Vous êtes ici :
  1. La Fédération
  2. Organes institutionnels
  3. Bureau stratégique
  4. La Fédération des maisons médicales soutient les parlements qui s’opposent au CETA

La Fédération des maisons médicales soutient les parlements qui s’opposent au CETA

21 octobre 2016

Suite au véritable bras de fer, dans lequel ce sont illustrés les parlements wallon et de la FWB en s’opposant à l’adoption du CETA, la Fédération des maisons médicales a souhaité réagir. Un appel à la mobilisation.

On le sait, le parlement wallon s’est illustré récemment au niveau international en refusant de signer le CETA (traité de libre-échange avec le Canada) en l’état. Nous le savons aussi, les responsables politiques wallons sont soumis à de nombreuses pressions venant des sphères politiques, belges, européennes voir internationales, ainsi que des lobbys industriels. Mercredi, le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a également mis son veto à l’adoption du traité.

Nous, la Fédération des maisons médicales, en tant qu’acteur de la société civile, voulons amener un contrepoids à ces pressions, en assurant notre soutien à tous les gouvernements qui s’opposent à l’adoption, tel quel, du CETA. Nous vous invitons à faire de même.

À titre d’exemple voici le message de soutien envoyé par la Fédération des maisons médicales à Paul Magnette :

Au nom de la Fédération des maisons médicales, qui représente environ 1500 travailleurs de première ligne dans les soins de santé (médecins généralistes, kinés, infirmières, assistantes sociales, psychologues, accueillantes et bien d’autres) et des patients que nous soignons, nous tenons à féliciter sincèrement le gouvernement wallon d’avoir refusé de signer le CETA, et lui apporter tout notre soutien pour continuer cette opposition. Nous sommes en effet inquiets des conséquences que ces accords pourraient avoir sur la santé de notre population, que ce soit par des effets indirects (alimentation, agriculture, libéralisation) ou directs sur le système de santé (marchandisation). La place de l’assurance-maladie dans ces traités reste une question sensible et le flou juridique qui l’entoure est une porte ouverte à de mauvaises interprétations. Nous sommes plus que jamais défenseurs de services publics de qualité et sommes heureux et fiers d’être représentés par un gouvernement wallon à l’écoute de sa population.

Bien à vous,

  • Dr Hélène Dispas pour la Fédération des maisons médicales

Alors à vos claviers, la mobilisation ne doit pas faiblir...