Vous êtes ici :
  1. La Fédération
  2. Organes institutionnels
  3. Collège de coordination
  4. Actualités...
  5. OMNIO ?

OMNIO ?

mai 2007

Vous avez certainement entendu parler, de près ou de loin, du statut OMNIO. Une nouveauté introduite par l’Inami pour une meilleure couverture des soins de santé pour les bas revenus. De quoi s’agit-il exactement ?

Il s’agit d’un nouveau statut préférentiel de remboursement pour les frais médicaux, créé à côté des statuts déjà existants, à savoir les VIPO (Veuf, Invalide, Pensionné, Orphelin) et les BIM (Bénéficiaire d’intervention majorée). La nouveauté est que le statut OMNIO prend uniquement en compte le niveau de revenu et non plus le type de revenu (ex : revenu d’intégration sociale) ou le statut (ex : invalide, pensionné…). Peu importe donc d’où viennent les revenus (allocations de chômage, travail…) mais bien le montant de ceux-ci.

Nous allons donc avoir, à partir du 1er juillet 2007, trois statuts préférentiels qui vont coexister : VIPO, BIM, OMNIO.

A qui est destiné le statut OMNIO ? Aux ménages dont le revenu annuel brut est inférieur à 13.312,80€, augmenté de 2.464,56€ par membre du ménage autre que le demandeur. La période prise en compte est l’année civile 2006.

Quelles démarches effectuer ? Pour bénéficier du statut OMNIO dès le 1er juillet 2007, les personnes concernées doivent introduire une demande auprès de leur mutuelle entre le 2 avril 2007 et le 30 juin 2007. Le statut n’est pas attribué d’office. Elles devront remplir un formulaire « Déclaration sur l’honneur » et donner la preuve de leurs revenus. Passé le délai du 30 juin, une demande peut toujours être introduite mais le droit débutera après le 1er juillet 2007. L’obtention du statut est valable jusqu’à la fin de l’année suivante. Ensuite, une nouvelle demande doit être introduite auprès de l’organisme assureur.

Dans la mesure où l’obtention du statut doit faire l’objet d’une demande explicite de la personne concernée, les maisons médicales peuvent jouer un rôle important d’information auprès de leur patientèle. Ce statut aura des répercussions positives évidentes tant au niveau des patients (meilleure accessibilité financière) qu’au niveau des prestataires qui pratiquent le tiers payant ou qui fonctionnent au forfait. Il est de notre devoir, à côté des mutuelles, de donner cette information aux patients. Celle-ci peut se faire par des affiches, tracts dans les salles d’attente, articles dans les périodiques des maisons médicales.

Pour plus d’informations, visitez le site de l’Inami.