Vous êtes ici :
  1. La Fédération
  2. Organes institutionnels
  3. Collège de coordination
  4. Actualités...
  5. Un modèle qui s’exporte bien et attire les foules

Un modèle qui s’exporte bien et attire les foules

6 août 2012
Dr Hubert Jamart

Médecin Généraliste à Seraing, permanent politique à la Fédération des Maisons Médicales

Voici plusieurs années que la Fédération des maisons médicales tisse des liens avec divers partenaires internationaux. Car le modèle de centre de santé que nous défendons, le mode de financement que nous prônons, est courtisé. Les maisons médicales sont sans doute le réseau de structures de soins le plus solide et le mieux identifié comme pratique multidisciplinaire en Europe occidentale [1].

Une série de valeurs au-delà des frontières

La Fédération des maisons médicales a entre autres pour objet de promouvoir le modèle de soins au départ d’une première ligne organisée en équipes de soins multidisciplinaires. Nous faisons donc du plaidoyer sur la scène nationale (rencontre avec les cabinets ministériels, des administrations publiques, des professionnels de terrains qui souhaitent s’associer). Le service de développement et gestion de la Fédération fait un travail extraordinaire entre autres pour ce dernier aspect. Mais la scène internationale n’est pas en reste, car en matière de politique en général et de politique de santé en particulier, on sait que toute une série de valeurs vont au-delà des frontières. Il est donc important de distiller notre modèle vers l’extérieur, dans l’idée de donner une vitrine belge telle qu’on la souhaite.

C’est ainsi que s’est créé déjà en 1986 le SEPSAC– Secrétariat Européen des Pratiques de Santé Communautaire. A cette époque la Fédération n’a que six années d’existence. C’est dire l’importance qu’accordaient déjà nos prédécesseurs à cet aspect. Des Suisses, Espagnols, Italiens, Canadiens, Belges… Se rencontraient, échangeaient, organisaient des congrès, des lieux de partage, de rassemblement, de changement de société.

Depuis de l’eau a coulé sous les ponts et le paysage s’est complexifié. A l’heure actuelle, la Fédération est membre de l’EFPC – European Forum for Primary Care. Cette organisation européenne est basée au NIVEL, au Pays-Bas. Son but est la promotion des soins de santé primaires avec toutes sortes d’institutions qui en font partie. On y retrouve donc des universités, l’INAMI aussi qui y participe, etc… Beaucoup de pays sont concernés et il y a des rencontres bisannuelles auxquelles la Fédération va présenter ses expériences.

Multidisciplinarité et critères de qualité

Un autre acteur plus récent mais au moins aussi important est le CACHC – Canadian Association of Community Health Centres. On se souvient de l’intervention de Simone Thibaut lors de notre congrès de 2011. A notre tour, nous avons présenté à Toronto un atelier en anglais sur notre modèle, notamment son mode de financement et, surtout, un long débat sur ce que devraient être les critères qui définissent un centre de santé communautaire.

Début 2012, une délégation d’infirmiers de maisons médicales sont aussi allés parler de notre pratique pluridisciplinaire au SIDIIEF (Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l’espace francophone). Leur présentation a rencontré un franc succès et ils sont revenus pleins d’idées !

Santé communautaire

Plus récemment, nous avons été sollicités pour aller présenter les maisons médicales avec un accent particulier sur la santé communautaire lors du congrès de la FFMPS – Fédération Française des Maisons et Pôles de Santé à Paris. Une équipe liégeoise a aussi été parler d’approches communautaires lors d’un colloque organisé par le FEMALOR, branche lorraine de la FFMPS. Miguelle Benrubi (qui s’occupe de la santé communautaire dans sa maison médicale, la Passerelle) ainsi que Jacques Bolaers (patient à la Passerelle et responsable du journal des patients). C’était l’occasion d’insister sur l’implication des citoyens et des patients des structures dans leur santé.

Financement

Régulièrement il nous est demandé de présenter le mode de financement forfaitaire. Un poster a été construit en français et en anglais, à partir des résultats de l’étude KCE sur les modes de rémunération des prestataires et l’influence que celui-ci peut avoir dans les soins et la qualité. Ce poster a notamment été présenté à une délégation de professionnels et décideurs thaïlandais qui visitaient le système de santé belge et les maisons médicales. Nous irons aussi en septembre à Gothenburg (en Suède) avec l’EFPC. Le thème général de la rencontre est ’croiser les frontières’. Nous avons déposé un projet de poster qui a été accepté sur les méthodes de calcul d’un forfait basé sur les besoins. Autrement dit la réforme du forfait. Notre idée a retenu toute l’attention du comité scientifique.

Lieux de vie, espace de santé

En septembre nous participerons également aux 7èmes Rencontres de l’Institut Renaudot à Genève. L’occasion à nouveau de parler du lien entre le territoire et la santé. L’accent sera mis sur l’approche communautaire au sein des centres de santé.

Philosophie et idéologie

Voici les deux grands absents, d’une façon quasi générale, sur la scène internationale. Comme si on essayait d’éviter les sujets qui fâchent. Plus on s’internationalise, plus on bascule dans quelque chose qui est du courant mondial dominant. Autrement dit du libéralisme, de la marchandisation. C’est donc très compliqué d’imprimer les idées de la Fédération, des idées décidément controversées ; comme si nous allions à contre-courant dès qu’il s’agit d’aborder le fond des choses… Mais on s’y applique, car la transmission technique ne peut absolument pas être déliée de la lutte idéologique intrinsèque qui sous-tend le système que nous revendiquons, aussi dans son universalité.

Ambitions

Au travers de nos partenariats avec l’EFPC, le Sepsac, ou le CACHC, une de nos ambitions est de construire un grand réseau européen, et international, des centres de santé communautaires. Des centres qui poursuivent les mêmes objectifs que nous : qualité des services au travers de la pluridisciplinarité, accessibilité, globalité, approche communautaire et lutte contre les inégalités sociales de santé. Aujourd’hui, nous nous efforçons de répondre au plus grand nombre d’invitations qui nous sont adressées, pour partager notre expérience, et apprendre des expériences d’autres. Nous manquons encore de moyens pour devenir vraiment proactifs, et proposer d’unir nos forces, avec d’autres, pour soutenir les soins de santé primaires orientés vers la communauté.

La tour de Babel a énormément d’aspects, mais celui qui est le plus marquant est le quasi monopole de l’Anglais, la Fédération s’y accommode plutôt bien ; mais la langue forge l’esprit. Et la langue anglaise internationalement véhiculée pétrit le cerveau de ce courant mondial dominant qui ne doit pas nous faire oublier nos racines. C’est pourquoi nous plaidons pour un travail aussi bien de proximité, dans les langues locales, avec leurs spécificités, leurs accents, leurs vérités. De façon à ce que les messages puissent être transmis avec les racines de leurs initiateurs, avec la richesse de leur culture.


Quelques partenaires...

- http://www.sepsac.org/

- http://nvl007.nivel.nl/euprimarycare/

- http://www.nivel.nl/

- http://www.cachc.ca/

- http://www.ffmps.fr/

- http://www.rencontres-renaudot-2012.org/


[1Après Discussion avec nos amis canadiens qui avaient fait une recherche sur les réseaux en Europe en vue d’alliances et d’échanges de pratique en 2009.