Vous êtes ici :
  1. Santé conjuguée
  2. Tous les numéros
  3. L’accueil, une fonction, un métier en transition
  4. Edito

Edito

Pour l’honneur


11 septembre 2018, Pascale Meunier

journaliste

A chaque rentrée académique, nos universités mettent en valeur les talents, la carrière, les engagements de multiples artistes, chercheurs, hommes et femmes politiques. Leurs choix peuvent être quelquefois controversés, ils sont souvent audacieux. C’est le cas de l’Université de Liège qui a décidé de décerner en septembre le titre de docteur honoris causa à trois personnalités fortes. Le Dr Denis Mukwegele, gynécologue congolais et militant des droits humains. On connaît son action contre les violences, les mutilations faites aux femmes, son travail de réparation des corps et des âmes. L’ULiège salue aussi la dignité et la résilience d’un père désenfanté  : Hassan Jarfi. Son fils Ihsane ayant perdu la vie, assassiné en raison de son orientation sexuelle. Il porte à travers l’association qu’il a créée un message de tolérance.

Christine Mahy, secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, recevra également l’insigne. Son travail d’aide et de soutien aux plus démunis se double d’un lourd exercice de déconstruction des idées reçues sur le chômage et sur les migrations. Dans un climat social et économique rude qui oppose ceux qui ont du travail et ceux qui n’en ont pas, ceux qui sont d’ici et ceux qui viennent d’ailleurs, elle renvoie dos à dos la gauche et la droite. Où est inscrite la priorité de réduire les inégalités  ? Dans quels programmes politiques  ? Dans quelles politiques publiques  ?

Avec elle, avec eux, c’est sur l’ensemble du milieu associatif que rejaillit cette symbolique marque de considération. Des associations œuvrent chaque jour pour enrayer les violence sociales et rattraper leurs dégâts. Mais c’est un combat à armes inégales contre un modèle de société qui produit intrinsèquement ces écarts, et les excès qui en découlent : rejet, exclusion, haine, racisme, intolérance. Crime parfois. Une machine à broyer les plus faibles, les autres, et qui leur en fait porter la responsabilité.

En cette rentrée académique, nous sommes tous, acteurs sociaux et médicaux, bénévoles aussi souvent, un petit peu mis à l’honneur.

Cet article est paru dans la revue:

n°84 - septembre 2018

L’accueil, une fonction, un métier en transition

Santé conjuguée

Tous les trois mois, un dossier thématique et des pages « actualités » consacrés à des questions de politique de santé et d’éthique, à des analyses, débats, interviews, récits d’expériences...