Vous êtes ici :
  1. Santé conjuguée
  2. Tous les numéros
  3. Europe et marchandisation des soins - Politiques et résistances
  4. Personnel de santé pour tous, tous pour le personnel de santé

Personnel de santé pour tous, tous pour le personnel de santé


31 décembre 2014, Marti Waals

responsable presse, projets humanitaires MEMISA - point focal du programme HW4ALL pour la Belgique.

La pénurie de personnel de santé augmente dans le monde entier et devient un problème social de plus en plus aigu : si la situation actuelle perdure, un milliard de personnes ne verra jamais un médecin ou un infirmier qualifié. Le recrutement de personnel étranger peut apparaître comme une bonne solution pour certains pays – ceux qui en ont les moyens ! Mais cette « solution » a des effets pervers : le responsable belge du projet européen ‘Personnel de santé pour tous, tous pour le personnel de santé’ les décrit ici et lance l’appel pour que d’autres pistes soient élaborées.

Cela se passe près de chez nous…

Le manque chronique de personnel médical dans les pays du Sud ( surtout l’Afrique et l’Asie ) est un phénomène ancien qui pose, depuis longtemps, des problèmes dramatiques. Ce qui est plus récent, c’est la pénurie de personnel de santé dans les pays du Nord : sur les 7,2 millions de professionnels qui manquent dans le monde, environ un million manque en Europe. La demande de soins à long terme et donc de personnel soignant s’accroît avec le vieillissement de la population ; une recherche aux Pays-Bas montre qu’en l’absence d’un revirement, un travailleur sur cinq se consacrera en 2050 aux personnes âgées et/ou à ses proches malades.

Cette situation engendre un énorme coût social et soulève l’inquiétude quant à la capacité future des gouvernements à assurer les soins « du berceau au tombeau ». Une autre conséquence très problématique de cette pénurie est qu’elle ouvre grand la porte à la concurrence et à la commercialisation des soins de santé en Europe ; les institutions médicales plus fortes mettent les plus faibles en danger, selon la dure loi de l’offre et de la demande. Cette évolution approfondit encore le déséquilibre entre les pays.

Le projet ‘Personnel de santé pour tous et tous pour le personnel de santé’ a été lancé par la Plate- forme internationale Because Health en avril 2013, à l’initiative de différentes associations de la société civile européenne qui souhaitent contribuer à une gestion durable du personnel médical en suffisance partout au monde. Le projet est soutenu par l’Union européenne et par l’Organisation mondiale de la santé - Europe qui prend également des initiatives pour arriver à ce même objectif, ainsi que par l’Alliance mondiale pour les personnels de santé.

Recruter des professionnels de santé à l’étranger : solution à la pénurie ?

Nos contacts avec différents hôpitaux belges montrent que, dans certaines régions moins peuplées ( par exemple la province du Luxembourg ) mais aussi à Bruxelles, une surenchère est apparue afin de pouvoir engager du personnel dans certains services « moins intéressants » tels que les urgences. Dans certains cas, on y recrute par exemple des médecins urgentistes Roumains ; ceux-ci font le tour des institutions médicales, à la recherche de la plus offrante. Le chemin peut aller dans le sens inverse : certains infirmiers traversent simplement la frontière vers le Grand-Duché du Luxembourg où les salaires sont bien supérieurs.

Vu de la Belgique, n’est-ce pas une bonne solution de faire appel aux nombreux ( jeunes ) infirmiers chômeurs des pays en crise au Sud de l’Europe ( Espagne, Portugal, Italie, Grèce ) ? Cette question est à l’origine du projet Européen ‘Professionnels de santé pour tous et tous pour les professionnels de santé’ [1] qui vise à réunir les différentes parties prenantes pour en discuter et y répondre de façon durable.

En Belgique, c’est Memisa, organisation non-gouvernementale médicale spécialisée dans le domaine des soins de santé primaires qui mène le débat en collaboration étroite avec la Plate-forme d’action Santé et Solidarité et la Plate-forme pour la santé internationale Because-Health. Toutes ces associations défendent le droit à la santé pour tous.

Dans certains pays, le chômage élevé parmi les professionnels de santé pousse ceux-ci à émigrer ; ils sont bien reçus puisque la pénurie de personnel devient préoccupante partout. Certaines initiatives de recrutement international sont correctement menées et semblent bien se dérouler : par exemple le Veilige Have à Aalter a réussi à intégrer, après un soigneux screening et une sélection minutieuse, des infirmières espagnoles au sein de son personnel. Le secteur médical, les institutions de soins souhaitent poursuivre la réflexion sur ce type de pistes.

Mais si celles-ci sont compréhensibles et raisonnables au point de vue individuel, il n’en reste pas moins qu’elles posent de sérieuses questions sur un plan social global. En effet, il ne faut pas oublier que le chômage des professionnels de santé est lié aux programmes d’austérité très stricts mis en place suite aux normes budgétaires européennes, dont les conséquences se font surtout sentir dans les secteurs sociaux et sanitaires. L’impact de ces mesures sur divers indicateurs de santé est déjà bien établi, et le danger est que la réponse aux besoins dans certaines contrées entraîne ou renforce un sérieux recul de la qualité des soins dans les pays d’origine des soignants migrateurs.

Les partenaires du projet ‘Personnel de santé pour tous et tous pour le personnel de santé’ : African and medical research foundation ( AMREF-Italie ), Centre pour des stratégies et services en matière de santé ( Roumanie ), Fondation pour l’aide humanitaire, Redemptoris Missio ( Pologne ), Health Poverty Action ( Royaume-Uni ), Réseau Medicus Mundi International ( Suisse ), Fédération des fondations de Medicus Mundi ( Espagne ), Terre des Hommes ( Allemagne ), Wemos pour la coordination générale ( Pays-Bas )

www.healthworkers4all.eu

On assiste en fait à une variante européenne du brain-drain ( fuite des cerveaux ) qui est en cours depuis des décennies à partir des pays de l’hémisphère Sud vers le Royaume-Uni ou les Etats-Unis. Les conséquences de cette politique – ou devrions-nous écrire de ce manque de politique ? – sont suffisamment connues : tout particulièrement, l’énorme pénurie de personnel médical qualifié pour assurer les soins de santé de base aux populations souvent pauvres dans les régions rurales des pays d’Afrique centrale et d’Asie du Sud est.

« Je ne crois pas aux solutions locales qui provoquent des problèmes ailleurs. Puisque l’Europe contribue à l’émergence de la crise sur le plan du manque de personnel médical partout dans le monde, nous pouvons joindre nos forces afin de trouver des solutions durables ! ».

Thomas Schwarz, coordinateur européen du projet ‘Personnel de santé pour tous, tous pour le personnel de santé’.

Appel au dialogue et à une action largement portée

C’est pourquoi, nous voulons d’urgence lancer ce dialogue. En partant du principe « ne pas nuire », nous essayons d’y impliquer des groupes d’intérêts aussi variés que possible : responsables politiques, institutions universitaires, ( coupoles ), institutions de soins, groupes professionnels et organisations de patients, mais aussi nos propres mouvements sociaux ainsi que la société civile.

Notre fil rouge est issu du « Code de pratique mondial pour le recrutement international des personnels de santé » [2] rédigé en 2008 par l’Organisation mondiale de la santé. Ce code affirme notamment que « si le recrutement est bien géré, les migrations internationales de personnels de santé peuvent contribuer utilement au développement et au renforcement des systèmes de santé ». Signé par la Belgique, ce code – qui est jusqu’aujourd’hui encore très théorique – a été affiné par Because-Health qui attend que la société civile, et en particulier la Plate-forme d’action Santé et Solidarité, relaie des observations du terrain, illustrant clairement de quelle manière les plus démunis de notre société sont les premières victimes des évolutions actuelles - via l’allongement des listes d’attentes, le manque de personnel dans les services d’urgence, les problèmes de communication avec le personnel médical étranger, le report de consultations par les médecins et par d’autres services médicaux...

Le droit aux soins de santé de la plupart des personnes démunies de notre société, mais plus largement aussi ailleurs en Europe et au niveau mondial ne peut pas devenir un terrain de jeu mercantile où seul le plus offrant peut recruter le personnel médical disponible.

[1Ce programme a mis en place un dialogue en ligne et une plateforme de collaboration, où tous les acteurs concernés et les partis politiques sont invités à partager leurs expériences, les initiatives ( positives ), leurs opinions, suggestions, et recommandations pour le déploiement du personnel médical ainsi que souscrire à un ‘call to action’ pour mettre plus de pression sur les responsables politiques. Plus d’info et accès à la Plate-forme de dialogue sur : http://bit.ly/hw4all-news

Cet article est paru dans la revue:

n° 69 - décembre 2014

Europe et marchandisation des soins - Politiques et résistances

Santé conjuguée

Tous les trois mois, un dossier thématique, et des pages « actualités », consacrées à des questions de politique de santé et d’éthique, à des analyses, débats, interviews, relations d’événements (colloques, parutions récentes), au récit d’expériences vécues...