Vous êtes ici :
  1. Santé conjuguée
  2. Tous les numéros
  3. Etre né quelque part, la santé de l’enfant, approche multidimensionnelle
  4. La fréquentation d’une halte-accueil, objectif « mieux-être ! »

La fréquentation d’une halte-accueil, objectif « mieux-être ! »


1er mars 2014, Geneviève Culot

assistante sociale, présidente de la Coordination des haltes-accueil de la Communauté française (CHACOF)

Certaines familles n’ont que très rarement accès aux milieux d’accueil traditionnels (crèches ou maisons d’enfants par exemple) : c’est avec elle qu’une large partie des haltes-accueil ont choisi de travailler. A partir d’une recherche participative, la Coordination des haltes-accueil de la Communauté française donne ici quelques brefs éclairages sur la pauvreté et sur les pratiques développées au sein des haltes-accueil pour y faire face.

La CHACOF, Coordination des haltes-accueil de la Communauté française est une asbl créée en 2010 par une vingtaine d’associations, toutes haltes- accueil, situées à Bruxelles et en Wallonie. Au cœur de ses pratiques, la diversité au service des réalités des familles et du droit de l’enfant à un accueil de qualité.

La CHACOF a la volonté d’échanger sur les pratiques et les réalités de terrain, ainsi que de travailler activement à la reconnaissance des haltes-accueil par les autorités. C’est dans cette perspective qu’elle a mené une recherche intitulée : Une diversité d’accueils pour une diversité de pauvretés. Neuf haltes-accueil en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Un constat de base lorsque l’on se penche sur la précarité, c’est que tous les membres de la famille en subissent les conséquences de manière immédiate en terme de bien-être : santé délaissée, isolement social amorcé, santé psychologique fragile, etc. Les enfants ne sont pas épargnés par ces effets, ceux-ci pouvant être permanents. Or, très peu des familles marquées par une grande précarité ou par la pauvreté ont accès aux milieux d’accueil traditionnels.

Les haltes-accueil peuvent être considérées comme des sas d’entrée conduisant les familles vers de nouveaux possibles (reprendre une formation, améliorer les relations entre parents et enfants, etc.). Ces structures ne sont pas seulement concernées par l’accueil des enfants, elles permettent également aux familles marquées par la précarité et la pauvreté de trouver ce qui leur fait défaut dans notre société : leur place, et de cheminer vers une situation de mieux-être. Tenant compte des réalités actuelles qui évoluent sans cesse, les haltes-accueil ont développé des pratiques diversifiées et adaptables, avec pour objectif une approche globale des familles. Ces pratiques sont caractérisées par les éléments suivants :

  • L’ancrage local (contacts réguliers avec les autres acteurs de proximité) ;
  • La flexibilité des pratiques (adaptation en fonction des besoins et des demandes) ;
  • La polyvalence et la mixité des équipes ;
  • L’accompagnement des familles ;
  • La proposition d’espaces et de moments à investir pour favoriser la participation et la construction de normes collectives (espaces parents-enfants, participation à l’amélioration de l’accueil, etc.) ;
  • Le développement de dynamiques de proximité et de solidarité (entre parents, notamment) ;
  • La fonction sociale de l’accueil.

Exemple 1 Négociation autour du contrat d’accueil initial

« Pour se rendre à sa formation, une maman doit prendre deux bus différents. La fin des cours, les horaires de bus et les horaires de l’accueil sont conciliables pour autant qu’aucun imprévu n’apparaisse. Ce n’est pas souvent le cas – les cours peuvent déborder de quelques minutes, les bus prendre du retard sur leur parcours. Les conséquences au niveau des conditions d’accueil convenues sont immédiates puisque ces dernières ne peuvent être respectées. Afin de réduire les tensions pour la maman, qui sait qu’elle risque d’arriver en retard, ainsi que pour son enfant à qui on a dit que sa maman n’allait pas tarder, le temps d’accueil a été prolongé d’une demi-heure le matin et d’une demi-heure le soir avec le maintien des autres conditions (tarif notamment). Cette solution est plus confortable pour tout le monde. »

Exemple 2 Accompagnement et approche globale de la famille

« Cette maman et son enfant, vivant dans un home pour femmes battues, ont été dirigés vers la halte-accueil car l’enfant avait beaucoup de difficultés à se nourrir : il régurgitait tout ce qu’il ingérait. Cet enfant a subi de nombreux examens médicaux et est suivi par une logopède. La halte-accueil a assuré l’accompagnement de l’enfant et de sa maman, pour qui la séparation était particulièrement difficile et qui avait également des problèmes alimentaires. Actuellement, l’enfant mange correctement, même en présence d’autres enfants. La maman est également plus sereine. Sa participation au ‘Café des parents’ dont le thème était « Bien manger pour bien grandir » témoigne de son évolution positive. »

Cet article est paru dans la revue:

n° 67 - mars 2014

Etre né quelque part, la santé de l’enfant, approche multidimensionnelle

Santé conjuguée

Tous les trois mois, un dossier thématique, et des pages « actualités », consacrées à des questions de politique de santé et d’éthique, à des analyses, débats, interviews, relations d’événements (colloques, parutions récentes), au récit d’expériences vécues...