Vous êtes ici :
  1. Documentation
  2. Publications, analyse et études
  3. Analyses et études en Education permanente de la Fédération
  4. La pratique du paiement à l’acte

La pratique du paiement à l’acte

Recherche participative en éducation permanente
22 décembre 2020
Pauline Gillard

chargée d’études à la Fédération des maisons médicales

Contrairement aux deux autres fédérations actives en Wallonie et à Bruxelles [1], la Fédération des maisons médicales et des collectifs de santé francophones (FMM) a pour particularité de rassembler tant des maisons médicales financées au forfait que des maisons médicales financées à l’acte. Cette diversité constitue une richesse pour l’ensemble des acteurs, mais elle peut être aussi une source de tensions.

Aujourd’hui, la FMM fédère cent vingt-trois maisons médicales, dont nonante-huit financées au forfait et vingt- cinq à l’acte. Les maisons médicales à l’acte sont donc sous-représentées par rapport aux maisons médicales au forfait. Cette répartition inégale des deux types de structures est intrinsèquement liée à l’histoire du mouvement qui, dès sa constitution, a plaidé en faveur d’un mode de financement alternatif au paiement à l’acte au sein des structures de soins de première ligne afin de mettre en œuvre un système de santé privilégiant la promotion de la santé, la prévention, l’éducation à la santé, la globalité, la qualité, etc.

Actuellement, la FMM continue à promouvoir le financement forfaitaire des institutions de soins de santé primaires et soutient le passage de l’acte au forfait des structures qu’elle fédère. Elle veille aussi à prendre en compte les besoins de tous ses membres et à fonder son plaidoyer politique sur les valeurs et objectifs qui les unissent, quel que soit leur mode de financement. Il arrive pourtant que des maisons médicales à l’acte questionnent la place qui leur est réservée au sein du mouvement et mettent en cause les représentations qui circulent à leur propos : accueil d’une patientèle plus aisée, recherche du profit au détriment de la qualité des soins, etc. Les professionnels de santé des structures financées à l’acte pointent aussi la méconnaissance de leurs réalités de travail et de leur engagement à offrir des soins de première ligne accessibles à l’ensemble de la population.

A travers cette recherche participative, la FMM a pris le temps d’aller à la rencontre de professionnels et de pratiques qui s’estiment en retrait des préoccupations de la Fédération et de comprendre avec les principaux concernés les raisons qui les ont incités à opter pour ce mode de financement, de comprendre également les réalités de travail qui leur sont propres et leurs besoins spécifiques. Il s’agit également d’analyser les enjeux qui sous-tendent ces réalités.


[1Médecine pour le peuple – un regroupement de 11 maisons médicales au forfait organisé par le Parti du travail de Belgique (PTB) – et la Fédération des pratiques forfaitaires (FEPRAFO) – un regroupement de 21 maisons médicales au forfait.


A télécharger : La pratique du paiement à l’acte (pdf, 1,1 M)