Vous êtes ici :
  1. La Fédération
  2. Organes institutionnels
  3. Collège de coordination
  4. Actualités...
  5. Ligue des usagers de santé : 2 sièges en moins

Conseil supérieur de promotion de la santé

Ligue des usagers de santé : 2 sièges en moins

8 juin 2009
Dr Jean Laperche

médecin généraliste à la maison médicale de Barvaux et maître de conférence invité au CUMG (Centre universitaire de médecine générale) de l’université catholique de Louvain.

La Ligue des usagers des services de santé (LUSS) est actuellement en Communauté française de Belgique une fédération de groupes d’entraide de patients.

Comme dans plusieurs autres pays, les patients s’organisent entre eux et expriment des avis très pertinents sur les décisions politiques en matière de santé.

La LUSS est un interlocuteur reconnu et apprécié tant aux différents niveaux de pouvoir de notre pays qu’auprès des organisations de professionnels de la santé. Elle vient cependant de se voir amputer de 2 sièges sur 4 au Conseil Supérieur de Promotion de la Santé, et ce au bénéfice de la mutualité libre qui ne compte en son sein aucune association de patient !

La Fédération des maisons médicales soutient la LUSS et rappelle la nécessité que la voix des patients soit reconnue et entendue dans tous les débats de santé. Nous reproduisons ci-dessous les documents diffusés par la LUSS sur cette affaire.


Madame, Monsieur,

Chers représentants politiques,

Chers amis,

Vous trouverez ci-joint un courrier dénonçant les décisions arbitraires et non fondées de la Ministre de l’Enfance, de l’Aide à la Jeunesse et de la Santé, Catherine Fonck, concernant la nomination des membres du futur Conseil Supérieur de Promotion de la Santé. Ce courrier reprend la position de la Ligue des Usagers des Services de Santé. Ces nominations ont été décidées contre toute logique. Le décret régissant ce conseil prévoit la nomination de « deux membres représentant les associations reconnues d’usagers du système de santé ». Un des membres désignés se trouve être la responsable du service promotion de la santé des Mutualités Libres, mutualité ne comportant aucune association d’usagers en son sein ! Cette situation est un non-sens absolu que nous dénonçons.

Nous espérons pouvoir compter sur votre soutien quant à la dénonciation de cette situation.

Pour de plus amples renseignements vous pouvez me contacter au numéro suivant : 081/74 44 28

Nous vous remercions d’avance de votre soutien

Carine Serano

Chargée de projets et de communication

Luss asbl - Ligue des Usagers des Services de Santé

Avenue Sergent Vrithoff, 123

5000 Namur

Tel : 081/74 44 28

Fax : 081/74 47 25

www.luss.be


Namur, le 15 mai 2009

Madame la Ministre,

Faisant suite aux nominations des membres du futur Conseil Supérieur de Promotion de la Santé, nous faisons part de notre déception face à l’attribution d’une des places réservées aux usagers à une représentante des Mutualités Libres.

La LUSS se bat depuis dix ans pour que des places soient attribuées aux usagers présents sur le terrain. Grâce à ce combat, deux places avaient été occupées au sein du Conseil lors du dernier quinquennat.

C’est donc avec stupéfaction que nous apprenons la nomination d’un membre émanant des mutualités libres comme représentant des usagers sachant de plus que les mutuelles sont déjà représentées par deux membres effectifs, ces deux membres élus par vote par un comité inter-mutuelliste.

Nous estimons qu’il aurait été plus approprié de nommer des représentants émanant d’associations d’usagers. Nous ne revendiquons aucunement une prérogative sur ces places mais contestons la surreprésentation des organismes mutuellistes. De plus, les mutualités libres ne comportent en leur sein aucune association d’usagers et ne peuvent donc légitimement baser leurs interventions sur un contenu basé sur l’expérience de ces mêmes usagers. Historiquement les mutualités libres sont essentiellement un organisme d’assurances qui n’a donc aucune raison d’occuper cette place.

La promotion de la santé prône l’implication des usagers, la charte d’Ottawa en faisant même une de ses stratégies principales. En agissant de la sorte, vous travaillez à l’encontre de ces principes mondialement reconnus.

Le 4 décembre 2008, vous preniez la parole lors de nos journées consacrées aux associations d’usagers et affirmiez que nous devions « développer ensemble une culture participative et que c’était à vous, politiques d’amener les usagers à faire leur cette démarche citoyenne de participation active ». Comment se traduisent aujourd’hui ces paroles dans les faits ? Nous regrettons que la Ministre en charge de la promotion de la santé n’applique pas les préceptes fondamentaux de ses compétences.

Dans l’espoir que vous prendrez ce courrier en considération, nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre considération distinguée.

Claude STERCKX, Président.

Sur le même thème

droit du patient