Vous êtes ici :
  1. Santé conjuguée
  2. Tous les numéros
  3. « Assuétudes : un cheminement singulier et complexe dans la cité »
  4. Hébergement et addiction

Hébergement et addiction


1er janvier 2012, Renson Marc

président de l’asile de nuit Pierre d’angle

Dans le secteur de l’hébergement des sans-abri, les tensions entre les contraintes de la vie collective et la prise en charge individualisée sont très fortes. C’est pourquoi il importe de développer la connaissance réciproque et la collaboration entre hébergement et services spécialisés.

Je voudrais remercier les organisateurs de cette journée de me donner l’occasion de vous faire découvrir, en quelques flashes, un secteur social quelque peu périphérique de l’aide, celui de l’hébergement d’adultes en difficulté, seuls ou en famille, confrontés souvent à de multiples problèmes, dont des addictions. Avant, après ou en cours d’actions, vous avez sans doute déjà pu collaborer avec le home Baudouin Source, l’Ilot et toutes les autres structures qui offrent plus de 1000 lits en sus des « lits d’urgence » proposés par le SAMU social qui gère le dispositif hivernal et par Pierre d’Angle, asile de nuit pour sans-abri, qui par son accueil inconditionnel et gratuit, est en permanence saturé été et hiver.

Il faut envisager les questions de santé à travers la structure mise en place par le Gouvernement régional bruxellois et les Collèges pour concrétiser l’adhésion de la Région au réseau des Villes et Région en Santé de l’Organisation mondiale de la santé, depuis 2002. Bien sûr, à ce niveau, on aborde les choses en termes de bien-être, de cadre de vie suffisamment épanouissant et limitant, autant que faire se peut, les dangers de l’exclusion sous toutes ses formes. En un mot, il s’agit de développer une approche transversale des politiques régionales (logement, emploi, économie) et d’aide à la personne qui permet, entre autres, de mener des politiques diversifiées de lutte contre la pauvreté. Cela se concrétise aussi à travers la fixation d’objectifs de politiques régionales en ce compris de santé et de bien être, ce que nos amis néerlandophones appellent globalement le welzijnzorg. Pour vous, comme pour nous, participer, en tant qu’acteurs, aux consultations prochaines dans le cadre du Plan régional de développement durable (PRDD) a donc tout son sens, par exemple, pour créer et améliorer le cadre de vos et de nos actions futures et actuelles.

Les maisons d’accueil, et Pierre d’Angle avec ses spécificités d’asile de nuit, pratiquent de longue date le travail en réseau. Ceci au gré des besoins ponctuels et des conséquences que peut avoir ce travail sur l’autonomie des personnes recourant, sur une base plus ou moins volontaire, à vos et à nos services pour tenter de se reconstruire et de retrouver « un meilleur être » en rapport avec leurs potentialités du moment.

Les addictions et plus largement la santé mentale constituent des problématiques prégnantes auxquelles, comme vous, nos travailleurs sociaux sont confrontés. Leurs demandes ou attentes sont variées, parfois très immédiates et « pratico pratiques » :

• comment « gérer » au sein de leurs structures ;

• comment orienter les personnes vers les services adéquats ;

• comment gérer la non demande et parfois la violence.

Tout cela n’est pas simple à gérer au quotidien ; les tensions entre les contraintes de la vie plus ou moins collective et l’importance d’une prise en charge individualisée sont très fortes. Au point que l’on n’affichera pas forcément la possibilité d’héberger les personnes souffrant d’addictions, tout en devant faire face aux situations concrètes qui s’y rapportent.

Une compréhension réciproque basée sur une connaissance des potentialités et limites de chaque service, à travers rencontres, journées d’étude, échanges et inter-visions entre acteurs des secteurs spécialisés ou non ne pourra qu’améliorer l’ensemble des services offerts aux personnes, que ce soit dans la crise, la pseudo urgence, ou tout simplement la vie quotidienne.

Car notre/votre défi n’est-il pas finalement, malgré nous, de compenser l’absence de communauté pour une partie de la patientèle, et même parfois une incapacité momentanée à s’y intéresser, vu les rejets vécus antérieurement.

Cet article est paru dans la revue:

n° 59 - janvier 2012

« Assuétudes : un cheminement singulier et complexe dans la cité »

Santé conjuguée

Tous les trois mois, un dossier thématique, et des pages « actualités », consacrées à des questions de politique de santé et d’éthique, à des analyses, débats, interviews, relations d’événements (colloques, parutions récentes), au récit d’expériences vécues...