Vous êtes ici :
  1. Santé conjuguée
  2. Tous les numéros
  3. Genre et santé
  4. La médecine générale malade, un défi !

Médecine générale

La médecine générale malade, un défi !


octobre 2007, Morel Jacques

médecin généraliste, secrétaire général de la Fédération des maisons médicales.

Le document de Bernard Vercruysse, président sortant du Forum des associations de médecins généralistes, sur l’avenir de la médecine générale est largement imprégné de ses expériences professionnelles et militantes (pratique de la médecine générale en association, défense professionnelle et conseiller ministériel). C’est pourquoi, il nous a semblé intéressant de le diffuser en ouverture d’une série de trois articles sur la question du sort de la médecine générale. A partir d’autant d’angles de vue et d’observation, les réflexions de Bernard Vercruysse conduisent à bien éclairer la complexité : médecine générale, l’acteur adulé mais inefficient ; l’indispensable maillon du système mais sans moyens ; une compétence spécifique mais peu crédible des milieux de la science. « La médecine générale est malade » : le constat n’est pas neuf mais il est « sain » de l’actualiser, de l’objectiver et d’en mesurer les causes et conséquences ; sa lecture critique (un secteur malmené par le système) mais aussi autocritique (redéfinir le métier) de sa situation précaire conduit Bernard Vercruysse à des pistes de changements potentiels. « Que faire ? » et on entend l’amertume de ceux qui se sont entendus dire mille fois de la part des décideurs « qu’il s’agissait de revaloriser la médecine générale ».

Pour notre part, nous entendons ce discours non seulement comme un constat mais aussi comme un appel et nous nous proposons de poursuivre le débat dans les colonnes de Santé conjuguée.

Du côté de la Fédération des maisons médicales, l’approche globale et la prise en compte des évolutions de la société et donc des problématiques de santé impliquent une réponse pluridisciplinaire. Il nous semble que la médecine générale ne se sauvera pas toute seule : elle ne reconstruira pas son image dans son propre miroir ; son champ d’activités, son offre de service, ses missions actualisées tiennent d’un projet pluridisciplinaire inséré dans la vie sociale, son statut et sa place dans le système de santé, au delà d’une nécessaire défense efficiente du secteur, tiennent d’une politique proactive de requalification dans un système de santé revisité. L’insertion communautaire des pratiques de santé de proximité peut alors devenir un levier de la re-vivance de la médecine générale. Nous aborderons ainsi des pistes stratégiques complémentaires pour soutenir ce virage.

Cet article est paru dans la revue:

n° 42 - octobre 2007

Genre et santé

Santé conjuguée

Tous les trois mois, un dossier thématique et des pages « actualités » consacrés à des questions de politique de santé et d’éthique, à des analyses, débats, interviews, récits d’expériences...