Vous êtes ici :
  1. Espace membres
  2. Cat@losanté
  3. Dépendances
  4. Tabagisme
  5. Projet tabac

Projet tabac

Parmi notre patientèle il existe un bon nombre de fumeurs. Vu d’une part, les conséquences négatives du tabagisme sur la santé et de l’autre, le nombre important de demande de soutien dans l’arrêt, il nous semble pertinent d’agir dans le domaine du tabagisme. Nous avions déjà réalisé des projets ponctuels sur ce thème mais l’équipe a décidé de s’investir en dans un projet visant à promouvoir les « possibilités d’accompagnement des fumeurs » et à mettre en place des activités destinées à soutenir les personnes désireuses d’arrêter de fumer. Nous l’avons fait en menant une campagne d’information non jugeante et en invitant les patients à en parler à leur généraliste. La deuxième partie du projet consiste à proposer régulièrement aux patients de participer à un groupe d’arrêt qui a lieu annuellement.

Point de départ

Nous avons remarqué que les projets menés ces dernières années s’essoufflaient quelque peu. Moins de participants dès la première séance et donc, moins de participants tout au long du cycle. Certains patients revenaient également d’années en années et nous leur proposions toujours la même configuration dans les séances. Certains éléments ont alors été modifiés. Nous avons décidé de réaliser une rencontre avec les patients désireux de prendre part au projet avant le début des séances pour élaborer le programme avec eux. Nous leur avons demandé quelles étaient leurs attentes et leurs besoins. Nous avons également changé le titre du projet : de « groupe d’arrêt tabac » à « ateliers d’aide et d’information sur l’arrêt du tabac ». Le terme de groupe d’arrêt tabac amenait les patients à penser qu’ils devaient arrêter de fumer dès la fin du groupe alors qu’une des finalités du projet est de sensibiliser à l’arrêt du tabac en suscitant une réflexion chez le patient fumeur.

Objectifs

Général

L’action globale s’inscrit dans une perspective d’action préventive visant à diminuer les risques cardio-vasculaires liés au mode de vie. Elle s’inscrit dans une démarche qui vise à sensibiliser à un arrêt tabagique en suscitant la réflexion chez le patient fumeur.

Spécifiques

Les objectifs des groupes d’arrêt sont de :

Public visé

Le projet global s’adresse à tous les patients fumeurs de la maison médicale avec un souci de toucher également les personnes fumeuses précarisées.

Par rapport à ce groupe d’arrêt, nous visons les patients fumeurs des maisons médicales Antenne Tournesol et Cité Santé et plus particulièrement des patients ayant déjà émis le souhait d’arrêter (en consultation/ à l’accueil/….). Pour atteindre ce public, nous tenons à jour à l’accueil une liste de patients qui désirent participer aux activités tabac. Ces patients sont invités par un courrier personnalisé et/ou par un contact téléphonique.

Le projet tabac a été construit par les travailleurs de la maison médicale suite à des demandes répétées de patients en consultation pour du soutien dans l’arrêt du tabac. Ne voulant pas rester à un niveau "informatif", nous construisons les séances en fonction des interventions des participants et de leurs demandes.

Contenu et déroulé de l’activité

Toute l’année

En salle d’attente un classeur est mis à disposition, il regroupe les coordonnées de tabacologues de la commune, des soutiens via internet (avec un exemple de journal d’un fumeur) ou ligne téléphonique, trucs et astuces, balance décisionnelle, matériels du FARES abordant différents thèmes : gestion du tabagisme, tabagisme passif, tabagisme et grossesse, la chicha.

Lors de consultation, les médecins encodent le statut tabagique des patients quand ce n’est pas encore fait. Depuis l’année passée (2011), nous utilisons la fonction d’alerte du DSI pricare afin d’encoder au mieux le statut tabagique des patients et à instaurer un dialogue à ce sujet avec les patients

Pour aider les professionnels, toute l’équipe a suivi en 2010 une formation à l’entretien motivationnel donnée à la maison médicale par Valérie Hubens et Marianne Prévost. L’infirmière et les kinés de cité santé l’ont suivie également.

Phase de sensibilisation

Lors des discussions en consultations, le médecin peut trouver opportun de proposer au patient un travail de groupe. Le patient peut alors laisser ses coordonnées à l’accueil et faire un test de Fagerström pour tester sa dépendance au tabac.

En avril, nous mettons en place la campagne d’affichage du groupe d’aide et nous envoyons les lettres aux patients intéressés.

Atelier d’aide et d’information sur l’arrêt du tabac

Séance 1 : « Information sur le tabac (dépendances,...) et sur les aides à l’arrêt »

Avec une infirmière et un médecin généraliste, rappel des effets de dépendance du tabac et les cycles du fumeur dans le processus d’arrêt. Faire le point sur les méthodes d’arrêt, les meilleurs moments, les aides. Le tout sur le mode de la discussion avec les patients dans le but d’échanger leurs savoirs et leurs expériences.

Séance 2 « Etat des lieux de la consommation et de la motivation »

Deux infirmières et une tabacologue du FARES. Réfléchir à ses motivations, aux raisons qui font qu’on fume, travailler la confiance personnelle.

Séance 3 « Alimentation et arrêt du tabac »

Deux infirmières et une diététicienne. Se questionner sur l’alimentation équilibré et échanges de trucs/astuces pour en finir avec le tabac tout en gardant (ou acquérir) un mode de vie, alimentaire et général, sain.

Séance 4 « Pour aller plus loin ; le CAF »

Avec une infirmière, présentation du centre d’aide aux fumeurs de l’hôpital Brugmann ainsi que le programme de la semaine motivationnelle « Re-Naissance » proposant des animations de groupes durant une semaine entière sur l’arrêt du tabac.

Qu’avons nous mis en oeuvre pour toucher les patients précarisés ?

De part nos expériences passées, nous savions que pour toucher un public défavorisé, nous ne pouvions pas compter uniquement sur les outils d’information traditionnels et écrits : affiches et journal. Nous avons donc essayé de toucher les patients concernés en direct lors de consultations médicales ou infirmières. Les accueillants ont joué un rôle important dans cette phase de contact.

Lors des animations du groupe de cette année 2012, nous faisons particulièrement attention à rester compréhensible et accessible pour tout le monde dans les explications et nous recentrons parfois le débat pour clarifier ou ralentir les discussions.

Ça se passe quand ?

Une année, nous avons décidé de proposer les ateliers en mai et juin. En effet, nous constatons, de nos expériences passées, que les mois d’octobre et novembre sont moins propices à sortir de chez soi et à réfléchir à un arrêt du tabac ; il fait froid, pluvieux, la nuit tombe vite. De plus, entre mai et juin, nous nous trouvons dans la période de la « journée sans tabac » (le 31 mai). Par chance, cette année, nous avons pu proposer un atelier ce jour-là et dès lors, la sensibilisation prenait une autre dimension, nous avons échangé autour de cette journée, de ce qu’elle pouvait signifier pour les participants, ... Les séances précédentes étaient proposées en fin de journée (de 16 à 18h). Puis nous avons demandé aux patients intéressés par les ateliers quelles étaient leurs préférences en matière d’horaires. Nous avons donc proposé des ateliers de 14 à 16h, horaire préféré par la majorité des participants.

Collaborations

Internes

Externes

Ressources

Institutionnelle :

Humaines :

Spatiale :

Temporelle :

Bilan

Phase de sensibilisation

Les personnes inscrites et absentes ne sont pas interrogées sur leurs raisons et seront acceptées et bienvenues à toute nouvelle activité. Le projet reste ouvert à tous.

Atelier d’aide et d’information sur l’arrêt du tabac

Nous observons à nouveau de moins bons résultats que les autres années :

Les ateliers

Pour faciliter les déplacements, tous les ateliers ont eu lieu au centre armillaire de Jette, 145 boulevard de Smet de Naeyer.

1er atelier

La dynamique de groupe est très bonne, les participantes parlent sans craintes d’être jugées, semblent être en confiance. Le tout en collaboration avec un médecin généraliste de la maison médicale antenne tournesol.

2ème atelier

Cinq participantes. Discussion autour des impressions du premier atelier et rappel (par les participantes !) des notions vues pour les deux nouvelles participantes. A nouveau, le respect de l’autre est bien présent, les participantes s’écoutent les unes les autres, s’entraident, se donnent des trucs et astuces. Introduction du FARES, du rôle d’un tabacologue. Travail sur la motivation, comment surmonter les difficultés liées à l’arrêt, proposition de minis-défis à relever pour les prochaines séances. En présence d’une tabacologue du FARES.

3ème atelier

Une participante. Atelier axé sur la diététique, comment manger sainement lorsqu’on arrête de fumer. Présentation faite par une diététicienne de Diet Consult, remise du power point à la participante et grande disponibilité de la diététicienne dans les réponses aux questions.

4ème atelier

Deux participantes et un retour de participante par téléphone. Conclusions des mini-défis, discussion de groupe sur les aides nicotiniques, les ressources extérieures pour aider à l’arrêt. Présentation du CAF de l’hôpital Brugmann et sa semaine motivationnelle d’aide à l’arrêt. Évaluation des séances :

La suite ?

Nous referons un groupe. Nous pensons redemander l’avis des intéressés quant à l’horaire et aux animations proposées. Une de nos collègues accueillantes s’occupera de la communication du projet ; elle ciblera l’information aux personnes susceptibles d’être intéressées. Nous comptons utiliser certains outils présentés dans la formation « estime de soi » afin de permettre encore un meilleur dialogue et s’appuyer sur les ressources des patients. Nous ferons sans doute le groupe seul, sans collaboration avec cité santé. Contrairement à l’année d’avant, le groupe de cette année n’avait pas de difficultés à se lancer dans la discussion, à parler de soi. Nous devons cependant nous préparer à d’autres éventualités ; repréparer des outils de travail simples pour soutenir le groupe si celui-ci éprouve des difficultés à se lancer seul dans la discussion.