Aller au contenu

Grèce : résister malgré tout


Santé conjuguée n° 69 - décembre 2014

La Grèce vit une des crises les plus importantes de son histoire : les politiques exigées par l’Union européenne font des ravages sur la situation sociale d’une grande partie de sa population. Cependant, la résistance tente de s’organiser : comme on le verra dans cet article, elle navigue entre défaites et espoirs.

La Troïka : à l’attaque des droits sociaux…

Suite à l’éclatement de la crise financière en 2008, la Grèce a dû faire face à des attaques spéculatives sans précédent, menaçant le pays de sombrer à tout moment dans le marasme économique. La réponse de l’Union européenne à l’attaque des marchés a été, elle aussi, d’une force inouïe ; en contrepartie de sommes « prêtées » aux pays, l’Union européenne a exigé de la Grèce une baisse drastique du niveau de vie de ses habitants : diminutions de salaires, coupes gigantesques dans les dépenses publiques, quasi destruction des services publics, licenciements massifs dans tous les secteurs de l’économie, augmentation de taxes horizontales ( TVA, taxe sur le logement principal, sans critères de revenu ),… L’instrument pour imposer ces politiques s’appelle Troïka. Composée de représentants de l’Union européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaires international ( les créanciers ), c’est sous son égide que sont signés les memoranda qui fixent sur le marbre les sacrifices présents et à venir du peuple grec. Les résultats de cette politique imposée par les bailleurs de fonds, l’Union européenne en tête, sont amplement connus et ils sont dramatiques : explosion du chômage et de la pauvreté, salaires de misère, augmentation de la dette du pays, destruction et privatisation des services publics. En termes de santé, les indicateurs sont tout aussi inquiétants : baisse de l’espérance de vie, augmentation de la mortalité infantile, explosion des suicides. Le système de santé est dans un tel état de délabrement que des dispensaires bénévoles ont vu le jour et ne désemplissent pas. La Troïka a imposé des coupes salariales de 30% dans le secteur public. Il y a 1,5 millions de chômeurs officiels pour une population active de 5,7 millions. On estime à 1,1 million le nombre de travailleurs qui ne sont pas régulièrement payés. Environ 3 millions d’habitants ( sur 10,5 millions ) n’ont pas d’assurance maladie. Le pouvoir d’achat des ménages a diminué de 37% et l’exclusion sociale a crû de 23%. Le chômage des jeunes atteint 60%…1 … et des droits démocratiques Les pouvoirs conférés à la Troïka sont énormes et ils mettent à mal la souveraineté des peuples à choisir leur avenir. En effet, pas une seule instance démocratique nationale ou européenne n’a été consultée sur les politiques mises en place ( et qui concernent pourtant des millions de citoyens européens, notamment grecs mais aussi espagnols, portugais ou encore irlandais ). La responsabilité des institutions de l’Union européenne dans la dégradation des conditions de vie du peuple grec pose également question mais rappelle surtout que l’Europe ne fait qu’appliquer les politiques qu’elle-même préconise depuis longtemps dans les pays du Sud qui ont fait les frais, dès les années 80, d’impositions autoritaires de politiques antisociales. Depuis l’éclatement de la crise, le mouvement social grec n’est pourtant pas resté passif. Syndicats, collectifs, partis ont tenté d’organiser la résistance. Pas moins de 30 grèves générales ont été décrétées, certaines organisées par secteur : la grève du métro d’Athènes reste emblématique. Il y eut également des récupérations d’usines, etc. Face à la montée du mécontentement populaire et afin de maintenir le cap des « réformes » imposées par la Troïka, le Gouvernement grec – en perte totale de légitimité – a adopté de nombreuses lois limitant les droits démocratiques : démantèlement du dialogue social, imposition des salaires par décret, affaiblissement du droit de grève ou encore criminalisation de la résistance populaire. Les négociations collectives appliquées dans le pays depuis 1914 sont devenues caduques dans les faits. A défaut d’un nouvel accord entre employeurs et employés, l’ancien accord n’est plus automatiquement renouvelé comme c’était le cas dans le passé. A défaut d’accord, la seule contrainte est le salaire minimum : autant dire que les employeurs ne sont guère motivés à en conclure un ! En novembre 2012, une autre loi a prévu que le salaire minimum pouvait être imposé par décret gouvernemental, et que l’avis des « partenaires sociaux » n’était que consultatif. Un autre exemple saillant, c’est la résistance au projet minier de la multinationale canadienne El Dorado, dans la localité Skouries de Chalkidiki – ainsi que sa répression : grenades lacrymogènes lancées par les forces anti-émeutes dans des cours d’écoles, irruptions domiciliaires durant la nuit sans raison valable, arrestations de mineurs pour forcer un prélèvement d’ADN, détentions injustifiées et sans procès durant plusieurs mois. Des dizaines d’habitants de la région ont été inculpés pour formation d’organisation criminelle… La résistance populaire, des hauts et des bas La profondeur de la crise économique en Grèce sans perspectives de sortie prochaine a également profondément modifié les rapports politiques. Les partis qui se sont partagés le pouvoir depuis la fin de la dictature ( les socio- démocrates du PASOK et les conservateurs de la « Nouvelle Démocratie » ) sont en pleine déconfiture. La société grecque se polarise notamment autour de deux tendances : la gauche radicale incarnée par le parti Syriza ( coalition de partis issus de la gauche historique ) et l’extrême droite d’Aube dorée. Cette dernière, malgré la violence qu’elle incarne ( et dont elle fait preuve contre les immigrés, les femmes, etc. ), s’enracine durablement dans l’échiquier politique et représente aujourd’hui 10% des votes. D’un autre côté, le parti Syriza est devenu le premier parti grec avec plus de 25% des voix au dernier scrutin européen. Ce parti a su tirer profit de la résistance populaire à l’austérité en remettant à l’ordre du jour un discours de gauche et de changement. Après de fortes mobilisations en 2011 et 2012 et le peu de victoires engrangées, le mouvement social grec est aujourd’hui en reflux. La population s’adapte tant bien que mal à la nouvelle réalité économique et à la précarité. Cependant, la résistance continue sous d’autres formes : solidarités de proximité, comités de quartiers,… C’est peut-être de ces foyers de résistance que renaîtront les grande batailles de demain, les nouvelles manières de faire de la solidarité et par là-même de la politique. Que pourrait être une politique économique alternative ? C’est difficile de l’imaginer aujourd’hui, tant le carcan national et européen interdit toute velléité de changement substantiel. Imposer un nouveau cap dans les politiques économiques exige un rapport de force au niveau européen qui n’existe pas encore : il faut s’atteler à le construire. Les mouvements sociaux actifs en Europe commencent à le comprendre et des initiatives se font jour pour construire des réseaux de résistance au niveau européen. Les tâches d’un tel mouvement social sont énormes. Il s’agira de résister au saccage des droits fondamentaux attaqués de toutes parts en Europe. Et dans une perspective plus lointaine, commencer à construire une alternative politique faite de solidarité et de justice sociale. Tout un programme… à inventer ensemble.

Documents joints

  1. Yiorgos Vassalos, Grèce : quand l’Union européenne détériore les droits de l’Homme, Bruxelles, 2014.

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 69 - décembre 2014

Les pages ’actualités’ du n° 69

Hommage à Jean Carpentier

Jean Carpentier, médecin généraliste français, communiste de la première à la dernière heure, s’en est allé le 9 juillet 2014. C’était un défricheur, infatigable, joyeux, clairvoyant, à la fois rebelle et fédérateur. Nous nous reconnaissons dans(…)

- Dr Dominique Vossen, Marianne Prévost

Les élections syndicales médicales 2014

En octobre 2014, les médecins belges ont élu leurs représentants dans les lieux de concertation. Alors que les formations défendant une philosophie et une politique ‘soins de santé primaires’ avaient reculé lors des dernières élections ( 2010 ),(…)

- Dr Pierre Drielsma

Un réseau pour l’égalité

La traduction française du dernier ouvrage de Kate Pickett et Richard Wilkinson en 2013 a fourni l’occasion d’un partenariat nouveau entre le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, le centre local de promotion de la(…)

- Christian Legrève

Accessibilité aux soins, recommandations de Médecins du Monde et de l’INAMI

Hier un Livre vert, aujourd’hui un Livre blanc : deux documents interpellant qui font le tour des questions liées à l’accessibilité aux soins en Belgique. Ce travail est le fruit d’une initiative inédite mise en œuvre par(…)

- Marianne Prévost

Médicaments mortels et crime organisé de Peter Gotzsche

Peter Gotzsche frappe fort avec cet essai. Il démontre qu’en Occident, les médicaments sont la troisième cause de mortalité après les maladies cardiaques et les cancers. Aux Etats-Unis, les maladies cardiovasculaires font 600.000 morts par an,(…)

- Dr André Crismer

Préparer l’avenir pour mieux soigner, Colloque Prescrire Paris 2014″

Les 24 et 25 mai derniers ont eu lieu à Paris les Rencontres Prescrire 2014 sur le thème « Préparer l’avenir pour mieux soigner ». Ces journées très riches réunirent plusieurs centaines de personnes dont une petite délégation(…)

- Dr Anne Gillet, Dr Caroline Colinet, Dr Karin Verbist, Dr Mima Deflores, Dr Patrick Jadoulle

Chapitre 1

Privatisation, commercialisation, marchandisation… Késako?

La privatisation des soins de santé soulève des débats importants dans de nombreux pays européens. Certains y voient le remède par excellence aux problèmes d’efficience et à la crise de l’État providence. D’autres craignent l’augmentation des(…)

- Mathias Neelen

Les mutuelles : un acteur de premier plan face aux défi s pour la santé

De nombreuses pistes existent pour aller vers le « mieux-être » de tous en Europe, à condition de sortir des logiques marchandes actuelles et de concevoir la santé de manière plus équitable. Morgane Dor souligne ici(…)

- Morgane Dor

Politiques fiscales en Europe à l’ère de la crise économique. Implications sur la santé et l’accès aux soins

L’Europe était, jusqu’il y a peu, un continent attractif grâce à sa combinaison réussie d’économies solides et de fortes protections sociales. Mais les temps changent, aujourd’hui tous les Etats sont en difficulté . Les auteurs de cet(…)

- Alexis Benos, Angelo Stefanini, Chiara Bodini, Elias Kondilis, Pol De Vos

La réforme des systèmes nationaux de santé sous la gouvernance économique de l’Union européenne

La crise économique et financière qui a éclaté en 2007 a engendré un changement radical dans la manière dont l’Union européenne intervient en matière de réforme des systèmes nationaux de santé. Les États membres ayant toujours(…)

- Rita Baeten

L’Union européenne : cheval de Troie des systèmes sanitaires nationaux ?

Dans l’Union européenne, l’organisation et la fourniture de services sanitaires et sociaux ont toujours été considérées comme une matière relevant exclusivement de la compétence des états membres ; le projet d’intégration européenne concerne avant tout le(…)

- Rita Baeten

Chapitre 2

Mutualités: les services complémentaires sous la pression de l’assurance privée

Les assurances complémentaires ont été développées par les mutualités dans un but de protection sociale sont mises sous pression par le secteur de l’assurance privée. Ce dernier, s’appuyant sur les règles européennes en la matière, invoquait(…)

- Christel Tecchiato

Crise, austérité et régionalisation en Belgique: un mauvais cocktail?

Au premier janvier 2015, pas moins de 5,08 milliards d’euros seront transférés du fédéral aux entités fédérées pour la santé dans le cadre du transfert des compétences prévu par la sixième réforme de l’État. Alors que(…)

- Marinette Mormont

La mutualité socialiste constate les impacts des mesures d’austérité sur l’accès aux soins

Quels sont les effets des mesures d’austérité sur l’accès aux soins de santé? S’appuyant sur les constats d’une grosse centaine d’assistants sociaux des centres de service social de la Mutualité quotidiennement en prise avec les problématiques(…)

- Ivan Dechamps

Soins de santé en Belgique : un marché en or ?

Dans les pays du Sud d’Europe, la crise et les programmes d’austérité pèsent sur les systèmes de santé, ouvrant la brèche à une commercialisation du secteur. La Belgique, forte d’un régime de sécurité sociale développé, avec(…)

- Marinette Mormont

Débat café sur la marchandisation des services au public

Deux travailleuses se retrouvent dans un café, fin de semaine, histoire de ‘breaker’ un peu.

- Gilot Marie-Agnes

Personnel de santé pour tous, tous pour le personnel de santé

La pénurie de personnel de santé augmente dans le monde entier et devient un problème social de plus en plus aigu : si la situation actuelle perdure, un milliard de personnes ne verra jamais un médecin(…)

- Marti Waals

Chapitre 3

Le traité transatlantique : toxique pour la santé et pour la démocratie

Depuis l’été 2013, l’Union européenne et les Etats-Unis ont entamé les négociations d’un « partenariat transatlantique de commerce et d’investissement », plus communément appelé Traité transatlantique. Ce traité pose des questions essentielles par rapport aux politiques(…)

- Etienne Lebeau

De l’austérité au libre-échange : la santé sacrifiée

Dans sa stratégie « Europe 2020», l’Union européenne se pose comme objectif d’élargir l’accès aux marchés pour les services et les investissements de ses propres entreprises transnationales, de mieux faire respecter les droits de propriété intellectuelle(…)

- Marc Botenga

Néolibéralisme et santé en Argentine : la dictature du libre marché

L’Argentine a une histoire mouvementée, émaillée de dictatures, de coups d’états, de mouvements de résistance populaire et d’embellies démocratiques. Alicia Stolkiner évoque les liens existant entre l’histoire politique des dernières décennies et la marchandisation des soins(…)

- Alicia Stolkiner

Chapitre 4

En réseau contre Goliath

La lobbycratie nuit à la démocratie. Elle est très active entre autres au niveau européen. Elle y impose ses valeurs ultralibérales comme une incontournable évidence sans alternative possible… Éclairage de zones d’ombres.

- Gaëlle Chapoix

Grèce : résister malgré tout

La Grèce vit une des crises les plus importantes de son histoire : les politiques exigées par l’Union européenne font des ravages sur la situation sociale d’une grande partie de sa population. Cependant, la résistance tente(…)

- Sebastian Franco

Espagne, la marée blanche a bloqué la privatisation des hôpitaux

Des mobilisations pour la santé publique se sont considérablement renforcées ces dernières années en Espagne, en réponse aux réformes – coupes et privatisations – menées tant par le Gouvernement central que par ceux des communautés autonomes.

- Carmen San José Pérez

L’eau est un droit humain

Le succès d’une initiative citoyenne : bien conçue et bien dotée elle a abouti malgré de nombreux défis.

- Pablo Sanchez

Conclusion

Conclusion

Nous remercions les nombreux auteurs qui ont contribué à ce dossier. Ils viennent de différents horizons, et tous sonnent l’alarme : la commercialisation de la santé met à mal le droit à la santé pour toutes et(…)

- Fédération des maisons médicales et des collectifs de santé francophones, Julie Maenaut

Introduction

Introduction

Ce dossier propose quelques éclairages sur un danger qui menace tous les pays européens, au-delà de leur diversité : la montée en puissance d’un capitalisme sauvage ( souvent appelé, pour moins de clarté, « néolibéralisme »(…)

-