Vous êtes ici :
  1. Documentation
  2. Chartes
  3. Déclaration de Jakarta [extraits]

Déclaration de Jakarta [extraits]

juillet 1997

La promotion de la santé est un investissement capital

En investissant dans la promotion de la santé, en intervenant en promotion de la santé, on agit sur les déterminants de la santé et on contribue au progrès de la santé, à la réduction considérable des inégalités en matière de santé, à la promotion des droits fondamentaux de l’être humain, et au développement social. Le but ultime est d’accroître l’espérance de santé et de réduire les écarts dans ce domaine entre pays et groupes de population.

Les déterminants de la santé : de nouveaux défis

Les tendances démographiques telles que l’urbanisation, l’augmentation du nombre des personnes âgées et de la prévalence des maladies chroniques, la sédentarité, la résistance aux antibiotiques et autre médicaments courants, l’augmentation de la toxicomanie, les troubles civils ou la violence domestique menacent la santé et le bien-être de centaines de millions de personnes. De nouvelles maladies infectieuses et réemergentes et une plus grande reconnaissance des problèmes de santé mentale exigent des mesures d’urgence.

Les facteurs transnationaux ont également un impact considérable sur la santé. (...) Certains, comme le développement des techniques de communication offrent un potentiel immense pour la santé, tandis que d’autres, comme le commerce international du tabac, ont un impact négatif considérable.

La promotion de la santé change quelque chose

Les statégies de promotion de la santé peuvent créer et modifier les modes de vie, ainsi que les conditions sociales, économiques, et de l’environnement, qui déterminent la santé. La promotion de la santé est une approche concrète pour instaurer plus d’équité en matière de santé.

Les cinq stratégies de la Charte d’Ottawa :

– établir une politique publique saine ;

– créer des milieux favorables ;

– renforcer l’action communautaire ;

– développer les aptitudes personnelles ;

– réorienter les services de santé ;

sont les éléments fondamentaux de la promotion de la santé et sont adaptées à tous les pays.

On sait désormais que :

– les approches globales de développement de la santé sont les plus efficaces, en particulier celles qui associent les 5 stratégies de la Charte, par rapport à celles qui utilisent des stratégies isolées ;

– certains cadres offrent des possibilités concrètes pour la mise en oeuvre de stratégies globales. C’est le cas des mégalopoles, des îles, des villes, des municipalités, des communautés locales, des marchés, des écoles, des lieux de travail et des centres de santé ;

– la participation est indispensable pour poursuivre les efforts. Il faut placer les personnes au coeur des processus des prises de décisions et de l’action si l’on veut que les interventions soient efficaces ;

– l’apprentissage favorise la participation, l’accès à l’éducation et à l’information est essentiel pour obtenir une véritable participation et responsabiliser les personnes et les communautés en leur donnant les moyens d’agir.

De nouvelles solutions s’imposent

Dans les années à venir, (...), il faudra surmonter le cloisonnement traditonnel existant à l’intérieur même des pouvoirs publics, entre organisations gouvernementales et non gouvernementales, et entre secteur public et secteur privé. La coopération est indispensable, ce qui suppose la création de nouveaux partenariats pour la santé, sur un pied d’égalité, entre les différents secteurs, à tous les niveaux de la gestion des affaires publiques.

Priorités pour la promotion de la santé au XXIè siècle

1. Promouvoir la responsabilité sociale en faveur de la santé.

2. Accroître les investissements pour développer la santé.

3. Renforcer et élargir les partenariats pour la santé.

4. Accroître les capacités de la communauté et donner à l’individu les moyens d’agir.

5. Mettre en place une infrastructure pour la promotion de la santé. « Les cadres propices à la santé » représentent la base structurelle de la promotion de la santé. Les nouveaux défis qui se posent à la santé signifient qu’il faut créer de nouveaux réseaux de collaboration intersectorielle. Ces réseaux doivent s’apporter une assistance mutuelle à l’intérieur des pays et entre les pays et faciliter l’échange d’informations sur ce qui marche et dans quel cadre.

Appel à l’action

Afin d’accélérer les progrès en faveur de la promotion de la santé dans le monde, les participants ont approuvé la formation d’une alliance mondiale pour la promotion de la santé. Le but de cette alliance est de faire avancer les priorités d’action énoncées dans la Déclaration.

Les priorités de l’alliance sont les suivantes :

– sensibiliser sur l’évolution des déterminants de la santé ;

– soutenir le développement de la collaboration et la mise en place de réseaux pour le développement de la santé ;

– mobiliser des ressources en faveur de la promotion de la santé ;

– accumuler les connaissances sur les meilleures pratiques ;

– favoriser l’apprentissage en commun ;

– promouvoir la solidarité dans l’action ;

– encourager la transparence et la responsabilité publique en promotion de la santé.

Sur le même thème

promotion de la santé