Vous êtes ici :
  1. Documentation
  2. Publications, analyse et études
  3. Publications intéressantes et utiles pour les maisons médicales
  4. Le baromètre social 2016

Le baromètre social 2016

20 octobre 2016

Le Baromètre social 2016 présente, pour la douzième année consécutive, une série d’indicateurs actualisés sur la pauvreté en Région bruxelloise.

Revenu, travail, éducation, santé, logement et participation sociale... autant de thèmes abordés et intéressants pour tout travailleur en maison médicale.

Les indicateurs de pauvreté indiquent qu’un nombre toujours important de Bruxellois vivent dans une situation difficile. Dans un cadre de croissance démographique et de défédéralisation d’une série de compétences, la Région est confrontée à d’importants défis en termes de logement, d’emploi, d’enseignement, de santé et d’aide aux personnes, comme en témoignent les indicateurs présentés dans ce baromètre.

Constats

Approximativement un tiers des Bruxellois vivent avec un revenu inférieur au seuil de risque de pauvreté. Plus d’un cinquième de la population bruxelloise d’âge actif perçoit une allocation d’aide sociale ou un revenu de remplacement (chômage ou invalidité), et un quart des enfants bruxellois de moins de 18 ans grandissent dans un ménage sans revenu du travail. Cinq pour cent de la population bruxelloise d’âge actif perçoit un revenu d’intégration sociale ou équivalent, et ce pourcentage est deux fois plus élevé parmi les jeunes adultes. Près d’un cinquième des actifs bruxellois sont demandeurs d’emploi inoccupés et cette proportion grimpe à plus d’un quart parmi les jeunes, avec de fortes variations selon les communes. Moins de la moitié des demandes pour un logement social sont satisfaites et plus d’un cinquième des Bruxellois évoquent des problèmes de qualité importants concernant leur logement. Parmi l’ensemble des jeunes bruxellois de 18 à 24 ans, environ un jeune homme sur six et une jeune femme sur sept ont quitté prématurément l’école sans avoir obtenu le diplôme de l’enseignement secondaire supérieur. La situation socioéconomique des personnes influence leur état de santé : la différence d’espérance de vie entre les résidents des communes les plus pauvres et ceux des communes les plus aisées est de 3,0 ans pour les hommes et de 2,6 ans pour les femmes.

Consulter le baromètre social 2016


Le Baromètre social 2016 est également disponible en version imprimée (à partir de mi-novembre). Vous pouvez le commander par mail à observat@ggc.irisnet.be.