Vous êtes ici :
  1. Santé conjuguée
  2. Tous les numéros
  3. L’autogestion... en question
  4. Suivre le Chant des sirènes

Pour un projet de société

Suivre le Chant des sirènes


juillet 2008, Christian Legrève

animateur au Centre Franco Basaglia. De janvier 2005 à mars 2018, responsable du service éducation permanente de la Fédération des maisons médicales

Souvent les événements isolés ne prennent sens que lorsqu’ils sont mis en perspective. De même, les actions des uns et des autres ne développent leur pleine puissance que lorsqu’elles s’inscrivent dans leur dessein commun.

Ainsi, c’est en articulant le travail dans le domaine de la santé avec celui des autres forces d’émancipation sociale que le projet des maisons médicales se déploie dans toute son ampleur. Une articulation que le projet du Chant des sirènes se propose de mettre en perspective.

La Fédération belge de l’industrie alimentaire (FEBIA) défend ses membres. Comme la Fédération de la grande distribution (FEDIS). Elles font du lobbying et de la communication pour protéger leurs intérêts particuliers face aux autres acteurs de leurs secteurs. Elles leur offrent aussi des services divers pour répondre à certains besoins spécifiques de leurs affiliés. Pareil pour la fédération des assureurs, celle des transporteurs routiers et celle des pêcheurs à la ligne.

Est-ce la même chose pour la Fédération des maisons médicales ? Elle aussi défend les intérêts de ses membres auprès des pouvoirs publics. Elle aussi propose des services. Mais elle ajoute une dimension essentielle. Elle construit avec ses membres [1] un projet politique qui dépasse leurs intérêts et leurs besoins particuliers.

Ce projet n’est pas la prescription prioritaire de génériques. Ce n’est pas l’accès aux soins pour toutes et tous. Ce n’est pas un système de santé solidaire, équitable, efficient et intégré. Ce n’est pas une sécurité sociale financée dans un cadre fédéral.

Non ! Ce projet, c’est une société qui assure l’égalité de droits, de pouvoirs et de conditions entre toutes et tous, l’émancipation et la réalisation des potentialités de chacune et de chacun.

Carrément !

Cela suppose de s’engager pour combattre tout groupe ou individu qui voudrait en soumettre d’autres à ses intérêts propres. Voilà qui nous rattache à d’autres composantes d’un ensemble qu’on a appelé, à certaines époques, le Mouvement ouvrier, parce que la figure de l’ouvrier était celle qui représentait l’exploité dans le système, face au patron, l’exploiteur. Même si les représentations des uns et des autres ont changé, il y a toujours aujourd’hui un rapport de forces entre des exploités et des exploiteurs.

Nos projets et nos actions dans le domaine des soins de santé ne sont qu’un volet – essentiel [2] - de ce projet. Pourquoi ? One more time : parce que la santé des gens dépend à 75 % de leurs conditions d’existence.

De même, l’action d’autres groupes ou mouvements dans d’autres secteurs spécifiques – la culture, la finance, la consommation, la mobilité, les conditions de travail, le genre, l’art, l’environnement - ne sont que les volets spécifiques d’un projet politique que nous partageons avec eux. Cette liaison peut être montrée dans le concret à partir d’exemples actuels ou historiques.

C’est à cela que s’attache le projet du Chant des sirènes.

Lignes de forces

On vise à mettre en évidence les articulations entre ces volets, axes. Ils peuvent être larges (généraux) ou étroits (spécifiques), et s’emboîter l’un dans l’autre. Par axe, on peut entendre, par exemple, l’accès au médicament, la sécurité sociale, le syndicalisme, le droit de grève, le logement social, les soins de santé primaires, la contraception, la démocratie culturelle, l’université populaire, le droit de vote, le planning familial, les coopératives d’achat, les allocations de chômage, la culture ouvrière, la finance coopérative, l’avortement.

Un travail est en cours, avec l’aide d’un historien, pour déployer un panorama des éléments que cela englobe et sur la ou les manières de structurer l’ensemble.

Des bulles…

Les documents sont des bulles sonores, de quelques minutes chacune, accessibles en ligne sur le site de la Fédération des maisons médicales (http://www.maisonmedicale.org). Toutes les trois semaines, une nouvelle bulle est mise en évidence sur le site, mise graphiquement en relation avec l’ensemble, qui est archivé et accessible. Cette mise en ligne s’accompagne d’un courrier électronique qui inclut le lien et une accroche.

L’objectif du Chant des sirènes est de tracer l’histoire du mouvement d’émancipation sociale (du Mouvement ouvrier), et de montrer la place de notre propre action dans cet ensemble, à travers une série de documents sonores. Chaque document présente une perspective sur l’un ou l’autre événement, un personnage ou l’enjeu du mouvement, sur l’un ou l’autre axe temporel.

Chaque bulle concerne un fait, bénin ou capital, un témoignage, l’exposé d’un événement, d’une période, d’un problème, d’une institution… On évite d’être systématiquement dans l’anecdote, mais on refuse aussi la démonstration théorique. On peut profiter d’une série d’évènements pour réaliser des séquences lors de colloques, de rencontres, de manifestations.

La bulle est mise en relation, par des liens, avec d’autres documents existants qui la placent dans un contexte plus large.

Le dispositif met en évidence les articulations historiques entre les éléments. Un ou des textes présentent une perspective globale, qui se traduira dans une représentation graphique.

Suivons le Chant des sirènes

Suivre le Chant des sirènes, c’est se laisser détourner de la route toute tracée qui ramène le voyageur à ce qu’il connaît.

Le Chant des sirènes est envoûtant, parce qu’il fait écho au besoin, qui est en chacun-e de nous, de chercher autre chose.

Les sirènes sont aussi celles des manifestations, des grands chambardements.

Enfin, les bulles sonores font trois à quatre minutes, le temps d’une chanson, qu’on écoute en rangeant ses affaires, en attendant son patient ou ses collègues.

Jusqu’à présent, quatre bulles ont été publiées :

Bulle 1 : Plateforme d’action Santé et Solidarité

Trois cent personnes ont défilé à Bruxelles en février 2008 pour la gratuité du vaccin contre la grippe. Une joyeuse bande de protestataires sous le soleil de cette belle matinée. Des flamands, des wallons, des syndicalistes, des travailleurs de santé, des patients. C’était la première sortie visible de la plateforme d’action Santé et Solidarité.

Quelques mots de la ministre, et une interview à chaud. Le son de la manif’.

Bulle 2 : Les Groupes d’achats communs (GAC)

Clubs Bobo ? Sectes végétaliennes ? Groupements d’intérêts individuels ? Les groupes d’achats communs commencent à faire partie du paysage. Justifié par le manque de qualité des produits dans la grande distribution, boosté par les grands scandales alimentaires, soutenu par le prix (pas toujours démocratiques) des produits bio dans les circuits traditionnels et par l’opacité du marché, leur développement puise pourtant à des sources plus historiques. Les groupes d’achats communs se réclament du mouvement coopératif ouvrier du début du XXème siècle et affirment leur volonté de mettre en oeuvre des solutions collectives structurelles au problème de la qualité de l’alimentation.

Nous avons rencontré une jeune GACeuse liégeoise, qui participe au lancement d’une nouvelle expérience, après avoir fréquenté le GAC de barricade.

Bulle 3 : Violences conjugales et féminisme

Le féminisme a ses héroïnes et ses grands combats, et ça compte. Mais ce mouvement a gagné quelque chose en articulant les misères privées, et en se penchant sur la construction de l’identité féminine ou masculine.

Josiane Corruzi nous parle du collectif des femmes battues de La Louvière. Un combat, un projet, le chemin vers la reconnaissance des violences faites aux femmes. Des idées fortes, une parole claire, une conviction...

Bulle 4 : Le projet kiwi

Le kiwi est un fruit et aussi un drôle d’animal qui vit en Nouvelle-Zélande. Mais quel rapport avec la santé dans nos régions ? Le projet Kiwi a été imaginé et mis en place en Nouvelle-Zélande, il est utilisé de manière partielle en Hollande, au Canada et même en Belgique pour faire baisser le prix des médicaments. Tout le monde en a probablement vaguement entendu parler mais de quoi s’agit-il ? Quels sont les enjeux ? Quels sont ses partisans, ses opposants ? Pourquoi tant de frilosité à son application en Belgique ?

Nous avons rencontré Sophie Merckx, médecin très impliquée dans la défense et la promotion de ce modèle en Belgique.

Bulle 5 : Les seules élections libres de Belgique !

Au mois de mai se sont déroulées les élections sociales dans tout le pays, pour désigner les délégués du person nel des entreprises. Vous avez voté, vous ?

Ça concerne qui ? Ça marche com ment ? Pourquoi ne vous a-t-on rien dit ? Qu’est-ce que ça change ? Quels sont les enjeux pour les syndicats ? Qui a gagné ?

Nous avons interrogé le secrétaire général du CRISP (Centre de recherche et d’information sociopolitique).

[1Disons qu’elle essaie que ce soit avec eux, même si ça reste probablement à améliorer.

[2Il manifeste notre identité et définit notre légitimité et notre terrain d’action.

Cet article est paru dans la revue:

n° 45 - juillet 2008

L’autogestion... en question

Santé conjuguée

Tous les trois mois, un dossier thématique et des pages « actualités » consacrés à des questions de politique de santé et d’éthique, à des analyses, débats, interviews, récits d’expériences...