Aller au contenu

L’énergie, vecteur d’accompagnement social


Santé conjuguée n° 73 - décembre 2015

Fondamental pour la santé physique et mental, l’accès à l’énergie s’est vu entravé par la libéralisation des marchés en 2007. La Fédération des services sociaux a vite perçu la nécessité d’accompagner les familles précarisées ainsi que les travailleurs sociaux face à l’éventail des difficultés rencontrées en matière d’énergie et d’eau ; depuis 2009, des « accompagnateurs énergie » posent les jalons d’un nouveau métier d’accompagnement des ménages en précarité énergétique, à leur domicile et en étroite collaboration avec les services les plus proches de ces ménages.

Des ménages en quête d’énergie

Si l’accompagnement des ménages confrontés à la précarité énergétique est utile et nécessaire, c’est d’abord parce que l’énergie est nécessaire. Le logement froid, sombre et humide se fait l’hôte privilégié de maladies respiratoires ou cardiovasculaires, incite à la dépression, aux sentiments de honte, d’isolement, de solitude, d’infériorité ou d’abandon. « On n’a pas envie de se lever le matin… Il fait trop froid. Mon fils se plaint tout le temps. On devient dépressifs parce qu’on doit toujours laisser les rideaux fermés. On ne peut pas recevoir des gens… On a honte devant des gens. » En 2013, selon Eurostat, 6% des ménages belges – dont 18% de ceux qui vivent sous le seuil de pauvreté – étaient incapables de chauffer leur logement à un niveau suffisant pour des raisons économiques. Cela ne représente pourtant que la partie émergée de l’iceberg : dans l’intimité du domicile, les passoires énergétiques, les châssis pourris et non étanches, les systèmes de chauffage obsolètes sont monnaie courante. Mais en pratique, ce sont les menaces financières et administratives qui inciteront généralement les plus démunis à sortir de l’ombre en quête de solutions. Et là commence souvent un interminable parcours fait d’errance administrative et de report de responsabilité. Car il faut pousser de multiples portes pour aider à sortir du froid ceux qui s’y trouvent cloîtrés. À commencer souvent par celle des intéressés qui ne parviennent ni à expliquer leur problème, ni à faire entendre leur voix. Fournisseurs, gestionnaires de réseaux, démarcheurs à domicile, sociétés de relevés, bailleurs, chacun dispose de son propre domaine de responsabilité, de ses procédures, de ses formulaires, de son numéro de téléphone. Chacun agit isolément, dispense sans coordination des informations de qualité variable, protège ses intérêts propres. Et au beau milieu de cet archipel d’acteurs et de compétences, un océan de problèmes irrésolus. Les choses se corsent encore pour les consommateurs vulnérables et les mauvais-payeurs, dont la bonne foi est si simple à mettre en doute. Par défaut, on finit souvent par reporter sur eux la responsabilité de leur situation : « Si votre facture est si élevée, c’est que vous consommez. Si votre logement est humide, c’est que vous n’aérez pas assez. » N’est-ce pas simple l’énergie, après tout ? C’est aussi cela qui caractérise la précarité énergétique : une intrication aussi obscure que complexe de difficultés administratives, techniques, financières et parfois juridiques. Un problème flou, inexplicable et néanmoins insupportable.

Mettre de l’énergie dans le social

Voilà donc planté le décor de l’accompagnement énergétique : un bien de première nécessité dont la privation altère la santé physique et mentale, un ensemble de problèmes intriqués de natures tellement différentes que – parmi les travailleurs sociaux comme parmi les ménages – l’on peine à en faire la synthèse, un nombre invraisemblable d’acteurs et d’actants de la problématique et, finalement, une demande imprécise sur laquelle on pourrait aisément jeter le discrédit. Dans ce contexte, l’utilité première de l’accompagnateur énergie est sans aucun doute d’offrir une écoute non-jugeante et apporter du crédit à celui qui se heurte quotidiennement à l’incrédulité. Mais ce qu’offre l’accompagnateur énergie, c’est aussi une capacité de compréhension qui lui permet de transformer la demande en problème concret, objectivable. Il lui faut investiguer, poser les bonnes questions pour s’efforcer de comprendre ce qui coince. Souvent, l’observation directe de la situation au domicile (compteurs, installations, etc.) s’avérera nécessaire. L’accompagnateur énergie s’appuie aussi sur une solide expérience des questions énergétiques, malgré laquelle il continue à se définir comme un généraliste confronté à la fois à des problèmes à la fois techniques, juridiques, mais aussi relationnels ou de santé. Une fois la demande transformée en problème, le travail des accompagnateurs énergie consiste à déterminer les leviers d’action et à expliquer à la personne quelles sont les marges de manœuvre. En exposant le champ des possibles, l’accompagnateur énergie permet aux personnes de retrouver l’énergie nécessaire pour se mettre en mouvement et reprendre progressivement la maîtrise de leur situation. Le métier devient plus pédagogique. L’accompagnateur énergie aidera par exemple la personne à décoder ses factures, lui rappellera ses droits de locataire et de consommateur, conseillera d’effectuer telle ou telle démarche auprès de son propriétaire, d’un fournisseur d’énergie, d’un CPAS, expliquera comment réduire les consommations. Reste alors à actionner les leviers identifiés. Or, il est rare que les solutions ne dépendent que de la personne elle-même. Une part considérable du travail de l’accompagnateur énergie est donc consacrée à convaincre les différents acteurs qu’ils ont effectivement un rôle à jouer dans le dénouement du problème. Il faut que la demande de la personne devienne audible, concrète et légitime. L’accompagnateur énergie se fait ainsi diplomate, chargé de promouvoir la cause du ménage auprès d’un fournisseur, d’un bailleur ou d’une société de relevé. Cela suppose évidemment que l’accompagnateur d’énergie (AE) connaisse « la langue » et les préoccupations de son interlocuteur. Ainsi est-il souvent appelé à jouer un rôle de médiateur, privilégiant le compromis. Pourtant, en accord avec la personne, iI lui faudra aussi pouvoir prendre le risque d’un conflit.

Alimenter la flamme du travail social

Par sa fonction, l’accompagnateur énergie est exposé aux épreuves de professionnalité caractéristiques du travail social. Les « prescriptions contradictoires »1 devaient entre autres se révéler inéluctables entre le souhait de singulariser les pratiques et les contraintes de standardisation : d’une part remplir des cases, encoder des factures, classifier les usagers, suivre les consommations, sachant que c’est sur tout cela que seront évalués les résultats ; et d’autre part répondre de manière globale et complète à des demandes toujours plus singulières. Une autre forme de tension devait également se faire jour entre les visées environnementales du pouvoir subsidiant et les motivations sociales des travailleurs. À cet égard, ainsi que le rappelle Bertrand Ravon, l’épreuve ne résulte pas tant des contradictions – auxquelles les travailleurs sociaux sont par ailleurs habitués – que d’un manque de reconnaissance de l’inventivité dont ils font preuve pour combler le décalage entre le travail prescrit et le travail réel. Aussi était-il nécessaire d’éviter une coordination trop gestionnaire ou « technicienne » à laquelle la technicité des questions énergétiques pouvait inciter. Le projet épargne par contre à l’AL la contradiction habituelle entre le temps prescrit et le temps réel : les objectifs fixés (50 bénéficiaires/an/ travailleur) permettent un travail de long terme dûment justifié par l’ambition de combiner réponse à l’urgence et émancipation ; les visites à domicile – nécessairement chronophages – sont la règle plutôt que l’exception ; le temps consacré à chaque intervention n’est pas plafonné. De même, l’accompagnateur énergie subit moins que d’autres travailleurs le paradoxe selon lequel il est sommé de donner de l’aide, avec des moyens toujours plus limités : l’expertise de l’équipe confère au travailleur une crédibilité auprès des différents acteurs, le temps disponible est suffisant et l’arsenal législatif bruxellois est relativement protecteur pour les consommateurs d’énergie.

Accompagner sans contrôler

S’il est un terme auquel nos « accompagnateurs énergie » tiennent par-dessus tout, c’est bien celui d’accompagnateur. « Pas comme l’accompagnateur de train, qui n’est en définitive qu’un contrôleur », s’empressent-ils de rajouter. Il ne s’agit pas tant de contrôler les consommations ou de forcer les pauvres à adopter les comportements ad hoc. Pourquoi faudrait-il d’ailleurs réguler les comportements, à l’heure où l’on dérégule les marchés ? Le cœur du travail consiste à « se mettre à côté » des personnes, à les aider à voir quelles sont leurs marges de manœuvre, à les soutenir dans les différentes démarches qui leur permettent progressivement de retrouver une meilleure maîtrise de leur situation lorsqu’elles se sentent totalement démunies et ballotées. 

Plus d’infos

Pour télécharger gratuitement la brochure Mettre de l’énergie dans le social : http://lc.cx/ZHPc (lien raccourci) Plus d’infos : www.fdss.be Le Centre d’appui SocialEnergie traite essentiellement les matières bruxelloises et, dans une moindre mesure, fédérales. Pour les matières wallonnes : Le Réseau wallon pour l’accès durable à l’énergie – RWADE rue de Gembloux 47 – 5002 Saint-Servais (Namur) Tel. : 081/73.40.86 – Fax : 081/74.28.33 eb.ed1675680046awr@n1675680046etnem1675680046ed.du1675680046abiht1675680046 La Commission wallonne pour l’énergie – CWAPE www.cwape.be

Documents joints

  1. B. Ravon, G. Decrop, J. Ion, C. Laval, and P. Vidal-Naquet, « Le malaise des travailleurs sociaux : usure professionnelle ou déni de reconnaissance ? », La Lettre de l’ONPES, 2008.

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 73 - décembre 2015

Les pages ’actualités’ du n° 73

L’énergie, vecteur d’accompagnement social

Fondamental pour la santé physique et mental, l’accès à l’énergie s’est vu entravé par la libéralisation des marchés en 2007. La Fédération des services sociaux a vite perçu la nécessité d’accompagner les familles précarisées ainsi que(…)

- François Grevisse

L’e-cigarette : autre voie vers le sevrage ou nouvel avatar du tabagisme ?

Une nouvelle directive européenne, bientôt mise en application, libéralise la commercialisation des cigarettes électroniques contenant de la nicotine, jusqu’ici vendues uniquement en pharmacie. C’est à partir d’une préoccupation pour les seniors que l’auteur de cet article(…)

- Cédric Migard

Maisons médicales sur réseau social ? Quête de sens et vigilance

A l’instar d’autres structures du champ de la santé (plannings familiaux, hôpitaux ou même services de santé mentale), plusieurs maisons médicales ont aujourd’hui leur propre page sur facebook. Cette pratique récente, et l’utilisation plus globale des(…)

- Gaëlle Chapoix, Olivier Schmitz

Santé mentale : la réforme se poursuit

Depuis ses débuts en 2010, la réforme en psychiatrie ‘psy 107’ a déjà été largement abordée dans Santé conjuguée. Rappelons qu’elle répond à des directives de l’Organisation mondiale de la santé recommandant la désinstitutionnalisation, ce qui(…)

- Dr Olivier Mariage

Regards croisés entre le Portugal et la Wallonie

En 2013, le Dr Wim van Lerberghe, alors professeur à l’Instituto de Higiene e Medecina Tropical de Lisbonne, invitait des professionnels de santé wallons à visiter le système de santé portugais, notamment les unités de santé(…)

- Dr Alexandra Sousa, Dr Jean-Luc Belche

L’économie peut-elle ouvrir une voie pour le changement social ?

Le projet politique du mouvement des maisons médicales sous-tend l’idée d’un nécessaire changement social. Ce qui est notamment mis en cause dans la Charte des maisons médicales, c’est « un système économique qui propose le libéralisme comme(…)

- Ingrid Muller

Chapitre 1 - L’architecture de l’hôpital

L’architecture de l’hôpital

L’architecture hospitalière est devenue un secteur en soi. Au salon soins&santé, à Namur, les bureaux d’architectes spécialisés sont présents, rencontrent leurs clients, et discutent avec les fournisseurs de matériel qui déterminent les évolutions. Lors de l’édition(…)

-

L’hôpital du passé et d’aujourd’hui : quels enseignements pour demain ?

Petite rétrospective de l’architecture hospitalière L’architecture de nos hôpitaux prend ses racines dans les hospices ou hôtels-Dieu du Moyen-Âge. Les premiers lieux de soins sont tenus par des religieux qui accueillent les moribonds, les nécessiteux et(…)

- Marie-Pierre Tourneur

Patient et hôpital : l’hospitalité est (aussi) dans les murs

Quels sont les points de vue des patients sur les hôpitaux et leur bâti ? Accessibilité, accueil, cabinets médicaux… A l’occasion d’une journée des associations de patients organisée dans le hall d’un hôpital, nous avons interrogé(…)

-

Pousser les murs

Dans le cadre de notre étude, nous souhaitions avoir le regard syndical sur le lien entre architecture et bien-être des travailleurs en milieu hospitalier. Nous avons rencontré Evelyne Magerat sur le sujet. Infirmière, jusqu’à récemment et(…)

- France Defrenne

L’architecture de l’hôpital

On le voit, l’architecture hospitalière se conçoit à l’intérieur d’une série de contraintes qui lui laissent peu de liberté. La gestion de ces contraintes dans un projet prend le nom de programmation hospitalière. Des bureaux deviennent(…)

-

Chapitre 2 - L’architecture du centre de santé intégré

L’architecture du centre de santé intégré

Les principaux critères de qualité du premier échelon se traduisent-ils dans nos réalisations architecturales ? Peut-on regarder le résultat en termes d’intégration ? Les différentes stratégies de santé trouvent-elles leur place dans les locaux ? Accessibilité : la localisation est-elle(…)

-

Ce qu’ils en disent

L’architecture enseigne. Les lieux nous parlent, ils donnent un sens à notre expérience. Il semblait évident de se demander quel sens les usagers de nos lieux de soin retiennent. Qu’est-ce qu’ils perçoivent ? Qu’est-ce qu’ils comprennent(…)

- L'équipe éducation permanente

Le bâtiment : des normes et des valeurs

Depuis 2004, Bernadette Witters est inspectrice des associations de santé intégrée pour l’Administration wallonne. Cela fait une bonne dizaine d’année qu’elle parcourt le territoire wallon pour visiter les maisons médicales qui y sont disséminées. L’objectif :(…)

- Bernadette Witters, Christian Legrève

Architecture des centres globaux

Certaines maisons médicales sont intégrées dans des centres « multiagréments » proposant également un ou plusieurs autres types de services : centre d’action social globale, planning familial, service de santé mentale, service d’aide juridique, consultation pré(…)

- Gaëlle Chapoix

L’architecte, artisan d’une santé globale

Les maisons médicales, à la frontière entre social et médical, ont besoin d’espaces qui leur ressemblent. L’architecte jongle avec la technique et l’esthétique pour apporter des réponses qui collent avec une certaine vision de la santé,(…)

- Marinette Mormont

Chapitre 3 - Lecture thématique

Lecture thématique

Nous avons choisi d’approcher l’architecture des lieux de soins selon notre grille de lecture, celle de l’échelonnement dans le cadre des soins primaires. Mais cette lecture procède d’un a priori conceptuel, voire d’une mystification. L’expérience qu’on(…)

-

Architecture des lieux d’enfantement

Maison de village ou appartement en ville, maison de naissance, maternité d’hôpital local ou universitaire… en quoi les lieux d’enfantement et leur architecture peuvent-ils avoir un impact sur le déroulement et le vécu de cet événement(…)

- Gaëlle Chapoix

Soins de santé mentale et architecture

Quand on pense santé mentale et architecture, la première chose qui frappe, c’est la question de l’expulsion des personnes malades. Pas leur exclusion de la société, qui me semble être une vue de l’esprit. Leur expulsion(…)

- Christian Legrève

Chapitre 4 - Conduite de projet

Conduite de projet

La préoccupation pour l’architecture émerge souvent quand une nécessité s’impose. On manque de place, ou les propriétaires souhaitent récupérer leur bien, ou on crée un nouveau service ou projet, ou on reçoit une injonction d’un pouvoir(…)

-

C’est au pied du mur…

Tout au départ du projet de cette étude, il y a la rencontre avec Luc Mabille et le bureau d’architecture SIZE+, qui essaie de modéliser son expérience auprès de plusieurs maisons médicales. C’est surtout le processus(…)

- Christian Legrève

Boucher les trous

Qu’y a-t-il de si compliqué à faire une maison médicale ? En 2006, l’intergroupe liégeois interrogeait Luc Mabille. Il est architecte et professeur à l’Institut supérieur Saint Luc à Liège. Il a travaillé, avec l’équipe, à(…)

- Luc Mabille

Partie I - Un questionnement introductif

Un questionnement introductif

C’est donc bien l’architecture de nos lieux de soins qui fait l’objet de notre réflexion. Tant l’architecture en tant que résultat, les bâtiments en eux-mêmes, que la démarche de leur conception et de leur réalisation. Néanmoins,(…)

-

L’architecture, levier pour la santé ?

L’architecture est soumise à des normes de plus en plus nombreuses et variées. Qu’est-ce que cela dit de notre manière de concevoir nos lieux de vie ? Normalisation de l’hygiénisme ? Médicalisation de l’architecture ? Quels en seraient les(…)

- Sylvie Reversez

Repenser notre manière d’habiter

Pierre Vanderstraeten nous propose de percevoir et concevoir autrement l’organisation de nos territoires. Il nous invite à occuper l’espace dans une conscience de ses limites, de nos limites, et de nos ressources, à (re) créer du(…)

- Pierre Vanderstraeten

De la santé à l’architecture, petit arrêt sur les mots

La qualité d’un bâtiment influe sur la santé de ses occupants. Mais de quoi parle-ton exactement ? Que nous disent les mots ?

- Marinette Mormont

Partie II - Architecture des lieux de soins

Architecture des lieux de soins

Au regard des enjeux posés dans notre introduction, on pourrait s’attendre à ce que l’impact de l’architecture sur la santé soit pris en compte de manière plus explicite dans les institutions qui mettent en œuvre les(…)

-

Partie III - Perspectives

Perspectives

Nous entamions cette étude en espérant découvrir des pistes d’action. Nos expériences personnelles, nos rencontres, notre intérêt nous donnaient l’intuition qu’il y avait quelque chose à faire.

- L'équipe éducation permanente

Lectures

Lectures

Les documents suivants ont alimenté ce dossier et peuvent être consultés si vous voulez en savoir plus : http://www.alterechos.be/alter-echos/lhabitat-legeren- finir-avec-la-brique-dans-le-ventre-2 Architecture hospitalière, magazine des acteurs de l’hôpital demain ; www.architecture-hospitaliere.fr/ Art&Build, Hôpitaux & soins de santé(…)

-

Introduction

Introduction

« On a loué une habitation, pour y installer la maison médicale. On a commencé à discuter de l’aménagement, mais on n’arrivait pas à trouver de bonne solution pour installer l’accueil, et ça bloquait toute l’organisation. On(…)

- Christian Legrève