hôpitaux recrutent, au prix fort, des généralistes pour pallier au manque de spécialistes. Cherchez l’erreur. Tous ces problèmes ne sont pas nouveaux, et sont bien connus des responsables : la pénurie est annoncée depuis 10 ans, on n’y a pas pris garde et les mesures préconisées n’ont pas encore été, ou pas suffisamment, mises en oeuvre. Les ministres de la Santé successifs seraient-ils aveugles ? La réponse est plus complexe : notre pays, modèle de concertation sociale, privilégie le consensus avec les acteurs. Ainsi, de puissantes organisations, et notamment certains syndicats médicaux influencent de manière déterminante les politiques de santé depuis plusieurs décennies au sein de l’INAMI, parfois au détriment du plus élémentaire bon sens.

Aujourd’hui, une page se tourne

Nous ne pensons pas qu’il faille pour autant jeter ce modèle qui a permis la « pax medica » et le développement de soins de santé dont on aime bien dire qu’ils sont « les meilleurs du monde ». Mais, depuis 10 ans, on a pu le faire grâce à une croissance très importante des moyens financiers (4.5% annuellement en plus de l’inflation). Aujourd’hui une page se tourne, et si l’on veut préserver l’accès à des soins de qualité pour tous les citoyens, de profondes réformes sont indispensables. Pour ce faire, nous avons besoin d’une volonté politique forte, notamment pour réformer l’INAMI, où les rapports de force ne laissent plus suffisamment de place à l’intérêt général. Nous comptons sur le nouveau Gouvernement pour réduire les écarts indécents de revenus entre les professionnels de santé, favoriser les pratiques de groupe en première ligne pour soutenir les généralistes et les soins à domicile, assurer un financement correct des hôpitaux qui ne passe plus par les honoraires médicaux, inciter les spécialistes à travailler en hôpital, redéfinir clairement le rôle de chacun, payer à leur juste prix les prestations de santé… Le chantier est titanesque, et impose que l’on réforme le système pour donner au politique, représentant du citoyen-patient, la responsabilité qui lui revient. L’histoire montre que les temps de crise sont souvent une opportunité pour introduire des changements générateurs de progrès : mesdames et messieurs les futurs ministres, nous attendons de vous que vous preniez vos responsabilités.

Documents joints

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 58 - octobre 2011

Les pages 'actualités' du n° 58

Santé : d’importants défis attendent le nouveau Gouvernement

Les discussions pour la formation du Gouvernement ont démarré et la Fédération des maisons médicales souhaite attirer l’attention des responsables politiques sur les enjeux cruciaux qui se profilent. Témoins quotidiens de la misère économique, sociale et(…)

- Dr Olivier Mariage

Dix priorités pour une politique de santé (octobre 2011)

Vous venez de le lire, le nouveau Gouvernement a d’importants défis à relever pour maintenir et faire évoluer notre système de santé. Dans le contexte de crise que l’on connaît, il faudra affronter les menaces qui(…)

- Fédération des maisons médicales et des collectifs de santé francophones

Les revendications de la Fédération des maisons médicales pour la commission médico-mutuelliste

Les négociations de la convention médico-mutuelliste surviennent dans un contexte de politique générale difficile. Mais cela ne rend que plus pertinentes une série de revendications susceptibles de produire plus de santé pour un coût mieux maîtrisé.(…)

- Dr Olivier Mariage

Un enfant atteint d’otite banale en salle d’urgences d’un hôpital universitaire ?

Face au recours inapproprié aux médecins spécialistes – ici, l’exemple des pédiatres – la vice-présidente du Groupement belge des omnipraticiens – GBO en appelle à une redéfinition des tâches et à une réelle collaboration entre spécialistes(…)

- Dr Anne Gillet

La médecine basée sur l’émotion

Devant une maladie aussi invalidante que la maladie d’Alzheimer, devant le désarroi des proches de la personne atteinte, il n’est pas toujours aisé de conserver une attitude objective. Une faiblesse dont certains entendent profiter…

- Debauche Monique, Jehaes Michel

Le grand malheur et le lien social

Et si le grand malheur, qui soude les liens sociaux dans certaines sociétés avait tendance à les affaiblir dans la nôtre ?

- Dr André Crismer

L’informatique dans la relation de soins

Données-santé informatisées : la Ligue des usagers des services de santé appelle à la vigilance !

Du côté de la Ligue des usagers des services de santé, on voit d’un oeil favorable l’informatisation des données et leur échange électronique entre prestataires mais on exige que leur confidentialité soit soigneusement protégée et que(…)

- Fierens Micky

Sites d’informations médicales sur Internet : pour ou contre ?

On rapporte des propos de médecins disant leur irritation de recevoir des patients qui leur proposent diagnostics et traitements issus de la consultation de sites web. Des dangers et inconvénients du phénomène de recherche d’informations médicales(…)

-

L’ordinateur : outil, tiers ou écran ?

La présence de l’ordinateur sur le bureau des généralistes est aujourd’hui acceptée. Mais sa place et son rôle font encore question. Les propos des quatre généralistes interrogés à ce sujet montrent une variété des perceptions que(…)

- Dr Baudouin Denis, Dr Marc Van Meerbeek, Dr Miguelle Benrubi, Dr Xavier Froidecoeur

Ordinateur et médecine

En médecine générale, le patient attend plus qu’une réponse technique à ses questions. C’est pourquoi l’informatique n’est qu’un outil et ne peut pas envahir l’espace-temps de la consultation

- De Caevel Henri

La place de l’informatique dans la relation de soins. Point de vue des patients

Quel est le point de vue des patients sur la place prise par l’informatique dans la relation de soins ? La question a été discutée avec une vingtaine de patients de 25 à 85 ans, dont(…)

- Gaëlle Chapoix

Intérêt et risques de l’informatique en soins de santé primaires

Structuration et concepts du dossier médical électronique

Organiser les informations médicales concernant un patient pour en faire un dossier médical électronique logique et efficient et permettre un transfert optimal des données pertinentes : tel est le but du travail de structuration du dossier(…)

- Michel Roland

Des données de santé utiles, utilisables et utilisées. Pour mieux prendre les décisions en santé publique

On parle beaucoup de l’information sanitaire, des statistiques de santé, de l’aide à la décision liée aux chiffres de santé. Il est assez évident que les différents services de santé qui produisent des données le font(…)

- Myriam De Spiegelaere, Tellier Véronique

Le Réseau santé wallon

Le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication permet aujourd’hui l’échange rapide d’un grand volume de données, notamment médicales. Le Réseau santé wallon (RSW) vise à interconnecter les institutions hospitalières wallonnes et les(…)

- Jongen Philippe

L’informatique en maison médicale, une question d’équipe

L’informatisation des maisons médicales répond à des besoins et à des objectifs spécifiques impliquant l’ensemble de l’équipe. Dans ce but, un outil novateur a été conçu par des soignants pour des soignants et évolue régulièrement depuis(…)

- Marie-Agnès Broze

Le tableau de bord de la Fédération des maisons médicales

Le projet tableau de bord de la Fédération des maisons médicales a plusieurs objectifs dont celui de constituer un observatoire sociosanitaire de la population soignée en maison médicale. Cet observatoire permettra de mieux connaître l’état de(…)

- Carbonez Francois

Voilà à quoi pourrait ressembler la commande d’une pizza en 2015

Fantasme ou menace sérieuse ? La rencontre du pouvoir médical et de la puissance informatique pourrait- elle donner naissance à une dictature médicale ? On savait déjà que les pizzas industrielles sont peu recommandables pour la(…)

-

La consultation de Mme Rita Bauwens : du face à face clinique au dossier informatisé

Les éléments de structuration du DME (Dossier médical électronique) permettent d’organiser les informations de manière simple et efficace. La qualité des soins et la coordination entre intervenants s’en trouve optimalisée. Un exemple concret à partir d’une(…)

- Michel Roland

Recueil de données de santé de routine et respect de la vie privée

La Fédération des maisons médicales développe un recueil de données de santé de première ligne composé de données prélevées dans les dossiers de santé informatisés des patients de maisons médicales. La mise en place de ce(…)

- Marie Marganne

Regards décalés

L’évaluation éthique de l’outil informatique est-elle possible ?

Les questions soulevées par l’influence des nouvelles technologies dans le secteur de la santé, et en particulier l’impact des nouveaux outils informatiques sur le soin sont une des raisons de l’émergence et du développement de la(…)

- Boury Dominique, Sauvaige Monique, Barrea Mieke, Ruelle Yvan, Barbotin Élisabeth, Jacquemin Dominique, de Bouvet Armelle

Derrière l’arbre qui cache la forêt

Après un tour d’horizon de ce que l’outil informatique, bien géré, peut apporter à la santé, voici un petit éclairage sur le revers de la médaille et quelques pistes pour réduire les impacts directs et indirects(…)

- Gaëlle Chapoix

Le stéthoscope et la souris : savoirs médicaux et imaginaires numériques du corps

Dans les années 80, l’informatique a donné naissance à une dématérialisation imaginaire de l’organisme et à une contestation de la médecine institutionnelle. Les technologies numériques ont ouvert la porte à un idéal holistique de santé, à(…)

- Casilli Antonio

Introduction

Introduction

L’informatique prend de plus en plus de place dans nos vies, dans notre société. L’ordinateur, les jeux vidéo, internet, l’informatique s’invitent même dans nos téléphones. Dans le domaine de la santé aussi, l’informatique prend une place(…)

-

Conclusion

Petits cailloux

L’objectif de notre cahier était d’explorer ingénument comment l’outil informatique avait fait son chemin dans les soins de santé primaires. De semer des petits cailloux pour dessiner ce chemin. Pour l’instant, nous nous arrêtons ici, mais(…)

-