Aller au contenu

Le traité transatlantique : toxique pour la santé et pour la démocratie


Santé conjuguée n° 69 - décembre 2014

Depuis l’été 2013, l’Union européenne et les Etats-Unis ont entamé les négociations d’un « partenariat transatlantique de commerce et d’investissement », plus communément appelé Traité transatlantique. Ce traité pose des questions essentielles par rapport aux politiques de santé ; il questionne aussi la recomposition des relations entre l’Etat et le secteur privé. L’auteur de cet article nous apporte quelques éclairages, en pointant particulièrement les menaces que ce traité fait peser sur nos systèmes de santé.

Objectif : commerce

Comme l’indique le site internet de la Commission européenne, le traité transatlantique, s’il voit le jour, constituera « le plus important accord commercial au monde » : non seulement parce qu’il implique deux géants de l’économie mondiale, mais aussi parce qu’il relancera la dynamique de libéralisation du commerce mondial, bloquée depuis plusieurs années au sein de l’Organisation mondiale du commerce. Le but affiché du traité est d’harmoniser les législations entre l’Europe et les Etats-Unis. S’il ne s’agissait que d’aligner des règlementations techniques qui compliquent la vie des entreprises et des citoyens, il n’y aurait pas lieu de s’en inquiéter. Deux raisons plaident cependant pour qu’on s’intéresse de très près à ce traité. Premièrement, il couvre un champ potentiellement énorme . Nous sommes face à une approche tous azimuts qui aboutira à des changements dans de nombreux secteurs de la société, y compris les plus sensibles : sécurité alimentaire, protection des consommateurs, santé, environnement, politiques sociales, services publics… Deuxièmement, il repose sur une philosophie néolibérale qui voit dans les règlementations des « entraves au commerce » qu’il faut, autant que possible, réduire ou supprimer. Cette philosophie est inhérente aux accords commerciaux et d’investissement qui se multiplient dans le monde depuis deux décennies : ceux-ci visent à promouvoir une mobilité totale des mouvements de capitaux, de marchandises et d’entreprises, partant du principe – infirmé par la crise actuelle – que cette mobilité est la meilleure manière d’accroître la prospérité. Les tarifs douaniers ayant aujourd’hui largement disparu, les principaux obstacles, aux yeux des néolibéraux sont aujourd’hui les réglementations étatiques auxquelles les entreprises sont soumises. En promouvant ces accords, les gouvernements de par le monde font donc bien plus que subir la globalisation néolibérale : ils participent activement à son renforcement. Le fait que l’interlocuteur de l’Europe dans ce traité soit les Etats-Unis ne peut que renforcer l’inquiétude : s’il est un état au monde qui, depuis très longtemps, constitue le fer de lance des politiques de déréglementation, c’est bien entendu les Etats-Unis. Le Traité transatlantique, s’il voit le jour, marquera sans aucun doute une nouvelle étape dans la recomposition des rapports entre l’Etat et les entreprises. Celle-ci est déjà perceptible dans les négociations actuelles. Dans les consultations organisées par la Commission européenne en amont des négociations, ce sont les principaux lobbies patronaux qui ont eu la parole : 119 des 135 réunions organisées entre janvier 2012 et avril 2013 par la Commission l’ont été avec des représentants de grandes entreprises ou des associations qui les représentent, parmi lesquelles Business Europe, la Chambre américaine de commerce et le Transatlantic Business Council1. Par ailleurs, le traité lui-même va très probablement accoucher de nouvelles institutions qui ne feront que renforcer le pouvoir d’influence des lobbies patronaux. La première d’entre elles est le Conseil de coopération réglementaire, une structure ardemment souhaitée par les associations patronales et désormais également soutenue par la Commission européenne. C’est dans ce lieu que les Etats-Unis et l’Europe négocieront l’alignement de leurs législations. A partir des informations qui filtrent sur le projet de la Commission, nous savons que les lobbies d’affaires auront un accès privilégié à ce forum, avec la possibilité de réagir, y compris sur des projets de législation, dès les premiers stades d’élaboration de ceux-ci. Certains y voient un véritable droit de co-écriture des législations par les lobbies patronaux2. Le traité accouchera très vraisemblablement d’une deuxième institution importante : un organe de règlement des différends entre les Etats et les entreprises. Il s’agit d’une juridiction internationale spécifiquement créée par le traité – la plupart des traités commerciaux existants prévoient un tel organe – et qui permet aux entreprises de poursuivre les Etats qui, selon elles, lèsent leurs intérêts. Ces tribunaux n’ont aucun lien avec les juridictions nationales ordinaires, et l’observation de leur fonctionnement montre qu’ils sont imprégnés d’une approche très « pro-business ». Les juges qui y opèrent sont issus des grands cabinets internationaux d’avocats d’affaires et jouent eux-mêmes le rôle d’avocats des multinationales dans certaines affaires.

Lourde menace sur la santé

Un litige récent concernant les politiques de santé publique a contribué à mettre en lumière les risques que ces juridictions représentent pour les Etats. En 2012, la multinationale Philip Morris a déposé une plainte contre l’Australie parce que ce pays avait adopté une loi imposant un packaging uniforme des paquets de cigarettes ( absence de logos commerciaux et photos alertant sur les impacts du tabac sur la santé ). Les spécialistes estiment que l’Australie risque peu d’être condamnée, mais elle devra néanmoins acquitter les frais de défense encourus dans cette affaire qui se chiffrent à une vingtaine de millions de dollars. La seule existence de tels tribunaux met donc la pression sur les gouvernements : exposés à devoir payer des montants pouvant dépasser – dans certaines affaires – le milliard de dollars s’ils sont condamnés, les gouvernements y regardent à deux fois avant d’adopter des législations déplaisant aux grandes entreprises. Un autre domaine à risque est celui de l’accès aux médicaments. En 2012, la firme pharmaceutique Eli Lilly a attaqué le Gouvernement canadien parce qu’il avait invalidé un brevet portant sur un de ses médicaments. La firme réclame 500 millions de dollars canadiens de compensation au Canada. La Nouvelle-Zélande, qui négocie en ce moment avec les Etats-Unis et d’autres pays de la région un accord de partenariat trans-pacifique, pourrait être contrainte de revoir à la baisse son célèbre système de régulation du prix des médicaments3. La remise en question des réglementations européennes en matière alimentaire ou environnementale constitue un autre risque pour la santé. La culture du « principe de précaution » est bien plus présente en Europe qu’aux Etats-Unis ; elle se traduit par l’interdiction ou la réglementation en Europe de denrées qui ne font pas problème aux Etats-Unis, telles que les aliments à base d’organismes génétiquement modifiés, les viandes traitées aux hormones ou au chlore. Un autre exemple de réglementation menacée est la directive REACH qui impose aux entreprises chimiques de réaliser une évaluation des risques pour la santé et l’environnement des molécules chimiques synthétiques qu’elles mettent sur le marché. Il ne fait aucun doute que les lobbies américains feront tout pour pousser l’Union européenne à réviser à la baisse ces réglementations. La relance du débat sur la commercialisation des services, et notamment des services de santé, est un autre risque lié au traité. Plusieurs tentatives en ce sens ont vu le jour ( mais ont avorté ) dans la période récente que ce soit au niveau européen ( la directive Bolkestein ) ou mondial ( l’Accord général sur le commerce des services, de l’Organisation mondiale du commerce ). La signature d’un traité avec les Etats-Unis, dont le système de santé est dominé par une logique de marché, va certainement redonner des opportunités aux partisans de la commercialisation. Il faut toutefois rappeler que l’article 207 du traité européen prévoit que le Conseil doit statuer à l’unanimité sur le volet des accords commerciaux touchant à l’organisation des services de santé ( alors que sur les autres volets, c’est la règle de la majorité qualifiée qui prévaut ). Il n’est cependant pas certain qu’une telle clause suffirait à protéger de décisions imbuvables adoptées par rapport à la santé, étant donné le climat très libéral qui règne actuellement en Europe. Du point de vue de la Centrale nationale des employés, le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement ne constitue aucunement une solution à la crise économique en Europe tout en créant un danger majeur pour la souveraineté des Etats. C’est pourquoi nous appelons les parlementaires européens et nationaux à ne pas le ratifier4.

Documents joints

  1. Corporate Europe Observatory, European Commission preparing for EU-US trade talks : 119 meetings with industry lobbyists, 4 septembre 2013.
  2. Corporate Europe Observatory, Regulation – none of our business ?, décembre 2013.
  3. Health and the Trans-Pacific Partnership Agreement – Aotearoa New Zealand perspective, octobre 2013.
  4. Pour une analyse plus complète du TTIP, nous renvoyons à notre brochure pédagogique Le traité transatlantique. Le comprendre pour le couler, CNE, Avril 2014 et aux capsules vidéos déposées sur notre site, www.cne-gnc.be/index.php ?m=151&n=2556.

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 69 - décembre 2014

Les pages ’actualités’ du n° 69

Hommage à Jean Carpentier

Jean Carpentier, médecin généraliste français, communiste de la première à la dernière heure, s’en est allé le 9 juillet 2014. C’était un défricheur, infatigable, joyeux, clairvoyant, à la fois rebelle et fédérateur. Nous nous reconnaissons dans(…)

- Dr Dominique Vossen, Marianne Prévost

Les élections syndicales médicales 2014

En octobre 2014, les médecins belges ont élu leurs représentants dans les lieux de concertation. Alors que les formations défendant une philosophie et une politique ‘soins de santé primaires’ avaient reculé lors des dernières élections ( 2010 ),(…)

- Dr Pierre Drielsma

Un réseau pour l’égalité

La traduction française du dernier ouvrage de Kate Pickett et Richard Wilkinson en 2013 a fourni l’occasion d’un partenariat nouveau entre le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, le centre local de promotion de la(…)

- Christian Legrève

Accessibilité aux soins, recommandations de Médecins du Monde et de l’INAMI

Hier un Livre vert, aujourd’hui un Livre blanc : deux documents interpellant qui font le tour des questions liées à l’accessibilité aux soins en Belgique. Ce travail est le fruit d’une initiative inédite mise en œuvre par(…)

- Marianne Prévost

Médicaments mortels et crime organisé de Peter Gotzsche

Peter Gotzsche frappe fort avec cet essai. Il démontre qu’en Occident, les médicaments sont la troisième cause de mortalité après les maladies cardiaques et les cancers. Aux Etats-Unis, les maladies cardiovasculaires font 600.000 morts par an,(…)

- Dr André Crismer

Préparer l’avenir pour mieux soigner, Colloque Prescrire Paris 2014″

Les 24 et 25 mai derniers ont eu lieu à Paris les Rencontres Prescrire 2014 sur le thème « Préparer l’avenir pour mieux soigner ». Ces journées très riches réunirent plusieurs centaines de personnes dont une petite délégation(…)

- Dr Anne Gillet, Dr Caroline Colinet, Dr Karin Verbist, Dr Mima Deflores, Dr Patrick Jadoulle

Chapitre 1

Privatisation, commercialisation, marchandisation… Késako?

La privatisation des soins de santé soulève des débats importants dans de nombreux pays européens. Certains y voient le remède par excellence aux problèmes d’efficience et à la crise de l’État providence. D’autres craignent l’augmentation des(…)

- Mathias Neelen

Les mutuelles : un acteur de premier plan face aux défi s pour la santé

De nombreuses pistes existent pour aller vers le « mieux-être » de tous en Europe, à condition de sortir des logiques marchandes actuelles et de concevoir la santé de manière plus équitable. Morgane Dor souligne ici(…)

- Morgane Dor

Politiques fiscales en Europe à l’ère de la crise économique. Implications sur la santé et l’accès aux soins

L’Europe était, jusqu’il y a peu, un continent attractif grâce à sa combinaison réussie d’économies solides et de fortes protections sociales. Mais les temps changent, aujourd’hui tous les Etats sont en difficulté . Les auteurs de cet(…)

- Alexis Benos, Angelo Stefanini, Chiara Bodini, Elias Kondilis, Pol De Vos

La réforme des systèmes nationaux de santé sous la gouvernance économique de l’Union européenne

La crise économique et financière qui a éclaté en 2007 a engendré un changement radical dans la manière dont l’Union européenne intervient en matière de réforme des systèmes nationaux de santé. Les États membres ayant toujours(…)

- Rita Baeten

L’Union européenne : cheval de Troie des systèmes sanitaires nationaux ?

Dans l’Union européenne, l’organisation et la fourniture de services sanitaires et sociaux ont toujours été considérées comme une matière relevant exclusivement de la compétence des états membres ; le projet d’intégration européenne concerne avant tout le(…)

- Rita Baeten

Chapitre 2

Mutualités: les services complémentaires sous la pression de l’assurance privée

Les assurances complémentaires ont été développées par les mutualités dans un but de protection sociale sont mises sous pression par le secteur de l’assurance privée. Ce dernier, s’appuyant sur les règles européennes en la matière, invoquait(…)

- Christel Tecchiato

Crise, austérité et régionalisation en Belgique: un mauvais cocktail?

Au premier janvier 2015, pas moins de 5,08 milliards d’euros seront transférés du fédéral aux entités fédérées pour la santé dans le cadre du transfert des compétences prévu par la sixième réforme de l’État. Alors que(…)

- Marinette Mormont

La mutualité socialiste constate les impacts des mesures d’austérité sur l’accès aux soins

Quels sont les effets des mesures d’austérité sur l’accès aux soins de santé? S’appuyant sur les constats d’une grosse centaine d’assistants sociaux des centres de service social de la Mutualité quotidiennement en prise avec les problématiques(…)

- Ivan Dechamps

Soins de santé en Belgique : un marché en or ?

Dans les pays du Sud d’Europe, la crise et les programmes d’austérité pèsent sur les systèmes de santé, ouvrant la brèche à une commercialisation du secteur. La Belgique, forte d’un régime de sécurité sociale développé, avec(…)

- Marinette Mormont

Débat café sur la marchandisation des services au public

Deux travailleuses se retrouvent dans un café, fin de semaine, histoire de ‘breaker’ un peu.

- Gilot Marie-Agnes

Personnel de santé pour tous, tous pour le personnel de santé

La pénurie de personnel de santé augmente dans le monde entier et devient un problème social de plus en plus aigu : si la situation actuelle perdure, un milliard de personnes ne verra jamais un médecin(…)

- Marti Waals

Chapitre 3

Le traité transatlantique : toxique pour la santé et pour la démocratie

Depuis l’été 2013, l’Union européenne et les Etats-Unis ont entamé les négociations d’un « partenariat transatlantique de commerce et d’investissement », plus communément appelé Traité transatlantique. Ce traité pose des questions essentielles par rapport aux politiques(…)

- Etienne Lebeau

De l’austérité au libre-échange : la santé sacrifiée

Dans sa stratégie « Europe 2020», l’Union européenne se pose comme objectif d’élargir l’accès aux marchés pour les services et les investissements de ses propres entreprises transnationales, de mieux faire respecter les droits de propriété intellectuelle(…)

- Marc Botenga

Néolibéralisme et santé en Argentine : la dictature du libre marché

L’Argentine a une histoire mouvementée, émaillée de dictatures, de coups d’états, de mouvements de résistance populaire et d’embellies démocratiques. Alicia Stolkiner évoque les liens existant entre l’histoire politique des dernières décennies et la marchandisation des soins(…)

- Alicia Stolkiner

Chapitre 4

En réseau contre Goliath

La lobbycratie nuit à la démocratie. Elle est très active entre autres au niveau européen. Elle y impose ses valeurs ultralibérales comme une incontournable évidence sans alternative possible… Éclairage de zones d’ombres.

- Gaëlle Chapoix

Grèce : résister malgré tout

La Grèce vit une des crises les plus importantes de son histoire : les politiques exigées par l’Union européenne font des ravages sur la situation sociale d’une grande partie de sa population. Cependant, la résistance tente(…)

- Sebastian Franco

Espagne, la marée blanche a bloqué la privatisation des hôpitaux

Des mobilisations pour la santé publique se sont considérablement renforcées ces dernières années en Espagne, en réponse aux réformes – coupes et privatisations – menées tant par le Gouvernement central que par ceux des communautés autonomes.

- Carmen San José Pérez

L’eau est un droit humain

Le succès d’une initiative citoyenne : bien conçue et bien dotée elle a abouti malgré de nombreux défis.

- Pablo Sanchez

Conclusion

Conclusion

Nous remercions les nombreux auteurs qui ont contribué à ce dossier. Ils viennent de différents horizons, et tous sonnent l’alarme : la commercialisation de la santé met à mal le droit à la santé pour toutes et(…)

- Fédération des maisons médicales et des collectifs de santé francophones, Julie Maenaut

Introduction

Introduction

Ce dossier propose quelques éclairages sur un danger qui menace tous les pays européens, au-delà de leur diversité : la montée en puissance d’un capitalisme sauvage ( souvent appelé, pour moins de clarté, « néolibéralisme »(…)

-