Vous êtes ici :
  1. Santé conjuguée
  2. Tous les numéros
  3. Dessine-moi un centre de santé !
  4. Un cadre pour des soins de santé primaires communautaires

Un cadre pour des soins de santé primaires communautaires


1er avril 2011, Adeagbo Ade

médecin, NHS Alliance, président de Alliance for Community Oriented Primary Care services, ACOPC

L’apport des soins de santé primaires est largement démontré, que ce soit en termes d’efficacité ou d’accessibilité. Par leur proximité avec la population, ils sont en outre le lieu où peut se déployer la dimension communautaire de la santé. Ce « niveau supplémentaire » de santé, déjà riche d’expérience et implanté dans des contextes très variés souffre cependant d’un manque de définition, de connaissance et de reconnaissance. Une situation à laquelle veut remédier ’l’Alliance for Community Oriented Primary Care services’ (ACOPC).

Historique et contexte

Les soins de santé primaires sont le premier échelon de soins professionnels où les patients présentent leurs problèmes de santé et où la grande majorité des besoins curatifs et préventifs de la population sont rencontrés. C’est pourquoi, on peut soutenir que les services de soins primaires doivent être disponibles là où vivent les gens et accessibles sans frein [1].

Les soins de santé primaires « communautaires » constituent un niveau supplémentaire aux soins de santé primaires « tout court » auxquels ils ajoutent les aspects de développement et l’implication de la communauté en santé. On peut aussi les décrire comme des soins généralistes centrés sur les besoins de santé du patient dans son contexte social plutôt que comme une approche axée sur la maladie. Le mélange de disciplines constituant le niveau de soins primaires varie d’un pays à l’autre, mais c’est le médecin de famille, ou médecin généraliste, qui construit généralement le centre des soins de santé primaires communautaires1.

Aux Etats-Unis par exemple, des études ont démontré les bénéfices substantiels de systèmes de soins de santé primaires bien développés, que ce soit pour la coordination et la continuité des soins ou pour un meilleur contrôle des coûts. En Europe, on trouve une grande diversité de modèles et d’organisation de soins de santé primaires, avec différents mécanismes de régulation, différents modèles de financement, des incitants explicites et implicites ainsi qu’une grande diversité culturelle dans les populations bénéficiant de ces services. Ceci fait de l’Europe un environnement propice pour des études approfondies en soins de santé primaires communautaires ainsi que pour la construction d’une plateforme d’échange de bonnes pratiques.

De ces constats est née ’l’Alliance for Community Oriented Primary Care services’ (ACOPC) qui est un groupe de travail émanant du ’European Forum for Primary Care’ (EFPC). Cette alliance s’est constituée sur base d’associations nationales et régionales de services de santé communautaires européens. Parmi les buts de cette alliance, on retrouve entre autres celui de muscler et de faciliter le lobbying et le développement de nouvelles associations régionales et/ou nationales de services de soins de santé primaires à orientation communautaire.

Les membres d’ACOPC parlent d’une seule voix pour argumenter la plus-value indéniable de systèmes de soins de santé communautaires. à ce jour, ils recherchent ensemble une définition ou des caractéristiques suffisamment communes.

Quelques définitions

Tant les chercheurs que les intervenants de terrain soutiennent qu’il y a bel et bien un manque de définition, de cadre et d’information suffisamment détaillée et comparable sur ce que l’on entend par des soins de santé primaires à orientation communautaire. Ils ont en outre pointé un certain déficit de connaissance de ces structures ainsi que des politiques de renforcement des soins de santé primaires en Europe1.

Le ’Primary Health Care Research Information Service’ (PHCRIS) a inclu dans une définition les aspects suivants « …soins personnalisés avec des aspects de promotion de la santé, la prévention des maladies et le développement communautaire », avec une philosophie soutenant « …l’interconnexion des principes d’équité, d’accès, de responsabilisation, d’autodétermination de la communauté et de collaboration intersectorielle. Cela implique une lecture critique des déterminants sociaux, économiques, culturels et politiques de la santé » [2].

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit les soins de santé primaires comme étant « … socialement acceptables, avec une accessibilité universelle, des soins de premier niveau scientifiquement valables dispensés par des équipes entraînées de façon adaptée, multidisciplinaires et dans des structures intégrées de sorte à : donner accès prioritairement à ceux qui en ont le plus besoin et lutter contre les inégalités en santé ; optimaliser l’auto-responsabilité de la communauté et des individus et favoriser leur participation et le contrôle de la situation ; il faut également la collaboration et la participation d’autres secteurs pour promouvoir les matières de santé publique… Cela implique encore la promotion de la santé, la prévention, les soins et les traitements pour les personnes malades, le développement communautaire, la rééducation et finalement la plaidoyer en sa faveur. » [3].

Caractéristiques pour des soins de santé communautaires

ACOPC a réalisé une enquête auprès de ses membres pour récolter leurs idées et points de vue pour le développement d’un cadre en soins de santé primaires communautaires en Europe. Vingt-cinq organisations de dix-sept pays ont répondu. Il y a eu une grande diversité dans les répondants : organismes d’Etat, soins d’urgences, organisations professionnelles, société civile, responsables de pouvoirs locaux.

Les réponses ont mis les quelques points suivants à l’avant de la santé communautaire :

- Développement communautaire et implication du public cible ;

- Soins globaux avec le plus d’autonomisation possible ;

- Soins holistiques ;

- Services intégrés avec une collaboration multidisciplinaire ;

- Objectif de santé publique, incluant la prévention et la promotion à la santé ;

- Efficience des services dans le sens qualitatif du terme ;

- Accessibilité, possibilité et promotion du choix des gens ;

- Objectifs de qualité avec un haut niveau de soins.

Comme nous l’a rapporté un des répondants : « [cela]…est créé par des professionnels de santé…ils travaillent ensemble et s’organisent…pour offrir à la population des soins de santé primaires continus. Leurs actions ont une approche globale, intégrant les soins et la prévention. [c’est aussi]…un endroit proche de l’endroit de vie des gens avec lesquels ils travaillent, où ils peuvent trouver de l’information tant sociale que médicale. Les équipes sont impliquées dans des campagnes de prévention, et des activités qui vont au-delà de la simple offre de soins : cela s’articule autour de la participation de la communauté et l’autonomisation du patient qui prend dès lors une part active et responsable dans la gestion de sa santé… ».

Conclusions

Les soins de santé communautaires, du point de vue des membres d’ACOPC devraient être organisés en partant des besoins des gens, intégrant des dimensions de santé publique, et incluant la multidisciplinarité avec une attention toute particulière à la qualité et l’efficience.

De l’enquête, il apparait qu’il faut développer un cadre pour décrire ce que l’on entend par soins de santé communautaires, basé sur des évidences de la pratique quotidienne et les consensus du terrain [et des chercheurs]. Ce cadre permettra la production de données et d’informations comparables, l’amélioration des connaissances et du potentiel des soins de santés primaires communautaires dans des pays aux contextes différents ainsi que la création d’opportunités pour des partages de connaissances et d’expériences [4].

Traduction de l’anglais par Hubert Jamart.

[11. Kringos. Dionne, S. et. al. 2010, “The European primary care monitor : structure, process and outcome indicators”, BMC Family Practice, October 2010. BioMed Central Ltd.

[2Keleher H. (2001), “Why Primary Health Care Offers a more Comprehensive Approach to Tackling Health Inequalities than Primary Care”, Australian Journal of Primary Health 7(2), 57-61.

[3Cette définition englobe la déclaration de l’OMS d’Alma-Ata (1978) et des services de soins de santé primaires : une structure pour les directives stratégiques futures (OMS 2003) et par après développée par l’Institut de recherche australien des soins de santé primaires (Australian Primary Health Care Research Institute (APHCRI)). Cette définition fut également citée dans la Réforme des soins de santé primaires en Australie : rapport pour soutenir la première Stratégie des soins de santé primaires d’Australie. (septembre 2009).

[41. Kringos. Dionne, S. et. al. 2010, “The European primary care monitor : structure, process and outcome indicators”, BMC Family Practice, October 2010. BioMed Central Ltd.

Cet article est paru dans la revue:

n° 56 - avril 2011

Dessine-moi un centre de santé !

Santé conjuguée

Tous les trois mois, un dossier thématique, et des pages « actualités », consacrées à des questions de politique de santé et d’éthique, à des analyses, débats, interviews, relations d’événements (colloques, parutions récentes), au récit d’expériences vécues...