Vous êtes ici :
  1. La Fédération
  2. Intergroupes
  3. Intergroupe liégeois
  4. L’Igl soutient le collectif Stop Alibaba & Co

L’Igl soutient le collectif Stop Alibaba & Co

25 septembre 2022
Frédéric Palermini

Coordinateur de l’IGL (intergroupe liégeois des maisons médicales)

Le dimanche 25 septembre 2022, les maisons médicales liégeoises étaient présentes dans les rues, au côté du collectif Stop Alibaba & Co, des citoyen-nes, des associations, etc., contre l’extension de Liège Airport.

Nous pouvons être fiers de la Wallonie et des ambitions de ses représentantes et de ses représentants. Oser faire le choix et arriver à défendre le dossier du développement de Liège Airport en faveur d’Alibaba, aujourd’hui, c’est carrément téméraire !

Ça vaut combien, l’image d’une Wallonie de pointe, innovante et commercialement forte ? Ça vaut combien de vies, je veux dire ?

Ça vaut combien d’inondations, le remplacement des terres par du béton et de l’asphalte ? L’été 2021 est une belle représentation de ce qui nous attendra encore.

Ça vaut combien de mois de sécheresse et de dérèglement climatique, l’impact de la pollution des avions ? Combien de difficultés respiratoires ? Combien de déshydratation ?

Ça vaut combien de maladies, de manger les produits de nos terres et qui, demain, seront définitivement souillés et toxiques ? On en parle, de ça, au gouvernement wallon ? Ou alors on se dit qu’on fera venir des patates depuis l’autre bout de la planète ?

Jeudi dernier, les organisations syndicales invitaient à manifester pour dénoncer l’explosion du coût de la vie et les impacts sociaux catastrophiques actuels. Que ce soit pour se nourrir, pour se chauffer, pour se loger, pour se laver, pour se soigner, de plus en plus de personnes comme vous et moi ont de plus en plus de difficultés. Et pourtant, aujourd’hui, nous sommes encore dans la rue pour mettre dans la balance les difficultés d’une population sur les genoux en rapport avec les montants colossaux qui sont dépensés par les autorités publiques dans le développement d’un aéroport à la merci d’un géant commercial.

Il y la promesse de l’emploi, diront certains. C’est vrai. Mais là encore, à quel prix ? On peut se réjouir d’emplois précaires ? D’un travail de nuit dans des conditions honteuses ? Du travail dans le bruit ? Au plus proche de la pollution directe des avions ? Combien d’affections respiratoires dans quelques semaines, quelques mois, quelques années ? Combien de problèmes de dos à devoir gérer la quantité de marchandises en transit ? Combien de burnout à accompagner quand le désenchantement sera compris ? Que vont devenir celles et ceux qui auront cru à un bel avenir et qui devront faire le choix impossible entre gagner sa vie ou perdre sa santé ?

Bien sûr, les soignantes et les soignants des maisons médicales sont là et seront là pour toutes ces personnes. Nous serons là pour les soigner et les accompagner au mieux. Nous serons là pour essuyer les catastrophes et les conséquences des choix qui sont faits aujourd’hui par nos autorités.

Mais si les maisons médicales sont présentes aujourd’hui, avec vous, dans la rue, c’est pour accomplir notre premier devoir. Celui de la promotion de la santé et de la prévention des maladies.

La première chose à faire, pour être en bonne santé, c’est d’avoir le contrôle sur sa santé. Et aujourd’hui, les conséquences du développement de cet aéroport vont nous empêcher de contrôler notre santé. Au-delà des personnes qui seront en contact direct avec l’aéroport, c’est toute une région qui subira les conséquences et nous courons droit vers une nouvelle catastrophe sanitaire d’envergure.

Il n’est pas trop tard pour éviter cela. Mais il est grand temps ! Il faut que nos autorités acceptent un peu moins de profit pour que la santé de toutes et tous soit meilleure. Nous sommes nombreux aujourd’hui. Et j’espère que la contribution des patientes, des patients, des soignantes, des soignants, des travailleuses et des travailleurs des maisons médicales dans la rue aujourd’hui, permettront, modestement et fermement, à faire prendre conscience des enjeux capitaux, pour la santé publique, qui sont sur la table en ce moment.

Stop Alibaba & Co


Discours écrit par Frédéric Palermini, coordinateur de l’Intergroupe liégeois des maisons médicales et malade le jour de la manifestation. Ses mots ont été portés par Florence De Roubaix, administratrice de l’Igl.

Photos ci-dessous : Loredana Tesoro

Portfolio