Vous êtes ici :
  1. Documentation
  2. Traces de l’histoire
  3. 2002
  4. 2002 : Les maisons médicales : un mouvement critique en crise ?
  • 2005 : Je t’aime moi non plus - Malaise en maison médicale
  • 2005 : Les maisons médicales, création de l’éducation permanente
  • 2006 : Discours de clôture du Congrès, Jacques Morel et Isabelle Heymans
  • 2006 : Refonder les pratiques
  • 2006 : Une ligne du temps
  • 2010 : Le Dit de Transimène. Interview de Pierre Mercenier et Harrie Van Balen
  • 2011 : Pratique et politique
  • 2012 : Flashback sur Santé conjuguée
  • 2004 : Briseurs de grève
  • 1964 : La première grève des médecins
  • 1971 : Pour une politique de la santé
  • 1973 : Docteur Liberté, l’histoire du docteur Norman Bethune, de la guerre d’Espagne et de la Révolution chinoise
  • 1981 : Le centre de santé intégré et les maisons médicales, jalons pour les soins de santé primaires
  • 1992 : De la Santé de la Gestion à la Gestion de la Santé
  • 1995 : Vers une réappropriation de la charte des Maisons Médicales
  • 1995 : Santé et gestion, Ambivalences des Centres de santé intégrés
  • 1994 : [Pluri-(transdisciplinarité)]
  • 1997 : Les Maisons de la Santé
  • 1997 : Maisons médicales : un outil de santé pour l’avenir
  • 1998 : Le Forfait
  • 2000 : Les Maisons Médicales dans leur cadre socio-politique d’hier à aujourd’hui
  • 2000 : Etre… mais qui ? Redéfinir la première ligne de soins pour mieux la former
  • 2001 : Santé de proximité à la croisée des chemins ?
  • 2002 : Les maisons médicales : un mouvement critique en crise ?
  • 2003 : Quel avenir pour le secteur ambulatoire de la santé ?
  • 2007 : Histoire des Maisons Médicales

2002 : Les maisons médicales : un mouvement critique en crise ?

Que sont devenus les combats de 68 dans la réalité d’aujourd’hui ? Selon l’auteur, l’heure est une nouvelle fois à la ré-articulation de deux types de critique, « critique artiste » et « critique sociale », présentes dans tous les mouvements contestataires depuis le XIXème siècle.

La première dénonce le capitalisme d’abord comme source de désenchantement et d’inauthenticité, ensuite comme source d’oppression, qui s’oppose à la liberté, à l’autonomie et à la créativité. Dans le second type de critique, le capitalisme est source d’une part de misère et d’inégalités et d’autre part d’opportunisme et d’égoïsme.

Guy Lebeer, sociologue, à l’occasion du Xème colloque de la Fédération des maisons médicales d’octobre 2002.

Cahier de Santé Conjuguée n° 23 - janvier 2003.

Lire l’article (8 pages, pdf, 62ko).