Vous êtes ici :
  1. Côté maisons médicales
  2. Cat@losanté
  3. Dépendances
  4. Tabagisme
  5. Je dis STOP à la cigarette avant qu’elle ne m’arrête

Je dis STOP à la cigarette avant qu’elle ne m’arrête

Cette campagne avait pour objectif général la sensibilisation de la patientèle de la maison médicale à la problématique du tabac , en sans exclure les personnes précarisées , et en incluant aussi les membres du personnel.Notre second objectif était de remplir correctement le tableau de bord en ce qui concerne le tabac particulièrement.

Plusieurs outils ont été utilisés pour faire passer le message tant au sein de l’équipe qu’auprès de la patientèle : brochures, cigarette géante, séances d’information avec intervenants extérieurs, paniers de fruits à l’accueil avec le slogan "apprécions une autre saveur",...

Organisation de la campagne L’élaboration de ce projet s’est déroulée à trois niveaux :

Groupe prévention Avant d’adopter ce projet, nous en avons discuté en réunion du groupe prévention afin de comprendre et décider si cela était faisable dans notre structure. Pour l’élaboration, nous avons recueilli des informations plus complètes auprès de la FARES, et nous nous sommes renseignés auprès d’autres maisons médicales qui ont réalisés le même projet. Nous avons mis en place une stratégie quant au modalités pratiques et nous nous sommes reparties les tâches tellles que :

  • prise de contact avec intervenants extérieurs pour présentation à l’équipe
  • mise en page de documentations pour les patients dans la salle d’attente et les cabinets
  • recherche d’outils utiles pour cette campagne (ex : cigarette géante écrasée à l’accueil, paquets de cigarettes avec messages d’encouragement à l’intérieur etc.).

Médecins Une réunion a été consacrée pour les modalités de mise en place de consultations « spéciales spirométrie ». Un médecin formé en spirométrie, s’est chargé de former ses confrères. Les médecins étaient prêts à recevoir des patients dans le cadre d’une consultation « spéciale tabac ». Le but étant, lors d’une consultation plus longue en plus d’une analyse spirométrique, d’informer le patient de façon très précise et complète, sur les différents moyens disponibles pour arrêter de fumer, et de mettre en place un accompagnement concret (médical, psychologique etc.).

Equipe Le projet a été proposé à l’équipe par le groupe prévention. Mme Valérie HUBENS (personne de contact à la Fédération des Maisons Médicales) est venue pour nous donner des informations complémentaires, des conseils pratiques quant à la mise en place de ce projet, et répondre aux questions de l’équipe.

Le Dr ABDELKAFI (Pneumologue à Brugman) est venue nous présenter des cas cliniques sur le suivi des patients fumeurs désirant arrêter, et nous donner plus de précisions sur les aspects physio-pathologiques et thérapeutiques du tabac.

L’équipe a une information précise sur l’encodage des fumeurs et non-fumeurs dans le DSI. Chaque membre de l’équipe était chargé de distribuer le folio d’information qui contenait les adresses utiles, le test de dépendance au tabac et les conséquences du tabac.

Outils didactiques

-  Pour attirer l’attention des patients, une grande cigarette cassée a été pendue dans le hall d’entrée de la Maison Médicale.
-  Dans tous les cabinets et autres locaux où se trouvent des thérapeutes, un paquet de cigarettes a été déposé sur le bureau. Ce paquet contenait des fausses cigarettes…avec le message suivant inscrit dessus « stop à la cigarette…on en parle ? »
-  Un test, un jeu et quelques adresses utiles ont été présentés sur les bureaux, les patients ont pu se servir et cela a permis d’ouvrir la discussion.

-  Une pochette contenant différents folios d’information a été mis à disposition dans les différents locaux et dans les salles d’attente.
-  Le 31 mai, jour de la journée internationale « Anti- Tabac » nous avons mis des paniers de raisins dans les salles d’attente avec comme slogan « apprécions une autre saveur que le tabac ! ».
- 

A qui s’adresse le projet ?

Ce projet s’adresse à la patientèle de la maison médicale en tenant compte des patients précarisés.

Dans notre patientèle nous appelons patients précarisés ceux qui ont moins l’accès à l’information, aux soins de santé en général,... à cause de leur situation financière, leur origine (ne parlant pas la langue)...

Aux patients fumeurs chômeurs qui envisageaient d’arrêter de fumer, nous avons présenté le projet mis sur pied à l’institut Bordet.

Des kits d’infos illustrés et simples à comprendre ont été mis à disposition pour permettre de les ramener à la maison , de les lire ou les faire lire éventuellement.

Quels sont nos objectifs ?

Voir introduction

Que mettons-nous en place ?

Voir organisation de la campagne

Ça se passe quand ?

Nous avions prévu la campagne durant tout le mois de mai, mais elle a été prolongée jusque fin juin vu le manque d’implication de l’équipe malgré toutes les rencontres organisées avant la compagne pour la sensibilisation : rencontre avec valérie Hubens, personne de contact à la fédé, avec le Dr ABDELKAFI, pneumologue tabacologue à Brugman qui nous a présenté des cas cliniques pratiques sur le suivi des patients tabagiques et les outils utilisés tel que appareil pour mesurer CO2, et une présentation powerpoint du projet a été faite à l’équipe par le groupe prévention de la maison médicale.

Qui collabore au projet ?

La fédération des maisons médicales, l’institut Bordet, le Dr ABDELKAFI pneumologue tabacologue à Brugman et toute l’équipe de la maison médicale.

Quelles sont nos ressources ?

Quel est notre bilan ?

L’équipe se sent certes plus outillée pour parler du tabac , mais cela a été difficile à mettre en place concrètement. Car les patients ont plus de facilité à parler du tabagisme aux thérapeutes plutôt qu’aux autres membres de l’équipe notamment les accueillantes, les kinés,... Toutefois , l’encodage dans le DSI de fumeurs ou non a doublé depuis le début de la campagne. Les patients ont été interpellés par les outils utilisés (paquets de cigarettes, cigarette géante, tests) ces outils ont vraiment permis de parler du tabac, mais depuis la fin de la campagne les patients en parlent moins.

Quant au suivi des patients fumeurs, de nombreuses spirométries ont été exécutées mais non encodées vu qu’aucun médecin n’ait encore obtenu la spécialité de tabacologue. Plusieurs patients ont manifesté l’envie d’arrêter de fumer, quelques uns ont commencé le suivi mais aucun suivi n’a encore vraiment abouti. Par contre un membre du personnel a arrêté de fumer durant la campagne.


Ce projet a reçu le soutien de la Commission communautaire française.