Aller au contenu

Vous venez de le lire, le nouveau Gouvernement a d’importants défis à relever pour maintenir et faire évoluer notre système de santé. Dans le contexte de crise que l’on connaît, il faudra affronter les menaces qui pèsent sur la sécurité sociale, s’attaquer aux inégalités qui se creusent, répondre aux besoins d’une population vieillissante dans un environnement de plus en plus pathogène et redéployer une première ligne de soins dont l’efficience est mise à mal par des mécanismes politiques hérités du passé. Le chantier est immense et pour y arriver, la Fédération des maisons médicales identifie et propose dix priorités au politique.

1. Maintenir une sécurité sociale fédérale universelle et équitable

Base de tout le système, il faut maintenir une sécurité sociale fédérale couvrant l’ensemble de la population belge dans l’objectif de couvrir un maximum de risques (plus la population couverte est grande, plus le système permet de couvrir de risques) et la protéger de toute tentative de privatisation ou de marchandisation. Son financement doit être basé sur tous les types de revenus et pas uniquement sur ceux du travail. Le système doit être attractif pour toutes les classes sociales, y compris les classes moyennes et supérieures afin de garantir l’équité et la solidarité, moyennant une participation de chacun selon ses moyens.

2. Lutter contre les inégalités sociales face à la santé

Les inégalités sociales face à la santé ne cessent de croître et la nécessité de s’attaquer aux déterminants de la santé autres que biologiques n’est plus à prouver : citons entre autres la qualité du travail, le logement, l’environnement, l’enseignement, la mobilité. L’Enquête nationale de santé par interview, un rapport de la Fondation Roi Baudouin, ainsi qu’un rapport de l’Organisation mondiale de la santé, en attestent et font des propositions en matière de lutte contre ces inégalités. Il faudra notamment rendre l’indi-vidualisation des droits sociaux à tous les citoyens (supprimer le statut de cohabitant) et augmenter les minima sociaux pour leur faire rejoindre au moins un montant équivalent au seuil de pauvreté.

3. Elaborer une loi santé

Il faut élaborer une « loi santé »1 qui permette d’évaluer a priori (et non a posteriori) l’impact de toute politique publique sur la santé, et qui organise les possibilités d’interpellation de n’importe quel département par celui qui a la santé dans ses responsabilités. L’évaluation des impacts en santé devra également prendre en compte l’égalité en santé et la lutte contre les inégalités sociales en santé.

4. Evaluer et réformer les mécanismes décisionnels en politique de santé

Aujourd’hui, la politique de santé est essentiellement aux mains de la santé publique et de l’INAMI (le comité de l’assurance, la « médico-mut »), organes au sein desquels les médecins spécialistes et les mutuelles ont beaucoup de poids. Le politique est donc sans pouvoir réellement déterminant. L’évaluation et la réforme de certains mécanismes décisionnels de politique de santé sont nécessaires afin d’y rééquilibrer les rapports de force entre l’hôpital et l’ambulatoire, entre les généralistes et les spécialistes. Il est impératif, si nous voulons sortir de la logique hospitalocentrée, de rendre au politique un vrai pouvoir d’orientation et de décision, tout en préservant une concertation optimale avec tous les acteurs sur le terrain de la santé.

5. Promouvoir le maintien au domicile des personnes âgées en renforçant la première ligne de soins

La situation est préoccupante : on observe d’une part une augmentation de l’espérance de vie, d’autre part l’arrivée de la génération des baby-boomers à l’âge de la retraite. L’important ne sera pas seulement de prolonger leur espérance de vie, mais avant tout d’en augmenter la qualité. Tout en diminuant les coûts, souvent aggravés par des institutionnalisations inutiles ou trop précoces. Une tâche que peut remplir la première ligne de soins qui est compétente pour prendre en charge 80% des problèmes de santé présentés par la population, y compris par les personnes âgées. C’est pourquoi son travail doit faire l’objet de recherches et d’évaluations et bénéficier d’un soutien politique et financier stable lui permettant de déployer son efficacité, y compris dans les soins au domicile des personnes âgées. Corollairement, le système de soins de santé doit être organisé en trois lignes aux tâches bien définies, rationnalisé selon le principe de subsidiarité et donc échelonné. L’application de ces principes impose que tout acte soit réalisé au niveau de soins le plus efficient, c’est-à-dire à compétence et qualité suffisante au moindre coût.

6. Reconnaître les pratiques de groupes pluridisciplinaires

Il n’existe actuellement pas de cadre juridique spécifique aux pratiques de groupe au niveau fédéral. Cela rend impossible l’application de normes de qualité, l’adaptation des différentes mesures visant la première ligne de soins et l’attribution d’un financement spécifique. Les pratiques de groupes multidisciplinaires doivent être reconnues en raison de la plus-value qu’elles apportent à la santé publique. En particulier l’intégration et le financement du secteur psychosocial (à côté des secteurs médicaux, infirmiers et kinésithérapeutiques) est une priorité. 7. Calculer le financement au forfait à la capitation sur base des besoins Le calcul du paiement des prestataires qui choisissent de travailler au forfait est actuellement fondé sur une moyenne des prestations des soignants à l’acte avec certaines corrections. Il est indispensable de découpler le calcul du forfait et le travail à l’acte, et donc de réformer ce calcul, car le travail effectué par des équipes multidisciplinaire doit avoir des leviers différents qui permettent une prise en charge adaptée aux besoins des populations desservies. D’autre part, il est illogique que la chute des contacts globaux en première ligne soit répercutée sur le forfait.

8. Reconnaitre la place de la première ligne dans le virage ambulatoire de la psychiatrie

Un important virage ambulatoire de la psychiatrie est en cours (projets 107). Les maisons médicales ont une longue expérience en ce domaine et demandent à être associées à ces projets, tant au niveau décisionnel que sur le terrain. Un renforcement du financement de la fonction psycho-sociale au sein des centres de santé intégrée est indispensable.

9. Revaloriser la médecine générale

Dans un contexte de pénurie de généralistes, il est impératif de renforcer l’attractivité de la profession entre autres en revalorisant l’acte intellectuel, en réformant la garde en profondeur. Il faut également évaluer les besoins en médecins et adapter le numerus clausus pour une planification réaliste de l’offre, tant au niveau de la couverture du territoire que des besoins en spécialités.

10. Revaloriser l’art infirmier ambulatoire

Dans un contexte de pénurie, il faut revaloriser le métier d’infirmière ambulatoire en développant une spécialité spécifique en soins infirmiers ambulatoire, en reconnaissant et en finançant la formation continue et la mise en place d’une accréditation, en créant un fond de type « Impulseo » pour résoudre les difficultés de recrutement et en revoyant la nomenclature. D’autre part, la formation de base devrait être adaptée aux besoins des acteurs de terrain, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Documents joints

  1. 1. Loi-santé : voir Santé conjuguée numéro 52

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 58 - octobre 2011

Les pages 'actualités' du n° 58

Santé : d’importants défis attendent le nouveau Gouvernement

Les discussions pour la formation du Gouvernement ont démarré et la Fédération des maisons médicales souhaite attirer l’attention des responsables politiques sur les enjeux cruciaux qui se profilent.

- Dr Olivier Mariage

Dix priorités pour une politique de santé (octobre 2011)

Vous venez de le lire, le nouveau Gouvernement a d’importants défis à relever pour maintenir et faire évoluer notre système de santé. Dans le contexte de crise que l’on connaît, il faudra affronter les menaces qui(…)

- Fédération des maisons médicales et des collectifs de santé francophones

Les revendications de la Fédération des maisons médicales pour la commission médico-mutuelliste

Les négociations de la convention médico-mutuelliste surviennent dans un contexte de politique générale difficile. Mais cela ne rend que plus pertinentes une série de revendications susceptibles de produire plus de santé pour un coût mieux maîtrisé.(…)

- Dr Olivier Mariage

Un enfant atteint d’otite banale en salle d’urgences d’un hôpital universitaire ?

Face au recours inapproprié aux médecins spécialistes – ici, l’exemple des pédiatres – la vice-présidente du Groupement belge des omnipraticiens – GBO en appelle à une redéfinition des tâches et à une réelle collaboration entre spécialistes(…)

- Dr Anne Gillet

La médecine basée sur l’émotion

Devant une maladie aussi invalidante que la maladie d’Alzheimer, devant le désarroi des proches de la personne atteinte, il n’est pas toujours aisé de conserver une attitude objective. Une faiblesse dont certains entendent profiter…

- Debauche Monique, Jehaes Michel

Le grand malheur et le lien social

Et si le grand malheur, qui soude les liens sociaux dans certaines sociétés avait tendance à les affaiblir dans la nôtre ?

- Dr André Crismer

L’informatique dans la relation de soins

Données-santé informatisées : la Ligue des usagers des services de santé appelle à la vigilance !

Du côté de la Ligue des usagers des services de santé, on voit d’un oeil favorable l’informatisation des données et leur échange électronique entre prestataires mais on exige que leur confidentialité soit soigneusement protégée et que(…)

- Fierens Micky

Sites d’informations médicales sur Internet : pour ou contre ?

On rapporte des propos de médecins disant leur irritation de recevoir des patients qui leur proposent diagnostics et traitements issus de la consultation de sites web. Des dangers et inconvénients du phénomène de recherche d’informations médicales(…)

-

L’ordinateur : outil, tiers ou écran ?

La présence de l’ordinateur sur le bureau des généralistes est aujourd’hui acceptée. Mais sa place et son rôle font encore question. Les propos des quatre généralistes interrogés à ce sujet montrent une variété des perceptions que(…)

- Dr Baudouin Denis, Dr Marc Van Meerbeek, Dr Miguelle Benrubi, Dr Xavier Froidecoeur

Ordinateur et médecine

En médecine générale, le patient attend plus qu’une réponse technique à ses questions. C’est pourquoi l’informatique n’est qu’un outil et ne peut pas envahir l’espace-temps de la consultation

- De Caevel Henri

La place de l’informatique dans la relation de soins. Point de vue des patients

Quel est le point de vue des patients sur la place prise par l’informatique dans la relation de soins ? La question a été discutée avec une vingtaine de patients de 25 à 85 ans, dont(…)

- Gaëlle Chapoix

Intérêt et risques de l’informatique en soins de santé primaires

Structuration et concepts du dossier médical électronique

Organiser les informations médicales concernant un patient pour en faire un dossier médical électronique logique et efficient et permettre un transfert optimal des données pertinentes : tel est le but du travail de structuration du dossier(…)

- Michel Roland

Des données de santé utiles, utilisables et utilisées. Pour mieux prendre les décisions en santé publique

On parle beaucoup de l’information sanitaire, des statistiques de santé, de l’aide à la décision liée aux chiffres de santé. Il est assez évident que les différents services de santé qui produisent des données le font(…)

- Myriam De Spiegelaere, Tellier Véronique

Le Réseau santé wallon

Le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication permet aujourd’hui l’échange rapide d’un grand volume de données, notamment médicales. Le Réseau santé wallon (RSW) vise à interconnecter les institutions hospitalières wallonnes et les(…)

- Jongen Philippe

L’informatique en maison médicale, une question d’équipe

L’informatisation des maisons médicales répond à des besoins et à des objectifs spécifiques impliquant l’ensemble de l’équipe. Dans ce but, un outil novateur a été conçu par des soignants pour des soignants et évolue régulièrement depuis(…)

- Marie-Agnès Broze

Le tableau de bord de la Fédération des maisons médicales

Le projet tableau de bord de la Fédération des maisons médicales a plusieurs objectifs dont celui de constituer un observatoire sociosanitaire de la population soignée en maison médicale. Cet observatoire permettra de mieux connaître l’état de(…)

- Carbonez Francois

Voilà à quoi pourrait ressembler la commande d’une pizza en 2015

Fantasme ou menace sérieuse ? La rencontre du pouvoir médical et de la puissance informatique pourrait- elle donner naissance à une dictature médicale ? On savait déjà que les pizzas industrielles sont peu recommandables pour la(…)

-

La consultation de Mme Rita Bauwens : du face à face clinique au dossier informatisé

Les éléments de structuration du DME (Dossier médical électronique) permettent d’organiser les informations de manière simple et efficace. La qualité des soins et la coordination entre intervenants s’en trouve optimalisée. Un exemple concret à partir d’une(…)

- Michel Roland

Recueil de données de santé de routine et respect de la vie privée

La Fédération des maisons médicales développe un recueil de données de santé de première ligne composé de données prélevées dans les dossiers de santé informatisés des patients de maisons médicales. La mise en place de ce(…)

- Marie Marganne

Regards décalés

L’évaluation éthique de l’outil informatique est-elle possible ?

Les questions soulevées par l’influence des nouvelles technologies dans le secteur de la santé, et en particulier l’impact des nouveaux outils informatiques sur le soin sont une des raisons de l’émergence et du développement de la(…)

- Boury Dominique, Sauvaige Monique, Barrea Mieke, Ruelle Yvan, Barbotin Élisabeth, Jacquemin Dominique, de Bouvet Armelle

Derrière l’arbre qui cache la forêt

Après un tour d’horizon de ce que l’outil informatique, bien géré, peut apporter à la santé, voici un petit éclairage sur le revers de la médaille et quelques pistes pour réduire les impacts directs et indirects(…)

- Gaëlle Chapoix

Le stéthoscope et la souris : savoirs médicaux et imaginaires numériques du corps

Dans les années 80, l’informatique a donné naissance à une dématérialisation imaginaire de l’organisme et à une contestation de la médecine institutionnelle. Les technologies numériques ont ouvert la porte à un idéal holistique de santé, à(…)

- Casilli Antonio

Introduction

Introduction

L’informatique prend de plus en plus de place dans nos vies, dans notre société. L’ordinateur, les jeux vidéo, internet, l’informatique s’invitent même dans nos téléphones. Dans le domaine de la santé aussi, l’informatique prend une place(…)

-

Conclusion

Petits cailloux

L’objectif de notre cahier était d’explorer ingénument comment l’outil informatique avait fait son chemin dans les soins de santé primaires. De semer des petits cailloux pour dessiner ce chemin. Pour l’instant, nous nous arrêtons ici, mais(…)

-