Aller au contenu

Des tout-petits derrière les barreaux

,
Santé conjuguée n°83 - juin 2018

Le socle affectif et social de base de l’individu se constitue pendant les premières années, et avoir un lien privilégié ou un « attachement » avec l’une ou l’autre personne (les parents en priorité) en est une condition indispensable. Les ruptures et séparations du jeune enfant avec cette figure d’attachement constituent de réels traumatismes dont les conséquences peuvent être indélébiles. C’est pourquoi des enfants séjournent auprès de leur mère dans les prisons pour femmes et des détenues accouchent pendant leur temps de détention.

Malgré les évolutions en matière d’autorité parentale conjointe, malgré le droit des enfants à entretenir des relations avec leurs deux parents, ils sont dans la grande majorité aux soins de leur mère. La loi de principes concernant l’administration des établissements pénitentiaires de 2005 prévoit que des enfants de moins de trois ans soient accueillis auprès de leur parent détenu dans une section spécifiquement dédiée. À l’initiative et avec le soutien du Fonds Houtman, une recherche a été menée de 2011 à 2013 par une équipe de l’Université de Liège sur « Les enfants de 0-6 ans dont la mère est incarcérée en Fédération Wallonie-Bruxelles »1. Les principaux constats étaient l’absence (au moment de la recherche) de protocole général concernant la maternité en détention2, la contradiction permanente entre les logiques sécuritaire et sociale en milieu carcéral, l’inadéquation fondamentale de l’atmosphère carcérale pour les enfants, le caractère imprévisible de la détention, la complexité du parcours de vie des enfants concernés, le manque de moyens du secteur de l’aide à la jeunesse et le manque d’information des mères détenues. Parmi les cinquante-six enfants de moins de six ans répertoriés, un sur huit vivait avec sa mère en prison, un sur quatre avec son père, deux sur cinq dans la famille proche et un sur cinq en institution ou en famille d’accueil. La mise en évidence de parcours sociaux problématiques appelle résolument, selon les chercheurs, à une prise en charge spécifique de ces enfants plus volontariste et mieux coordonnée par les différents services compétents. Leurs recommandations visaient notamment à sensibiliser les acteurs professionnels pour limiter les séparations mère-enfant et mieux prendre en compte l’intérêt supérieur de l’enfant, à assurer une meilleure coordination des services au moment de l’arrestation, à adapter aux tout-petits les visites et autres moyens de relations avec la mère détenue, à installer une unité mère-bébé distincte des sections carcérales et mettre à disposition le protocole spécifique pour l’accueil des jeunes enfants, à mieux informer et mieux accompagner sur un plan psychosocial les enfants, les mères et les familles proches.

Infrastructure

Peu de choses ont évolué depuis vingt ans. Les mères ne bénéficient pas de régimes particuliers comme la semi-détention. La priorité n’est pas donnée au bracelet électronique pour éviter l’accueil d’un jeune enfant en prison. Les aménagements d’infrastructure et d’équipement sont rudimentaires et nettement insuffisants. L’atmosphère carcérale reste très présente : mères et enfants sont au cœur des quartiers cellulaires avec les grilles, portes blindées, couloirs déserts, barreaux aux fenêtres. À Berkendael, un coin jeu est aménagé dans le couloir. La co-détention avec une autre détenue est possible. À Lantin, une salle de séjour/jeux/repas est exclusivement réservée aux mères avec enfants ; les cellules sont néanmoins très petites et sans confort, inadaptées. Il n’y a pas d’espace soin et de sanitaires corrects. Règles et régimes de détention Plusieurs règles spécifiques ont été négociées dans l’intérêt de l’enfant. Les portes des cellules restent ouvertes le jour pour leur permettre de bouger et de jouer en dehors, dans l’espace jeu qui leur est réservé ou dans le préau, et aux mères de préparer des repas… Les portes sont néanmoins refermées la nuit pour des raisons d’ordre et de sécurité, ce qui peut engendrer du stress pour les mères en cas de problème, dans l’attente de la réponse de l’agent pénitentiaire. Certaines n’osent pas appeler et l’enfant vit mal cette fermeture de porte à un moment où il n’est pas encore endormi. Les contrôles réguliers nocturnes peuvent entrainer des troubles de sommeil. Les sorties au préau sont soumises à demande et autorisation, ce qui les limite effectivement. La sensibilisation des agents pénitentiaires à l’intérêt et aux besoins de l’enfant a évolué positivement avec le temps, mais leur bienveillance et leur capacité de soutien restent variables et individuelles. La formation continuée dans cette matière n’est pas organisée. Dans les situations de grève ou de détention avec règles de sécurité renforcées, l’enfant peut se retrouver enfermé avec sa mère pendant plusieurs semaines, ce qui est en contradiction avec ses droits, ses besoins et les accords établis dans le protocole de 2014. Même si elles sont devenues rares, ces situations doivent être dénoncées, car elles entrainent de gros retards de développement et des troubles psychologiques chez les enfants.

La vie sociale des enfants

L’enfant, qui n’est pas considéré comme détenu, doit pouvoir sortir de la prison régulièrement et si possible quotidiennement. Le principal aménagement lui permettant de vivre le plus possible comme les autres consiste à se rendre régulièrement dans la famille proche et/ou à fréquenter un milieu d’accueil à l’extérieur. L’ONE a pour cela réservé quatre places dans des crèches à proximité des prisons de Berkendael et de Lantin. Des bénévoles du réseau Itinérances de la Croix-Rouge les y conduisent. La maman rencontre une des personnes qui prendra soin de son enfant (puéricultrice, infirmière ou assistante sociale) et le Service de l’aide à la jeunesse (SAJ) intervient à travers un programme d’aide consentie individualisé. Certaines détenues ont parfois l’impression d’être de « mauvaises mères » si elles ne prennent pas complètement leur enfant en charge ou craignent qu’il leur soit retiré. Heureusement, les représentations du personnel pénitentiaire quant au bien-fondé de ces sorties des enfants vers les milieux d’accueil ont évolué favorablement avec le temps. C’est en effet la condition indispensable pour « accepter » la présence de jeunes enfants après de leur mère détenue.

Le soutien à la parentalité

L’angoisse et la détresse générée par la détention ont inévitablement un impact sur la relation mère-nourrisson, variable selon la personnalité des mères, mais également selon la durée de l’incarcération et les ressources familiales dont elles disposent. Elles se sentent coupables d’imposer cette vie à leur enfant. Il importe de ne pas renforcer ce sentiment, mais de positiver en relevant le fait, par exemple, qu’elles sont dégagées des contraintes matérielles de l’extérieur et qu’elles auront l’occasion de consacrer beaucoup de temps à leur nourrisson. Elles sont fragilisées, coupées de leur entourage ; l’enfant est parfois leur seule compensation affective. Se séparer de lui est alors particulièrement douloureux et un accompagnement est souvent nécessaire pour comprendre ses besoins, différents des leurs, et adhérer au projet d’accueil en crèche. Le rôle de « bonne mère » constitue souvent leur seule reconnaissance sociale et l’enfant est hyper investi. Ce rôle s’exerce sous le regard de la collectivité carcérale, ce qui engendre un très grand stress. Il est particulièrement compliqué de concilier le statut de ces femmes à la fois détenues et mères, d’allier les aspects répressifs et sécuritaires inhérents à leur détention avec une attitude de soutien à la parentalité qui passe par l’empathie et la valorisation de leur compétence de mère. Accès au réseau médico-psychosocial Les professionnels de l’ONE – médecin, travailleur médicosocial (TMS), psychologue – accompagnent les mères, les futures mères et les enfants qui vivent en prison en tenant compte de ce contexte spécifique. Leur présence régulière et stable garantit un accompagnement médico- psychosocial préventif cohérent et en relation directe avec les structures médico-psychosociales en Fédération Wallonie-Bruxelles. À son arrivée, la maman reçoit un document reprenant les caractéristiques de l’accueil et les différents intervenants possibles, leurs actions et leurs coordonnées. Il présente aussi les dispositions prévues pour les grossesses et les accouchements. Depuis 2017, ceux-ci se passent à l’hôpital d’Ixelles et au CHR de la Citadelle, sous la surveillance des agents pénitentiaires. La direction de la prison y autorise la visite des proches. Une concertation a eu lieu entre la direction de l’établissement pénitentiaire et l’ONE pour garantir les meilleurs soins. Le TMS aborde avec la mère les divers aspects de la vie avec l’enfant (repas, jeux, sommeil, éducation, santé…). Une consultation médicale préventive organisée à la prison et/ou dans la crèche permet de suivre l’évolution de l’enfant, sa croissance, son développement psychomoteur, sa santé en général. Les vaccins y sont réalisés. La mère, la future mère et l’enfant sont pris en charge par le service des soins de santé des établissements et les médecins généralistes qui y collaborent. Même si la possibilité est théoriquement admise, aucun accès à un médecin librement choisi par la mère ou la future mère n’est effectif et elle ne bénéficie pas de permission de sortie pour se rendre à son cabinet ou à l’hôpital avec son enfant. Le service des soins de santé pénitentiaires a des accords avec des hôpitaux pour les soins spécialisés, gynécologue et pédiatre, qui se rendent dans l’établissement pénitentiaire. Quand l’enfant ne peut plus rester avec sa mère, le TMS l’aide à préparer les conditions de cette sortie, conditions qui seront souvent garanties dans le cadre du programme du SAJ. De même si l’incarcération de la mère prend fin, et pour autant que ce terme soit connu, le TMS l’aide à organiser la poursuite du suivi médical préventif et du soutien psychosocial en se mettant en rapport avec le réseau des consultations pour enfants de l’ONE et/ou d’autres partenaires. Documents de référence Le « protocole d’accord relatif à l’accueil d’enfants en bas âge auprès de leur parent détenu et l’accompagnement des femmes enceintes en prison » a été établi en mai 2014 entre l’ONE, le ministre de la Justice, le ministre de l’Enfance, de l’Aide à la jeunesse et de l’Aide aux détenus3. Ses principes généraux rappellent que l’enfant n’est pas détenu et que la détention ne remet pas en cause le principe de l’exercice de l’autorité parentale. Le parent détenu est un partenaire à part entière dans toutes les interventions. Il précise que les conditions d’accueil doivent permettre à l’enfant de bénéficier d’une vie compatible avec les exigences de sa croissance, son développement et sa dignité d’enfant. Il reprend les principes et les droits qui servent de repères dans l’organisation de l’accueil, les missions et engagements des différents intervenants ainsi que les partenariats à installer, l’organisation des soins de santé et l’aide individuelle qui doit être apportée. La recommandation du Comité des ministres européens aux États membres concernant les enfants de détenus, adoptée le 4 avril 2018, est en complète adéquation avec ce protocole d’accord signé en Fédération Wallonie-Bruxelles.4 « La prise en charge et l’accompagnement des enfants en bas âge dont la mère est incarcérée en Belgique francophone »5 : en complément de la recherche menée par l’Ulg de 2011 à 2013, ce guide de bonnes pratiques a été élaboré et discuté par des acteurs de terrain des différents secteurs professionnels concernés. L’objectif est de créer une réflexion et une remise en question des pratiques aux différents moments du parcours de détention d’une mère avec des enfants en bas âge afin que l’intérêt supérieur de l’enfant puisse vraiment être pris en considération. On y retrouvera l’arrestation, l’entrée en prison, le maintien du lien, les aménagements de la détention, les visites à la prison et l’accompagnement de l’enfant dans ses lieux de vie.

Documents joints

  1. S. Megherbi, L. Nisen, F. Schoenaers, Centre de recherches et d’interventions sociologiques, Ulg, Faculté des sciences sociales, 2014.
  2. 2. Protocole d’accord relatif à l’accueil d’enfants en bas âge auprès de leur parent détenu et l’accompagnement des femmes enceintes en détention, 23 mai 2014
  3. Disponible sur demande via www.one.be
  4. www.coe.int
  5. Disponible sur demande via eb.na1675078433mtuoh1675078433@ofni1675078433

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n°83 - juin 2018

Introduction

La situation vécue dans nombre de prisons n’est pas sans faire écho aux répliques finales d’Electre, la tragédie grecque réinterprétée par Jean Giraudoux au siècle dernier : « La femme Narsès : Comment cela s’appelle-t-il, quand le jour(…)

- Benoit Dejemeppe

Le contrôle citoyen des prisons

Que savons-nous des détenus à leur entrée en prison ? Quels sont leurs besoins spécifiques ? L’incarcération a-t-elle un impact sur leur état de santé ? Les services de santé sont-ils équipés pour faire face aux(…)

- Yves de Locht

De qui et de quoi parlons-nous ?

Depuis des années, les soins de santé dans les prisons belges sont pointés du doigt par le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains et dégradants (CPT), l’Observatoire des(…)

- Marie Dauvrin, Marijke Eyssen, Patriek Mistiaen, Dominique Roberfroid,Dominique Roberfroid, Lorena San Miguel, Irm Vinck

L’hôpital sous les verrous

Pour tous ceux qui s’intéressent aux détenus, le constat en matière de soins de santé reste depuis plusieurs décennies inquiétant et d’une complexité qui rend toute réflexion plus que nécessaire.

- Gaëtan de Dorlodot

L’internement en prison

Quelle est la situation des personnes internées se trouvant actuellement en établissement pénitentiaire ? Qui sont-elles et quelles sont leurs perspectives ?

- Patricia Jaspis

Les exclus de la Sécurité sociale

Même si la pauvreté est un facteur favorisant le délit, la prison, suivant un schéma de « less eligibility » (moindre éligibilité), s’attelle à l’accentuer voire la radicaliser en son sein, pour figurer comme repoussoir, croyant(…)

- Véronique van der Plancke

« La santé n’est pas du tout la priorité »

Avant de travailler à la maison médicale Cap Santé, à Huy, Claire Trabert était médecin généraliste dans deux établissements pénitentiaires de la région. Elle revient sur ses motivations, et aussi sur les raisons pour lesquelles elle(…)

- Pascale Meunier

Des tout-petits derrière les barreaux

Le socle affectif et social de base de l’individu se constitue pendant les premières années, et avoir un lien privilégié ou un « attachement » avec l’une ou l’autre personne (les parents en priorité) en est(…)

- Cécile Lamproye, Marylène Delhaxhe

La maison médicale, un point de repère

Arlon : une petite ville et une petite prison. L’équipe de la maison médicale rencontre et soigne régulièrement d’anciens détenus, et aussi leur famille ou leurs proches. Ici, tout le monde se connaît. Si on ne(…)

- Stéphanie Reuter

Soignant/soigné, une relation au coeur d’enjeux éthiques

La prison n’est pas un lieu de soin. Ce n’est pas sa vocation. Et si elle est théoriquement un lieu de préparation à la réinsertion, elle reste majoritairement, au vu de la manière dont elle est(…)

- Vinciane Saliez

La promotion de la santé en milieu carcéral

Depuis 2000, le Service éducation pour la santé (SES) mène des projets de promotion de la santé auprès des personnes détenues et du personnel pénitentiaire en Wallonie et en Région bruxelloise. Ces actions portent sur la(…)

- Hélène de Viron, Sabine Scruel

Pour une réforme des soins de santé en prison

Le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE), avec la collaboration d’équipes de recherche externes, a élaboré différents scénarios de changement sur base de la littérature, de visites de terrain et d’entretiens avec des acteurs-clés(…)

- Marie Dauvrin, Marijke Eyssen, Patriek Mistiaen, Dominique Roberfroid,Dominique Roberfroid, Lorena San Miguel, Irm Vinck

Transfert des compétences : sujet sensible ?

Octobre 2017, le Centre fédéral d’expertise en soins de santé (KCE) présentait son rapport sur les soins de santé en prison. Sa principale recommandation : transférer la compétence des soins de santé dans les établissements pénitentiaires(…)

- Marinette Mormont

Les pages ’actualités’ du n°83

Le médecin généraliste, acteur incontournable de la santé mentale

Le Livre noir de la santé mentale à Bruxelles est une chronique inédite et édifiante des conséquences du sous-financement structurel de la première ligne de soins en santé mentale et des politiques de bien-être dans la(…)

- Alain Devaux

Le développement des soins de santé primaires au Vietnam

Au début des années 2000, la médecine de famille n’existait pas au Vietnam. Depuis près de quinze ans, des universités et hautes écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles accompagnent ce pays dans la mise en oeuvre de(…)

- Simon Elst

La pleine conscience, une approche complémentaire pour les maisons médicales

Le service prévention tabac du FARES promeut depuis 2015 la méditation de pleine conscience comme stratégie de gestion des assuétudes et de promotion de la santé.

- Berengere Janssen, Cédric Migard, Jeanne Dupuis

Olivier Chastel : « Garantir l’accessibilité et la performance des soins de santé »

Le président du Mouvement réformateur (MR) et le secrétaire général de la Fédération des maisons médicales s’accordent sur cet idéal, mais leurs voies pour l’atteindre divergent. Et les désaccords n’empêchent pas de dialoguer. Entretien croisé autour(…)

- Christophe Cocu, Olivier Chastel, Pascale Meunier

Pensionné de quoi ?

Reculer l’âge de la pension, est-ce la réelle solution ? Ou le problème est-il plus insidieux que ce qu’on entend des débats ces dernières semaines ? La vraie réflexion ne devrait-elle pas partir du sens profond que les(…)

- Dr Hubert Jamart

Olivier Chastel : « Garantir l’accessibilité et la performance des soins de santé »

Le président du Mouvement réformateur (MR) et le secrétaire général de la Fédération des maisons médicales s’accordent sur cet idéal, mais leurs voies pour l’atteindre divergent. Et les désaccords n’empêchent pas de dialoguer. Entretien croisé autour(…)

-