Vous êtes ici :
  1. Espace membres
  2. Cat@losanté
  3. Dépendances
  4. Tabagisme
  5. Pleins Poumons

Pleins Poumons

Quel est notre point de départ ?

Le tabagisme est un problème de santé publique majeur dans le sens où l’on sait qu’il est très toxique, qu’il est lié à une grande morbidité et mortalité (50% de ses consommateurs en décèdent), que c’est une drogue qui est malheureusement en vente libre et qu’il est très difficile pour les fumeurs d’arrêter d’eux-mêmes vu l’effet extrêmement dépendandogène de la nicotine.

Le projet a été initié par le Dr Cuppens en 2009. Il y avait déjà eu des actions tabac dans la maison médicale auparavant mais ponctuelles.

Le projet s’intègre bien dans les missions de la maison médicale car il s’agit d’un problème très répandu, auquel les membres de la maison médicale sont confrontés quotidiennement aux conséquences plus ou moins importantes chez les patients.

A qui s’adresse le projet ?

Le projet s’adresse à tous les patients fumeurs de la maison médicale, aussi bien ceux qui envisagent d’arrêter de fumer que ceux qui peuvent y être sensibilisés. Il n’est pas prévu initialement d’impliquer le patient dans la conception ou l’évaluation du projet. Cependant, le Dr Cuppens a également suivi la formation en entretien motivationnnel (EM) du FARES, qui a comme principe de considérer le patient comme son propre expert et de l’impliquer activement dans sa prise en charge.

Quels sont nos objectifs ?

Que mettons-nous en place ?

Achat d’un Smoker-Lyzer (détecteur de CO expiré) qui est utilisé par Le Dr Cuppens en consultation de tabacologie.

Explications en réunion d’équipe des messages à faire passer aux patients, à l’accueil ou durant des contacts ponctuels.

L’accueil (principalement ; un peu les autres secteurs) sensibilise les patients évoquant des problèmes liés au tabac, à la présence d’un tabacologue dans la Maison Médicale et les encourage à prendre rendez-vous. A l’accueil sont également disposés les affiches et dépliants reçus via la FARES.

Prise de contact avec des tabacologues de la région formés à l’approche cognitivo-comportementale en vue de faciliter des références et des collaborations.

Quand ?

Depuis la parution de l’Arrêté Royal (1er octobre 2009) autorisant le remboursement des consultations chez un médecin ou un tabacologue quelque soit sa spécialité de départ. Ceci a permis la mise en place d’un suivi pluri-disciplinaire.

Qui collabore au projet ?

Collaborations internes

Comme expliqué plus haut, l’accueil, lieu de passage obligé et privilégié de tous les patients, a été drillé à sensibiliser les patients fumeurs à se présenter chez le tabacologue.

Collaborations externes

Prise de contact avec des psychologues tabacologues cognitivo-comportementalistes de la région afin de permettre des échanges pour une prise en charge multi-disciplinaire. Ils nous ont également transmis leurs honoraires depuis la mise en place de l’Arrêté Royal sur le sevrage tabagique.

Dans la pratique, il faut bien admettre que la quasi-totalité des références se fait vers Mme Martine Reynders, qui travaille au CHR de La Citadelle et au CAF provincial de Liège. Cela est dû essentiellement au fait de la proximité avec Ans. Par sa formation de psychologue cognitivo-comportementaliste, elle apporte tout le côté comportemental du problème, moins bien maitrisé par le médecin et cependant nécessaire pour augmenter les chances de succès du sevrage à long terme.

Quelles sont nos ressources ?

Utilisation du Smoker-Lyzer ainsi que des tableaux de Fagelstrom et de Richmond dans les consultations de tabacologie.

Quel est notre bilan ?

Le public

Via le bouche-à oreille et les messages de l’accueil, les patients fumeurs de la Maison Médicale commencent à être au courant de la présence d’un tabacologue au sein de celle-ci. Il faut cependant bien admettre que l’activité reste faible actuellement.

Les objectifs de départ

Petit à petit, la prise de conscience de la nécessité de prendre en charge les fumeurs se fait dans la Maison Médicale, autant chez ses travailleurs que ses patients. Il y a donc une petite amélioration mais il reste (beaucoup) de chemin à parcourir.

La mise en place du projet

Tout doucement.

Les collaborations et le pilotage

Le nouvel Arrêté Royal a permis une orientation plus facile des patients vers les comportementalistes, le problème du coût étant nettement amoindri. Cela a permis la mise en place de collaboration pour une prise en charge multi-disciplinaire.

L’évaluation globale

Amélioration de la prise en charge des patients fumeurs de la Maison Médicale via une sensibilisation de l’accueil, la présence d’un médecin tabacologue et la collaboration avec des psychologues cognitivo-comportementalistes extérieurs. Le nombre de patients qui consultent pour leur tabagisme reste cependant faible. Il conviendra de mettre en place de meilleurs outils afin de faire passer le message. Une nouvelle réflexion en équipe permettrait de dégager des idées pour cela.


Ce projet a reçu le soutien de la Région wallonne.